RSS

Archives du 21 septembre 2011

UARS: écrasement imminent sur Terre…

Le satellite UARS de la Nasa s’apprête à retomber sur Terre de manière non contrôlée dans les heures à venir. Il ne sera pas totalement détruit lors de son entrée dans l’atmosphère et une masse d’environ 500 kg de matériels subsistera et s’écrasera au sol dans un endroit encore inconnu.

UARS (Upper Atmosphere Research Satellite) est un satellite qui fut lancé par la navette Discovery en 1991. Sa mission consistait en l’étude de l’atmosphère terrestre et la surveillance de la couche d’ozone. Il fut mis à la retraite en 2005, et ne possède pas l’énergie nécessaire pour effectuer une rentrée contrôlée ou être placé sur une « orbite cimetière ».

Selon Fernand Alby, du Centre national d’études spatiales (CNES), « Pendant la descente du véhicule, la plupart des matériaux sont consumés par l’échauffement qui se produit, mais certains, comme l’acier ou le titane, résistent ». Le moment précis de la chute et la trajectoire des débris sont très difficiles à prévoir.

Les ingénieurs ne peuvent pour le moment estimer la retombée sur Terre de manière plus précise que durant la journée de vendredi, sur une ligne faisant le tour de la planète située dans une zone comprise entre 57 degrés de latitude nord et 57 degrés de latitude sud. La majeure partie des villes et zones habituées se situent dans ce périmètre de chute. La Nasa rassure en disant que si ce n’est pas la première fois qu’un satellite retombe sur Terre, il n’y a jamais eu de victime pour le moment. Le risque que cette retombée provoque une victime humaine est estimé à 1 sur 3200.

Et si jamais vous vous trouvez à proximité du lieu de chute, les autorités compétentes ont eu la délicatesse de préciser que la totalité des pièces du satellite est la propriété exclusive du gouvernement américain, et sont invendables.

http://www.techno-science.net/

1/3200…! cela fait quand même beaucoup de chances de le prendre sur la tête que de gagner au Loto,si on peut appeler ça une chance 🙂

 
11 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Standard & Poor’s déclasse 15 banques italiennes!

Standard & Poor’s a annoncé ce mercredi avoir abaissé la note de crédit de sept banques italiennes, dont Mediobanca et Intesa Sanpaolo , au lendemain du déclassement de la note de l’Italie par l’agence de notation.

Cette dernière a également revu en baisse sa perspective, de stable à négative, sur huit autres banques, dont Unicredit , premier établissement bancaire du pays en termes d’actifs.

«Les perspectives négatives sur les notes à long terme des 15 banques réflètent la possibilité que nous pourrions abaisser encore leurs notes si, toutes choses restant égales par ailleurs, nous devions abaisser une nouvelle fois la note de l’Italie», précise S&P.

Standard & Poor’s a accentué mardi la pression sur la zone euro, toujours empêtrée dans la crise de la dette, en abaissant d’un cran la note de crédit de l’Italie pour la ramener à un niveau inférieur à celle de la Slovaquie. (voir )

Reuters

 
4 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les banques Françaises mourantes vont se faire soigner au Qatar?!

Le Qatar est en discussions avec BNP Paribas sur une possible prise de participation dans la première banque française, a confié mercredi 21 septembre à Reuters une source basée au Qatar.
Le pays a également discuté avec d’autres banques françaises sur un investissement du même type, ajoute cette source. « Ils parlent à différentes banques en France, vu leurs très importants besoins en capital », a-t-elle souligné sous couvert d’anonymat. Aucun commentaire n’a pu être obtenu dans l’immédiat auprès de BNP Paribas.

Les banques françaises ont vu leur cours de Bourse chuter depuis l’été sur des craintes liées à d’éventuels besoins de recapitalisation.
http://www.lemonde.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Situation au Japon suite au passage du typhon Roke!

A l’université de Tokyo, un radiamètre indique 1.113 µSv/h.

Il semble que le passage du Typhon Roke ait créé pas mal de dégâts sur le Japon mais il aurait également affecté assez fortement les niveaux de dose ambiante à la fois sur les régions proches du site accidenté de Fukushima Daiichi mais également au niveau de la capitale Japonaise.

Située à 35° de latitude Nord et au niveau de la mer, Tokyo présente généralement un bruit de fond radioactif très peu élevé, soit un débit de dose ambiante estimé entre 0.05 et 0.07 µSv/h. Ce niveau avait déjà été augmenté une première fois suite aux rejets radioactifs des produits de fission dégagés suite à l’accident de Fukushima Daiichi, mais il semble que le passage du violent Typhon Roke ait brassé les radioéléments volatils et de demi-vie moyenne à longue comme le césium 134 et le césium 137. Ces derniers radionucléides se concentrent fréquemment à la surface du sol et ils sont donc susceptibles d’être soulevés et déplacés lors de périodes de vent ou encore de précipitations importantes par ruissellement et ravinement.

Certains relevés indépendants à Tokyo indiquent des valeurs supérieures à 1µSv/h dans certains endroits où végétation et ruissellement reconcentreraient ainsi les dépôts de Césium. Un relevé de 1.38 µSv/h a ainsi été effectué à proximité de l’Université de Tokyo.

A Kawasaki, le débit de dose habituel de 0.05 µSv/h aurait été doublé. A Futaba, à 4 Km du site accidenté, le débit de dose serait de 20.3 µSv/h contre 0.07 en temps normal.

Le pic de radioactivité engendrée par le passage du typhon est bien visible sur le graphe ci-contre.

Certains témoins indiquent que le vent violent est très « salé » et pensent que la radioactivité océanique pourrait avoir été rabattue vers les cotes, le vent soufflant de la mer vers les terres.

Un site pas vraiment prêt pour de telles intempéries !

Pendant ce temps, à Fukushima Daiichi, le site n’avait pas besoin de cela. Les sous-sols renfermaient déjà une estimation de 80000 Tonnes d’eau contaminée avant le passage du Typhon et il est probable que, vu l’état du site endommagé, les eaux pluviales ne filtrent dans des sous-sols qui eux-mêmes, fuient probablement vers l’océan tout proche ou encore vers les nappes d’eau souterraines. La station météo toute proche de Namie a enregistré des précipitations  cumulées d’environ 280 mm lors du Typhon.

Les structures légères censées protéger les bâtiments sont par ailleurs loin d’être achevées.

A noter que l’image fournie par la Tepcam (TEPco WebCAM) a disparu de longues heures durant la tempête et toujours à cette heure.

http://www.gen4.fr/

Image de la webcam, une grue semble être tombée sur le réacteur n°3!

grue tombée

http://fukushima.over-blog.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La Grèce endettée planche sur de nouvelles mesures d’austérité !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Le gouvernement grec s’est résigné mercredi à adopter des mesures d’austérité supplémentaires pour 2011 et 2012, sous la pression de ses créanciers, l’UE et le FMI. Elle souhaite combler les trous dans ses comptes publics et écarter un défaut de paiement.

Ces mesures « visent à atteindre les objectifs de 2011 et 2012 et permettent l’application du programme de soutien de l’économie grecque d’ici 2014 », a indiqué le porte-parole du gouvernement Ilias Mossialos, cité dans un communiqué publié à l’issue d’un conseil de ministres de plus de quatre heures.

Parmi les mesures figurent « des coupes dans les retraites supérieures à 1200 euros par mois; ces réductions porteront sur 20% des montants qui dépassent ce seuil », selon ce communiqué.

Par ailleurs, le chômage technique dans les entreprises publiques, annoncé récemment par le gouvernement socialiste après la fusion de plusieurs organismes publics, va toucher 30’000 salariés du secteur d’ici la fin de 2011, selon ce texte.

Mesure liée à la fiscalité

M. Mossialos a aussi annoncé « l’abaissement du seuil minimum d’imposition à 5000 euros de revenus par an » contre 8000 actuellement. Le gouvernement avait déjà procédé en juin à une baisse de ce seuil, qui était alors à 12’000 euros.

Tous les syndicats grecs ont appelé mercredi à une grève générale le 19 octobre pour protester contre l’austérité. Le secteur public devrait au préalable être en grève le 5 octobre, tandis que Athènes sera privée de tout type de transport dès ce jeudi.

Jeudi, un arrêt de travail de quatre heures dans le secteur public et les organismes publics, va affecter le trafic aérien avec comme conséquence des annulations des vols surtout intérieurs en raison de la participation du syndicat des contrôleurs aériens.

Par ailleurs, les transports publics d’Athènes – bus, trolleys et métro, ainsi que la société des chemins de fer – et l’union des taxis (privés) seront également en grève de 24 heures jeudi. Globalement, aucun moyen de transport public ne devrait circuler, une situation exceptionnelle.

ATS

La limite du supportable sera bientôt atteinte ou l’est peut-être déjà…même les pauvres vont payer des impôts….!Misére….!!!!

 
3 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Game Over : 14 signes qui présagent l’arrivée de « l’événement principal »

Les marchés financiers atteindront-ils leur point de rupture en Octobre-Novembre ?
Actuellement, plusieurs signes de faiblesse montrent que le monde financier est en train de vivre la  dépression nerveuse du
siécle. Des quantités massives d’argent sont sorties de la bourse par les investisseurs et les paris sont faits contre le S & P 500 pour Octobre. La
crise de la dette européenne continue de s’accroître dangereusement et d’étranges déplacements financiers sont repérés partout sur la planète.
Est-ce que cette activité inhabituelle indique que quelque chose est sur le point de se produire ?
Cette chose serait-elle « l’événement principal » qui va lessiver chacun d’entre nous, comme le dit si bien Olivier Delamarche
dans sa dernière revue économique ?
Historiquement, les plus grands krachs boursiers ont eu tendance à se produire à l’automne. Sommes-nous à la veille de
«l’Octobre noir» ?
Les éléments suivants sont les 14 signes qui montrent que quelque chose est sur le point de se produire dans le monde financier et que les marchés internationaux
sont entrain d’approcher la phase explosive du dernier trimestre 2011….
1- Un nombre incroyable de paris sur la chute du S & P 500 (baromètre de la santé économique mondiale).
 Selon CNN, le nombre de paris contre le S & P 500 a augmenté au plus haut niveau depuis un an, le mois dernier. Mais ce n’est rien comparé à
ce que nous voyons pour Octobre. Le nombre de paris contre le S & P 500 pour le mois d’Octobre est absolument stupéfiant . Les initiés vont empocher une quantité monstrueuse d’argent s’il y a un krach boursier le mois prochain !
2-  Les investisseurs retirent une quantité énorme d’argent.
 Savent-ils quelque chose que nous ignorons? Ce qui suit est un rapport du Financial Post: « Les investisseurs ont retiré plus d’argent de leurs fonds d’actions américaines depuis la fin du mois d’avril que dans les cinq mois après l’effondrement de Lehman Brothers« . Après la fuite des capitaux d’entreprises pourtant prospères, c’est au tour des compagnies d’assurances de rapatrier leurs fonds avec la Lloyd’s (assureur britannique de premier plan) qui retire ses dépôts bancaires des banques européennes (A
lire ici
).
3- L’abaissement de la cote de crédit par Standard & Poor de l’Italie de
A + à A
:
« les coûts d’intérêt en hausse menacent de couler les finances publiques si le pays se trouve coupé des marchés obligataires.
Dans ce cas, il faut soit un prêt de sauvetage d’une autre source ou prononcer le défaut de paiement ».
4- La Banque Centrale Européenne achète à tour de bras des obligations italiennes et espagnoles pour tenter de refroidir la crise financière
montante en Europe.
Le meilleur moyen de faire sauter les comptes d’apothicaires de Mr Trichet : la décote va être sévère surtout que « Les perspectives négatives sur l’Italie veut dire qu’il y a une chance sur trois que S & P abaisse la notation du pays à nouveau dans les 12 à 18 prochains mois »
5- Les photocopieuses géantes à débit illimité vont se mettre en réseau dans quelques
semaines
:
 La Réserve fédérale, la Banque centrale européenne, la Banque d’Angleterre, la Banque du Japon et la Banque nationale suisse ont annoncé qu’elles vont mettre à disposition une quantité « illimité » d’argent aux banques commerciales européennes en octobre, novembre et décembre.
6- Le système bancaire français est à l’agonie:
La Société Générale a perdu 60% de sa valeur depuis le début de l’année, et BNP et Crédit Agricole ont perdu la moitié de leur capitalisation boursière !  
7- Le pouvoir politique allemand en charge de la crise grecque est en faillite:
Un récent sondage a révélé le taux incroyable de 82% des Allemands qui croient que son gouvernement fait un mauvais travail de gestion de la crise en Grèce. En ce moment, l’opinion publique en Allemagne est très négative envers les sauvetages, et représente un réel danger pour la Grèce.
8-  La Grèce subit un effondrement économique complet.
 Il suffit de consulter les statistiques énoncées dans un éditorial paru récemment dans le Guardian ….
« Après avoir reculé en 2009 et
2010, le PIB a continué de diminuer de 7,3% au deuxième trimestre de 2011. Le
taux de chômage se rapproche de 900 000 et devrait dépasser les 1,2 millions,
sur une population de 11 millions. Ces chiffres rappellent la Grande Dépression
des années 1930
. »
« Début 2010, la Grèce a été effectivement en faillite. Dans sa sagesse, la troïka
 a imposé des politiques d’austérité et de déréglementation compatible avec l’idéologie
 néolibérale de l’UE. Très prévisible, la demande s’est effondrée et le crédit bancaire
est devenu rare, avec le résultat que le noyau de l’économie grecque a été écrasé »
.

En 2009, la Grèce avait un ratio dette-PIB de l’ordre de 115%. Aujourd’hui, la Grèce a un ratio dette-PIB de l’ordre de 160% . Tous les austérités qui ont été imposé n’ont  rien résolu de leurs problèmes à long terme.
Le ministre des Finances grec adjoint Filippos Sachinidis a dit que la Grèce n’aura pas assez d’argent pour continuer à fonctionner dès le mois prochain .

9-  L’Italie a maintenant un ratio dette-PIB de l’ordre de 120% et leur économie est beaucoup, beaucoup plus massive que
l’économie de la Grèce
10- Le rendement des obligations à 2 ans portugaises est désormais de plus de 17% . Il y a un an, le rendement sur ces obligations était seulement d’environ 4%.
11- Les banques centrales achètent désormais plus d’or que ce qu’elles en
vendent
.
C’est la première fois depuis plus de 20 ans !
12- L’économiste en chef du FMI affirme que l’économie mondiale est entrée dans une  » nouvelle phase dangereuse « . 
Selon Olivier Blanchard, « Les marchés sont clairement devenus plus sceptiques quant à la
capacité de nombreux pays de stabiliser leur dette publique », et « la peur de l’inconnu est élevé. »

13- L’Israël  et la Russie ont considérablement diminué leurs avoirs en bons du Trésor américain : Israël a abaissé de 46% ses possession en bons du Trésor américain et la Russie a éliminé 95 pour cent de ses réserves. Savent-ils quelque chose que nous ignorons ?

14- Selon une étude qui a été récemment publié par Merrill Lynch, l’économie américaine a une probabilité de 80% d’aller dans vers autre
récession.

Lorsque les marchés financiers deviennent à ce point fragilisé, il suffit d’une petite étincelle pour mettre l’effet domino en
mouvement.
Aucun des problèmes qui ont causé la crise financière de 2008 n’ont été corrigés, et le système financier mondial n’a plus
la ressource nécessaire. Elle est donc plus vulnérable que jamais depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Si nous assistons à un autre accident financier majeur dans les mois à venir, le coup de grâce sera  absolument dévastateur…
La chute de l’empire romain
Publié par Lionel Ségaut
 
1 commentaire

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le typhon Roke balaye la région de Fukushima où la vigilance est renforcée

TOKYO – La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) a fixé des équipements et suspendu une partie des travaux en cours à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima avant l’arrivée du violent typhon Roke qui a atteint les environs du complexe atomique dans la soirée.

Alors que des trombes d’eau accompagnées de vents très violents s’abbataient sur la région, des coulées et flaques d’eaux étaient observées en divers points du site, mais aucun dommage majeur n’était déploré dans les premières heures du passage du cyclone, selon l’opérateur cité par la chaîne publique NHK.

Roke, 15e typhon né dans les parages de l’archipel cette année, traverse les principales îles du Japon du sud-est au nord-ouest depuis mardi, menaçant de créer des dégâts énormes dans la région du Tohoku (nord-est) ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars, désastre responsable de l’accident à la centrale Fukushima Daiichi.

Très vulnérable, le site, qui compte six réacteurs arrêtés et en partie gravement endommagés, fait l’objet d’une surveillance particulière.

Nous avons pris un ensemble de dispositions en prévision de la venue de ce typhon, a expliqué à l’AFP un porte-parole de Tepco, Masashi Kato.

Les ouvriers ont notamment fixé des équipements susceptibles de tomber à cause de la violence des vents et ont protégé les grues oeuvrant sur le site.

Nous avons aussi pris des mesures dans les endroits où existent des risques d’accumulation d’eau, a-t-il précisé, ajoutant que s’agissant des travaux, les décisions sur leur suspension sont prises en fonction de l’évolution de la situation.

Tepco est notamment depuis plusieurs semaines en train de couvrir avec des dalles de revêtement spécial le réacteur numéro un, dont le bâtiment extérieur a été soufflé en mars par des explosions d’hydrogène.

Les patrouilles sur le site, situé à quelque 220 kilomètres au nord-est de Tokyo, sont également renforcées pour détecter d’éventuelles anomalies.

Dès le milieu de journée de mercredi, la pluie a commencé à tomber au-dessus de la centrale de Fukushima.

Le typhon Roke, qui a balayé la capitale dans l’après-midi, progresse à environ 50 kilomètres/heure, avec des bourrasques de vent soufflant à près de 200 km/h.

Accompagné de pluies torrentielles, ce cyclone a déjà fait au moins cinq morts dans l’ouest et le centre, provoqué des coupures d’électricité, conduit à l’annulation de nombreuses liaisons ferroviaires, aériennes et maritimes et forcé des centaines de milliers de personnes à se regrouper dans des centres d’évacuation.

Par ailleurs, un séisme de magnitude 5,3 s’est produit dans la soirée, à 22H30 locale (13H30 GMT), à quelques dizaines de kilomètres au sud de la centrale, sans toutefois trop la secouer ni provoquer de dégâts supplémentaires, selon les informations rapportées par l’agence de météo et la chaîne de télévision publique NHK.

Afp

 
2 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Chambre forte mondiale de graines du Svalbard: le grenier de l’Apocalypse!

Reportage sur la plus grande réserve de graines de toute la planète (français):
À VOIR…

1 milliard de personnes souffrent de sous-nutrition dans le monde à cause de la spéculation sur les aliments de première nécessité. Combien demain ? Pendant ce temps, l’oligarchie prévoyante verrouille ses réserves alimentaires.
La croissance de la population fait peur aux plus nantis
Quand les maîtres du monde veulent faire dans l’écologie urgentiste et jouer les survivalistes, ils y mettent le prix. Sur l’île du Spitzberg, dans l’archipel du Svalbard, à 1.000 kilomètres du pôle Nord, un coffre-fort abrite plus de 600.000 variétés de graines et de semences.
À terme, 4,5 millions d’échantillons pourraient être entreposés dans cette arche de Noé du troisième millénaire, vrai méga grenier de nos agro et écosystèmes en
silos bunkérisés. Sans compter les graines sauvages, on évalue à 1,5 million les variétés différentes de graines de culture agricole existant de par le monde.
Les premières semences sont parties du port de Lagos (Nigeria) : 7 000 variétés de niébé, maïs, soja et pois de terre, soit 330 kilos répartis dans 21 caisses,
qui sont les premières stockées dans le blockhaus au jour de l’inauguration du 26 février 2008.
Le Svalbard Global Seed Vault (littéralement Chambre forte mondiale de graines du Svalbard), est financé par diverses fondations dont celles de Bill et Melinda Gates, de
Rockefeller et du semencier transnational Syngenta. Divers pays capitalistes ont complété la mise.
Cette parodie du hamster, revue et corrigée à hauteur d’une pathétique bunkérisation humaine, est constituée en l’hypothèse tangible d’une crise alimentaire. Le projet date déjà de 1980 et la FAO l’intégra en 2001 dans le cadre du traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Cette formidable banque mondiale de graines congelées transmettra donc la diversité agricole aux survivants élus des décennies à venir. Faudra-t-il encore qu’ils disposent de
terres fertiles et du savoir-faire paysan ! Sous couvert de parer à une crise mondiale, une telle initiative est honteusement élitiste et à l’usage des seuls
futurs rescapés les plus riches et qui, dès maintenant, rêvent idéalement de reconstruire un monde au-delà d’un effondrement dont ils auront été les premiers
artisans. Si du bon peuple émergent des miraculés de l’an 2100, ils n’auront même pas droit à de mauvaises graines ensilées par Monsanto. N’est pas poulet de
grain qui veut.
Source:
 
2 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

En pleine tourmente financière, les banques se ruent sur les forêts et le carbone

Les banques ne s’arrêtent pas là, elles veulent TOUT jusqu’à notre oxygène : « Le    Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et le secteur bancaire ont publié un nouveau rapport, avec une série de recommandations, pour que les négociations sur la lutte contre la    déforestation et le réchauffement climatique « s’ouvre efficacement aux flux de la finance privée ».

Comme on connait leur altruisme débridé on peut s’attendre au pire.

En préparation des négociations sur le climat qui auront lieu en fin d’année à Durban (Afrique du Sud), et en pleine    tourmente financière, le secteur banquier, avec en tête BNP Paribas, lance une offensive pour réclamer l’intégration des forêts dans le marché du carbone. Les Amis de la Terre    s’opposent fermement à cette dérive qui ne repose sur aucune base scientifique et place l’avenir des forêts du monde, et des communautés qui en dépendent, dans les mains d’entreprises    irresponsables.

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et le secteur bancaire ont publié un nouveau rapport,    avec une série de recommandations, pour que les négociations sur la lutte contre la déforestation et le réchauffement climatique « s’ouvre efficacement aux flux de la finance    privée ».

Au centre des débats, les banques espèrent pouvoir accéder à un marché potentiel de plusieurs dizaines de milliards    d’euros par an avec la création de crédits-carbone forestiers REDD qui pourraient être achetés par les entreprises et les États ne respectant pas leurs obligations de réduction des émissions    de gaz à effet de serre.

Or, comme l’explique Sylvain Angerand, chargé de campagne pour les Amis de la Terre et ingénieur forestier, la    compensation carbone est une imposture scientifique : « Il n’est pas possible de compenser la libération de carbone d’origine fossile (pétrole, charbon…), qui s’est formé pendant    plusieurs millions d’années, par un stockage très temporaire dans les forêts. Les grands incendies en Amazonie, en Russie ou en Asie du Sud-Est, qui se multiplient chaque année, nous le    rappellent de façon évidente ».

En réalité, l’enjeu pour le secteur privé n’est pas tant de participer à la lutte contre les changements climatiques    que de transformer la crise écologique en opportunité économique comme l’explique Yann Louvel, référent de la campagne Responsabilité des acteurs financiers pour les Amis de la Terre : « Si    BNP Paribas, et les autres banques qui ont co-signé ce rapport, voulaient vraiment s’engager pour le climat elles arrêteraient de financer d’une part des secteurs qui contribuent à la    déforestation comme les monocultures de palmiers à huile ou de soja et d’autre part des projets extrêmement controversés de centrales à charbon ou d’extraction de pétrole à partir de sables    bitumineux. »

Alors que le secteur financier s’écroule, les banques sont à la recherche de nouveaux placements présentés comme    beaucoup plus sûrs et plus rentables : c’est ce qui explique la tendance croissante à la financiarisation des ressources naturelles et des biens communs comme    l’atmosphère. Après la conférence de Durban en décembre, c’est le Sommet de Rio en juin qui est en ligne de mire des banques :

« Les offensives du secteur financier pour mettre la main sur l’atmosphère et la biosphère se multiplient et il est urgent de s’y opposer car les conséquences écologiques et sociales sont    désastreuses » comme l’explique Sylvain Angerand.

« Nous observons de très près les projets pilotes et nous constatons de graves dérives : restriction    d’accès, expulsion de communautés pour planter des arbres transgéniques à croissance rapide, ou encore, embauche de milices privées pour protéger les investissements de ces entreprises    ».

Les Amis de la Terre appellent donc les banques privées, et en particulier BNP Paribas, à faire face à leurs    responsabilités en arrêtant de financer des projets qui contribuent à la déforestation et au dérèglement du climat plutôt que de vouloir en tirer doublement profit en jouant au    pompier-pyromane.

Source : Amis de la Terre

…Hop là!!!……petits exemples d’exploitations forestières privées aux USA

Vidéo alerte de avril 2011

_____________________________________________________________________________________
attention dangers: 90% des forêts françaises sont déjà privées !!

Source : Nature Alerte

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Des milliers de collectivités asphyxiées

Dormez tranquilles braves gens tout va pour le mieux, les banquiers ont vendus volontairement des prêts toxiques, la situation économique est catastrophique, mais à part cela, certains médias se veulent rassurants comme BFMTV par exemple qui n’annonçait QUE 17% de possibilité d’austérité pour la France…

5.500 collectivités ont contracté des "prêts toxiques" entre 1995 et 2009
5.500 collectivités ont contracté des « prêts toxiques » entre 1995 et 2009 ©  MaxPPP

 

Selon Libé, la banque Dexia a vendu des emprunts toxiques à 5.500 établissements entre 1995 et 2009.

« La banque qui a ruiné 5.000 communes ». Dans son édition de mercredi, Libération révèle un fichier confidentiel de la banque Dexia qu’elle a pu se  procurer. Ce document, établi par la banque des collectivités locales,  comptabilise les fameux « prêts toxiques » contractés par 5.500 villes , départements et régions entre 1995 et 2009.

Ce listing révèle, qu’au plus fort de la bulle, Dexia crédit local a  distribué pour 25 milliards d’euros à ses clients. Et, selon  l’estimation faite par la banque, le surcoût de ces emprunts était  évalué en 2009 à 3,9 milliards d’euros. « Ce qui veut dire que les  collectivités devraient payer une pénalité de cet ordre », précise Libération.

La facture s’annonce salée

Des prêts qui pourraient bien mettre collectivités ou établissements publics au bord de la faillite . Ces emprunts toxiques fonctionnent pour partie à taux fixe et pour  partie à taux variable indexée, par exemple, sur la parité euro-franc  suisse. « Quand la parité passe au dessous d’un certain seuil, les taux  augmentent en proportion », précise le quotidien. « Avec la crise de l’été  … à cause de la hausse du franc suisse, de nombreuses communes ont vu  leur taux d’intérêt passer à 10 ou 15% ».

La carte interactive disponible sur Libération.fr montre que toutes les collectivités sont concernées , collectivités de droite comme de gauche, grandes communautés urbaines comme petites villes. Libération cite notamment l’exemple d’Antibes, qui a emprunté 60 millions et devra  payer 21 millions en plus de cette somme, ou encore du département de  la Loire, qui va devoir rembourser 22 millions en plus des 96 millions  de prêts toxiques contractés.

L’addition pourrait encore grimper avec des prêts qui courent jusqu’en 2025 ou 2030″, souligne Libé qui conclut que « ces emprunts toxiques n’ont pas fini de pourrir la vie  des collectivités. Et des contribuables, sur qui pèse une double menace  : l’augmentation des impôts locaux et un déficit de services publics ».

Source: Europe1.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/

 
2 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne: une ville ne paie plus ses factures, l’électricité coupée

MADRID – Plusieurs installations de la ville d’Albacete, dans le centre de l’Espagne, se sont retrouvées plongées dans le noir après une coupure d’électricité du fournisseur pour des factures impayées, ont indiqué mercredi la mairie et la compagnie d’électricité Iberdrola.

L’électricité a été coupée mardi dans une piscine où de nombreux nageurs se trouvaient dans les bassins, dans une bibliotèque et dans un gymnase, a expliqué la directrice de cabinet de la mairie, Irene Soriano.

Albacete, une ville de 175.000 habitants, cumule une dette de plus d’un million d’euros vis-à-vis d’Iberdrola, le géant espagnol de l’électricité, pour des factures qui remontent jusqu’à 2009.

Ce sont les premières coupures que nous avons eues mais nous en redoutons d’autres, a ajouté Irene Soriano, soulignant que la compagnie avait prévenu de la coupure d’électricité dans quatre services non essentiels de la ville.

Ce sont eux qui ont déterminé les services non essentiels, nous ne leur avons pas dit +coupez ici ou ici+, a-t-elle affirmé, ajoutant que la maire de la ville, Carmen Bayod, avait obtenu en dernière minute qu’une crèche ne soit pas incluse dans la liste.

Une porte-parole d’Iberdrola a confirmé les coupures d’électricité, se refusant à tout commentaire par respect pour la vie privée des clients.

La compagnie a toutefois assuré, dans un communiqué, qu’en aucun cas, elle ne procédait à des coupures sans prévenir les abonnés, qui reçoivent jusqu’à une demi-douzaine de lettres les avertissant des conséquences en cas d’impayés.

Albacete cumule une dette de plus de 15 millions d’euros avec d’autres fournisseurs et nous négocions avec tous, a assuré Irene Soriano.

Depuis l’éclatement de la bulle immobilière qui a plongé l’Espagne dans la crise, les régions et les administrations locales ont accumulé des dettes colossales et se retrouvent dans l’impossibilité de payer certains services comme la santé, les pharmacies ou encore le nettoyage.

Dans la région de Castille-La Manche, très endettée, où se trouve Albacete, sept cliniques privées ont suspendu les avortements gratuits pour facture impayée par la région et les pharmacies ont menacé de fermer boutique pour obtenir les 113 millions dus par l’administration.

IBERDROLA

AFP

 
3 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le typhon Roke en ce moment sur Tokyo

Des habitants de Nagoya (Japon) évacués à l'approche du typhon Roke, le 20 septembre 2011.

Le violent typhon Roke traversait mercredi le centre du Japon, où il a  tué au moins quatre personnes, forcé des habitants à rejoindre des lieux  d’évacuation, fracassé des arbres, y compris à Tokyo où de nombreuses  lignes de trains étaient stoppées.

Venu de l’océan Pacifique par  le sud, ce typhon est arrivé au-dessus de la préfecture centrale de  Shizuoka vers 14H00 locale (05H00 GMT) avant d’avancer à environ 45  km/heure dans la région de Tokyo.

Il devait continuer de remonter  l’île principale de Honshu vers le nord-est, accompagné de pluies  diluviennes et rafales de vent dépassant les 150 km/h.

Les fortes  précipitations précédant l’arrivée du coeur du typhon ont provoqué la  mort d’au moins quatre personnes dans le centre et l’ouest du pays  tandis que trois autres étaient recherchées, dont un enfant ayant  disparu mardi sur le chemin du retour de l’école.

Les zones les plus peuplées menacées

Les autorités  ont multiplié les mises en garde. Cette violente intempérie touche les  zones les plus peuplées du Japon, dont l’agglomération centrale de  Nagoya et la mégapole de Tokyo où la pluie et le vent ont redoublé dans  l’après-midi, tordant les parapluies et empêchant les piétons d’avancer.

L’agence  de météorologie a rappelé que des perturbations ayant dans le passé  emprunté une trajectoire similaire, du sud-ouest au nord-est, avaient  provoqué des dommages considérables.

Des crues et inondations ont  été déplorées dans la préfecture d’Aichi, poumon industriel du centre du  Japon où les autorités ont conseillé à plus d’un million d’habitants de  quitter leur domicile pour se regrouper dans des centres d’évacuation.

Plusieurs  autoroutes ont été fermées et quelque 400 vols annulés, d’après les  médias, un nombre qui risquait d’augmenter au fil de la soirée.

Les gratte-ciel tanguent à Tokyo

A  Tokyo, des coupures de courant ont été signalées et un gros arbre est  tombé sur un taxi en travers d’une artère du quartier très fréquenté de  Shibuya, bloquant la circulation sans toutefois blesser personne.

Les bourrasques de vent faisaient tanguer les gratte-ciel montés sur des structures conçues pour ce type d’intempéries.

D’importantes  lignes de chemin de fer et métro au coeur de la capitale et vers la  banlieue étaient stoppées en fin d’après-midi alors que des millions de  salariés s’apprêtaient à rentrer chez eux.

Les principales gares  ont été envahies dès 17H00 par des personnes privées de moyen de  locomotion, les yeux rivés sur les panneaux indicateurs ou sur l’écran  de leur téléphone portable pour s’informer. Des perturbations étaient  craintes jusqu’à une heure tardive de la soirée.

Des usines obligées de suspendre leurs activités

Cet ouragan a aussi forcé des entreprises à laisser partir leurs salariés plus tôt.

Le  constructeur d’automobiles Toyota a été obligé de suspendre pour la  journée la production de 11 usines dans la région de Nagoya à cause de  la désorganisation des circuits logistiques et des difficultés de  déplacement des ouvriers.

Le groupe d’industrie lourde Mitsubishi  Heavy Industries a de son côté arrêté la production de cinq usines  d’aéronautique et de moteurs, toujours dans le centre.

Fukushima n’est pas à l’abri

Roke  pourrait aussi provoquer de nouveaux glissements de terrain, notamment  dans la préfecture de Wakayama (centre-ouest) déjà frappée au début du  mois par le typhon Talas, qui avait fait quelque 100 morts et disparus.

Il  doit aussi passer dans la nuit de mercredi à jeudi au-dessus de la  région du Tohoku (nord-est), ravagée par le séisme et le tsunami du 11  mars.

La centrale nucléaire accidentée de Fukushima (220 km au  nord-est de Tokyo), a pris diverses dispositions et suspendu des travaux  en prévision de l’arrivée de cette nouvelle menace.

Le Japon, qui  enregistre chaque année 20% des secousses sismiques les plus violentes  recensées sur Terre, subit aussi le passage d’au moins une dizaine de  typhons plus ou moins destructeurs chaque année entre juillet et  octobre.

AFP

Pour les intérressés voici quelques cams en live:

Akihabara [ http://www.ustream.tv/channel/radicame03 ]

Gare de Shinagawa [http://www.ustream.tv/channel/minato-city-shinagawa  ]

Tama- rivière [http://www.ustream.tv/channel/itscom-studio-二子玉川 ]

(Koto-ku, à Tokyo) [http://www.ustream.tv/channel/台風-号-東京都江東区-沢海端付近 ]

Maruno [http://www.ustream.tv/channel/丸の内を24時間ライブ中継-2  ]

canal HD de Chuo City: http://www.earthcam.com/japan/tokyo/

 
5 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Privés d’école car leurs parents refusent de les vacciner!

Aux USA le lobbys pharmaceutique a encore sévit! Sauf que…. C’est EN FRANCE que cette histoire arrive!!! Des enfants ne vont plus à l’école simplement par ce que des parents souhaitent les protéger d’effets secondaires indésirables potentiels de certains vaccins! Il faudrait peut être revoir la copie dans le pays quand on connais la dangerosité de certains médicaments censés nous protéger…

Rémi et Stéphanie Guéret font la classe à leurs deux enfants de 4 et 6 ans, devant l'école qui refuse leur scolarisation à Allevard-les-Bains car ils ne sont pas vaccinés
Rémi  et Stéphanie Guéret font la classe à leurs deux enfants de 4 et 6 ans,  devant l’école qui refuse leur scolarisation à Allevard-les-Bains car  ils ne sont pas vaccinés / Serge Pueyo

 

Pas de vaccin, pas d’école ! A Allevard-les-Bains, en Isère, deux  enfants de 4 et 6 ans sont privés d’école car leurs parents refusent de  les vacciner, ces derniers redoutant « les effets indésirables des  vaccins ». Or, la vaccination est obligatoire pour tous les enfants  scolarisés en France. En signe de protestation, les parents leur donnent  des cours dans la rue, devant l’école.  L’inspection académique et la mairie refusent donc la scolarisation des enfants depuis la rentrée.
Rémi et Stéphanie Guéret ont donc décidé d’organiser eux-mêmes des cours pour leurs enfants, devant l’école qui refuse leur scolarisation. Chaque jour, ils installent une table, des chaises, sortent cahiers et crayons.
« Il est inacceptable d’en arriver à faire la classe à ses enfants dans la rue . C’est un abus de pouvoir de l’inspectrice d’académie, du maire » clame Stéphanie Guéret.
Rémi et Stéphanie affirment qu’ils ne sont pas des anti-vaccins forcenés.
« Nous avions commencé à vacciner le plus grand de nos enfants. Puis il est devenu asthmatique. Une maladie qui est inscrite sur la liste des effets indésirables des vaccins. On s’est alors interrogé sur les risques liés à ces vaccins. Mon fils n’a donc pas fait son 4ème rappel. Et ma fille de 4 ans n’a pas été vaccinée » explique Rémi Guéret.
Le couple dit s’appuyer aussi sur l’avis d’un médecin qu’ils ont consulté.
Les enfants, eux, souffrent de cette situation : « C’est dur de ne pas aller à l’école. Je suis rejeté de la classe J’ai pas de copains, je suis tout seul » confie le petit garçon de 6 ans.
Monique Hilaire, élu chargé des affaires scolaires à Allevard-les-Bains, déplore cette situation : « C’est dramatique, ces enfants sont pris en otage. Nous, nous ne faisons qu’appliquer la loi « .
Rémi Guéret renvoie la balle dans le camp des autorités : « Ce sont l’inspectrice d’académie et le maire qui prennent nos enfants en otage en les empêchant d’aller en classe. Nous allons donc saisir le tribunal administratif  pour faire valoir nos droits ».

Source+ fichier audio: rtl.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/

 
1 commentaire

Publié par le 21 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :