RSS

Archives du 23 septembre 2011

le satellite UARS s’abîmera dans le Pacifique

0 h 58 TU +/- 7 heures : les dernières prévisions situent la réentrée du satellite UARS dans une fourchette de 14 heures entre ce soir et cette nuit. La chute devrait avoir lieu dans le sud ou le milieu du Pacifique. Les surveillants des débris spatiaux du Center for Orbital and Reentry Debris Studies ont un peu précisé les prédictions sur la chute du désormais célèbre UARS, ce satellite sans carburant qui, à force de descendre, a commencé à rencontrer les hautes couches de l’atmosphère. La chute, c’est-à-dire le moment où l’engin sera trop fortement freiné pour poursuivre sa route dans l’espace, aura lieu à 0 h 58 TU (temps universel) avec une incertitude de +/- 7 heures. La descente dans l’atmosphère se produira donc entre 18 h ce soir et 8 h demain, soit entre 20 h et 10 h en heure française. Selon cette estimation, les débris du satellite toucheront l’océan Pacifique, au sud ou au milieu. On ne peut faire mieux : c’est la région la moins peuplée de la planète sur la zone concernée (entre 57° nord et 57° sud). C’est tout de même là que se situe la Polynésie…

http://www.futura-sciences.com/fr

Description de l’objet:

Type: UARS satellite
Désignation internationale: 1991 063B
Lancé: 12 SEP 1991 @ 23:11 UTC
Site: Déployé à partir de la navette Discovery le 15 Septembre 1991
Mission: Satellite de recherche Atmosphère

Prédiction de rentrée:

Temps de rentrée prévue: 24 SEP 2011 @ 03:16 UTC ± 5 heures
Prédiction Epoque: 23 SEP 2011 @ 12:02:08.552 UTC
Trace au sol de prédiction:


Légende
icône jaune – l’emplacement des objets au moment de la rentrée prédit
Ligne Orange – zone de visibilité au moment prévu pour la rentrée un observateur terrestre
Ligne bleue – l’incertitude trace au sol avant l’heure de rentrée prévue (les tiques à intervalles de 5 minutes)
Ligne jaune – la trace au sol l’incertitude après le temps prédit rentrée (tiques à 5 minutes d’intervalle)
White Line – jour / nuit au moment de la rentrée diviseur prédit (site Sun montré par White Icon) Note: rentrée endroits possibles se situer n’importe où le long de la trace au sol bleu et jaune.

http://reentrynews.aero.org/1991063b.html

Un tracker en live ici:

http://www.spaceflightnow.com/uars/status.html

 


 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un jeune vigneron de Bully prépare une cuvée baptisée « fucks@rkozy.com » :)

article_2209-LYO02-VIN2.jpg

Au domaine de l’Astrolabe, à Bully, dans le beaujolais, la première fermentation des    raisins vient de s’achever. « Ça va être un vin magnifique, une de mes meilleures cuvées », se régale déjà Pierre Pitiot, vigneron à la tête d’une petite exploitation de 1,5 ha. Et son vin risque    de faire couler de l’encre.

Car ce jeune viticulteur de 34 ans a décidé avec    quelques amis de faire de ses bouteilles des objets militants. Cette cuvée de gamay, élaborée de façon naturelle, a été baptisée « fucks@rkozy.com ».

 

« Une boutade »

Pierre Pitiot, qui se définit comme un    « militant du quotidien », adepte du bio et des circuits courts, considère qu’il « était de son devoir de citoyen de réagir à l’absurdité de ce président et de faire réagir les autres ». Il a    fait appel à Luz, dessinateur à Charlie Hebdo, pour la conception de l’étiquette : un homme, écrasé par un tonneau. Au départ, cette cuvée devait s’appeler « Sarkozy je te bois », clin d’œil à ce    prof de philo poursuivi, puis relaxé, pour avoir lancé « Sarkozy je te vois » lors d’un contrôle de police à Marseille en 2008. « Mais on s’est aperçu que tout le monde ne comprenait pas la    référence », indique ce producteur de vins atypiques, qui a finalement opté pour une appellation plus radicale. Risquée ? « C’est une boutade, le nom est écrit en petit », estime Pierre    Pitiot.

Les 3 000 bouteilles de ce vin de table    présidentiel ne seront disponibles qu’en décembre. Et peuvent déjà être réservées par courriel à l’adresse… fucks@rkozy.com.

 

Frédéric Crouzetn – 20    minutes.fr

http://wikistrike.over-blog.com/

 

A la votre,m’sieurs,dames….  :))

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Pauvreté : 57% des Français directement concernés!

23 sept. 2011 –

La cinquième vague du baromètre de la pauvreté réalisé par Ipsos pour le Secours populaire dresse un panorama toujours plus alarmant de la situation. Avec la crise, une majorité de plus en plus nette de Français (57%) déclare désormais avoir fait l’expérience de la pauvreté (35%), ou y avoir échappé de justesse (22%). La crainte du déclassement épargne aussi de moins en moins de monde : 85% des Français considèrent que les risques de connaitre une situation de pauvreté sont plus élevés pour leurs enfants que pour leur génération.

En 2011, la part de personnes qui disent avoir connu la pauvreté continue de progresser : 35% des Français âgés de 15 ans et plus déclarent en avoir déjà fait l’expérience (+2 points par rapport à 2010 ; +5 points par rapport à 2009). Signe inquiétant, la part des jeunes parmi ces Français qui ont connu la précarité s’est accrue de manière significative : les 15-34 ans représentent désormais 29% d’entre eux, en progression de 7 points par rapport à 2010.

Si la pauvreté progresse, la crainte de la pauvreté n’est pas en reste. En 2010, 53% des Français déclaraient qu’il leur était déjà arrivé « d’être à un moment de leur vie sur le point de connaître une situation de pauvreté » (que cette crainte se soit ensuite matérialisée ou non). Ils sont désormais 57% à le dire (+4 points). Cette hausse s’explique par l’augmentation de la part des Français qui ont effectivement connu une telle situation (35% ; +2 points), mais aussi par l’augmentation du nombre de Français qui ont eu le sentiment que ça aurait pu arriver (22% ; +2 points).

Les craintes éprouvées par les Français pour leurs enfants restent elles aussi à un niveau très élevé depuis 2009 : 85% des personnes interrogées considèrent que « les risques que leurs enfants connaissent un jour une situation de pauvreté sont plus élevés que pour leur génération » (+1 point par rapport à 2010). Année après année, la crainte du déclassement reste très prégnante.

Les Français établissent désormais le seuil de pauvreté à 1031 €, presque au niveau du SMIC

Pour les Français, une personne seule est pauvre en 2011 dans un pays comme la France quand elle gagne moins de 1031€ net par mois. Si ce seuil moyen est en hausse par rapport à l’année dernière (+28€), il reste en deçà du SMIC mensuel net (1070,76€ depuis le 1er janvier 2011). Ce montant est par ailleurs sensiblement supérieur au seuil de pauvreté officiel (norme Eurostat) calculé sur la base de 60% du revenu médian national (949€ en 2008 selon l’INSEE).

A noter que quelle que soit leur catégorie de revenus, Français aisés ou plus modestes sont à peu près d’accord pour fixer le seuil de pauvreté autour des 1000€. Ce chiffre reste néanmoins un peu artificiel, d’où l’intérêt de suivre l’évolution d’éléments plus tangibles, pouvant être considérés comme des indicateurs de privation, ou a fortiori, d’exclusion sociale.

On mesure ainsi que l’indicateur le plus fort reste l’alimentation : pour 92% des Français, « éprouver régulièrement des difficultés financières importantes pour se procurer une alimentation saine et équilibrée » est le premier signe de la pauvreté. Mais « éprouver des difficultés pour envoyer ses enfants en vacances au moins une fois par an » est également souvent cité (73%, +1 point par rapport à 2010 ; +2 points par rapport à 2009), tout comme « avoir des problèmes réguliers pour accéder à des biens ou des activités culturelles » (71%).

Les Français particulièrement sensibles à la question de l’accès à l’alimentation dans le monde

Interrogés par ailleurs sur les deux grandes causes de solidarité internationale auxquelles ils sont les plus sensibles, les Français citent d’abord « l’accès à une alimentation correcte en quantité et en qualité » (67%) et « l’accès aux soins et aux médicaments » (61%). « La défense de la dignité de la personne et des droits de l’homme » et « l’accès à l’éducation » sont en retrait (35% de citations chacun).

L’inégalité de répartition des ressources (46% de citations) et la spéculation sur les matières premières (46% également) sont pointées du doigt comme les deux facteurs qui contribuent le plus à ces problèmes d’alimentation. On cite moins souvent d’éventuelles raisons démographiques (25% citent « la surpopulation »), environnementales (21% rendent le dérèglement climatique responsable), techniques (10% citent « une agriculture insuffisamment modernisée » et 21%  » la production insuffisante ou détournée de l’alimentation comme avec les agro-carburants ») ou circonstancielles (26% citent « les conflits armés »).

Au final, les Français se sentent bien impuissants face à l’ampleur des problèmes abordés (accès à l’alimentation, santé, droits de l’homme et éducation) : seuls 35% ont le sentiment de pouvoir agir à leur niveau en faveur de la solidarité internationale, contre une majorité (65%) qui a le sentiment que ce n’est « plutôt pas » (38%) ou « pas du tout » le cas (27%).

La majorité d’entre eux (52%) a pourtant déjà agi en faveur de la solidarité internationale, ne serait-ce que par un don ponctuel au profit d’une action de solidarité internationale ; 31% des Français sont même des donneurs réguliers.

Amandine Lama
Chargée d’études Opinion Ipsos Public Affairs
amandine.lama@ipsos.com

Christelle Craplet
Directrice d’études (Pôle Opinion) Ipsos Public Affairs
christelle.craplet@ipsos.com

 

 
1 commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Souffle court pour les bourses aujourd’ui,un peu d’EPO peut-être…?!

Rebond timide des Bourses européennes grâce aux banques

PARIS – Les Bourses européennes ont connu un timide rebond vendredi au lendemain d’une journée noire, portées par le secteur bancaire à la faveur d’informations évoquant de nouvelles mesures de soutien de la Banque centrale européenne (BCE).

Après un début de journée chaotique, l’éclaircie est venue d’un membre du conseil des gouverneurs de la BCE, Ewald Nowotny, qui a suggéré que l’institution pourrait réintroduire des opérations de refinancement à un an pour les banques, selon des informations de presse.

A Paris, l’indice CAC 40 a regagné 1,02% après un plongeon de 5,25% la veille. A Francfort, le Dax a terminé en hausse de 0,63% et l’indice Footsie-100 de la Bourse de Londres de 0,50%. La Bourse suisse a terminé en légère hausse de 0,20%.

La Bourse de Milan a gagné 1,36% et la Bourse de Madrid 2,12%.

Les valeurs bancaires, qui avaient dévissé partout en Europe jeudi, sont fermement remontées. L’allemande Deutsche Bank a bondi de 5,57%, sa compatriote Commerzbank de 4,67%, l’espagnole Santander de 4,64% et la suisse UBS de 4,76%.

En France, où les banques sont particulièrement chahutées en raison de leur exposition à la dette grecque, BNP Paribas a gagné 9,78%, Crédit Agricole 4,78% et Société Générale 8,76%.

La Bourse de New York était stable au moment de la clôture en Europe. Vers 15H55 GMT, l’indice Dow Jones baissait de 0,14% tandis que le Nasdaq gagnait 0,56%.

AFP

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

PSA pourrait supprimer 10 % de ses effectifs!

PSA Peugeot Citroën pourrait supprimer jusqu’à 10 % de ses effectifs en France face au ralentissement attendu du marché automobile européen, écrivent vendredi Les Echos et La Tribune, citant des sources syndicales.
Dans un premier temps, 115 emplois seront supprimés sur la base du volontariat et 300 contrats d’intérimaires non renouvelés à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), une usine d’assemblage de la Citroën C3 dont l’avenir après 2014 est menacé, et 180 postes vont disparaître à Melun-Sénart (Seine-et-Marne), selon Les Echos.

A plus long terme, près de 10 000 postes d’intérimaires, soit près de 10 % des effectifs en France, seraient menacés par le premier constructeur automobile français, ajoute La Tribune. « C’est beaucoup trop tôt pour le dire », a déclaré un porte-parole de PSA concernant ce chiffre de postes d’intérimaires.

A l’issue du comité central d’entreprise (CCE) qui s’est tenu jeudi, l’accord sur la gestion des emplois et des compétences signé en avril 2010 avec les organisations syndicales, qui s’achevait au 30 septembre 2011, a été prolongé au 31 décembre 2012. La direction du groupe a identifié 980 emplois appelés à disparaître, a-t-il rappelé, précisant que les réductions d’effectifs du site d’Aulnay entraient dans ce cadre et que le site de Melun n’avait pas été évoqué lors du CCE de jeudi.

La semaine dernière, au salon de l’automobile de Francfort, le président du directoire de PSA, Philippe Varin, a annoncé une accélération des réductions de coûts via des ajustements d’effectifs parmi les intérimaires et les sous-traitants pour faire face au contexte économique incertain en Europe.
Le Monde.fr

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Slovénie: Moody’s dégrade la note !

L’agence d’évaluation financière Moody’s Investors Service a dégradé vendredi d’un cran, de « Aa2 » à « Aa3 », la note de la Slovénie et pourrait l’abaisser encore, deux jours après le renversement du gouvernement à un moment délicat pour le pays sur le plan économique.

L’agence, qui a maintenu la note de ce pays de la zone euro sous surveillance négative, invoque dans un communiqué « le risque grandissant que le gouvernement soit appelé à intervenir de nouveau pour soutenir le système bancaire du pays », fragilisé par la crise financière actuelle.

En outre, les perspectives de croissance de l’économie slovène à moyen terme devraient être affaiblies tant par le resserrement attendu du crédit consécutif aux difficultés du système bancaire que par la décélération probable de la croissance des exportations en raison du ralentissement de l’économie mondiale, souligne Moody’s.
Enfin, l’agence juge que « l’incertitude politique grandissante » dans le pays fait peser un risque sur la mise en oeuvre des plans de consolidation budgétaire et de réformes structurelles, pourtant nécessaires pour éviter une aggravation de la dette de l’Etat à moyen terme.

Nouvelle dégradation envisagée

Pour autant, à l’actif de la Slovénie, Moody’s relève que le niveau de sa dette publique est « relativement bas », de même que le niveau de l’endettement des ménages.
La nouvelle note du pays est la quatrième meilleure possible dans la classification de Moody’s. L’agence n’exclut pas toutefois d’abaisser de nouveau cette note, à l’issue d’un examen.

La chute, mardi, du gouvernement slovène de centre-gauche, victime d’un vote de défiance, laisse la petite République de l’ex-Yougoslavie sans gouvernail au moment où la crise de la dette en zone euro et l’essoufflement de l’économie du pays menacent ses finances publiques.

Durement touchée par la crise mondiale de 2008/2009, son chômage a quasiment doublé en trois ans et sa dette publique est passée de 22,5% à 43,3% du Produit intérieur brut (PIB) entre 2008 et 2010.

La semaine dernière, Ljubljana a dû revoir à la baisse ses prévisions de croissance économique pour cette année, pariant désormais sur une hausse de 1,5% du PIB, contre 2,2% espéré auparavant.

La reprise plus laborieuse que prévue de son principal partenaire commercial, l’Allemagne, se fait là aussi sentir, comme dans plusieurs pays d’Europe centrale.
Dans la foulée, le gouvernement a dû décider de nouvelles mesures d’économies de 365 millions d’euros pour pouvoir atteindre son objectif d’un déficit public à 5,5% cette année.

http://www.lefigaro.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Groupama: S&P abaisse la note de « BBB+ » à « BBB », perspective négative!

L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a abaissé d’un cran la note de dette à long terme de l’assureur mutualiste Groupama, de « BBB+ » à « BBB », tout en maintenant une perspective négative, selon un communiqué publié vendredi.

L’agence, qui avait annoncé mi-septembre envisager un abaissement, a justifié cette décision par le niveau des fonds propres de l’assureur, qu’elle ne juge pas conforme à une note « BBB+ ».

L’assureur français n’est plus qu’à deux crans de la catégorie dite spéculative.

L’agence mentionne des mesures à court terme prises par la direction de manière à hausser le niveau des fonds propres.

Interrogé par l’AFP, Groupama a confirmé que le groupe va se doter de produits de couverture sur actifs financiers et souscrire des traités de réassurance sur ses provisions, ce qui doit lui permettre de libérer des fonds propres, confirmant ainsi une information des Echos.

Le plan annoncé jeudi en interne prévoit également des mesures d’amélioration des marges et de réduction des frais généraux, a ajouté une porte-parole.

Selon les Echos, l’assureur espère économiser 300 millions d’euros (400 millions à horizon 2013), sur les deux prochaines années, via notamment des regroupements de sites en région parisienne et une politique de recrutement plus sélective.

« Nous pensons que ces mesures auront un impact significatif et positif sur le niveau des capitaux propres », a commenté Standard and Poor’s (S&P).

Pour autant, « les décisions de la direction et une amélioration des résultats ne seront probablement pas suffisants pour ramener les fonds propres à un niveau correspondant à une note +BBB+ », selon l’agence.

« Nous pensons également que les marchés dégradés et très volatils continuent à peser sur la situation financière de Groupama et augmentent le défi que constitue le renforcement des fonds propres », ajoute S&P.
http://www.cbanque.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Propagande annuelle sur la vaccination contre la grippe…

Grippe : le vaccin arrive face à des Français qui rechignent à se protéger

PARIS – Le vaccin contre la grippe arrive, mais les autorités sanitaires
vont devoir batailler pour convaincre les Français à risque de mieux se vacciner
après la pandémie du H1N1 qui s’est révélée loin d’être aussi grave
qu’annoncée.

Confrontée à une certaine désaffection des Français
vis-à-vis de la vaccination, la secrétaire d’Etat à la Santé Nora Berra veut
convaincre les Français de l’intérêt de se protéger.

Globalement, il y a
un recul de la couverture vaccinale : on était à 52% l’hiver dernier (60%
l’hiver précédent 2009/2O10), a relevé la secrétaire d’Etat chargée de la Santé,
à l’occasion du lancement vendredi de la traditionnelle campagne de vaccination
contre la grippe qui se déroulera jusqu’au 31 janvier 2012.

Or l’objectif
des autorités sanitaires est d’atteindre une couverture de 75% dans les
populations cibles à risque (65 ans et plus, insuffisants cardiaques,
respiratoires, asthmatiques, séropositifs, personnes ayant fait une attaque
cérébrale et d’autres maladies chroniques dites ALD…).

On est quasiment
à 20 points en dessous de l’objectif et à des taux de vaccinations presque
inférieurs à ceux de 2006. Il faut absolument enrayer cette tendance, explique
Mme Berra.

Elle en appelle à la responsabilité des professionnels de
santé (public/privé) : Il leur faut non seulement éviter d’être des agents
transmetteurs de la grippe, mais aussi donner l’exemple à la population.

Le dispositif favorisant la vaccination des libéraux vient d’ailleurs
d’être étendu aux pédiatres, pharmaciens et
masseurs-kinésithérapeutes.

Exemple parmi d’autres, la couverture des
asthmatiques et des patients souffrant de bronchites graves et d’emphysèmes,
déjà faible, est passée l’hiver dernier en dessous de la barre des
40%.

trois souches de virus grippe

Dans le cadre de la nouvelle
campagne, l’Assurance Maladie invite près de 12 millions d’assurés à se faire
vacciner en bénéficiant gratuitement du vaccin, disponible en pharmacie à partir
du 29 septembre.

Pour cet hiver, la prise en charge à 100% du vaccin
s’élargit.

Les personnes souffrant d’une pathologie coronarienne (environ
290.000 patients) viennent ainsi s’ajouter à la liste des bénéficiaires
habituels de la gratuité du vaccin, de même que les femmes enceintes à partir du
2ème trimestre de grossesse et les obèses.

En pratique, l’ensemble des
assurés concernés reçoivent un bon de l’Assurance Maladie. Les personnes
majeures, à l’exception des femmes enceintes, qui ont déjà été vaccinées,
peuvent se rendre directement chez le pharmacien pour retirer leur vaccin grâce
à ce bon. Elles pourront ensuite se faire vacciner par une infirmière libérale
de leur choix sans ordonnance médicale. Au total, près de 5,5 millions d’assurés
bénéficieront, cette année de cet accès direct à la vaccination.

Pour
d’autres, non vaccinés ces trois dernières années, moins de 18 ans, le parcours
passe par le médecin traitant.

Du point de vue de la prévention, Mme
Berra rappelle également que les mesures d’hygiène – se laver les mains, tousser
au creux du coude pour éviter de projeter des particules virales dans son
entourage – marchent toute l’année, mais particulièrement en période de grippe,
gastro-entérite ou bronchiolite.

Le vaccin, élaboré à partir des
recommandations de l’Organisation mondiale de la santé, intègre les trois
souches de virus grippe qui ont circulé au cours de l’hiver précédent.

AFP

 

 
6 Commentaires

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nourriture, armes et métaux précieux… êtes-vous prêt ?

Connaissez-vous Robert Kiyosaki ? 

Il est surtout connu pour une série de livres appelés « Père
Riche, Père Pauvre
« . Plus de 26 millions de livres rédigés par Kiyosaki ont
été vendus et il est reconnu comme un expert financier par des millions de
personnes à travers le globe. 

Eh bien, devinez quoi?

Même Robert Kiyosaki nous prévient que l’effondrement économique est à venir. Depuis
peu, Kiyosaki et son équipe d’experts financiers forment et encouragent les gens
à s’approvisionner en nourriture, en armes et en métaux précieux.
C’est pour vous dire à quel point nous sommes proche de l’effondrement total de l’économie
américaine… et mondiale !Kiyosaki, qui a déjà co-écrit un livre avec
Donald Trump intitulé « Pourquoi nous voulons être riche ? » prend désormais tout
son sens…survivre

Les déclarations de Robert
Kiyosaki dans la vidéo ci-dessous sont absolument époustouflantes. Il expliquait
autrefois comment devenir riche, et à présent il parle d’entreposer de la
nourriture,d’acheter des armes, et d’investir dans les métaux précieux
pour la préparation de l’événement principal.

Les 11 points suivants sont des «petites phrases» tirées de la vidéo ci-dessous ….
# 1 « nous prédisons un blocage de l’économie »
# 2 « les foules se précipiteront pour acheter de l’or et de l’argent »
# 3 « on pourrait soit aller vers une dépression ou l’hyperinflation »
# 4 « ou nous pourrions aussi aller vers la guerre »
# 5 « achetez une arme à feu »
# 6: « Je me prépare »
# 7: « Je suis prêt pour le pire »

# 8 « si vous venez chez moi, je serai armé et dangereux mais je vous souhaiterai la bienvenue »
N ° 9 « nous avons de la nourriture, nous avons de l’eau, nous avons des armes, de l’or et de l’argent-métal et du cash »

# 10 « quand le système de carte de crédit s’arrête, le monde s’arrête »
# 11 « les supermarchés ont moins de 3 jours d’approvisionnement »

Si vous comprenez l’anglais et que vous n’avez pas encore vu cette vidéo, prenez 8 minutes de votre temps pour la regarder. Robert
Kiyosaki semble être extrêmement inquiet sur l’avenir de l’économie américaine….

« Il semble bien que toute la culture financière en Amérique est en mutation ».

« Avant, tout le monde voulait savoir comment devenir riche. »

« Maintenant tout le monde veut savoir comment survivre à l’effondrement qui est à
venir. »

Même des gens comme Tony Robbins et Donald Trump nous avertissent que l’effondrement économique est à
venir.

Le marasme économique est quasiment partout et presque tous les sondages récents
indiquent que le peuple américain est entrain de perdre la foi en l’économie américaine.

Pour que la société fonctionne correctement, les gens doivent pouvoir faire confiance
aux autres et ils doivent être capables de faire confiance aux grandes institutions qui détiennent la société.

Une fois que la confiance en nos grandes institutions disparait, ce sera incroyablement difficile de la récupérer.

Malheureusement, la réalité est que beaucoup de nos grandes institutions financières ont été
indignes de confiance depuis très longtemps. Le peuple américain commence à se réveiller seulement
maintenant.

Par exemple, la Réserve fédérale est au cœur de nos problèmes économiques depuis des
décennies, mais la plupart des gens ne l’avait pas encore compris.

Maintenant que cela commence à changer et selon un récent sondage, seulement 30% des Américains considèrent qu’actuellement Ben
Bernanke, préside favorablement son entreprise.

« Autrefois, tout le monde voulait savoir comment devenir riche. »

« Maintenant tout le monde veut savoir comment survivre à l’effondrement qui est à
venir ».

La triste vérité est que l’inégalité des revenus aux Etats-Unis est devenu un
problème majeur. Une infime partie de la population récolte presque toutes les récompenses et la
classe moyenne est en lambeaux.

Conservateurs, libéraux, démocrates, républicains et libertaires devraient tous être alarmé par
cette réalité.

Pendant ce temps, la dette nationale continue d’exploser. En ce moment, la dette du gouvernement américain est en pleine expansion à un rythme de 40 000 $ par seconde !

Chaque minute qui passe, et ce sont plus de 2 millions de dollars qui sont volés à nos
enfants et petits-enfants.
Mais si nous stoppons ce pillage, cela propulserait l’économie américaine dans une
horrible crise économique qui serait bien pire que celle que nous vivons
actuellement.

C’est pourquoi la grande majorité de nos politiciens n’ont pas le courage de le
faire…

Nous sommes vraiment pris entre le marteau et l’enclume.

Êtes-vous prêt?

Que va-t-il se passer dans le monde, si l’économie connaît ce genre d’effondrement à
plein régime dont Robert Kiyosaki parle?

Nous vivons dans une époque très intéressante.

J’espère que vous êtes prêt...

http://gold-up.blogspot.com/

 
1 commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s abaisse de deux crans la note des principales banques grecques!

ATHENES – L’agence Moody’s Investors Service a abaissé vendredi de deux crans la note des principales banques grecques, en invoquant la probabilité grandissante de pertes sur leurs portefeuilles d’obligations de l’Etat grec et la dégradation de l’économie du pays.

La Banque nationale de Grèce (BNG), EFG Eurobank Ergasias, Alpha Bank, la Banque du Pirée, la Banque agricole de grèce et Attica Bank ont vu leur note tomber de B3 à Caa2, note attestant d’une situation financière fragile.

Emporiki, filiale du Crédit Agricole, et Geniki, filiale de la Société générale, sont un peu mieux loties à B3 (au lieu de B1).

Toutes ces notes avaient été placées sous revue pour un possible abaissement le 25 juillet, rappelle Moody’s dans un communiqué.

Dans son texte, l’agence de notation explique avoir pris sa décision en raison de la perte de valeur récente des obligations de l’Etat grec détenues par ces établissements. Et il existe un risque croissant de pertes significatives additionnelles sur ce portefeuille, selon elle.

En outre, les banques grecques devraient voir leur portefeuille de crédits douteux s’accroître avec la crise, d’autant que de nouvelles pertes potentielles pourraient apparaître du fait de l’audit de leurs comptes par la banque centrale et des spécialistes extérieurs, comme BlackRock.

Moody’s s’inquiète aussi de la diminution des dépôts gérés par ces établissement et de la fragilité de leur accès aux liquidités.

Cette dégradation est la conséquence de la perspective négative sur l’économie grecque, de la fuite des dépôts à l’étranger et n’est pas liée au secteur bancaire en tant que tel, a déclaré vendredi à l’AFP un haut responsable bancaire grec ayant requis l’anonymat.

Il a souligné que les banques grecques restaient deux crans au dessus de la note de la dette souveraine de la Grèce.

Standard & Poors avait dégradé en juin la dette souveraine à long terme grecque dans la catégorie CCC, assortie d’une perspective négative, ce qui rend probable un défaut du pays dont la dette publique doit dépasser 160% du PIB fin 2011 et gonfler à près de 190% en 2012, selon les dernières prévisions du FMI.

Les banques grecques ont essuyé d’importantes pertes au deuxième trimestre en raison de la décote qu’elles ont dû provisionner dans leurs comptes sur les obligations de l’Etat grec qu’elles détiennent.

Globalement, toutes les banques détentrices d’obligations grecques ont accepté le 21 juillet de perdre volontairement jusqu’à 21% de leur mise dans le cadre du deuxième plan européen d’aide à la Grèce, prévoyant pour la première fois une participation des banques privées, via un échange de titres.

Dans le cadre de ce plan, les banques grecques à elles seules vont perdre environ 6 milliards d’euros, a indiqué le responsable bancaire.

Vendredi en mi-journée, la bourse d’Athènes perdait 2,8% après avoir abandonné pous de 3% lors du jeudi noir.

A 08H30 GMT, le titre Alpha bank perd plus de 4 points, Eurobank 3,61, BNG 3,36 points et celui de la Banque du Pirée 3,64 points.

AFP

 
Poster un commentaire

Publié par le 23 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :