RSS

Archives du 22 septembre 2011

Cme de classe x 1.4 aujourd’hui

Cette CME n’est pas dirigée vers la Terre donc rien à craindre….

 

 

 

Vidéo SDO : http://sdowww.lmsal.com/sdomedia/h264/2011/09/22/SSW_cutout_20110922T1024-20110922T1159_AIA_211-193-171_N09E89.mov

 

Vidéo STEREO: http://stereo.gsfc.nasa.gov/browse/2011/09/22/ahead_20110922_cor2_512.mpg

 
4 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fin de séance:Dégringolades en série sur les marchés européens!

Dans le sillage des places asiatiques, les bourses européennes ont dégringolé ce jeudi, déçues du pessimisme de la banque centrale des Etats-Unis. Elles ont aussi souffert des inquiétudes sur la croissance américaine et sur la santé des banques européennes.

A Zurich, la Bourse suisse a lourdement chuté de 3,41% jeudi à la clôture. L’indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a cédé 186,86 points à 5288,48. Outre-Atlantique, à la Bourse de New York, le Dow Jones perdait 3,21% vers 17h45 (heure en Suisse) et le Nasdaq 2,47%.

Les places financières attendent avec fébrilité la réunion des grands argentiers de la planète, organisée dans le cadre de l’assemblée d’automne du Fonds monétaire international (FMI) à Washington. Les valeurs bancaires, notamment françaises, étaient les premières victimes de ce nouvel accès de fièvre.

Affaiblissement du franc

Après une ouverture en nette baisse, les Bourses européennes accentuaient leurs pertes en milieu d’après-midi. La Bourse de Paris a ainsi plongé de 5,25%, Francfort de 4,96%, Londres de 4,67%, Milan de 4.52% et Madrid 4,62%.

L’euro était lui aussi affecté, tombant à son plus bas niveau depuis huit mois face au dollar, et depuis dix ans face au yen. Par rapport à la devise suisse, il se maintenait toutefois au-dessus de 1,22 franc en fin d’après-midi, continuant à refléter les interventions de la Banque nationale suisse (BNS) visant à affaiblir sa monnaie jugée surévaluée.

Le débat se poursuit en Europe sur la recapitalisation des banques, au lendemain de l’appel du FMI à utiliser le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour recapitaliser les plus exposées à la crise de la dette. Le FMI estime les pertes potentielles du secteur à 200 milliards d’euros et le commissaire européen aux Services financiers Michel Barnier a estimé que 25 d’entre elles devront être recapitalisées.

ATS

GLE SOCIETE GENERALE 15.305 -9.57 % 16.100 16.375 15.255 167.73M€
ACA CREDIT AGRICOLE 4.223 -9.49 % 4.530 4.637 4.210 73.38M€
KN NATIXIS 2.000 -9.09 % 2.150 2.150 2.000 13.10M€
BNP BNP PARIBAS ACT.A 23.060 -5.70 % 23.500 24.160 23.050 280.31M€
HSB HSBC HOLDINGS 5.560 -3.64 % 5.720 5.730 5.550 0.50M€
 
1 commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Japon, le Typhon Roke a fait au moins 15 morts et disparus

Le typhon Roke qui a traversé le Japon mercredi a fait au moins 15 morts et disparus, selon un bilan provisoire qui risque de s’alourdir, ont annoncé jeudi les autorités et les médias.

Passé au-dessus de la grande île de Honshu, ce violent typhon a provoqué de très fortes pluies accompagnées de rafales de vent de plus de 200 km/h, causant des inondations et perturbant les transports.

Venu de l’océan Pacifique par le sud, ce cyclone a atteint le Japon par le centre avant de remonter vers le nord-est, balayant l’agglomération de Nagoya, la mégapole de Tokyo et la région du Tohoku déjà dévastée par le séisme et le tsunami du 11 mars.

Dans le Tohoku, la police a découvert jeudi matin le corps d’une femme de 65 ans décédée dans le glissement de terrain qui a englouti sa maison dans la préfecture d’Iwate. Deux employés du réseau d’égouts de la ville de Sendai étaient portés disparus.

Deux corps, dont celui d’une centenaire, ont par ailleurs été retrouvés dans la préfecture de Shizuoka (centre).

Au total, dix personnes sont mortes, cinq sont portées disparues et des centaines d’autres ont été blessées, d’après des décomptes concordants de la télévision publique NHK et de l’agence de presse Jiji.

Avant de quitter les terres et de repasser dans l’océan Pacifique au nord-est de l’archipel, Roke a évolué dans la zone de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima (220 km au nord-est de Tokyo), où les travaux en cours ont été temporairement suspendus, mais aucun dommage n’a été constaté.

Source : © Belga

http://naturealerte.blogspot.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fillon veut aligner l’âge de la retraite avec l’Allemagne:67 ans!

Le Premier ministre François Fillon a estimé jeudi qu’il faudrait aller vers un âge de départ en retraite commun entre la France et l’Allemagne, où l’âge légal de départ en retraite doit passer dans les années qui viennent de 65 à 67 ans. Evoquant la « convergence » fiscale entre les deux pays, le Premier ministre est sorti de son discours jeudi lors de la remise du prix de l’audace créatrice à Matignon pour se livrer à un plaidoyer pour un rapprochement des durées de travail et de l’âge de départ en retraite entre les deux pays.

« Il faudra aller vers un temps de travail commun, il faudra aller vers un âge de retraite commun, il faudra aller vers une convergence progressive de l’organisation économique et sociale de nos deux pays, car c’est la clef de la survie et du développement de la zone euro et du continent européen », a prévenu M. Fillon, sans plus de précision.

L’âge de la retraite en Allemagne va passer graduellement de 65 à 67 ans, en vertu d’une réforme votée en 2007 et destinée à éviter l’écroulement d’un système mis à mal par une espérance de vie toujours plus longue et un rétrécissement de la population active. Le recul de l’âge de la retraite se fera toutefois très progressivement, pour atteindre effectivement 67 ans aux alentours de 2030.

La réforme française des retraites, entrée en vigueur en juin 2011, prévoit un recul de 60 à 62 ans de l’âge légal de départ en retraite.
http://lexpansion.lexpress.fr/

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le nombre de suicides a augmenté de 40% en Grèce à cause de la crise!

«C’est un fait connu que les crises économiques ont sur le penchant au suicide une influence aggravante.» En 1897, Emile Durkheim montrait pour la première fois dans son ouvrage « Le suicide » que là où la crise frappe, le taux de suicide augmente, notamment à cause de la perte de repères et du déclassement qu’entraînent les changements économiques brutaux.

Quelques mois après la crise, la statistique semble se vérifier dans plusieurs pays d’Europe. Mais c’est en Grèce que les chiffres sont les plus alarmants, comme vient de le révéler le Wall Street Journal. Selon le ministère de la Santé, le nombre de suicides a augmenté de 40% dans les cinq premiers mois de l’année. Le nombre d’appel aux lignes téléphoniques d’urgence a lui aussi doublé.

Des chiffres d’autant plus inquiétants que le pays était plutôt connu pour son taux de suicide faible, notamment parce que l’Eglise orthodoxe le condamne toujours, n’autorisant pas les services funéraires pour les personnes suicidées. Les suicides étaient souvent maquillés en mort accidentelle, si bien qu’avant 2008 le pays déplorait officiellement seulement un suicide par jour.
http://www.20minutes.fr/

 
1 commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

757 groupes internationaux contrôlent 80% des multinationales!

180340_110140795729802_100002016464245_76391_8175601_n.jpg

Ambiance sombre pour un monde en décomposition morbide, les populations humaines sont en phase terminale. Une étude publiée en Suisse récemmentmontre que l’ensemble des multinationales de la planète est contrôlé par seulement 737 multinationales et groupes financiers, et donc par leurs actionnaires    qui sont eux aussi souvent les mêmes. Avec la crise économique, cette information est complètement passée à la trappe. Analyse du Nouvel Ordre Mondial et du commencement de son    empire :

Cette étude est inédite car elle croise plusieurs domaines : économie, statistiques, finances, mathématiques, et passe au crible l’ensemble des    multinationales pour comprendre qui contrôle qui.

Réalisée par trois chercheurs de l’Institut Fédéral de Technologie de Zurich, l’étude « The network of global corporate control », a étudié 43.060    multinationales [1] dans 116 pays et leurs interconnexions. Mêmes les filiales ont été analysées.

Au final, les chercheurs ont constaté que 80% de la valeur de ces 43.060 multinationales est contrôlé par seulement 737 groupes financiers ou industriels. Et    encore plus loin, 147 multinationales et intermédiaires financiers qui ont des intérêts les uns dans les autres, contrôlent 40% de la valeur économique des groupes du monde entier.

Encore plus loin, 50 groupes financiers (banques et assurances) se taillent la part du lion dans ces 147 multinationales.

Ils constatent aussi que les acteurs les plus puissants ont un niveau de contrôle supérieur à ce que laisserait entendre leur    fortune réelle.

Il y a donc une sorte de cœur de compagnies très fortement interconnectées en comparaison du nombre total de multinationales. Chacune des multinationales de ce    noyau est connectée avec en moyenne 20 autres membres dudit noyau, si bien que ¾ de la valeur de ces boîtes sont détenues par les autres multinationales de ce groupe central.

La plupart des groupes de ce noyau sont des banques ou des assurances.

Les auteurs soulignent aussi le paradoxe des produits dérivés et autres CDS, censés « diversifier » le portefeuille d’actions et diminuer les    risques, mais qui finissent par créer de très fortes interconnexions entre les mêmes groupes internationaux, et donc à augmenter le risque de contagion en cas de crise…  Par malchance,    écrivent les auteurs, les données concernant ces produits dérivés sont inexistantes pour des « raisons stratégiques ». Lesdits dérivés sont en effet considérés comme des contrats    privés, qui n’ont pas à être déclarés lorsque les titres sont échangés. En clair, un cercle de privilégiés sans scrupules dirigent le système économique mondial, et en plus toute enquête    d’investigation concernant leur activité lucrative autant que dangereuse pour les populations est interdite par la loi.

Au top des entreprises qui détiennent le plus d’actions de groupes d’envergure internationale, on a ¾ de banques et assurances. Par ordre d’importance, on a Barclays qui contrôlerait 4,05% du réseau des 43.060 multinationales, puis Capital Group    Companies Inc., FMR Corp, Axa, State Street Corporation, JP Morgan Chase & Co, Legal & Genral Group Plc, Vanguard Group Onc, UBS, Merrill lynch & Co, Wellington Management Co LLP,    Deutsche Bank, Franklin Ressources, Credit Suisse, Walton Enterprises, Bank of New York Mellon Corp, Natixis, Goldman Sachs, T Riwe Price Group, Legg Mason, Morgan Stanley, Mistcubichi Financial    Group, Northern Trust Corporation, Société Générale, Bank of America… BNP Paribas n’arriverait qu’en 46e place, ING en 41e place, Lehman Brothers[2] en 34e.

Au total, ces 50 premiers groupes contrôleraient 40% de la valeur des autres multinationales.

 

[1] Ils ont sélectionné parmi les 37 millions d’acteurs économiques mondiaux les groupes qui détenaient au moins 10% de parts dans des compagnies situées dans au moins deux    pays.

[2] Aujourd’hui Lehman    Brothers a été disséqué et distribué par morceaux à plusieurs banques et autres assureurs. Barclays a ainsi récupéré les activités de banque    d’investissement et de courtage en Amérique du Nord, et Nomura, le plus gros assureur japonais, a racheté le courtage des actions et la banque d’investissement en Europe. Mais l’étude s’est basée    sur la liste des multinationales de l’OCDE en 2007, avant la faillite de Lehman Brothers. Axa était le premier actionnaire de la banque quand elle a fait faillite.

Posté par Ceri de Donde vamos

http://wikistrike.over-blog.com/

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Fukushima: les rejets en mer trois fois plus importants qu’estimé

Le cumul des substances radioactives rejetées en mer par la centrale nucléaire accidentée de Fukushima serait environ trois fois plus important que ne le pensait l’opérateur du site, a affirmé vendredi la presse nippone.

Des chercheurs japonais évaluent à présent à 15.000 térabecquerels la quantité d’éléments radioactifs dispersés dans l’océan Pacifique entre mars et avril, à la suite des explosions d’hydrogène et autres avaries survenues à Fukushima Daiichi, complexe atomique endommagé par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est de l’archipel.

L’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tecpo), avait estimé auparavant à 4.700 térabecquerels le total d’iode et césium radioactifs rejetés dans la mer, en fonction de prélèvements effectués début avril.

Mais une équipe de chercheurs, dirigée par Takuya Kobayashi de l’Agence japonaise de l’Energie atomique, a fondé ses estimations sur d’autres données, provenant notamment d’échantillons d’eau de mer pris entre le 21 mars et le 30 avril, selon plusieurs quotidiens japonais.

Selon les chercheurs, les particules radioactives sont arrivées en mer par divers canaux et d’autres, rejetées dans l’atmosphère, sont retombées dans l’eau de l’océan.

De la radioactivité dans les eaux californiennes

De faibles niveaux de radioactivité ont été relevés dans les eaux de pluie du nord de la Californie en mars dernier, deux semaines après la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon, avant un retour rapide à la normale, affirme une étude publiée mercredi.

Les niveaux détectés de césium, iodine et tellurium étaient très faibles et ne présentaient aucun risque pour la population, selon les résultats de l’étude, financée par les ministères américains de l’Energie et de la Sécurité intérieure. L’eau de pluie avait été collectée dans les villes d’Oakland, Berkeley et Albany (région de San Francisco) entre le 16 et 26 mars, selon le rapport, publié dans le journal en ligne Plos (Public Library of Science). « Le premier échantillon qui montrait un niveau de radioactivité plus élevé que la normale a été collecté le 18 mars, et les niveaux ont atteint un pic le 24 mars, avant de revenir à un niveau normal », affirme le professeur Eric Norman, du département d’ingénierie nucléaire à l’Université de Californie à Berkeley. Des isotopes radioactifs ont également été trouvés dans du lait, de l’herbe et des légumes, là encore sans risque pour le public. Le 11 mars, un séisme de magnitude 9 et un tsunami ont fait quelque 20.000 morts sur les côtes du Japon, provoquant une catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima. Les systèmes de refroidissement de la centrale ayant été endommagés, le combustible nucléaire avait commencé à fondre, entraînant le rejet de radiations dans l’air, la mer et la chaîne alimentaire.
AFP

 
1 commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

La Bourse de Paris chute de près de 4% tirée vers le bas par les bancaires

PARIS – La Bourse de Paris creusait ses pertes et chutait de près de 4% jeudi matin, victime de la dégringolade des valeurs bancaires et du discours
pessimiste de la banque centrale américaine sur l’économie.

A 10H52 (08H52 GMT), le CAC 40 perdait 3,83% à 2.823,35 points, après avoir lâché brièvement plus de 4% et ouvert en forte baisse.

Le marché parisien, à l’instar de ses homologues européens et de Wall Street, était plombé par les conclusions de la réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) mercredi soir, qui n’a pas été à la hauteur des attentes et dont les commentaires ont dressé un tableau noir de l’économie des Etats-Unis.

La banque centrale a jugé que la reprise économique américaine était lente et menacée par des risques importants. Elle a décidé, pour relancer la machine, de vendre d’ici à fin juin 2012 pour 400 milliards de dollars de bons du Trésor et en racheter pour un montant identique avec une maturité plus longue.

Les valeurs bancaires étaient les plus chahutées, sur des craintes quant à la vigueur de l’économie, leur exposition à la crise de la dette en zone euro et la dégradation par
Moody’s des banques américaines Bank of America et Wells Fargo.

BNP Paribas perdait 3,91% à 23,50 euros, Crédit Agricole 5,27% à 4,42 euros et Société Générale 7,42% à 15,67 euros.

 

 
3 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Afrique du Sud: un contraceptif injecté à des mineures dans une école!

Les vaccins imposés aux enfants ne suffisaient pas, en Afrique, un contraceptif a été injecté à des jeunes filles de 10 à 13 ans sans que les parents en aient été informés, avec les risques que cela implique. Mais que ces parents se rassurent, même si « big pharma » n’est pas loin dans ce genre de décisions, c’est pour mieux protéger les enfants! 👿 La contraception masculine quand à elle revient moins chère et est peut être mois dangereuse si elle s’inspire du dessin du dessous. :wink:

Dans une école primaire de Port Elizabeth en Afrique du Sud, des élèves âgées de  10 à 13 ans ont reçu une injection de produit contraceptif lors d’ateliers de  planning familial, ce qui a provoqué la colère de leurs parents qui n’avaient  pas été prévenus et n’avaient pas donné leur accord.

Début septembre 2011, l’unité de planification familiale de l’hôpital Dora  Nginza s’est rendue dans l’école Emzomncane Primary à Zwide pour y animer  des ateliers de planning familial auprès des élèves. Une élève de 6e a rapporté  ce qui a été dit aux filles concernant l’injection : « au cas où nous sommes  violées, pour que nous n’ayons pas de bébés« .

En colère, les parents ont expliqué qu’ils avaient reçu une lettre de l’école  les informant de l’intention de l’unité de planning familial de venir parler aux  élèves des menstruations et de la contraception. Toutefois, a précisé l’un  d’eux, « nulle part il n’était dit que cela allait se passer aujourd’hui et  qu’une injection contraceptive leur serait faite« .

Le mouvement de planification familiale a été critiqué par des médecins qui ont  pointé les effets potentiellement dommageables pour les jeunes filles, surtout  celles qui n’ont pas encore leurs règles. « C’est totalement contraire à  l’éthique. Nous ne pratiquons pas la médecine comme ça« , a dénoncé le  gynécologue Markus van Heerden. Ces injections pourraient retarder la puberté et  perturber les cycles menstruels.

Source: genethique.org

http://lesmoutonsenrages.fr/

 

 
1 commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

USA : du bisphénol A dans des conserves pour enfants, selon une association

WASHINGTON – Des niveaux préoccupants de bisphénol A (BPA), une substance controversée, ont été découverts dans des boîtes de soupes et de pâtes pour enfants aux Etats-Unis, affirme mercredi l’association Breast Cancer Fund (Fonds contre le Cancer du sein).

La Fondation contre le cancer du sein (Breast Cancer Fund), une association qui lutte contre les causes du cancer liées à l’environnement, affirme qu’une moyenne de 49 microgrammes par kg de BPA ont été trouvés dans une dizaine de produits en conserve.

Chaque produit testé s’est avéré contenir du BPA, les produits Campbell Disney Princess et Toy Story montrant les taux les plus élevés, indique l’association qui a lancé la campagne Des conserves, pas le cancer pour obtenir des fabricants qu’ils cessent d’utiliser cette substance.

Selon cette association, du bisphénol a été trouvé dans des proportions variables allant de 148 microgrammes par kilo pour une soupe au poulet Disney Princess de marque Campbell, à 10 microgrammes par kg pour des spaghettis Campbell.

Les enfants sont exposés tous les jours au BPA avec des produits qui cherche à les attirer avec leurs personnages préférés de dessins animés, indique l’association qui conseille, en attendant une interdiction, d’acheter des produits conditionnés autrement qu’en boîtes de conserve.

Le bisphénol A est un composant chimique qui sert à diluer la résine de polyester pour la rendre liquide et faciliter son laminage. Il est présent dans la plupart des bouteilles en plastique rigide, des boîtes de conserve et des cannettes.

L’Agence américaine des médicaments (Food and Drug Administration) admet des inquiétudes sur les effets du BPA et le Canada a été le premier pays au monde à classer ce produit comme toxique. Des désaccords subsistent parmi les scientifiques quant aux effets de cette substance chimique sur les animaux et l’homme.

La Commission européenne a banni le 31 mai les biberons contenant ce composant chimique.

AFP

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s déclasse trois grandes banques américaines!

(Reuters) – Moody’s a annoncé mercredi avoir abaissé les notes de crédit de Bank of America, Wells Fargo et Citigroup au motif que l’Etat fédéral américain pourrait se montrer réticent à voler au secours de grands établissements bancaires en difficulté.

Une demi-heure avant la clôture, le titre Bank of America cédait 4,2% à 6,61 dollars, celui de Wells Fargo 0,57% à 24,53 dollars et l’action Citigroup perdait 1,33% à 26,57 dollars, l’indice KBW des valeurs bancaires reculant de 2,64%.

Le gouvernement sera, « plus que pendant la crise financière, prêt à laisser un grand établissement faire faillite s’il se retrouvait dans une situation difficile », estime l’agence de notation.

Bank of America, deuxième banque américaine, est la plus touchée par les déclassements de Moody’s, qui concernent aussi les notes à long terme qu’à court terme alors que, s’agissant de Citigroup par exemple, ce n’est que la note à court terme qui est touchée.

Bank of America doit notamment faire face à des milliards de dollars de pertes liés à des crédits immobiliers et à l’obligation de lever des capitaux pour se conformer à la nouvelle régulation du secteur.

Joe Rauch, Benoit Van Overstraeten pour le service français

 
3 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :