RSS

Archives du 26 février 2013

Le chômage pour tous,c’est maintenant….!

Pôle emploi a recensé fin janvier 43 900 demandeurs d’emploi supplémentaires sans activité, dont 21 100 en raison d’un « effet statistique » dû à une réforme des radiations, portant leur nombre à 3,169 millions, proche du record de 1997 (3,19 millions), a annoncé mardi le ministère du Travail.

 

 

En incluant ceux exerçant une activité réduite, la hausse mensuelle est de 60 800 chômeurs, dont 24 000 en raison de la réforme des radiations, pour atteindre 4 680 200 personnes.

Comme chaque année, le ministère du Travail a par ailleurs revu l’ensemble de ses statistiques mensuelles depuis 1996. Il a réévalué le record absolu à 3 195 500 (au lieu de 3,205 millions) demandeurs d’emploi sans activité en janvier 1997 en métropole, un chiffre qui pourrait être atteint dans un ou deux mois.

Avec l’Outre-mer, 4,96 millions de personnes étaient inscrites sur les listes du service public de l’emploi, dont 3,42 millions sans activité.

« Corrigé de l ?effet de (la réforme des radiations), cette progression, inférieure à l’évolution moyenne constatée au second semestre 2012, était attendue et s’explique avant tout par le recul de l’activité fin 2012, dans le prolongement de la tendance à l’oeuvre depuis plus de 20 mois« , a réagi le ministère du Travail dans un communiqué.

L’entourage de Michel Sapin a par ailleurs réaffirmé à l’AFP qu’il n’y avait « pas de renoncement » et que l’objectif, affirmé à plusieurs reprises par François Hollande, était toujours d’inverser la course du chômage avant la fin de l’année ».

En janvier, les plus de 50 ans sont encore particulièrement touchés, avec une hausse de 1,8% des inscrits sans aucune activité (+16,8% sur un an).

Les chômeurs de longue durée étaient quant à eux près de 2 millions (+1,7% sur un mois, +13,4% sur un an), un record absolu.

Autres données alarmante s : la proportion de demandeurs d’emploi bénéficiaires du RSA et des allocations de solidarité. Selon les derniers chiffres, ils étaient respectivement plus de 754 000 (en incluant ceux exerçant une activité réduite) et de 386 000.

Parmi les motifs d’entrée à Pôle emploi, les fins de CDD arrivent toujours en tête, représentant 25,4% des nouveaux inscrits. Les licenciements économiques ne sont que de 2,6% des cas la cause de la perte d’emploi.

La région la plus touchée est toujours la Champagne-Ardenne, avec une hausse annuelle de 14,3% pour les demandeurs d’emploi sans activité.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/43-900-chomeurs-supplementaires-en-janvier-16658.html

 

 

La tartufferie n’a pas de limite. Selon le gouvernement, avec 3 192 900 chômeurs comptabilisés le mois de janvier 2013 aurait marqué une stagnation du chômage en France. Or nous ne cesserons de le répéter, ces résultats sont bidonnés, ils ne tiennent pas compte des DOM-TOM, ni de toutes les personnes qui ne s’inscrivent plus à pôle emploi, de ceux qui sont radiés, ni même des travailleurs-pauvres dont les contrats sont parfois inférieurs à 10 heures par semaine.

Si on comptabilise toutes ces personnes on peut considérer qu’il y a 9 millions de chômeurs et non pas 4 millions comme les média à l’unisson du gouvernement ont pris l’habitude de le dire. Et ce sont pas les quelques emplois de chaudronniers, tourneurs fraiseurs ou de bouchers qui permettrons de sortir toute cette population du chômage endémique et structurel que connait la France. En un an le nombre de chômeur est en augmentation de 10%… et ce n’est qu’un début. Nous sommes sur la route des châteaux en Espagne.

 

 

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Cinq raisons d’arrêter le pain blanc….

 

Le pain, « fruit de la terre et du travail des hommes », est l’aliment de base de notre civilisation. Mais le moment est venu d’arrêter de manger du pain blanc. Voici pourquoi :

Trop hybridé

Le blé ne peut plus être considéré comme un aliment sain pour qui que ce soit. Même bio, complet, le blé moderne est hautement hybridé. Il a une trop haute teneur en glutamine, une protéine qui a tendance à irriter la paroi intestinale, et contient beaucoup moins de minéraux et de vitamines qu’il y a cent ans.

Ceci est très regrettable parce que le blé était un aliment correct, et qu’il est aujourd’hui utilisé dans d’innombrables farines et aliments, notamment comme épaississant.

Trop pauvre en fibres, vitamines et minéraux

Dans le pain blanc, la meilleure partie de la farine a été enlevée pour être donnée aux cochons et autres animaux d’élevage. Le blé entier n’est pas bon pour la santé, mais au moins contient-il des fibres, des vitamines, des minéraux. Pour faire du pain blanc, en revanche, le germe ainsi que le son du blé sont retirés.

Ne reste qu’un produit quasiment sans fibres, presque sans vitamines ni minéraux, qui n’est au fond que de l’amidon. Ce sont de pures calories sans nutriments essentiels. La boîte en carton de vos céréales contient à peu près autant de micronutriments que les céréales elles-mêmes, si pas plus.

Ne vous laissez pas impressionner par les étiquettes indiquant que les céréales ont été « enrichies » en vitamines. La raison pour laquelle les céréales sont parfois « enrichies » est justement que les scientifiques se sont aperçus en 1945 à quel point elles étaient pauvres en nutriments. Les fabricants rajoutent donc 3 ou 4 vitamines, et un peu de fer. Mais c’est comme si quelqu’un volait 10 000 euros sur votre compte en banque, puis décidait de vous « enrichir » en vous donnant 2 euros.

Trop salé

Le pain blanc moderne est trop salé. Il contient en moyenne 19 g de sel par kg de pain. Une baguette (250 g) contient 4,7 g de sel soit presque la quantité maximale quotidienne recommandée par l’OMS (5 g/jour/personne). Un rapport de l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments), publié en 2002, plaçait le pain (et les biscottes) en tête des aliments vecteurs de sel dans l’alimentation quotidienne (pages 25-29).

Sans ajout de sel à la fabrication, le pain sans sel contient néanmoins de 0,2 à 2,2 g de chlorure de sodium par kg.

Trop sucré

Le pain blanc n’est plus un sucre lent, mais bel et bien un sucre rapide, avec un index glycémique élevé, qui provoque une forte décharge d’insuline et une hypoglycémie réactionnelle.

L’indice glycémique indique l’effet des aliments sur la glycémie (taux de glucose dans le sang) durant les deux heures suivant leur ingestion.

L’indice 100 de la glycémie (maximum) correspond au glucose pur et… au pain blanc qui n’est, nous l’avons vu, que de l’amidon, l’amidon n’étant qu’une chaîne de molécules de glucose.

Cela veut dire que manger du pain blanc est pire que de croquer des morceaux de sucre : cela fait monter en flèche le taux de sucre sanguin, ce qui affole le pancréas, provoque un pic d’insuline, avec un risque, à terme, de développer une résistance à l’insuline, un diabète, de l’obésité, des maladies cardiovasculaires.

Trop de gluten

Les blés modernes, issus d’hybridation, ont été sélectionnés pour leur richesse en gluten. Le gluten est un mélange de protéines. Plus il y a de gluten dans la farine, plus le pain lève, est élastique, moelleux. Le pain paraît plus beau, plus gonflé, et se vend donc mieux.

Le problème est que le système digestif d’un grand nombre de personnes ne supporte pas les quantités de gluten présentes dans le pain moderne. L’intolérance au gluten est source de fatigues, de douleurs abdominales, de diarrhées, de reflux gastro-oesophagiens, de problèmes articulaires, d’eczéma, et même de troubles neurologiques.

A quand une révolte ?

Le philosophe Guy Debord s’est étonné que les boulangeries aient pu remplacer le pain par une imitation de pain sans que cela ne provoque une nouvelle Révolution :

« Dans la période qui précéda immédiatement la Révolution de 1789, on se souvient combien d’émeutes populaires ont été déchaînées par suite de tentatives alors modérées de falsification du pain. (…) Lorsqu’on a vu, il y a bientôt dix ans, le pain disparaître en France, presque partout remplacé par un pseudo-pain (farines non-panifiables, levures chimiques, fours électriques), non seulement cet événement traumatisant n’a pas déclenché quelque mouvement de protestation et de défense comme il s’en est récemment produit un en faveur de l’école dite libre, mais littéralement personne n’en a parlé. » (1)

Conclusion

Manger des sardines, de la salade verte, des œufs à la coque, du jambon sans pain passe très bien.

On se sent même étonnamment léger et énergique après un repas sans pain, lorsqu’on n’en a pas l’habitude.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Sources :

[1] Guy Debord, Encyclopédie des nuisances, tome I, fascicule 5, 1985

http://clics.sante-nature-innovation.fr//t/AQ/AA5Ckg/AA5Xzw/AAhMxw/AQ/A2G_jw/rWeN

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

JPMorgan Chase compte supprimer entre 16.000 et 19.000 emplois d’ici fin 2014….

 

Reuters

 

La banque américaine JPMorgan Chase, la première du pays en termes d’actifs, a annoncé mardi lors d’une journée d’investisseurs qu’elle comptait supprimer de 16.000 à 19.000 emplois d’ici la fin 2014.

Gordon Smith, le directeur général de la division de banque de détail du groupe financier, a indiqué lors d’une présentation que son unité, hors activités liées à l’hypothécaire, prévoyait 3.000 à 4.000 suppressions de postes d’ici fin 2014. L’unité de prêts hypothécaires, qui employait ces dernières années de milliers de personnes dédiés à la gestion des défauts de paiements, verra elle ses effectifs chuter de 13.000 à 15.000 personnes d’ici deux ans.

Aux côtés d’autres mesures d’économies, ces premières baisses d’effectifs pour 2013 devraient permettre à JPMorgan Chase d’économiser autour d’un milliard de dollars. JPMorgan Chase table sur 59 milliards de dollars de dépenses pour l’exercice en cours contre 60,1 milliards de dollars en 2012. « Vous pouvez vous attendre à ce que nous restions très disciplinés en termes de dépenses », a prévenu la directrice financière Marianne Lake au début de la présentation. Lors de l’introduction de la journée d’investisseurs, le PDG Jamie Dimon a notamment souligné que la banque avait la possibilité de faire d’ « énormes économies d’échelles », notamment en ce qui concerne l’exécution et la compensation des transactions (back office). Il a répété que la banque s’était dotée d’un bilan « forteresse », affirmant que JPMorgan Chase avait été « un port pendant la tempête » de la dernière crise financière et serait « un port pendant la tempête pendant la prochaine » crise.

Peu après l’affaire de « la baleine de Londres »

La banque américaine a dégagé l’an dernier un bénéfice net en hausse de 12% à 21,3 milliards de dollars, malgré une perte de 6 milliards de dollars environ à cause de paris risqués sur des dérivés de crédit qui ont mal tourné, l’affaire dite de « la baleine de Londres », révélée en mai. Les suppressions de postes s’effectueront majoritairement par le biais de départs naturels, a précisé Kristin Lemkau, porte-parole du groupe bancaire américain. Celui-ci employait 258.965 personnes fin 2012.

SOURCE AFP ET BLOOMBERG

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche ce Mardi 26 Février Sur BFM

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

ARRET DU BLOG DE LIESI…!?

La police de la pensée du NOM est définitivement en marche et sus aux dénonciateurs et autres libres penseurs….La dictature se met en place! 

 

 

«  » » Madame, Monsieur,

Depuis mars 2011, nous avons essayé de vous informer.

Désormais, pour diverses raisons nous devons impérativement fermer le blog.

Nous vous remercions de votre compréhension.

Rassurez-vous, si vous souhaitez rester en contact, nous vous proposons de vous inscrire à notre mailing qui va nous garantir une plus grande « confidentialité » rendue nécessaire à la suite des événements romains, italiens, etc.

mailing.liesi@gmail.com

Nous continuons toutes les publications et abonnements en cours et projetons, dans le futur et en fonction du temps qu’il nous sera laissé, des conférences dans les villes principales en géopolitique, finance et survie aux temps à venir.

Bonne chance.
La rédaction de LIESI. «  »

http://liesidotorg.wordpress.com/2013/02/26/arret-du-blog-de-liesi/#comments

 

 
22 Commentaires

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Dans Le Silence Des Campagnes….

 

Un film poignant de Jean-Louis Saporito sur la détresse des agriculteurs, dont le taux de suicide est le plus élevé de toutes les catégories

Fils d’émigré sicilien, entré à l’ORTF comme stagiaire à la prise de vues en 1967, formé sur le terrain, Jean-Louis Saporito fut successivement cameraman, journaliste, grand reporter, producteur, patron d’une agence de presse audiovisuelle. Depuis près de vingt ans, cet homme au regard sensible qui a toujours estimé que la télévision a un rôle à jouer dans la société réalise des films documentaires remarquables.

S’intéressant aux destins des humbles, des pauvres, des oubliés, Saporito vise souvent juste. On se souvient notamment de son documentaire réalisé dans un village du Niger, au sein d’une famille souffrant de la faim. Ou celui, plus récent, consacré à Bernard L., un sans domicile fixe retrouvé mort dans un square de Bayeux (Calvados), en plein centre-ville. A travers ce destin tragique, Jean-Louis Saporito tentait de comprendre comment, dans un pays développé et riche, un homme peut mourir seul, un soir d’été, dans la rue.

Cette fois, il s’est intéressé aux agriculteurs français. Et plus particulièrement à un phénomène très inquiétant : aujourd’hui, le taux de suicide des agriculteurs est le plus élevé de toutes les catégories socioprofessionnelles. Chaque année, ils sont plus de 400 (certains disent plus du double) à mettre fin à leurs jours.

 

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 26 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :