RSS

Archives du 19 février 2013

Ce que coûtent (encore) Giscard, Chirac et Sarkozy aux Français

Logement, personnel, frais de déplacement… L’Etat ne se contente pas de verser une généreuse retraite aux ex-Présidents. Une situation unique au monde.

 

Selon la loi du 3 avril 1955, Valéry Giscard d'Estaing et Nicolas Sarkozy, mais aussi Jacques Chirac bénéficient d'une "dotation annuelle d'un montant égal à celui du traitement indiciaire brut d'un conseiller d'Etat en service ordinaire". Soit près de 6.000 euros brut par mois. Cette indemnité n'est soumise à aucune condition d'âge, ni même au nombre de mandats. A cela s'ajoute ce qu'on appelle pudiquement des "primes de sujétions spéciales", dont le montant est tenu secret. (Witt/SIPA)

 

Une fois battus ou retirés de la vie politique, les anciens présidents de la République n’ont pas de souci à se faire sur le plan matériel. Elevés au rang d’«ex», ils continuent d’être pris en charge par l’Etat, qui leur assure un train de vie plus que confortable. Une exception très française. Au 77, rue de Miromesnil, dans les beaux quartiers de la capitale, Nicolas Sarkozy reçoit ses visiteurs avec un certain faste. Tony Blair, René Ricol, Alain Finkielkraut, Florence Cassez tout juste libérée…

L’ancien chef de l’Etat dispose d’un appartement de 320 mètres carrés, composé de 11 pièces, dont une salle classée monument historique, avec des peintures datant du XIXe siècle. Prix estimé de cette location de luxe? Près de 180.000 euros annuels, soit 15.000 euros par mois. Nicolas Sarkozy n’a pas regardé à la dépense, et pour cause, c’est la République qui règle la facture. Conformément à une « décision » signée en 1985 par Laurent Fabius, alors Premier ministre de François Mitterrand, l’Etat met à la disposition des anciens présidents un appartement de fonction « meublé » et « équipé ».

Des privilèges souvent méconnus

Ce texte, qui fait office de référence, est flou: il ne mentionne ni plafond ni limitation de durée. C’est ainsi que Valéry Giscard d’Estaing occupe aux frais du contribuable, depuis plus de trente ans, de splendides locaux boulevard Saint-Germain à Paris. Jacques Chirac bénéficie lui aussi d’un somptueux appartement rue de Lille.

Toujours selon la lettre de Laurent Fabius, les anciens présidents disposent de nombreux autres « privilèges ». Ainsi, une équipe d’au moins sept personnes est prise en charge par la nation. « En réalité, l’Etat n’est pas très regardant, il ne pinaille pas et peut prendre en charge plus de personnel que prévu », assure le député apparenté PS René Dosière. Pour ce spécialiste du train de vie de l’Etat, « il est probable que Nicolas Sarkozy bénéficie de quelques largesses ».

Depuis son départ de l’Elysée, ce dernier dispose d’un directeur de cabinet, d’une conseillère diplomatique, d’une chargée de la communication, de deux secrétaires, d’un intendant… Sans oublier, pour assurer sa protection rapprochée, une équipe de sécurité comprenant au moins deux fonctionnaires de la Police nationale, mais aussi une voiture de fonction avec plusieurs chauffeurs. S’y ajoute la surveillance de son domicile personnel – l’hôtel particulier de son épouse, Caria Bruni-Sarkozy -, assurée par des officiers de gendarmerie. Là encore, aucune durée n’est prévue. Alors que, dans la plupart des pays occidentaux et aux Etats-Unis, ce type de protection policière s’arrête au bout de dix ans.

Séjour assuré dans toutes les ambassades de France

La plupart des anciens chefs d’Etat ont une retraite active, entre réceptions et visites à l’étranger. Pour leurs déplacements, là encore, ils peuvent compter sur la prodigalité de la République: tous leurs voyages sont pris en charge. Trains de la SNCF, avions Air France, navires français, tout est gratuit, et dans la meilleure classe possible. Durant leurs séjours à l’étranger, l’ambassadeur de France en poste se doit d’accueillir les anciens locataires de l’Elysée et de les loger dans sa résidence, comme il le ferait à l’égard d’un président en exercice.

« Nicolas Sarkozy n’utilise pas ces prérogatives », précise toutefois sa chargée de communication. Fin janvier, lorsqu’il s’est rendu à Davos, son séjour a été entièrement financé par l’organisateur du forum économique. Idem, en octobre dernier, alors qu’il a passé quelques jours au Brésil pour une conférence commandée par la banque d’investissement brésilienne BTG Pactual, c’est elle qui a pris en charge les vols et l’hébergement de l’ancien président.

Un insensé cumul des revenus

En sus de ces avantages matériels, la République leur assure une retraite conséquente. Selon la loi du 3 avril 1955, ils bénéficient d’une « dotation annuelle d’un montant égal à celui du traitement indiciaire brut d’un conseiller d’Etat en service ordinaire ». Soit près de 6.000 euros brut par mois. Cette indemnité n’est soumise à aucune condition d’âge, ni même au nombre de mandats. A cela s’ajoute ce qu’on appelle pudiquement des « primes de sujétions spéciales », dont le montant est tenu secret. Ces primes ont officiellement pour objectif de « compenser les contraintes subies dans l’exercice de leurs fonctions ».

Ces émoluments sont cumulables avec d’autres pensions ou salaires. Ainsi, Nicolas Sarkozy peut, à sa guise, effectuer des activités de conférences ou de conseil. Il pourra également, à l’âge de la retraite, toucher les pensions liées aux différents mandats qu’il a exercés, comme ses prédécesseurs. Soit environ 10.000 euros mensuels.

Mais la plus importante source de revenus des anciens présidents prévue par la République, définie par un texte de 1958, reste leur présence – à vie – au Conseil constitutionnel. Cette prérogative leur rapporte 12.000 euros par mois.

Hollande veut rompre avec cette tradition

Aujourd’hui, seul Valéry Giscard d’Estaing siège régulièrement dans cette instance. Depuis plus d’un an, la santé de Jacques Chirac ne lui permet plus de se rendre chez les Sages. Quant à Nicolas Sarkozy, le rejet de ses comptes de campagne, en décembre 2012, par la commission ad hoc, rattachée au Conseil constitutionnel, l’amène à y renoncer temporairement. A son retour, il ne touchera que 6000 euros, au motif qu’il a repris son activité d’avocat.

Pour éviter une collusion évidente, François Hollande a promis, en janvier 2013, de modifier les textes. Les anciens présidents ne seront plus membres de droit du Conseil constitutionnel. Mais la mesure ne s’appliquera pas à ses prédécesseurs. Pour René Dosière, ce changement devrait être l’occasion de préciser le rôle de nos anciens chefs d’Etat. »«Aujourd’hui, ils peuvent cumuler pensions de la République et prestations privées, ce n’est pas sain. »

L’auteur de L’Argent de l’Etat souligne surtout que la note est salée pour les contribuables: selon ses calculs, chaque ex-président coûte entre 1,5 et 2 millions d’euros par an. « Pour les trois anciens chefs de l’Etat, cela fait un total de près de 5 millions d’euros. En soi, ce n’est pas une somme considérable, mais, par les temps qui courent, il n’y a pas de petites économies! »

http://www.challenges.fr/economie/20130214.CHA6248/ce-que-coutent-encore-giscard-chirac-et-sarkozy-aux-francais.html

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les cinq principaux regrets exprimés au seuil de la vie

 

Dans le Talmud comme chez Martin Luther, l’enfer n’est pas un lac de feu. C’est simplement un endroit où les ex-vivants contemplent en toute lucidité leur vie passée, tout ce qu’ils auraient pu en faire, toutes les trahisons qu’ils ont commises… et pleurent amèrement !

Et non ! Détrompez vous ! « Baiser plus » et « Faire du saut à l’élastique » ne figurent pas dans la liste. Bronnie Ware, une infirmière en soins palliatifs qui a accompagné des mourants dans leurs derniers jours a compilé la liste des regrets les plus courants que les mourants expriment à la fin de nos vies. Et le premier regret formulé, notamment par les hommes, est le suivant: « Je regrette d’avoir consacré autant de temps de ma vie à mon travail. »

Bronnie Ware est une infirmière australienne qui a consacré de nombreuses années à travailler en soins palliatifs, accompagnant des patients lors des dernières semaines de leur vie. Elle recueille les épiphanies de ses patients sur un blog intitulé Inspiration and Chai. Ce blog a eu tellement de succès qu’elle a publié ses observations dans un livre intitulé « The Top Five Regrets of the Dying – A Life Transformed by the Dearly Departing » (Les cinq princiapux regrets des mourants).

Ci-dessous les cinq principaux regrets exprimés par les mourants et recueillis par Mme Ware :

 

1. Je regrette de ne pas avoir eu le courage de vivre ma vie en accord avec moi-même et non pas en fonction des attentes que les autres avaient placées en moi.

« Ca c’est le regret que j’ai le plus entendu entre tous » explique Bonnie Ware. « Quand les gens réalisent que la fin de leur vie approche, ils jettent un regard lucide en arrière et se rendent compte du nombre de rèves qu’ils n’ont pas réalisés. La plupart des gens estimait n’avoir réalisé même pas la moitié de ses rêves et ils voyaient arriver en la mort en réalisant que ces échecs étaient dus à des choix qu’ils avaient faits ou pas faits tout au long de leur vie. Le fait d’être en bonne santé vous accorde une liberté que peu de gens réalisent, jusqu’à ce qu’ils ne l’aient plus. »

 

2. Je regrette d’avoir consacré autant de temps dans ma vie à mon travail

« Il n’y a pas un seul de mes patients masculins qui ne m’ait pas dit cela à un moment ou un autre. Ils n’ont pas vu grandir leurs enfants, ils n’ont pas passé de temps avec leur partenaire, ils ont négligé de passer du temps avec ceux qui leur sont chers. Les femmes aussi ont formulé ce regret, mais comme la plupart étaient de l’ancienne génération, la plupart de mes patientes n’avaient pas occupé d’emploi en dehors de leur foyer et avait donc passé plus de temps avec sa famille. Tous les hommes que j’ai soignés regrettaient profondément avoir consacré autant de temps dans leur vie à courir après leur carrière et s’être fait happer à ce point là par la machine du travail. »

 

3. Je regrette de ne pas avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments

« De très nombreuses personnes m’ont dit avoir réprimé ou caché leurs sentiments afin de préserver la paix avec leur entourage. En conséquence, ils se sont installés dans une existence médiocre et n’ont jamais pu se révéler vraiment ni réaliser tout leur potentiel. L’amertume et le ressentiment qui en a résulté a été la cause de bon nombre de maladies qui ont fini par les amener dans mon service de mourants. »

 

4. Je regrette de ne pas avoir gardé le contact avec mes amis.

« De très nombreux malades n’ont pris conscience de la valeur de leurs anciennes amitiés que quelques semaines avant leur mort, quand il était déjà trop tard pour retrouver ces amis perdus de vue. Bon nombre d’entre eux avaient été à un tel point absorbés dans les péripéties de leur vie qu’ils avaient – peu à peu-  laissé les amitiés sincères passer en arrière-plan, voire disparaître de leur horizon. Très nombreux ont été ceux qui regrettaient de ne pas avoir accordé à leurs vrais amis le temps et l’effort que ceux-ci méritaient. Quand on est entrain de mourir, on regrette amèrement ses amis. »

 

5. Je regrette de ne pas m’être accordé le droit d’être plus heureux.

« Le nombre de gens qui m’ont exprimé ce regret est surprenant. De très nombreuses personnes ont vécu sans réaliser que le bonheur est aussi une affaire de choix. Ils s’étaient laissé enfermer dans des vieux modèles et habitudes routinières. Le soi-disant « confort » qu’offre la familiarité avait débordé dans leurs émotions et teinté leurs vies physiques. La peur du changement les avait conduit à faire croire aux autres et à eux-mêmes, qu’ils étaient satisfaits de leur vie, heureux de leur existence, quand au fond d’eux-mêmes, ils rêvaient de pouvoir à nouveau rire sans encombres et retrouver un peu de folie dans leur vie de tous les jours. »

 

Source : http://www.alterinfo.net/LES-CINQ-CHOSES-QUE-LES-GENS-REGRETTENT-LE-PLUS-AU-MOMENT-DE-MOURIR_a86978.html

 

http://www.renovatiotv.com/blog/les-cinq-principaux-regrets-exprimes-au-seuil-de-la-vie.html

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Siemens pourrait supprimer environ 7.000 emplois en Allemagne

 

L’industriel allemand Siemens, qui s’est lancé dans un vaste plan d’économies pour redresser sa rentabilité, pourrait supprimer environ 7.000 postes en Allemagne, affirme mardi le quotidien économique allemand
Handelsblatt.

Selon des sources parmi les employés, quelque 7.000 emplois vont être supprimés, écrit le journal allemand, qui anticipe un conflit social dans le groupe pour les prochains mois.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de Siemens n’a pas souhaité commenter ce chiffre.

Nous n’avons pas donné de chiffre, a-t-il affirmé, soulignant que le programme d’économies en cours n’était pas un programme de réduction d’effectifs et que les décisions se prenaient au cas par cas.

Siemens, qui fabrique aussi bien des éoliennes et des trains que des centrales électriques, a lancé à
l’automne un grand programme d’économies de 6 milliards d’euros, visant à recentrer ses activités et à augmenter sa rentabilité à au moins 12% sur l’exercice fiscal 2013/14.

Si les conséquences sociales de ces économies n’ont jamais été précisées, le groupe avait tout de même reconnu dès la présentation du plan que cela aurait un impact sur les effectifs.

Le syndicat IG-Metall a appelé à une journée d’action jeudi sur les sites allemands de Siemens sous le slogan Sans hommes, pas de marge.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche ce Mardi 19 Févier sur BFM

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

De nouvelles cibles pour les forces de l’ordre US !!!

Si ce n’est pas de la préparation et du conditionnement en cas de guerre civile,cela y ressemble étrangement !!!

 

 

 

 

 

Source

 

 

 
6 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Danone va supprimer 10% de ses cadres en Europe,malgrè de bons résultats en 2012….

 

Le groupe agroalimentaire Danone a annoncé mardi son intention de supprimer « environ 900 postes managériaux et administratifs », soit 10% de ses effectifs cadres en Europe, dans le cadre de son plan d’économies de 200 millions d’euros sur deux ans dévoilé en décembre.

Ce plan, qui vise à faire face à la baisse de consommation sur le Vieux continent, sera présenté aux organisations syndicales à compter de ce mardi. Il privilégiera « la mobilité interne et des départs volontaires », a précisé Danone dans un communiqué.

Le groupe agroalimentaire n’a pas détaillé à ce stade la localisation des suppressions. Il indique simplement qu’elles seront réparties dans 26 pays européens.

Danone va réduire de moitié le nombre de ses unités de management par le biais d’un regroupement au sein de directions multi-pays.

Ce recentrage est destiné à relancer des ventes européennes en perte de vitesse, qui ont diminué de 3% l’année dernier, en raison d’un environnement de consommation difficile, souligne le groupe.

A l’inverse, les ventes hors Europe, qui représentent aujourd’hui 60% du chiffre d’affaires, ont progressé de plus de 10% en moyenne, permettant au producteur des yaourts Danette, Taillefine et Activia d’afficher un chiffre d’affaires 2012 record, dépassant pour la première fois le seuil symbolique des 20 milliards d’euros à 20,86 milliards.

Le bénéfice net 2012 est lui resté quasi stable à 1,81 milliard d’euros, mais la marge opérationnelle courante s’est inscrite en baisse de 0,5 point.

Fort de cette solide performance, le groupe va distribuer un dividende de 1,45 euro par action, en hausse de 4,3% au titre de l’année 2012.

« L’année 2012 finit un peu mieux qu’attendu », a commenté le directeur général Finances André Térisse lors d’une conférence téléphonique.

Selon lui, une tendance s’est dégagée: une dynamique négative en Europe de l’ouest notamment dans les produits laitiers frais, une croissance soutenue en Amérique du nord et en Asie, ce qui fait que les Etats-Unis, la Chine et la Russie font désormais partie du peloton de tête des ventes du groupe aux côtés de la France et de l’Espagne.

Pour 2013, « année de transition », Danone table sur une nouvelle croissance « d’au moins 5% » de ses ventes mais attend un nouveau repli de 0,3 à 0,5 point de sa marge opérationnelle courante.

Depuis novembre, Danone a un nouvel actionnaire, l’investisseur activiste américain Nelson Peltz, via son fonds d’investissement Trian, qui pousse à une réduction des coûts et demande au groupe de faire une meilleure utilisation de ses liquidités au profit de ses actionnaires.

Les investisseurs activistes prennent une participation dans une société cotée dont ils jugent le cours sous-évalué pour l’obliger à modifier sa stratégie dans un sens plus favorable à l’actionnaire.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le massacre des emplois pour la semaine de la Saint Valentin….

 

C’est l’Apocalypse de l’emploi… La spirale infernale qui a commencé en mai 2012 continue à mener l’économie vers le bas, aucune chance d’amélioration, juste de déstructions supplémentaires et plus nombreuses. Regardez par exemple cette boulangerie industrielle, obligée de virer 200 boulangers parce que les gens n’achètent même plus de pain… Mais les petites économies sur le pain se soldent chez l’industriel par 200 postes de supprimés et presque autant chez ses sous-traitants qui ne sont pas dans cette liste.

Mais notre lecteur Mr Huzien qui vit en Hollande a vu quelque chose de VRAIMENT nouveau: « ici, ça ne se présente pas mieux. Les sociétés Informatiques Gap-Gemini et Logica ont introduit la notion de « démotion » (contraire de « promotion ») et propose, non, impose que les salariés âgés, payés plus cher qu’ils ne rapportent, plus à la page (je vous donne la description du groupe salariés ciblé) se voient retirer au moins 10% de leur salaire lire ici lien. Et je peux vous en citer d’autres, lire ici« .

Autre phénomène, la Bête Média se porte de plus en plus mal: Franck nous dit: « je bosse en suisse depuis 2000 à la Basler Zeitung (l’équivalent d’un Nice Matin). A l’époque le DRH m’a fait tout un speech sur le Basler Medien Gruppe. Ils rachetaient des boîtes dans toute la Suisse et avaient même une radio…. 13 ans plus tard c’est rincé… le 31 mars elle met la clef sous la porte et le journal de Bâle sera imprimé à Zurich… les 92 rescapés se retrouvent au chômage (…) je vous passe les 80 millions de CHF des caisses de retraites mystérieusement disparus en 2001 plus le fait d’investir dans une nouvelle rotative et un nouveau bâtiment pour le journal en 2004 alors que le secteur était déjà en déclin.. Mais certains dirlos ont la folie des grandeurs (…) Au fait, Flamby me presse comme un citron car si vous n’êtes pas au courant, les CV fiscaux pour les frais réels déductibles sont limités à 7 à partir de 2013… et on en parle nulle part« .

– Le Washington Post vire 40 journalistes et administratifs le jour de la St Valentin lire ici Media Bistro

– Le groupe media italien RCS ( « Corriere della Sera and of Spain’s El Mundo, is also planning to sell two of its Milan offices« ) vire 800 personnes lire ici Reuters

– La compagnie Air Bahrein (!!!!) immobilisée pour dettes et face au dépôt de bilan lire ici Usa Today

– Woodbine, le PMU canadien, licencie 109 personnes lire ici CBC News Toronto

– Chicago, la ville d’Obama, veut fermer 129 écoles communales, plus de 1.000 enseignants se retrouveront au chômage lire ici le Chicago Tribune pour le croire

– L’aéroport de Bâle vire 30 personnes lire ici 20 minutes , merci à Mr Marendaz

– L’aéroport de Spa … 40 personnes ? lire ici 7 sur7 , merci à Ken

– La grève des employés de sécurité en Allemagne s’est poursuivie vendredi, pour le 2e jour consécutif à l’aéroport de Hambourg tandis que Cologne Bonn a « remplacé » Düsseldorf. Près de 179 annulations de vols à Hambourg, soit environ la moitié du programme de vol, les passagers devraient connaitre le même sort le 15 février 2013, avec encore une fois plus de 100 départs supprimés. Plus de 50 000 passagers ont été touchés. Merci à Ken lire ici les infos russes Ruvre.ru.

– L’assureur polonais PZU sabre 630 Polonais lire ici Bloomberg

– Iberia licencie 3800 personnes lire ici Le Figaro

– Thomson Reuters (département Finances) vire 2500 personnes lire ici Marketwatch

– Westinghouse se débarasse de 665 salariés lire ici Pittsburgh Times

– Après Doux, c’est Gad, l’un des principaux abatteurs de porc breton, qui se place en redressement judiciaire. Cette filiale de la Cecab (D’Aucy) emploie 1.700 salariés dans deux abattoirs, dont au moins un devrait fermer ses portes.lire ici , merci aux lecteurs

– Hop, hop, hop, dehors, ING vire 2400 personnes lire ici Le Parisien , merci à Yannick

– Barclays Bank ajoute 1200 (aux 2500 déjà annoncés) total 3700 personnes lire ici Le Telegraph

– JP Morgan, oui la banque, vire 200 personnes en Angleterre lire ici Look Jobs

– La Société Générale va fermer une dizaine d’agences lire ici Le Parisien , merci à Yannick

– La filiale luxembourgeoise de BNP, Bgl Paribas lire ici L’Essentiel , merci à Mr Nezar

– La compagnie de tankers Maersk fait partir 58 naviguants lire ici Mer et Marine , merci à Marco

– Orange Suisse vire 140 Suisses lire ici 20 Minutes , merci à Mr Marendaz

– Orange Pologne va virer 1700 Polonais lire ici Global Post

– Le géant de l’auto-radio Pioneer sabre 800 personnes lire ici Marketwatch

– Kraft Food Suisse licencie 57 personnes lire ici 20 minutes , merci à Marendaz

– Valve informatique, 25 postes lire ici Jeux Videos, merci à Mr du Chatelle

– La châine de jeux video GameStop ferme 250 boutiques, 800 personnes sur le départ lire ici Jeux Video , merci à

– La chaîne de boutiques culture Harmonia Mudi ferme 15 boutiques en France, 40 personnes seront licenciées («  Le chiffre d’affaires (39,7 millions d’euros) a baissé de 9% au cours des 2 dernières années.« ) lire ici le Figaro, merci aux lecteurs

– Oxbow, vétêments de surf, vire 35 personnes à Mérignac lire ici FR3 Aquitaine , merci aux lecteurs

– Carat Duchatel supprime 34 emplois en Belgique lire ici Dhnet , merci à Mr Etienne

– L’imprimerie du Basler Zeitung feme et 72 Suisses seront mis au chômage lire ici , merci à Franck

– Scooter Store (scooters et fauteuils handicapés) vire 100 personnes de plus après les 200 virées en septembre 2012, soit 300) lire ici HME news

– Hudson City Savings sabre 384 personnes lire ici New Jersey Business

– Homeward Residential Credits vire 325 salariés lire ici le Dallas Journal

– Imation (les cassettes Memorex entre autres) vire 200 personnes lire ici Twin Cities

– Northrop Grumann aeronautique sabre 60 personnes de plus lire ici le Baltimore Sun

– Le célèbre Forrester Research sabre 30 chercheurs lire ici Daily Finance

– Le boulanger industriel Awrey ssabre 200 boulangers lire ici Foodmate News

– Symbole: La Hollande ferme son Centre Culturel à Paris, le gouvernement n’ayant plus d’argent. «  Tous les employés ont eu la surprise d’un licenciement général, malgré une volonté de leur part de faire des concessions pour que l’institut ne soit pas fermé. » lire ici leur site pour le croire, merci à Aurélien

– Huntsman Chimie supprime 63 postes sur 330lire ici 20 Minutes , merci à Olivier Crottaz

– Sovigel, découpe de viande, en Bretagne a perdu 30 personneslire ici Ouest France , merci à Patrick

– En France, l’emploi intérimaire a baissé de 8,7% en 2012, lire ici Romandie, merci à mr Goossens.

* oubli de 2012: Zalco (anciennement Pechiney) a mis la clé à la porte (480 salariés + 130 intérims) l’été dernier lire ici , merci à mon lecteur

 

Revue de Presse par Pierre Jovanovic

www.jovanovic.com

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne : Une mère désespérée s’immole dans une banque

 

En Espagne, une mère de 3 enfants âgée de 47 ans s’est immolée ce lundi dans son agence Caixa Almassora dans la ville d’Almassora, un village de la province de Castellon.

Cette mère s’est aspergée de liquide inflammable, puis mis le feu, pour ensuite se diriger vers un employé de la banque en hurlant « Bande de salauds, vous m’avez tout pris ! » selon les premiers éléments de la télé espagnole.

La banque l’avait saisie suite à un crédit avec des échéances non remboursées.

Grièvement brûlée sur 48% de son corps elle a été hélitroyée vers un hôpital de Valence.

Sources : La Vanguardia / El Mundo / Euronews

Le Journal du Siècle

 

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 19 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :