RSS

Archives du 13 février 2013

France: Obligé de voter ou c’est la prune ?!

« Si le vote est un droit, il doit être également un devoir en l’honneur et en mémoire de celles et de ceux qui ont versé leur sang pour notre Patrie. »

Je ne vais plus voter depuis belle lurette car je suis justement un vrai patriote,pas comme cette bande d’apatrides et de juifs francmacs sionistes qui nous gouvernent et qui nous menent à l’esclavage,qu’ils aillent se faire mettre!!!

 

vote

 

C’est une proposition de loi déposée le 6 février dernier, mais sans doute passée inaperçue en plein débat sur le mariage homo. Déposée par dix députés UMP le texte propose de faire du droit de vote « une obligation ».

Souhaitée par Thierry Lazaro, Daniel Fasquelle, Thierry Mariani, Paul Salen, Michel Voisin, Laure de La Raudière, Jean-Pierre Vigier, Fernand Siré, Valérie Lacroute et Bernard

 

Brochand, elle transforme le droit de vote en obligation de vote.

La sanction pour les abstentionnistes ? Une amende de 15 euros. 45 euros en cas de récidive « dans les cinq ans ». Les députés UMP à l’origine de la proposition de loi prévoient tout de même des dérogations, en apportant la « preuve de son impossibilité par procuration », ou en « cas de force majeure ». Les citoyens seraient alors exemptés de cette obligation de vote.

Une proposition de loi qui vise à répondre à « la persistance de l’abstention à chaque scrutin », et qu’ils justifient également par des raisons historiques. Ils écrivent :

Si le vote est un droit, il doit être également un devoir en l’honneur et en mémoire de celles et de ceux qui ont versé leur sang pour notre Patrie.

Une proposition de droite, mais qui compte déjà un solide soutien à gauche : Claude Bartolone. Dès novembre 2012, le président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone se déclare favorable à l’obligation de voter.

Pendant la période de chaos à l’UMP, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi de l’UDI donnant son feu vert à la reconnaissance du vote blanc. « Un premier pas » vers l’obligation de voter, jugeait Claude Bartolone.

Le droit de vote est déjà obligatoire dans de nombreux pays, dont certains voisins : la Belgique, le Luxembourg, ou l’Autriche. Plus loin, l’Australie a adopté le principe en 1924.

Source et proposition de loi dans son intégralité: lelab.europe1.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/02/12/france-bientot-lobigation-de-voter/#more-38765

 

 

 
9 Commentaires

Publié par le 13 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Affrontements entre les Femen et le service d’ordre de Notre-Dame

Pendant que ces pétasses font leur show en toute impunité sans que rien ne leur soit reproché au final par les autorités collabos,certains de la manifestation anti-aéroport de Saint-Nazaire manifestant nus et se voient  poursuivis pour outrage vis-à-vis des forces de l’ordre avec à la clé 1 moins de prison avec sursis et 200 d’amandes….! Inversement des valeurs,2 poids 2 mesures,certaines causes ont plus de valeurs que d’autres…!

 

 

 

Des cris dans tous les sens, les flashs des touristes qui crépitent dans le noir, le service d’ordre débordé qui distribue des coups de pieds et de poings à qui veut et les Femen, sonnant les nouvelles cloches de Notre-Dame de Paris, hurlant «Pope no more». Pendant une petite dizaine de minutes, à l’intérieur de la cathédrale parisienne, le mouvement fémininiste d’origine ukrainienne a manifesté seins nus contre l’église catholique et son opposition au mariage gay.

Profitant de l’actualité de la démission de Benoît XVI, huit Femen se sont faufilées dans la cathédrale et ont réclamé la fin de la papauté, «symbole du patriarcat», et que les «homophobes dégagent». Manifester contre une institution religieuse devient pour elles une habitude. En janvier, les Femen avaient brièvement protesté place Saint-Pierre au Vatican le jour de la grande «manif pour tous» à Paris. En Ukraine, Inna Shevchenko, l’une des leaders du mouvement, a découpé en août 2012 une croix orthodoxe à la tronçonneuse en signe de soutien aux Pussy Riots, enfermées après avoir donné un concert dans une église.

Le symbole de Notre-Dame

Mais c’est la première fois qu’elles agissent à l’intérieur d’un lieu religieux aussi symbolique. Une à une, elles se sont inflitrées discrètement dans l’édifice avant de se déshabiller et de s’en prendre aux nouvelles cloches, exposées pour quelques mois au public. L’événement a été filmé par des journalistes, mais aussi des dizaines de touristes, stupéfaits d’une telle apparition. Pour les Femen, qui se réclament d’un athéïsme radical, l’action est dans leur logique idéologique : symbolique, médiatique et même violente. Comme lors de la manif contre le mariage gay de novembre – où des membres du GUD n’avaient pas hésité à donner du coup de poing – certains employés du service d’ordre de Notre-Dame, débordés et en petit nombre, n’ont pas été des plus tendres. Des claques, quelques coups, des insultes. A la fin de la manifestation, une Femen exhibait à toutes les caméras ses dents ensanglantées.

«Salopes», «elles sont folles», «c’est une honte», les réactions des visiteurs étaient majoritairement hostiles contre ce qu’ils considéraient comme une atteinte à la cathédrale. «On a pas d’armes, on n’attaque personne», s’est défendue Julia, l’une des Femen. «On est pacifique, on vient seins nus et on voit très bien comment ces gens sont capables de réagir», a-t-elle ajouté. Et d’espérer : «La religion et les institutions religieuses sont un problème, et nous aimerions voir leurs mentalités changer.» Pas certain qu’une telle action permette d’ouvrir le dialogue entre le mouvement féministe et les catholiques.

Libération

 

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 13 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :