RSS

Archives du 20 février 2013

Philippe Ploncard d’Assac – Le mondialisme messianique destructeur des peuples et des nations.

Philippe Ploncard d Assac

 

Philippe Ploncard d’Assac présenté par Arnaud de Lassus de l’Action Familiale et Scolaire.

Journée annuelle de l’AFS du 17 novembre 2012

Conférence : Le mondialisme messianique destructeur des peuples et des nations.

Questions-réponses avec André Frament, Antoine Quercy piloté par Yahn le Coz.

Thèmes : Messianisme juif, haute finance cosmopolite, nouvel ordre mondial, conjurés mondialistes, Paul Warburg, Nicolas Sarkosy, Vincent Reynouard, nuit de cristal, 11 septembre, Irak de Saddam Hussein, négationniste du complot, affaire Merah, grands médias d’informations.

 

http://cmick23r.wordpress.com/2013/02/20/philippe-ploncard-dassac-le-mondialisme-messianique-destructeur-des-peuples-et-des-nations/

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Bulgarie : Manifestation contre la hausse des prix de l’électricité

 

Les Bulgares, qui manifestent à travers le pays depuis plusieurs jours, demandent la démission du gouvernement et la renationalisation des compagnies de distribution d’électricité.

Le ministre des Finances a été limogé lundi, et mardi, a été annoncé une forte baisse des prix, ainsi que la volonté de sanctionner les compagnies d’électricité étrangères, au risque d’un incident diplomatique avec la République tchèque.
La licence de la compagnie tchèque d’électricité CEZ a notamment été annulée.

Le chef du gouvernement bulgare Boïko Borissov a annoncé mercredi 20 Février 2013, la démission de son gouvernement.

« Je ne participerai pas à un gouvernement sous lequel la police frappe les gens », a déclaré mercredi Boïko Borissov devant le parlement.

Les protestations des Bulgares contre la hausse des prix de l‘électricité sont devenues plus violentes mardi. Dans le centre de Sofia, des affrontements avec les forces de l’ordre ont fait une trentaine de blessés, surtout parmi les manifestants, mais aussi dans les rangs de la police. Dans d’autres villes, deux jeunes Bulgares se sont immolés par le feu. L’un est mort des suites de ses blessures, l’autre est dans un état critique.

http://fr.euronews.com/2013/02/20/bulgarie-la-hausse-de-l-electricite-fait-chuter-le-gouvernement/

 
2 Commentaires

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Une grand-mère et son petit-fils veulent un enfant ensemble !

Évolution ou régression….?!

 

Une grand-mère et son petit-fils veulent un enfant ensemble

 

Ce couple étrange d’une grand-mère et d’un petit-fils souhaite solidifier sa relation en mettant au monde un bébé.

Pearl Carter a 72 ans et son petit-fils, Phil Baley, 26 ans. Ce dernier a rencontré sa grand-mère après le décès de sa propre mère. Le coup de foudre a été immédiat, si bien que tous deux sont amoureux l’un de l’autre. Malgré le tabou qui entoure leur relation et les commentaires désobligeants dont ils font l’objet, ils ont décidé de fonder une famille ensemble.

« Dès le premier instant où je l’ai vu, j’ai su que nous n’aurions  jamais une relation de petit-fils à grand-mère. Pour la première fois  depuis des années je me suis sentie sexuellement vivante, » expliquait Pearl Carter au Sun. « J’ai appelé Phil dans ma chambre, il s’est assis sur le lit, je me  suis penchée et je l’ai embrassé. Je m’attendais à ce qu’il me rejette  mais il a continué à m’embrasser ».

En avril dernier, elle justifiait leur envie de faire appel à une mère porteuse : « Je ne m’intéresse pas à l’opinion des autres. Je suis amoureuse de  Phil et il est amoureux de moi. Bientôt, je pourrai tenir mon fils ou ma  fille dans mes bras et Phil sera l’heureux papa ».

http://www.gentside.com/couple/une-grand-mere-et-son-petit-fils-veulent-un-enfant-ensemble_art19806.html

 

 

 
6 Commentaires

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grève générale et manifestations aujourd’hui en Grèce….

Le Front syndical communiste Pame a massé ses... (PHOTO PETROS GIANNAKOURIS, AP)

 

Au moins 50 000 manifestants ont pris la rue mercredi en Grèce dans le cas d’une grève générale perturbant notamment les transports, contre la poursuite de l’austérité dont les créanciers du pays s’apprêtent à vérifier la rigoureuse mise en oeuvre.

À Athènes, la police, qui a déployé plusieurs milliers d’hommes et quadrillait tout le centre, a estimé les manifestants à quelques 35 000. À Salonique, deuxième ville du pays (nord), la foule comptait selon elle quelque 15 000 personnes.

Visant selon les centrales syndicales GSEE du privé et Adedy du public à «répondre aux politiques sans issue et anti-croissance qui ont paupérisé la société grecque et enfoncent l’économie dans la crise», la mobilisation est ainsi au niveau de celle de la dernière journée d’action, en novembre.

 

Permalien de l'image intégrée

 

«Stop, nous n’en pouvons plus», proclamait la banderole centrale du cortège syndical, grossi par les troupes du principal parti d’opposition, le Syriza de gauche radicale, dont les tracts appelaient à «faire tomber le plus vite possible» le gouvernement.

Dans la foule, Panayotis Kolovos, jeune avocat de 25 ans «se considère comme chanceux avec au moins un emploi, même s’il n’est payé que 600 euros (815 $)». «Nous ne survivons qu’à grand-peine», lance-t-il à l’AFP.

«Tout le monde autour de moi est sans emploi», affirme Alexandra Papadatou, au chômage à 28 ans avec un diplôme d’économie, alors que le taux de chômage a explosé à 27 %, et à plus de 60 % pour les jeunes.

Manifestant, comme d’habitude, à part, le Front syndical communiste Pame a lui massé ses troupes sous le slogan : «Non aux bagnes modernes», pour dénoncer la dérégulation en cours du marché du travail qui a pour conséquence des baisses de salaires en cascade.

Quelques tracteurs figuraient dans son cortège, signal de la grogne des agriculteurs, qui menacent de couper les routes du centre du pays contre un durcissement de leur régime fiscal et le manque de crédit.

 

Permalien de l'image intégrée

 

 

Asphyxie économique et misère

Comme en Espagne ou au Portugal, les contestataires grecs ne voient plus d’issue à une politique de rigueur et de réformes initiée en 2010, qui se traduit dans l’immédiat par plus d’asphyxie économique et met à bas la santé, l’éducation et la protection sociale.

«En aucun cas nous ne pouvons demander des efforts supplémentaires aux Grecs», a d’ailleurs convenu mardi le président français François Hollande, en visite de «soutien» à Athènes, alors que son homologue, Carolos Papoulias, au rôle honorifique, soulignait le risque d’une «explosion sociale».

 

Permalien de l'image intégrée

 

Permalien de l'image intégrée

 

Dans l’immédiat, «il s’agit juste d’appliquer» les engagements pris en novembre pour arracher aux bailleurs de fonds UE et FMI la poursuite de leur soutien financier, «en particulier en matière de privatisations, de perception des impôts et de réduction du secteur public», a commenté pour l’AFP une source du ministère.

Selon elle, le gouvernement de coalition droite-gauche modérée attend en conséquence «sans grande pression» le retour, fin février-début mars de la troïka des créanciers (UE-FMI-BCE), dont les inspections conditionnent le versement des prêts dont la Grèce doit bénéficier pour un total prévu de 240 milliards d’euros (326 milliards de dollars).

 

Permalien de l'image intégrée

 

Permalien de l'image intégrée

 

Mais pour les manifestants, c’est déjà trop, alors que selon une étude, plus de la moitié des foyers est menacé d’insolvabilité : «toutes ces mesures ont apporté la misère», s’emporte Dimitris Balayannis, un technicien de presse de 51 ans, fraichement licencié.

L’exécutif lui-même rechigne parfois à licencier des fonctionnaires, il tente ainsi de convaincre UE et FMI que les départs en retraite suffiront à tenir l’objectif convenu de 25 000 postes en moins dans le public pour 2013.

Mais le premier ministre conservateur Antonis Samaras a aussi recouru récemment à la manière forte – intervention policière et réquisition – pour casser deux grèves, des marins et du métro d’Athènes.

La grève générale, la première de l’année, a été accélérée en riposte à ce durcissement.

Dans un pays à l’activité déjà passablement ralentie par six ans de récession, elle a perturbé les dessertes aériennes domestiques, affecté trains et transports urbains et laissé à quai les bateaux desservant les îles, tandis qu’hôpitaux, écoles et administrations tournent au ralenti.

 

Permalien de l'image intégrée

« Ne me frappez pas. Je manifeste en paix, c’est mon droit »

Avec La presse.ca

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Astéroïdes : bientôt un bouclier spatial pour s’en protéger ?

Le projet Atlas pourra détecter des objets célestes de 45 mètres de diamètre une semaine avant un impact sur la Terre.

 

Le projet Atlas pourra détecter des objets célestes de 45 mètres de diamètre une semaine avant un impact sur la Terre.

 

Alors qu’une pluie de météorites a frappé la Russie et qu’un astéroïde à frôlé la Terre vendredi, comment la planète est-elle préparée pour faire face à un ciel qui semble de plus en plus vouloir nous tomber sur la tête ? Aux Etats-Unis, la Nasa, des universités et des groupes privés sont mobilisés pour développer des systèmes d’alerte capables de repérer à l’avance de petits astéroïdes potentiellement dévastateurs. L’agence spatiale américaine souligne toutefois qu’un tel risque est rare : « Un incident de cette ampleur ne se produit en moyenne qu’une fois tous les 100 ans », explique Paul Chodas, un des responsables du programme de la Nasa pour la détection des objets célestes proches de la Terre « Near-Earth Object Program Office » (NEOO).

« Le programme de la Nasa se concentre depuis ces dernières années sur la détection des petits astéroïdes et des progrès ont été accomplis », a relevé Lindsey Johnson, patron du programme du NEOO. Selon lui, « il y a dix ans, on n’aurait pas pu détecter 2012 DA14 », l’astéroïde de 45 mètres de diamètre qui a frôlé la Terre et qui aurait été capable d’anéantir une grande agglomération. Ce responsable avait rappelé que ces objets sont nombreux dans le voisinage de notre planète – environ 500 000 – et difficiles à traquer vu leur petite taille.

Selon les chercheurs, le projet Atlas (Asteroid Terrestrial-Impact Alert System) qui scrutera l’ensemble du ciel visible toutes les nuits, pourra détecter des objets de 45 mètres de diamètre une semaine avant un impact sur la Terre. Pour des astéroïdes de 150 mètres de diamètre, ce système, qui pourrait fonctionner à la fin 2015, offrirait une alerte de trois semaines. « Notre objectif est de trouver ces objets et de fournir une alerte suffisamment à l’avance pour prendre des mesures d’urgence de protection des populations », explique John Tonry, principal responsable scientifique du projet. Mais les efforts de la Nasa sont jugés insuffisants par d’anciens astronautes de l’agence et des scientifiques qui ont lancé un projet en 2012 visant à financer, construire et lancer le premier télescope spatial privé pour traquer des astéroïdes et « protéger l’humanité ».

 http://www.atlantico.fr/atlantico-light/asteroides-bientot-bouclier-spatial-pour-en-proteger-645003.html#A0ztP2z3EZ7PVFVF.99

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

La Réunion : Emeutes et tensions sociales sur fond de chômage

Des manifestations ont lieu depuis plusieurs jours à différents endroits du département. Les jeunes réclament 200 contrats aidés.

 

 

Des affrontements entre les forces de l’ordre et des groupes de jeunes ont lieu depuis le début de la semaine au Port (nord de la Réunion). Une mairie annexe a été en partie détruite par un incendie et une station-service vandalisée, a-t-on appris de source policière.

Après une journée calme mardi, où seul un petit barrage filtrant avait été installé à la Rivière des Galets, à la périphérie du Port, la mairie annexe du quartier a été incendiée en début de nuit. L’intervention rapide des pompiers, sous la protection des forces de l’ordre, a permis de sauver la moitié du bâtiment.

Pendant une bonne partie de la nuit de mardi, des affrontements ont opposé policiers et gendarmes à des groupes de jeunes qui ont répliqué aux tirs de grenades lacrymogènes par des jets de pierre, de fumigènes et de cocktails molotov, selon la police.

Un automobiliste qui a tenté de forcer un barrage a été sorti de son véhicule et sa voiture incendiée, une station-service vandalisée et en partie pillée.

Plusieurs barrages constitués de branchages et de poubelles enflammées ont été installés à différents carrefours. Des voitures ont été la cible de jets de pierre dont celle d’une chaîne de télévision. Au moins trois jeunes ont été interpellés.

Sources : Le Parisien

Le Journal du Siècle

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

EXTINCTION DU NET : Premières secousses….

Mauvais temps pour les chercheurs de vérité

 

internet-censure.jpg

 

Google entre en guerre contre les contenus vidéos dit « illégaux » en filtrant les requêtes d’internautes sur son gros moteur de recherche comme bon lui semble.

A la vue de la place qu’a pris Internet au sein de notre civilisation on peut symboliquement  voir dans cette action de Google une tentative de s’octroyer un pouvoir divin.

Des sanctions financières lourdes sont évidemment prévues pour les résistants; des systèmes pour bloquer les dons et paiements sur les sites concernés sont mis en place. Première conséquence    directe sur le réseau d’information alternative : c’est la fin de toutes les vidéos hebergées sur la plateforme « Ubest1 » qui ne sont pas des « créations »… Il en découle la perte    de toutes les vidéos du site « Des vidéos remarquables » de Blueman, une source intarissable d’information et de culture comptant plus de 5100 vidéos (!) couvrant    des dizaines de domaines. Et cela ne représente qu’un exemple parmi tant d’autres pour la bonne et simple raison que Ubest1 est (pour quelques jours encore) une plateforme majeure d’hebergement    de vidéos « alternatives ». Pour ceux qui en ont la possibilité, téléchargez un maximum de vidéos pendant qu’il est encore temps, stockez, vous aurez tout loisir de visionner et partager par la suite.

L’expression « Google est ton ami » n’a jamais été aussi éloignée de la vérité…

vis_libertedexpression_engage.jpg

Le blog de Ciel Voilé est directement concerné par l’attaque de Google car nombre de nos vidéos sont hebergées chez UBEST1. Ce nouveau signal devrait au moins servir à éveiller les sceptiques sur la réalité de l’avancement d’un nouvel ordre mondial qui aujourd’hui est à nos portes.

Malgré le coup de massue, il va falloir s’organiser, trouver de nouvelles voies de communication et redoubler d’effort pour partager tout autour de nous ce que l’on sait de ce qui se trame.

Une bonne occasion de se remettre à lire des livres ou des articles de blog que l’on relègue souvent au rang de marque-page en se contentant de visionner l’information résumée en vidéo.

Il est également temps de se réapproprier l’espace public, en se bougeant, en sortant,  en s’engageant et en organisant des évènements.

Je vous laisse lire l’article publié sur Ubest1 qui en dit un peu plus long sur cette attaque à la liberté d’expression et à la libre information qui a pour but évident de retarder  l’émancipation de l’humanité :

Google s’en va en guerre contre les contenus illégaux

Note de la direction de Ubest1 :

« Nous avons le projet de radier complètement tout contenu n’étant pas « créatif » de notre plateforme pour ne laisser que les    chaînes d’artistes, d’auteurs et autres créateurs de contenus originaux.    L’article suivant vous fera comprendre pourquoi… Google Adsense faisant la chasse aux sites « illégaux » les possesseurs de chaînes    remplies de de vidéos et autres média copiés sur le web sont priés de fermer leurs chaînes dés maintenant, ou de créer leurs propres contenus originaux et effacer ce qu’il ne leur appartient pas.    Nous commencerons notre campagne de nettoyage vers la fin de ce mois. 

   Merci de votre compréhention.

[PS: Contrairement à nos concurents, on peut pas dire qu’on ne prévient pas    nos membres !]

 

Après le filtrage de termes liés au piratage et le déclassement de sites dans le collimateur des ayants droit, l’entreprise américaine compte s’en prendre    aux finances de ces espaces. L’entreprise compte mettre à exécution son plan dès ce printemps. MasterCard, Visa et PayPal sont impliqués dans ces discussions.

 

 

Autrefois accusé de passivité face      au piratage, Google est aujourd’hui pleinement engagé contre la contrefaçon sur la toile. Après avoir filtré de certains termes dans les suggestions instantanées de son moteur de recherche, après avoir commencé à déclasser les sites recevant le plus de demandes de suppression de liens de la part des      ayants droit, le géant américain va ouvrir un nouveau front.

Selon les informations du Telegraph, c’est au porte-monnaie que Google compte désormais frapper. La firme de Mountain View veut s’en prendre aux finances des sites suspectés de favoriser le piratage. Et      elle veut s’en prendre à eux le plus vite possible. Il est question de couper les vivres de ces espaces dès ce printemps, si les principaux services de paiement en ligne sont disposés à suivre.

Au regard du calendrier évoqué pour assécher les sites illégaux, on peut raisonnablement supposer que les discussions ont atteint un stade avancé. Et si la stratégie de Google n’est pas encore      connue, ce n’est pas le cas de ses futurs partenaires. À la table des négociations se trouvent notamment MasterCard, Visa et PayPal. Ces trois firmes connaissent bien le sujet, puisqu’elles empêchent Wikileaks de recevoir des dons.

La mise en place d’un blocus financier est une mesure de lutte contre le piratage considérée comme particulièrement efficace. Même la Hadopi évoque cette piste pour casser les plateformes de téléchargement illicite, en      mobilisant les intermédiaires financiers (régies publicitaires, services de micro-paiement, banques, sociétés de cartes de crédit…).

Mais c’est oublier l’existence de voies alternatives pour payer des services visés par une stratégie d’étouffement. Ainsi, BitCoin pourrait très vite apparaître comme un refuge, en proposant une monnaie électronique      décentralisée qui échappe à tout contrôle. Wikileaks acceptait déjà Bitcoin pour recevoir des dons. Désormais, c’est au tour de Mega de prendre en charge Bitcoin.

 
1 commentaire

Publié par le 20 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :