RSS

Archives du 3 février 2013

La fausse éducation nationale ou l’emprise Judéo-Maçonnique sur l’École Française

 

 

Auteur : Bertrand Jean – Wacogne Claude
Ouvrage : La fausse éducation nationale l’emprise Judéo-Maçonnique sur l’École Française
Année : 194*

Lien de téléchargement : Bertrand_Jean_-_Wacogne_Claude_-_La_fausse_education_nationale.zip
Mot de passe de l’archive : http://www.histoireebook.com

Extrait:

« La france est le seul pays où l’enseignement officiel n’ait pas d’autre tâche que de détruire obstinément tout ce qu’il devrait conserver et dérobe à la nation la connaissance de sa propre grandeur. »

Abel Bonnard (Les Modérés) – 1936

PRÉFACE.

L‘ouvrage que présentent aujourd’hui au public Jean Bertrand et Claude Wacogne n’est pas l’oeuvre d’écrivains isolés, mais bien celle d’une équipe de spécialistes ayant amassé depuis quinze ans, d’abord à la rédaction de la libre parole, ensuite au sein du c. a. d., une documentation importante sur l’activité de la Juiverie et des Sociétés Secrètes.

Les archives maçonniques saisies dans les Loges depuis 1940 ont apporté un précieux appoint au volumineux dossier déjà constitué avant la guerre et que les perquisitions effectuées à nos bureaux et à notre domicile par les sbires de Blum et de Mandel n’avaient pas réussi à faire complètement disparaître. Cette modeste brochure est mieux qu’un ouvrage de propagande : c’est un véritable document qui livre, presque sans commentaire, la preuve de l’enjuivement de l’Enseignement français et de l’emprise maçonnique sur l’Éducation Nationale.

Les noms qui sont cités tout au long de l’ouvrage sont extraits de l’important fichier judéo-maçonnique que possède le centre d’action et de documentation, fichier établi à l’aide des documents maçonniques saisis, des périodiques et des annuaires israélites rassemblés depuis la dissolution des Loges et l’éviction des Juifs de l’économie et de la politique françaises. C’est dire combien rares seront les erreurs qui auraient pu se glisser dans le texte de cette brochure. Il va sans dire que nous rectifierons, dans les éditions suivantes, toute méprise ou omission qui pourrait nous être signalée.

Dans les lignes qui suivent, Jean Bertrand et Claude Wacogne ont fréquemment employé les termes « révolutionnaires », « révolution », pour désigner les activistes de la Judéo-Maçonnerie et le but qu’ils se proposent. Il est bien évident que pour eux les « révolutionnaires » sont les Communistes, les Marxistes, dont la doctrine de chambardement s’oppose à celle de la Révolution Nationale.

Jean Bertrand et Claude Wacogne sont, eux aussi, des révolutionnaires, mais des révolutionnaires nationaux. Et ces révolutionnaires nationaux n’ont pas attendu 1940 pour manifester leurs sentiments et pour combattre l’ennemi qu’ils démasquent ici. Le c. a. d. La stabilité du régime maçonnique assurée par l’éducation. Celui qui serait maître de l’éducation, dans un pays pendant cinquante ans, serait maître de l’avenir de ce pays. Leibnitz.

Au premier rang des responsables de la situation actuelle de la France, figure l’école qui a été trop longtemps et à un rythme de plus en plus accéléré, propagatrice de toutes les idéologies marxistes et pro-bolcheviques ; c’est l’école laïque, qui a, en grande partie, provoqué la désagrégation morale et sociale de la France ; le développement des doctrines marxistes fondées sur la lutte des classes et sur l’internationalisme, avait ouvert la porte de nos écoles publiques à des maîtres et à des maîtresses qui s’étaient laissés entraîner vers un enseignement faussé, antinational, et qui étaient beaucoup plus préoccupés de faire jouer à leurs élèves un rôle politique, qu’à les éduquer.

En 1934, dans un discours prononcé à Caen, le Maréchal Pétain avait souligné le danger que faisait courir au pays l’entreprise de démolition nationale menée par les instituteurs syndicalistes révolutionnaires. Il lui apparaissait que l’Éducation Nationale d’un peuple est la plus haute et la plus importante des tâches nationales ; or, cette Éducation fut engagée dans une mauvaise voie.

C’est le but de cette étude d’en rechercher les raisons. Nous allons montrer qu’une des causes profondes de la fausse Éducation Nationale réside dans l’emprise de la judéo-maçonnerie sur l’enseignement. Il n’est pas besoin que nous démontrions longuement l’identité de la République et de la Maçonnerie, elles ne faisaient qu’un, comme l’avouera le Convent du G ∴ O ∴ de 1924 (p. 393) : « La Maçonnerie, c’est la République à couvert », de même que « la République n’est autre chose que la Franc-Maçonnerie à découvert », a-t-on affirmé plus complètement encore.

La Maçonnerie, noyautée de Juifs et souvent inspirée par eux, dirigeait donc en fait le pays ; en examinant ses agissements et son emprise sur l’éducation nationale, nous aurons ainsi la clé des tristes résultats de l’école officielle. …. « 

http://www.histoireebook.com/index.php?post/2012/02/27/Bertrand-Jean-Wacogne-Claude-La-fausse-education-nationale

 

 
1 commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les infos dont on parle peu n°17 (2 Février 2013)

 

 

 

infosdontonparlepeu

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Des escrocs (juifs ?!) soutirent 14 M€ à une entreprise en un coup de fil!

C’est ce qu’on appel  » de l’ingénierie sociale  » dont on sait que la juiverie est passée maître dans cet art,n’en doutez pas…! d’ailleurs ces fonds volés sont partis chez les sionistes d’Israël….ça ne s’invente pas! (voir plus bas)

 

 

La société de commerce de bois PBM Import, installée à Pacé, près de Rennes (Ille-et-Vilaine), a été bernée par des escrocs particulièrement culottés, rapporte ce mercredi le quotidien Ouest-France.Se faisant passer pour des dirigeants de la société mère, les malfaiteurs ont réussi en un coup de fil à persuader le comptable de leur faire un virement de…14 millions d’euros.

Au culot !

L’arnaque a eu lieu à l’heure du déjeuner, au moment où les bureaux étaient presque vides, explique le quotidien. Une personne se faisant passer pour un dirigeant de la société britannique Wolseley, premier importateur de bois en Europe, dont PMB Import est une filiale, parvient alors à joindre le comptable. Ce dernier se laisse convaincre que son interlocuteur a besoin d’un virement de 14 millions d’euros pour réaliser des achats de matériaux à l’étranger. Au bout du fil, l’interlocuteur mal intentionné est persuasif. Il connaît les rouages de ce business et envoie même un mail au comptable, signé du nom réel d’un dirigeant. Berné, l’employé appelle alors la banque et ordonne le virement. Ce qu’il ne sait pas, c’est que quelques minutes après le transfert des fonds en Israël, l’argent sera dispatché sur plusieurs comptes dans le monde entier…

Interpol et Europol mobilisés

Une information judiciaire pour escroquerie a été ouverte et l’enquête confiée à la brigade financière de la police judiciaire de Rennes, qui pourra se reposer notamment sur les réseaux Interpol et Europol. «On fait du négoce et de l’importation de bois, donc nous sommes amenés à avoir des factures importantes», a commenté la direction de la communication du groupe Wolseley, qui confirme avoir «découvert des opérations financières irrégulières qui impliquent des personnes étrangères au groupe».

 

Un coup classique
«C’est un mode opératoire très classique. Les escrocs se renseignent sur l’entreprise via internet, ils récupèrent un maximum d’informations», explique une source proche du dossier, avant d’ajouter que «ça ne marche pas à tous les coups». Selon un avocat interrogé par Ouest-France, ces malfaiteurs, installés à l’étranger «se renseignent méticuleusement sur leur future victime et essaient dix, vingt ou trente fois. Ça finit par marcher et ça rapporte un gros loto. »

LeParisien.fr

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Sondage:les Français ne croient plus aux médias,aux politiques,à l’euro,à la mondialisation,mais continuent toujours à aller voter…! Allez comprendre !!!

 

Le Monde publiait le 25 janvier les résultats d’une grande enquête intitulée : « France 2013 : les nouvelles fractures ». Réalisée par l’institut de sondage Ipsos, le Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof) et la fondation Jean Jaurès, elle montre que le fossé entre le « peuple » et son élite a atteint des proportions inquiétantes et menace désormais la cohésion du pays.

Les Français rejettent en bloc l’Europe, s’insurgent contre la mondialisation, craignent l’islamisation du pays, souhaitent d’avantage d’autorité et n’accordent plus aucun crédit aux politiques… ni aux médias : tels sont les principaux enseignements de ce sondage.

65 % des sondés pensent ainsi qu’« il faut renforcer les pouvoirs de décision de notre pays, même si cela doit conduire à limiter ceux de l’Europe », 61 % estiment que « la mondialisation est une menace pour la France », 70 % qu’il y a trop d’étrangers en France, tandis que 74 % d’entre eux jugent la religion musulmane « intolérante et incompatible avec la société française ».

D’autre part, 72 % des sondés estiment que « le système démocratique fonctionne plutôt mal en France », 62 % pensent que les hommes et femmes politiques sont « corrompus pour la plupart », 82 % qu’ils « agissent principalement pour leurs intérêts personnels » et 87 % sont d’avis que l’« on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre » !Pour le directeur du Cevipof Pascal Perrineau, le « ressentiment » observé depuis une trentaine d’années cède désormais la place à « l’hostilité » franche.

Cette hostilité vis-à-vis des élites touche également les médias. 72 % des sondés estiment en effet que les journalistes sont « coupés des réalités et ne parlent pas des vrais problèmes des Français », 73 % pensent qu’ils ne sont pas indépendants et « ont tendance à céder aux pressions du pouvoir politique » (les électeurs du Front national et du Front de gauche étant les plus nombreux dans cette catégorie) et 58 % considèrent qu’ils font mal leur travail…

L’écart entre le discours répété en boucle par les hommes politiques, journalistes, experts, etc… et l’attente des Français est devenu proprement sidérant. Il s’agit d’un véritable déni de réalité de la part des élites qui ont fait sécession d’avec le reste du pays. La réception même de ce sondage, qui aurait dû provoquer un électrochoc, est révélatrice du malaise. Pour le journaliste Gérard Courtois qui l’analyse dans Le Monde, ces craintes et cette hostilité ne sont que fantasme, « résultat du travail d’incendiaires » de « ceux qui attisent ces peurs »…

La mondialisation libérale a généré une société française profondément inégalitaire et communautariste que les formules creuses du « vivre-ensemble » ne parviennent plus à cacher. Jusqu’où ira le déni de l’élite ? « Si les affaires publiques et la démocratie ne parviennent pas à mettre au clair, discuter et reconnaître les vrais antagonismes de la société, alors, et parce que “la guerre est la simple continuation de la politique par d’autres moyens” (Clausewitz), la situation deviendra ingérable », prévenait le géographe Christophe Guilluy dans son livre Fractures françaises paru en 2010.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-Francais-en-rupture-avec-leurs-medias-16235.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Polony interroge Ockrent sur Bilderberg : « Conspirationniste ! » :)

Ça se passe à partir de la 28e minute…

 

 

Le 2 février dans ONPC, Christine Ockrent est interrogée sur sa pratique des « ménages » (pour le compte du MEDEF et de grandes entreprises, parfois à 18.000 euros la demi-journée), et se défausse en rappelant que tout le petit monde journalistique fait de même… Super défense : tout le monde fraude, alors pourquoi pas moi ? Ça donnera des idées d’argumentaires aux fraudeurs de la RATP, tiens… Rappelons que selon la Charte des devoirs professionnels des journalistes français : « Un journaliste, digne de ce nom…. ne touche pas d’argent dans un service public ou une entreprise privée où sa qualité de journaliste, ses influences, ses relations seraient susceptibles d’être exploitées. » Sur Twitter, Henri Maler, qui anime le site Acrimed, ne manque pas de relever la manière dont la « reine (des ménages) Christine » traite de la déontologie de son métier…

 

 

Mais le grand moment arrive à la 29e minute quand Natacha Polony prend son courage à deux mains et interroge la « grande professionnelle » du journalisme sur sa triple participation aux réunions du groupe Bilderberg. Est-il normal, pour une journaliste, censée rendre compte au peuple des agissements de l’oligarchie, de fréquenter en privé cette oligarchie et d’être ensuite tenue au secret sur ce qu’elle aura appris à ses côtés ? La riposte de la « reine Christine » ne se fait pas attendre : « Quelle horreur !« , lance-t-elle, l’air faussement effarouchée, et le rire jaune… « Mais quelle horreur !« , insiste-t-elle, tandis que Polony essaie de finir sa phrase. « Mais c’est épouvantable qu’un journaliste aille… » Toujours la même technique : essayer de créer de l’émotion pour brouiller le message et ridiculiser la personne en train de pointer un vrai problème grave, qui demande l’usage de sa raison pour être compris.

Polony réussit, tant bien que mal, à poursuivre, et à pointer le problème. Et Ockrent, comme on pouvait s’y attendre, lâche l’anathème : « Je crois que vous avez, malgré tout le respect que je peux avoir pour votre parcours professionnel, une vision un peu conspirationniste des choses…« , avant de tenter d’argumenter, de façon alambiquée, ce qui pourtant ne peut pas l’être. Car elle nous dit qu’elle va au Bilderberg pour s’informer, auprès de gens qu’elle ne pourrait pas rencontrer autrement… Fort bien. Mais le problème demeure qu’en tant que journaliste, elle ne dit rien au peuple de ce qu’elle a appris dans ces réunions. Et ainsi, elle participe elle-même de l’oligarchie. CQFD. Au passage, contrairement à ce qu’Ockrent affirme, Bilderberg n’est pas né il y a une quarantaine d’années, mais il y a presque 60 ans, en 1954.

Alors que Polony la ramène à cette évidence qu’un journaliste ne doit pas fréquenter (en ami) les gens qu’il est censé surveiller au nom du peuple, Ockrent se défend comme pour les « ménages », c’est-à-dire aussi mal, en rappelant que tous les patrons de presse fréquentent les clubs du type de Bilderberg… ce qui n’est pas faux. Tous corrompus, donc, telle est sa ligne de défense ! Dommage que Polony n’ait pas pensé à interroger Ockrent sur les récentes accusations du juge Imposimato sur l’implication de Bilderberg dans le terrorisme en Italie… C’eût été marrant. Et ça lui aurait valu, à coup sûr, de se retrouver étrillée dans le prochain documenteur de Caroline Fourest !

http://www.agoravox.tv/actualites/medias/article/polony-interroge-ockrent-sur-37820

 

 

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Scandale : Un bébé meurt faute de place à la maternité Port-Royal!

 

Il avait prévenu qu’il envisageait un recours en justice. Ce dimanche matin, Stéphane a porté plainte contre X pour «homicide involontaire par négligence». Pompier dans la vie, cet homme de 34 ans avait accompagné jeudi sa femme qui devait accoucher à la maternité Port-Royal (XIV e). Alors que le déclenchement de l’accouchement était programmé, l’établissement qui était en «saturation totale» a renvoyé le couple.                                       

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la maman se sentant mal est retournée aux urgences avec son mari. Les médecins ont diagnostiqué la mort du bébé in utero

http://www.leparisien.fr/paris-75/deces-d-un-bebe-le-pere-porte-plainte-contre-la-maternite-port-royal-03-02-2013-2535823.php

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

A tout ceux qui n’ont pas encore compris que ce sont les banksters qui mènent le monde et que les politiques ne sont que des marionnettes

Les citations suivantes sont toutes extraites de l’Argent Dette et de Bankster.

 

Lenin

Le moyen le plus sûr de renverser un ordre social existant consiste à corrompre la monnaie

           Maurice Allais, Prix Nobel de Sciences Économiques 1988
Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents

           Henry Makow
Les banquiers gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde.

           Mécanique de l’argent moderne, Banque de Réserves Fédérale de Chicago.          
Le processus proprement dit de la création monétaire se passe principalement dans les banques… les banquiers ont découvert qu’ils pourraient faire des prêts simplement en donnant leur promesse de payer, ou des billets de banque, à des emprunteurs. De cette façon les banques ont commencé à créer l’argent. Les dépôts de transaction sont les contreparties modernes des billets de banque. C’était une petite étape d’imprimer des billets en les créditant dans les livres comptables des dépôts des emprunteurs, que les emprunteurs alternativement pourraient « dépenser » en faisant des chèques, « imprimant de ce fait » leur propre argent.

           Woodrow Wilson, ancien président des Etats-Unis           
Certains des plus grands hommes des Etats-Unis, dans le domaine du commerce et de la production, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il existe quelque part une puissance si organisée, si subtile, si vigilante, si cohérente, si complète, si persuasive…  Qu’ils font bien, lorsqu’ils en parlent, de parler doucement.

           John Kenneth Galbraith, économiste           
Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté.

           Graham F. Towers gouverneur de la Banque du Canada 1934-54          
Chaque fois qu’une banque fait un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. De l’argent tout neuf.

           Napoléon Bonaparte, Empereur Français (1769-1821)          
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.

           David Rockefeller, Commission Trilatérale 1991          
Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés.

           Rothschild Brothers of London          
Les quelques personnes qui comprennent le système (argent et crédits) seront soit tellement intéressés par les profits qu’il engendre, soit tellement dépendantes des faveurs qu’il conçoit, qu’il n’y aura aucune opposition au sein de cette classe. D’un autre côté, les personnes incapables d’appréhender l’immense avantage retiré du système par le capital porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts

           William Lyon Mackenzie King, ex-premier ministre du Canada          
Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile… Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois… L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation.

           Abraham Lincoln, président des Etats-Unis, assassiné          
Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité

           James A. Garfield, président des Etats-Unis, assassiné          
Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce… et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent.

           John Adams, père fondateur de la Constitution américaine          
Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d’honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation.

           Woodrow Wilson, président des Etats-Unis 1913-1921          
Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes.  Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants.

           Benjamin Franklin          
L’incapacité pour les colons d’obtenir le pouvoir d’émettre leur propre argent à l’écart des mains de Georges III et des banquiers internationaux fut la raison PRINCIPALE de la guerre d’indépendance.

           Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941 (Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque)          
Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

           Léon Tolstoï          
L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, il se distingue de l’ancienne simplement par le fait qu’il est impersonnel, il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave

           Encyclopædia Britannica, 14ème Edition          
Les banques créent du crédit. C’est une erreur de croire que le crédit des banques est créé dans toute mesure par le versement d’argent aux banques. Un prêt créé par la banque constitue un ajout significatif au volume d’argent de la communauté.

           Lord Acton, Lord Chief Justice of England, 1875          
Le problème récurrent au cours des siècles derniers et qui devra être réglé tôt ou tard est celui du conflit qui oppose le Peuple aux banques.

           Sir Josiah Stamp, Governor of Bank of England, 1920.          
Les banquiers détiennent la Terre. Si vous souhaitez rester leurs esclaves et payer le coût de votre propre esclavagisme, alors laissez les continuer à créer de l’argent.

           George H.W. Bush, 1992          
Si le Peuple avait la moindre idée de ce que nous avons fait, il nous traînerait dans la rue et nous lyncheraient. 

           M. Phillip A. Benson, Président de l’association American Bankers’ Association, 8 juin 1939          
Il n’existe pas de moyen plus efficace pour prendre le contrôle d’une nation que de diriger son système de crédit (monétaire).

           Andrew Gause, historien de la monnaie          
Une chose à comprendre à propos de notre système de réserve fractionnaire est que tel lors d’un jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique tourne, il n’y a pas de perdants.

             Irving Fisher, économiste et auteur          
Ainsi notre moyen national d’échange est maintenant à la merci des transactions de prêts des banques, qui prêtent, non pas de l’argent, mais des promesses de fournir de l’argent qu’elles n’ont pas.

           Marriner S. Eccles, gouverneur et président du CA de la Fed          
S’il n’y avait pas de dette dans le système, il n’y aurait aucun argent.

           Abraham Lincoln, Président des Etats-Unis          
Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs. L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité.

           Rothschild          
Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois.

           Charles A. Lindbergh          
Le système financier est devenu la Banque centrale américaine (Federal Reserve Board). Cette banque centrale gère un système financier au moyen d’un groupe de purs profiteurs. Ce système est privé et son seul objectif consiste à réaliser les profits les plus énormes possibles en utilisant l’argent des autres.  Cette loi (de la Réserve fédérale) démontre la plus grande preuve de confiance au monde. Lorsque le président signe cet acte, il légalise le gouvernement invisible par le pouvoir monétaire. Les personnes ne s’en rendent peut-être pas compte pour le moment mais le jour du jugement n’est plus qu’à quelques années, le jour du jugement de cet Acte qui représente le pire crime de tous les temps commis au nom de la loi par l’intermédiaire d’un projet de loi

           Henry Ford          
Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

           American’s Bulletin          
Nous avons été communisés : la production doit être régulée de manière impitoyable par rapport à la consommation ou …. la fraude du crédit bancaire au détriment du public sera révélée

           Henry Ford          
La jeunesse qui pourra résoudre la question monétaire fera plus pour le monde que toutes les armées de l’histoire

           Louis McFadden          
Nous possédons dans ce pays l’une des institutions les plus corrompues que le monde ait jamais connu. Je veux parler de la Banque centrale américaine. Cette institution a appauvri les citoyens des Etats-Unis et a presque mené notre gouvernement à la faillite. Tout ceci est dû aux pratiques frauduleuses des vautours qui contrôlent cette situation. Un super état dirigé par les banquiers et les industrialistes internationaux qui s’associent avec plaisir pour asservir le monde

           Robert H. Hemphill, gestionnaire de crédits, Fed, Atlanta, Géorgie          
Si les banques créent assez d’argent synthétique, nous prospérons ; sinon, nous sombrons dans la misère. Nous sommes, définitivement, sans système monétaire permanent. Quand on a une vision complète de l’ensemble, l’absurdité tragique de notre position désespérée est presque incroyable, mais il en est ainsi.

           1924 US Banker’s Association Magazine          
Le capital doit assurer sa propre protection par tous les moyens possibles, grâce à la coalition et à la législation. Les dettes doivent être collectées et les hypothèques interdites le plus rapidement possible. Lorsque les personnes ordinaires perdent leurs maisons à travers le processus de la loi, elles deviennent plus dociles et peuvent plus facilement être dirigées grâce au bras fort du gouvernement représenté par les principaux acteurs financiers et par une puissance centrale due aux richesses. Ces vérités sont bien connues de nos principaux intervenants qui s’appliquent désormais à créer un impérialisme permettant de gouverner le monde. En divisant les votants grâce au système de parti politique, nous les manipulons afin qu’ils dépensent toute leur énergie pour des problèmes n’ayant aucune importance. C’est donc grâce à une action discrète que nous garantirons la pérennité de ce que nous avons si bien planifié et accompli.

           Wright Patman, membre démocrate du Congrès 1928-1976 président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975          
Je n’ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent… Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d’être resté assis sans rien faire et d’avoir permis à un système aussi stupide d’être perpétué.
 
11 Commentaires

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Dégagement de fumée à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly

Centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret)

 

Un dégagement de fumée, rapidement identifié, s’est produit samedi en fin de matinée à la centrale nucléaire de Dampierre-en-Burly (Loiret), a-t-on appris auprès du service de communication de la centrale.

« La situation est sous contrôle et le problème a été rapidement résolu », a-t-on indiqué de même source.

Aucun communiqué n’avait été publié samedi soir au sujet de cet incident qui, a-t-on ajouté, n’a pas eu de conséquence sur la production. Un communiqué pourrait être publié en début de semaine prochaine, selon la même source.

Selon la République du Centre, ce dégagement de fumée aurait été provoqué par « l’échauffement d’une courroie de ventilateur d’un bâtiment auxiliaire ». Quatorze véhicules de pompiers se sont joints aux équipes d’intervention du site quelques minutes après ce dégagement de fumée, a précisé le quotidien sur son site internet.

Afp

dampierre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 3 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :