RSS

Archives de Tag: volcans

Activité volcanique au 12 Avril 2011

 ACTIV - Association pour la Connaissance et la Transmission de l'Information en Volcanologie

 

Toutes ces infos et plus encore sur le site :  http://www.activolcans.info

 ——————————————————————————

Dépêche n°4567 du 12-04-2011
Taal, Philippines, 400 m

Le gouvernement a interdit la pêche autour du cratère actif du Taal (Main Crater) en raison de la possible formation, en cas d’éruption de déferlantes basales. Pour le moment aucune information n’a été donnée en ce sens par le PHIVOLCS. Par ailleurs, ce sont 77 familles qui ont évacué spontanément la zone le week-end dernier. Pour le moment, aucun ordre d’évacuation n’a été donné , la situation n’étant pas critique. Néanmoins, des initiatives locales se font jour. Notons, par exemple, que le chef de la police de Talisay a demandé à environ 2600 personnes de partir volontairement. Sources : blog anglophone ERUPTIONS; GMA news.

Dépêche n°4566 du 12-04-2011
Bezymianny, Russie, 2882 m

Le KVERT a élevé le niveau d’alerte de l’édifice, le passant du jaune à l’orange. La décision fait suite à une augmentation de la sismicité de l’édifice, parallèle à l’augmentation de l’intensité de l’anomalie thermique produite par le dôme actif. Source : KVERT.

Dépêche n°4565 du 12-04-2011
Fuego, Guatemala, 3763 m

La situation semble stable au Fuego : l’activité explosive (strombolienne) sommital est toujours accompagnée d’une effusion sur le flanc sud. La coulée produite mesure toujours environ 200 m de long. Source : INSIVUMEH.

Dépêche n°4564 du 12-04-2011
San Miguel, El Salvador, 2130 m

Le SNET a rédigé un rapport mis en ligne hier dans lequel il est précisé que la sismicité du San Miguel est revenue à la normale. Cependant, une évolution vers une nouvelle crise dans un délai relativement court n’est pas complètement exclu par les volcanologues. Ces derniers, attendent de voir comment la situation va évoluer dans les semaines qui viennent. Source : SNET.

Dépêche n°4563 du 12-04-2011
Kilauea, Etats-Unis, 1222 m

La situation n’évolue pas au Kilauea. Le pit crater sommital du Halema’uma’u continue de se remplir lentement de lave (le niveau du lac monte) tandis qu’au Pu’u O’o le niveau du lac de lave varie régulièrement. L’édifice, quant à lui, continue de subire des cycles de gonflement/dégonflement. Source : HVO.

Dépêche n°4562 du 11-04-2011
Etna, Italie, 3340 m

L’INGV a rédigé une synthèse des événements d’hier, dont voici un résumé. Le déroulé du paroxysme d’hier est finalement assez classique de ce que fait l’Etna depuis 2006. Une activité strombolienne faible a débuté dans le pit crater latéral du cône Sud-Est le 08 avril. Une coulée très faiblement alimentée s’est mise en place le 09, en simultané avec l’activité explosive. Le 09 en fin de journée les explosions sont devenues progressivement plus intenses, en parallèle avec un augmentation du trémor, jusqu’à produire des fontaines dans la matinée du 10 avril et un panache suivi de chutes de cenres sur plusieurs villages du quart sud-est du volcan (Trecastagni, Aci Catello, Acireale, Zafferana pour ne citer que les plus célèbre). C’est à 09h30 GMT que le trémor à culminé. Le débit de lave est devenu très important, produisant une seconde coulée bien alimentée qui atteint, en fin d’éruption, 3 km de long. C’est cette coulée qui, en contact avec la couverture neigeuse, a produit l’activité explosive observée sur les images webcam. A aucun moment un écoulement pyroclastique n’est mentionné. L’activité est restée intense jusqu’à 14h00 GMT puis a décliné. Source :INGV.

 
8 Commentaires

Publié par le 5 avril 2011 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Islande: un autre volcan pourrait provoquer une éruption plus importante

L’éruption de l’Eyjafjallajokul en Islande pourrait provoquer une autre éruption, plus importante, du volcan voisin Katla, créant ainsi un nouveau scénario catastrophe pour le transport aérien, avertissent les scientifiques.

Une éruption du Katla serait dix fois plus forte et éjecterait de plus grands panaches de cendres dans les airs. Il est situé à seulement 20 kilomètres de l’Eyjafjallajokul, dans le sud de l’île. Les deux volcans seraient reliés par un réseau de canaux de magma.

Le Katla est toutefois recouvert d’une couche de glace de 500 mètres d’épaisseur formée par le glacier Myrdalsjokull, l’un des plus grands d’Islande. Cela représente une quantité de glace plus de deux fois supérieure à celle du glacier de l’Eyjafjallajokul.

Le Katla se réveille habituellement tous les 80 ans environ. Il semble cette fois un peu en retard, sa dernière éruption remontant à 1918. Il ne présentait aucun signe d’activité mardi, selon les scientifiques qui le surveillent à l’aide de capteurs sismiques.

Les chercheurs restent toutefois sur leurs gardes. Une éruption volcanique peut provoquer l’explosion d’un volcan voisin, et par le passé ont le Katla et l’Eyjafjallajokul ont été actifs en même temps, souligne Pall Einarsson, professeur de géophysique à l’université d’Islande. Les trois dernières fois que l’Eyjafjallajokul est entré en éruption, le Katla a fait de même.

En cas d’éruption du Katla, des villageois vivant à proximité devraient être évacués rapidement pour échapper à des torrents d’eau fondue dévalant les pentes du volcan. A Vik, un village qui s’est retrouvé couvert de trois millimètres de cendres après l’éruption de l’Eyjafjallajokul, les 300 habitants auraient deux à trois heures pour gagner un abri si nécessaire. Mais dans d’autres zones autour de la montagne, les habitants auraient moins de 20 minutes pour évacuer, précise Svenn Palsson, le maire de Vik.

La couche de glace du Katla est une source de préoccupation car c’est le mélange d’eau froide fondue et de lave qui provoque des explosions et projette des cendres en haute altitude. Une éruption du volcan pourrait ainsi libérer un nuage de cendres qui pourrait ensuite dériver au-dessus de l’Europe et paralyser le trafic aérien.

Pour le moment les scientifiques n’enregistrent que de légers tremblements au Katla, qui seraient liés aux mouvements de la couche de glace, mais l’activité de l’Eyjafjallajokull complique l’analyse des données et rend une éventuelle éruption du Katla plus difficile à prévoir.

Comme les séismes, les éruptions volcaniques sont de toute façon difficiles à prévoir. « Le Katla peut se réveiller demain ou dans 100 ans, on ne peut pas savoir », déclare M. Palsson. « Tout ce que nous pouvons faire c’est nous y préparer. »

 http://changementclimatique.over-blog.com/article-islande-un-autre-volcan-pourrait-provoquer-une-eruption-plus-importante-49000660.html

AP

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Activités volcaniques et sismiques des derniers jours

Dépêche du 21-04-2010 à 08:29
Volcan : Eyjafjöll, Islande, 1666 m

Chers internautes il faut absolument que vous regardiez cette vidéo exceptionnelle si vous voulez vraiment savoir à quoi ressemblent des fronts d’ondes. Merci aux deux internautes qui nous ont simultanément fait passer ce lien.

Source: Com.pers

Dépêche du 21-04-2010 à 08:03
Volcan : Reventador, Equateur, 3562 m

Lors d’un survol effectué hier par les volcanologues Equatoriens, des dépôts récents d’écoulements pyroclastiques ont été observés sur le flanc sud du cône intra-calderique. L’un de ces écoulements, long de 200m environ, à même été observé directement lors du survol. L’activité sur l’édifice reste globalement modérée.

 Source : IGEPN.

Dépêche du 21-04-2010 à 07:19
Volcan : Eyjafjöll, Islande, 1666 m

Correctif : le NORDVULK indique qu’aucune coulée n’a encore été observée au sommet de l’Eyjafjöll. Depuis le 19 avril la lave liquide est bel et bien présente mais n’a été observée pour le moment que sous forme de projections. Depuis hier soir 21h (TU) plusieurs stations sismiques enregistrent une baisse, légère, de l’amplitude du trémor. La tendance reste toutefois à confirmer. Le VAAC de Londres indique ce matin que le panache se trouve entre 3500 et 4500 m d’altitude et maintient le niveau d’alerte aviation au rouge.

 Sources : NORDVULK; Vidur.is; VAAC de Londres.

Un séisme modéré de magnitude 5.3 dans l’Ouest australien fait quelques dégâts

Des centaines d’élèves ont été évacués de leurs classes après qu’un tremblement de terre de magnitude de 5.3 sur l’échelle ouverte de Richter ait frappé la ville de Kalgoorlie, dans l’ouest de l’Australie. Plusieurs écoles dans la région ont été endommagées et des enfants ont été évacués, mais aucune information ne fait état de blessés graves.

L’autorité des services d’incendie et de situations d’urgence (FESA) a indiqué que le tremblement de terre — le plus fort enregistré dans la région — avait affecté cinq ou six hôtels sur la rue Burt. Les volontaires de la FESA et du SES (service d’état d’urgence) travaillent dans la région et les habitants locaux ont été appelés à éteindre leur électricité, le gaz et à fermer le robinet d’eau si possible.

 Un séisme de magnitude 5.3 fait 8 morts dans le Nord de l’Afghanistan

Un séisme de magnitude 5,3 survenu dans les montagnes situées au nord de Kaboul a fait au moins 8 personnes ont été tuées et une trentaine d’autres blessées.

Le séisme a été enregistré peu avant 1h du matin lundi (20h30GMT dimanche) dans la province, à mi-chemin entre Kaboul et Mazar-i-Sharif, dans le nord de l’Afghanistan. Le tremblement de terre a été ressenti à Kaboul, ainsi que dans les pays voisins, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan.

Trois villages ont été touchés par le séisme, avec plus de 300 habitations endommagées et des dizaines de têtes de bétail tuées. Les glissements de terrain provoqués par la secousse ont bloqué des routes, rendant encore plus difficile l’accès au secteur.

En 1998, deux séismes de magnitude 5,9 et 6,6 avaient secoué la frontière entre l’Afghanistan et le Tadjikistan, faisant plus de 6.000 morts. En 2002, un tremblement de terre de magnitude 5,3 avait touché la province de Baghlan près de Samangan, tuant un millier de personnes.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Activités volcaniques récentes.

 

Dépêche du 20-04-2010 à 08:35
Volcan : Eyjafjöll, Islande, 1666 m

Les webcams de ce matin confirment que l’importance du panache est en diminution, tandis que l’amplitude du trémor est toujours aussi élevée. L’éruption est donc stable mais le changement de composition du magma émis (de plus en plus basique) et la disparition progressive de glace autour des bouches éruptives génère moins d’explosions. Le VAAC de Londres maintient toutefois le niveau d’alerte aviation au rouge et confirme que la lave est maintenant visible dans le cratère. Il indique que la panache reste à une altitude de 4000m actuellement.

 Sources: Mila.is; Vedur.is; VAAC de Londres

L’évolution du nuage en animation pour les 2 jours à venir:

http://ashalert.files.wordpress.com/2010/04/animation2.gif

Dépêche du 20-04-2010 à 09:48
Volcan : Gaua, Vanuatu, 797 m

L’éruption se poursuit et le VAAC de Wellington continue d’émettre des bulleint indiquant lma présence des panaches de cendres. Le Volcanism Blog rapporte les informations de divers quotidiens en ligne qui précisent que la crise prend de l’ampleur. Près de 3000 personnes seront ainsi évacuées et dispersées dans divers îles proches.

Sources: Volcanism Blog; Radio New Zealand

Dépêche du 20-04-2010 à 09:33
Volcan : Barren Island, Inde, 354 m

Le VAAC de Darwin indique que des panaches de cendres ont été produits par le volcan hier. Le niveau d’alerte aviation est maintenu à l’orange dans la zone.

 Source: VAAC de Darwin

Dépêche du 20-04-2010 à 09:25
Volcan : Fuego, Guatemala, 3763 m

L’édifice est toujours le siège d’une activité explosive modérée. Ces derniers jours les vents ont provoqué des chutes de cendres (faible) sur Antigua et divers autres petites villes (Alotenango, San Miguel Dueñas…). Les panaches s’élèvent à quelques centaines de mètres de hauteur.

Source: INSIVUMEH

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Plusieurs volcans des Vanuatu inquiètent aussi.

PORT-VILA, 19 avril 2010 (Flash d’Océanie) – Les nombreux volcans de l’archipel de Vanuatu ne semblaient ces derniers jours donner aucun signe d’accalmie et auraient même tendance à gagner en activité, selon les dernières constatations des autorités locales.

ur l’île de Gaua (extrême Nord de l’archipel, dans le groupe des îles Banks/Torrès, à la limite des îles Salomon) le Mont Garet, qui menace depuis l’an dernier d’entrer en éruption destructive, les autorités écartent moins que jamais la possibilité d’une évacuation totale, après une première phase de déplacement des populations de l’Est de l’île, fin 2009, en raison de l’émission de fumées et scories acides dommageables à la fois à la santé des villageois vivant sous le vent et des cultures, détruites par le dépôt ces matières.
Ce regain d’activité du Mont Garet (dont le cratère constitue aussi le lite d’un lac, sur l’île de Gaua), depuis septembre 2009, se caractérise aussi par une forte augmentation du volume de cendres acides et a forcé les autorités à organiser le déplacement d’une partie de la population (la plus proche du phénomène) de l’autre côté de l’île.
À Gaua, selon les volcanologues qui observent toujours de près l’activité de ce volcan, la plus grande crainte réside dans une possible déstabilisation de la structure même du volcan (notamment en raison de l’importante activité sismique dans la proche région) et une éventuelle entrée en contact, potentiellement très explosive, de l’eau du lac (qui constitue, de fait, le chapeau du cratère et qui contient des millions de mètres cube d’eau) et la chambre magmatique située juste en-dessous.
Selon les observations rapportées ces derniers mois, l’activité du volcan représente en moyenne deux explosions quotidiennes, avec toujours de fortes émissions de gaz sulfureux.
Selon la cellule gouvernementale des risques géologiques à Vanuatu, depuis le 10 mars 2010, le niveau d’alerte a été rehaussé, pour les volcans Yasur (Tanna) et du Mont Garet, à un niveau deux.
Le volcan de l’île de Gaua, baptisé le Mont Garet, d’une hauteur de plus de neuf cent mètres, est en fait la partie émergée de l’île elle-même et se matérialise par un lac (baptisé Létas), qui submerge une ancienne caldeira.
En incluant sa partie immergée, le Mont Garet représente une hauteur dépassant les deux mille mètre, estiment les scientifiques.
Il est entré dans une phase à moyen terme d’activité au début des années 1960.
En 1973, une évacuation s’était révélée nécessaire.

La suite ici :  http://www.tahiti-infos.com/Plusieurs-volcans-de-Vanuatu-inquietent-aussi_a1512.html

Supplément: traduction google.

SYDNEY (AFP) – Les pays du Pacifique de Vanuatu a prévu d’évacuer près de 3.000 villageois après un volcan actif hautement commencé crachant des nuages de cendres, a indiqué un responsable lundi.

Le volcan de Gaua pittoresque, qui a éclaté 13 fois depuis 1963 et a été explosive et grondante pendant plusieurs mois, est sous haute surveillance, après une hausse marquée de l’activité de ces derniers jours.

«Il est de plus en plus l’activité », a déclaré Peter Korisa, agent de planification à la catastrophe nationale de gestion du Bureau. « Il ya quelques jours un grand nombre de nuages de cendres ont été dispersées dans l’air. L’activité n’est pas stable, il est en augmentation. »

En Novembre, environ 400 personnes ont été déplacées de l’ouest de l’île de Gaua après que le volcan comblé leurs villages avec des cendres et en soufre.

« L’année dernière, c’était juste quelques explosions et des cendres tombent, mais au moment où l’activité est de plus en plus intéressant», a déclaré Korisa.

Il a dit quelque 2.700 personnes seraient transportés à un centre de réinstallation sur Vanualava île voisine, si la situation est devenue plus grave.

«Nous avons fait des plans, nous avons identifié l’emplacement, mais la situation ne justifie pas une évacuation si l’activité est à un stade où nous devons », a déclaré Korisa.

« Pour le moment nous sommes suivi de la situation et l’activité de la faille. »

Vanuatu est le  » Pacific Ring of Fire », où se rencontrent des plaques continentales à l’origine volcanique et de haute activité sismique . La dernière activité coïncide avec un nuage de cendres volcaniques de l’Islande qui a paralysé Voyage aérien européen.

 

Étiquettes : , , , , ,

L’OMS recommande de rester chez soi par précaution en cas de pluie de cendres volcaniques

De Eliane Engeler (CP)

– Il y a 4 heures

 GENEVE — L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé vendredi aux Européens de rester chez eux si les cendres issues du volcan islandais en éruption venaient à retomber au sol, appliquant le principe de précaution.

 Le porte-parole de l’OMS David Epstein a expliqué que les particules microscopiques de cendres pouvaient entraîner des problèmes respiratoires si elles commençaient à « stagner ».

 « Nous sommes très préoccupés », a déclaré David Epstein. « Lorsqu’elles sont inhalées, ces particules peuvent atteindre les régions périphériques des bronches pulmonaires, et causer des problèmes, principalement pour les personnes souffrant d’asthme et de maladies respiratoires ».

 Le volcan islandais d’Eyjafjallajokull, entré en éruption mercredi, a projeté un nuage de cendres dans le ciel nord-européen, entraînant de fortes perturbations du trafic aérien. Ce nuage dérive à une hauteur d’environ 6.000m d’altitude et n’est pas visible du sol.

 David Epstein a souligné que le nuage restait en hauteur dans l’atmosphère vendredi et que les particules n’avaient pas encore commencé à retomber. « Mais lorsqu’elles stagneront (…) nous recommanderons aux gens de rester chez eux autant que possible », a-t-il expliqué.

 Les personnes qui sortiront de chez elles seront alors invitées à porter un masque, a-t-il ajouté, précisant toutefois que l’OMS ignorait encore beaucoup des éventuels risques respiratoires inhérents à ces particules.

 Les autorités sanitaires britanniques ont dit vendredi prévoir qu’une « petite fraction des cendres volcaniques islandaises » retombe au sol en Grande-Bretagne dans la soirée et samedi matin. « Il est important de souligner que la concentration de particules qui pourrait retomber au sol devrait être faible et ne devrait pas être très dangereuse », a indiqué l’Agence de protection sanitaire, précisant également que les effets devraient être brefs.

 L’Agence a par ailleurs indiqué que certaines personnes pourraient ressentir vendredi soir des symptômes dus à ces cendres, tels qu’une irritation des yeux, le nez qui coule, des maux de gorge ou une toux sèche. En cas d’apparition de ces symptômes, l’Agence a également conseillé de rester chez soi.

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :