RSS

Archives de Tag: transocean

L’incroyable arnaque de BP – 2e partie: les multiples puits/conséquences océaniques et climatiques

Note de l’auteur: Cet article est la suite et une mise à jour de L’incroyable arnaque de BP: le puits (B) qui n’a jamais été colmaté, qui fut publié le 31 août 2010. À la suite de certaines observations faites par quelques lucides lecteurs, des corrections et précisions devaient être apportées et j’en profite donc pour donner de l’expansion à ce dossier. Cet présent article devrait donc conséquemment remplacer le premier puisqu’il est maintenant mis à jour avec toutes les modifications et qu’il contient de notables ajouts.

– La section A renferme la section du premier article qui est conservée;

La section B constitue la suite et la mise à jour;

La section C renferme des indications inquiétantes quant aux conséquences de ce volcan de pétrole sous-marin sur les courants marins qui eux, à leur tour, influencent le climat planétaire.

Je tiens à remercier tous les intervenants qui ont contribué à ce que ce dossier soit complet et sans faille. Le travail à l’unisson de la communauté de chercheurs sur Internet nous mène inéluctablement sur le chemin de la vérité et c’est ensemble que nous parvenons à nous y rapprocher. Sans tous ces gens qui collaborent ensembles et qui apportent leur part de vérité pour former une vue d’ensemble, ce travail journalistique ne serait pas possible.

Mes hommages à tous ces journalistes citoyens qui s’acharnent à poursuivre la vérité, partout où elle se trouve.

François Marginean

La suite ici:

http://les7duquebec.wordpress.com/2010/09/07/lincroyable-arnaque-de-bp-2e-partie-les-multiples-puits-consequences-oceaniques-et-climatiques/

Respects et hommages à tous ces journalistes en quête de vérité!

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Marée noire:C’est pas ma faute,c’est la tienne!

Marée noire aux USA: les compagnies impliquées se rejettent la faute
WASHINGTON – Les dirigeants du géant pétrolier britannique BP et des autres sociétés responsables de la plateforme Deepwater Horizon, qui a sombré dans le golfe du Mexique, s’apprêtaient à se rejeter la responsabilité de la marée noire qui en a résulté, mardi devant le Congrès.

Le PDG de BP America, Lamar McKay, assure qu’il travaillera « sans relâche » jusqu’à ce que la fuite de pétrole soit « sous contrôle », dans ses notes préparatoires avant son témoignage devant la commission de l’Energie et des ressources naturelles du Sénat, dont l’AFP a obtenu copie.

Les ingénieurs de BP ont jusqu’ici échoué à colmater cette fuite à 1.500 m au fond de l’océan, qui déverse quelque 800.000 litres de pétrole par jour depuis que la plateforme pétrolière, exploitée par BP, a explosé le 20 avril puis sombré deux jours plus tard.

« Rien n’est épargné » pour limiter les dégâts économiques et environnementaux de cette marée noire, devait encore assurer M. McKay. La marée noire a déjà coûté 350 millions de dollars à BP, et la somme pourrait se chiffrer au final en milliards.

L’enquête interne menée par une équipe de 40 personnes au sein de BP « n’a pas encore abouti à des conclusions » sur les causes de l’accident, selon les remarques de M. McKay. Mais celui-ci oriente les soupçons vers le propriétaire de la plateforme, Transocean Limited, soulignant qu’il était responsable d’une pièce cruciale d’équipement qui n’a pas fonctionné après l’explosion, empêchant de reprendre le contrôle du puits.

« Les systèmes sont conçus pour résister à un accident. Malheureusement, pour des raisons que nous ne comprenons pas encore, dans ce cas, ils ne l’étaient pas. Le mécanisme de Transocean pour empêcher une explosion n’a pas fonctionné », écrit-il.

Le patron de Transocean, Steven Newman, écrit dans ses propres remarques que mettre en cause cette valve de 450 tonnes « n’a tout simplement pas de sens », et souligne que « tous les projets de production de pétrole en mer sont, du début à la fin, de la responsabilité de l’exploitant », en l’occurrence BP.

Mais Newman accuse aussi la société Halliburton, qui est également intervenue sur la plateforme, soulignant qu’elle était responsable du coffrage en ciment du puits et de la fabrication d’un bouchon temporaire en ciment pour la tête du puits.

« Ce que nous savons de manière certaine », écrit-il, c’est qu' »il y a eu une rupture soudaine et catastrophique du ciment, ou du coffrage, ou des deux », le jour de l’explosion et que « sans la rupture désastreuse de l’un de ces éléments, l’explosion n’aurait pu se produire ».

Un responsable de Halliburton, Tim Probert, affirme quant à lui dans son propre témoignage que les travaux de maçonnerie en ciment avaient été terminés 20 heures avant l’explosion, dans le respect des normes en vigueur. Quant au bouchon, il n’a pas eu le temps d’être installé avant l’explosion, qui s’est produite à un moment où Transocean travaillait sur le puits, souligne-t-il.

BP

HALLIBURTON

SOMBRES CRETINS !!!

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :