RSS

Archives de Tag: toxique

Le Canada déclare le BPA substance toxique

Le Canada déclare le BPA substance toxiquebiberon bisphenol A bebe

Le gouvernement canadien a adopté un décret1 plaçant le bisphénol A (BPA) sur la liste des substances toxiques en vertu de la Loi canadienne sur l’environnement.

Dans un communiqué de presse2 diffusé le 13 octobre dernier, les ministres canadiens de l’Environnement et de la Santé ont dit adopter une attitude fondée sur le principe de précaution à la lumière des données scientifiques préoccupantes dont on dispose à l’heure actuelle, au terme d’une étude de 4 ans visant à évaluer l’innocuité du bisphénol A. L’activité physiologique du BPA ressemble à celle de l’oestrogène et des scientifiques croient qu’il peut avoir des propriétés cancérigènes et causer, à long terme, des problèmes de fertilité.

 

Le gouvernement canadien – qui fait figure de proue à l’échelle mondiale – a pris cette décision malgré les pressions émanant des industries agroalimentaires et chimiques, de même que des autorités chinoises, qui le priaient de ne pas créer de précédent contraignant. De leur côté, la Food and Drug Administration (FDA) américaine et l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) continuent d’affirmer que les emballages alimentaires renfermant du BPA ne représentent pas une menace pour la santé humaine.

Rappelons qu’en avril 2008, Santé Canada avait annoncé son intention de légiférer afin d’interdire les biberons de polycarbonate renfermant du bisphénol A. Cette fois, c’est l’emploi de cette substance dans tous les types d’emballages alimentaires qui se trouve visé. L’inclusion du BPA à la liste des substances toxiques autorise le ministre de l’Environnement à prendre des mesures pour en limiter l’usage.

Par ailleurs, ce décret ministériel ouvre dès maintenant la porte à d’éventuelles poursuites judiciaires : en vertu de la Loi canadienne sur l’environnement, des gouvernements provinciaux, des municipalités ou des citoyens pourraient désormais entreprendre des procédures en justice contre des entreprises agroalimentaires qui seraient à la source d’une contamination environnementale attribuable à l’emploi de BPA dans ses emballages.

Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net

http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=le-canada-declare-bpa-substance-toxique_20101015

_________________________________________________

Qu’est-ce que le BPA?
Le BPA est une substance chimique utilisée dans la fabrication du polycarbonate, une matière plastique légère et résistante qui sert à fabriquer une multitude de produits, tels les bouteilles d’eau réutilisables et certains emballages alimentaires.

_________________________________________________

 

 
1 commentaire

Publié par le 16 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Des employés d’une usine de traitement de l’eau filment la toxicité du fluor

(Source : Youtube via SOTT.net)

Des employés d’une usine américaine de traitement de l’eau, si stupéfaits et indignés de ce qu’ils étaient censés mélanger à l’eau potable de leur région, ont refusé de procéder à ce déversement et en ont publié une vidéo.

 

Demandez-vous si c’est juste une coïncidence si le fluor a été utilisé pour la première fois dans les goulags de Staline, puis que les Nazi l’ont repris des soviétiques [car ils ont fait beaucoup de choses durant les années 30 que la majorité des historiens modernes paraissent ignorer] et l’utilisaient dans les camps de concentration. Puis il réapparaît comme par magie sous l’apparence d’une protection dentaire dans la plupart des pays occidentaux à l’époque d’après-guerre … pourquoi ?

http://newsoftomorrow.org/spip.php?article9053

A lire aussi:

–  http://www.alterinfo.net/La-Verite-sur-le-Fluor_a50267.html

–   http://djamelitosante.blogspot.com/p/la-verite-sur-le-fluor.html

–  http://blogue.educationquebec.com/2008/10/28/non-au-fluorure-de-sodium-a-lecole/

 
2 Commentaires

Publié par le 15 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Boues rouges : en France aussi le risque de pollution existe!

Par Sophie Chapelle

Alors que la pollution aux boues rouges affole la Hongrie, des inquiétudes s’expriment sur une usine similaire en France : l’usine d’aluminium de Gardanne, du groupe Rio Tinto, rejette plus de 200.000 tonnes de boues rouges… dans la Méditerranée.

Alors que la Hongrie fait actuellement face à sa pire catastrophe écologique, les responsables de l’usine de Gardanne (Bouches du Rhône), seule en France à produire de l’alumine, se veulent rassurants. Dans un entretien avec l’AFP, ils assurent que les résidus stockés ne sont « plus toxiques » et se trouvent «  sous forme solide », à la différence de la situation hongroise. En 2010, l’usine a extrait environ 450.000 tonnes d’alumine à partir de la bauxite, un minerai naturel principalement importé de Guinée. L’usine, qui appartient au groupe anglosaxon Rio Tinto – Alcan (qui a racheté Péchiney) fabrique des briques pour hauts-fourneaux, des céramiques ou des verres spéciaux notamment pour les écrans plats.

Cette production a pourtant un coût écologique majeur par « les déforestations » et « les pollutions importantes » générées, rappelle dans un communiqué Les Amis de la Terre France. « Chaque tonne d’aluminium entraîne le rejet de 4 tonnes de boues rouges néfastes tant par leur quantité que par leur pH (potentiel hydrogène, ndlr) basique », précise l’association écologiste.

Boues rouges déversées dans la Méditerranée

Seuls 20 % des déchets, contrôlés deux fois par an, sont actuellement entreposés dans un terrain de 30 hectares à deux kilomètres de l’usine de Gardanne. Le reste est dilué avant d’être déversé en mer au large de Cassis via un conduit de 47 km de long qui débouche à 7 km des côtes, par 320 mètres de profondeur. « Le volume des rejets déversés en 2008 a atteint 237.000 tonnes. Le déversement de boues rouges dans la mer au large de Cassis pourrait remettre en cause la création du parc naturel des Calanques », explique Les Amis de la Terre. Ces boues doivent leur couleur à la présence d’oxydes de fer. Ce déversement dure depuis quarante ans et devrait prendre fin en 2015 selon les termes d’un engagement pris par le groupe Pechiney, longtemps propriétaire du site. Pour le moment, les poussières et les rejets dans la baie de Cassis inquiètent la population locale et les associations environnementales.

Plus d’un million de mètres cubes de boue rouge extrêmement toxique se sont déversés lundi 4 octobre polluant sept localités hongroises, à 160 km de Budapest, après la rupture d’un réservoir dans une usine d’aluminium [1]. Le bilan de la catastrophe fait état de sept morts, un disparu et au moins 150 blessés. Les autorités assurent que « le Danube est hors de danger » après avoir relevé des taux alcalins (qui mesurent la présence de sodium, de lithium ou de potassium…) proches de la normale. Mais les organisations écologistes estiment que la menace sur l’écosystème demeure. Une crainte renforcée par la menace d’une nouvelle coulée de boue samedi matin, suite à un nouvel affaiblissement de la digue d’un réservoir de l’usine.

La société MAL (Magyar Aluminium), propriétaire de l’usine hongroise, dément toute responsabilité dans l’accident. Elle est cependant soupçonnée d’avoir entreposé trop de boue rouge dans le réservoir, ce qui, combiné à de fortes pluies et à un mauvais entretien, aurait fait céder une digue. La Hongrie a annoncé une inspection rapide de tous les bassins de boue rouge du pays et un prochain durcissement des normes de sécurité. « Mettre en place des règles de sécurité strictes ne suffit plus car on voit les limites de leur efficacité. Il faut maintenant revoir nos modes de production et de consommation pour réduire drastiquement la pression sur les ressources naturelles et sur les écosystèmes », commente Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre.

http://www.bastamag.net/article1222.html

 
2 Commentaires

Publié par le 11 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La Hongrie craint une nouvelle coulée de boue toxique

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a dit redouter une nouvelle coulée de boue rouge toxique s’échappant du réservoir de l’usine d’aluminium d’Ajka située à quelque 160 km à l’ouest de Budapest.

Le chef du gouvernement s’est rendu samedi matin dans le village de Kolontar dont les 800 habitants ont tous été évacués par crainte d’une nouvelle catastrophe.

« La nuit dernière, le ministre de l’Intérieur nous a informés que des fissures sont apparues dans la digue nord du réservoir, dont un coin s’est affaissé, ce qui rend probable un effondrement de toute la digue », a dit Orban lors d’une conférence de presse à Ajka.

Quelque 500.000 mètres cubes de boue rouge toxique pourraient alors s’échapper du réservoir. Cette nouvelle coulée serait plus visqueuse que celle qui a englouti trois villages lundi faisant sept morts et plus de 150 blessés.

Les dégâts financiers n’ont pas encore été évalués. Une zone de 800 à 1.000 hectares a été contaminée par cette coulée d’un million de mètres cubes de boue faite de déchets provenant du traitement de la bauxite et considérés comment hautement caustiques.

La coulée a détruit toutes formes de vie dans la rivière Marcal, la première touchée par la pollution, tandis que la présence de poissons morts a été signalée dans d’autres cours d’eau.

Les autorités hongroises affirmaient vendredi avoir écarté tout risque de catastrophe biologique ou environnementale dans le Danube.

Krisztina Than; Pierre Sérisier pour le service français
Le chef du gouvernement s’est rendu samedi matin dans le village de Kolontar dont les 800 habitants ont tous été évacués par crainte d’une nouvelle catastrophe.

« La nuit dernière, le ministre de l’Intérieur nous a informés que des fissures sont apparues dans la digue nord du réservoir, dont un coin s’est affaissé, ce qui rend probable un effondrement de toute la digue », a dit Orban lors d’une conférence de presse à Ajka.

Quelque 500.000 mètres cubes de boue rouge toxique pourraient alors s’échapper du réservoir. Cette nouvelle coulée serait plus visqueuse que celle qui a englouti trois villages lundi faisant sept morts et plus de 150 blessés.

Les dégâts financiers n’ont pas encore été évalués. Une zone de 800 à 1.000 hectares a été contaminée par cette coulée d’un million de mètres cubes de boue faite de déchets provenant du traitement de la bauxite et considérés comment hautement caustiques.

La coulée a détruit toutes formes de vie dans la rivière Marcal, la première touchée par la pollution, tandis que la présence de poissons morts a été signalée dans d’autres cours d’eau.

Les autorités hongroises affirmaient vendredi avoir écarté tout risque de catastrophe biologique ou environnementale dans le Danube.

Krisztina Than; Pierre Sérisier pour le service français
Le chef du gouvernement s’est rendu samedi matin dans le village de Kolontar dont les 800 habitants ont tous été évacués par crainte d’une nouvelle catastrophe.

« La nuit dernière, le ministre de l’Intérieur nous a informés que des fissures sont apparues dans la digue nord du réservoir, dont un coin s’est affaissé, ce qui rend probable un effondrement de toute la digue », a dit Orban lors d’une conférence de presse à Ajka.

Quelque 500.000 mètres cubes de boue rouge toxique pourraient alors s’échapper du réservoir. Cette nouvelle coulée serait plus visqueuse que celle qui a englouti trois villages lundi faisant sept morts et plus de 150 blessés.

Les dégâts financiers n’ont pas encore été évalués. Une zone de 800 à 1.000 hectares a été contaminée par cette coulée d’un million de mètres cubes de boue faite de déchets provenant du traitement de la bauxite et considérés comment hautement caustiques.

La coulée a détruit toutes formes de vie dans la rivière Marcal, la première touchée par la pollution, tandis que la présence de poissons morts a été signalée dans d’autres cours d’eau.

Les autorités hongroises affirmaient vendredi avoir écarté tout risque de catastrophe biologique ou environnementale dans le Danube.

Krisztina Than; Pierre Sérisier pour le service français
Le chef du gouvernement s’est rendu samedi matin dans le village de Kolontar dont les 800 habitants ont tous été évacués par crainte d’une nouvelle catastrophe.

« La nuit dernière, le ministre de l’Intérieur nous a informés que des fissures sont apparues dans la digue nord du réservoir, dont un coin s’est affaissé, ce qui rend probable un effondrement de toute la digue », a dit Orban lors d’une conférence de presse à Ajka.

Quelque 500.000 mètres cubes de boue rouge toxique pourraient alors s’échapper du réservoir. Cette nouvelle coulée serait plus visqueuse que celle qui a englouti trois villages lundi faisant sept morts et plus de 150 blessés.

Les dégâts financiers n’ont pas encore été évalués. Une zone de 800 à 1.000 hectares a été contaminée par cette coulée d’un million de mètres cubes de boue faite de déchets provenant du traitement de la bauxite et considérés comment hautement caustiques.

La coulée a détruit toutes formes de vie dans la rivière Marcal, la première touchée par la pollution, tandis que la présence de poissons morts a été signalée dans d’autres cours d’eau.

Les autorités hongroises affirmaient vendredi avoir écarté tout risque de catastrophe biologique ou environnementale dans le Danube.

Krisztina Than; Pierre Sérisier pour le service français

http://fr.rd.yahoo.com/partner/reuters/SIG=111h93ub9/**http%3A%2F%2Ffr.reuters.com%2F

 
2 Commentaires

Publié par le 9 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :