RSS

Archives de Tag: réchauffement

Ben c’est le GIEC qui va pas être content!

 

Réchauffement: la fonte de la calotte glaciaire surévaluée, selon une étude

PARIS – La fonte des glaces du Groenland et de l’ouest de l’Antarctique, une des conséquences les plus préoccupantes du réchauffement climatique, est deux fois moins importante qu’on ne le pensait, assure une nouvelle étude de scientifiques néerlandais et américains.

Ces deux dernières années, plusieurs équipes de chercheurs avaient estimé que les glaces du Groenland fondaient d’environ 230 gigatonnes (milliards de tonne) par an, et de 132 Gt dans l’Antarctique ouest.

La fonte de ces immenses réserves de glace serait, selon les données jusqu’à présent disponibles, responsable pour moitié de la hausse du niveau des mers, de 3 mm par an actuellement. La hausse n’était que de 1,8 mm au début des années 60.

Mais selon une étude publiée dans le numéro de septembre de la revue Nature Geoscience, ces estimations ne tiendraient pas suffisamment compte d’un phénomène connu sous le nom d’ajustement isostatique, ou « rebond post-glaciaire ».

Il s’agit du soulèvement de l’écorce terrestre consécutif à la fonte des calottes glaciaires, après le dernier âge de glace.

Durant des dizaines de milliers d’années, des glaciers de plusieurs kilomètres d’épaisseur ont occupé l’Antarctique et la majeure partie de l’hémisphère nord, comprimant la croûte terrestre sous leur énorme poids.

Quand ces glaciers ont commencé à fondre, il y a environ 20.000 ans, la croûte sur laquelle ils reposaient a dans le même temps commencé à « rebondir ». Et elle continue toujours à le faire.

Ce mouvement ne s’exerce pas seulement du bas vers le haut mais aussi latéralement, et même du haut vers le bas pour les régions voisines, explique Bert Vermeersen, de l’Université de Delft aux Pays-Bas, dans un entretien téléphonique avec l’AFP.

« On peut comparer ça à un matelas sur lequel on vient de dormir toute la nuit » et qui reprend lentement sa forme, résume le chercheur.

Souvent sous-évalué, voire ignoré par les modélisations précédentes, ce rebond est plus important que prévu, selon l’étude qui a analysé les changements dans le champ gravitationnel de la Terre et dans la pression des fonds sous-marins.

L’examen de ces données a révélé que le sud du Groenland était en réalité en train de s’affaisser, par contrecoup du rebond post-glaciaire enregistré en Amérique du Nord.

En tenant compte de ce phénomène, la fonte des glaces du Groenland serait ramenée à 104 gigatonnes, plus ou moins 23 Gt, et celle de l’ouest de l’Antarctique à 64 gigatonnes, plus ou moins 32 Gt.

Malgré cette importante marge d’erreur, qui illustre les incertitudes qui demeurent dans les mesures de la fonte des glaces, l’évaluation du phénomène est désormais affinée, assure M. Vermeersen, dont l’équipe a collaboré avec la Nasa et l’Institut néerlandais pour la recherche spatiale.

Selon ces nouvelles estimations, la fonte des glaces serait responsable d’environ 30% de la hausse du niveau des mers, et non plus 50%, souligne Bert Vermeersen. Le reste de cette hausse proviendrait du réchauffement des mers, dont le volume augmente en même temps que la température.

(©AFP / 07 septembre 2010 14h46)

 
3 Commentaires

Publié par le 7 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Réchauffement: le Giec doit se réformer en profondeur

Ici avec Al Gore,le décérébré par qui cette arnaque est arrivée!

 

NEW YORK (Nations unies) – Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) doit se réformer en profondeur afin d’éviter la répétition d’erreurs comme celles commises dans son rapport de 2007, a conclu l’ONU lundi.

Dans le même temps:

NEW YORK (Nations unies) – Rajendra Pachauri, chef du Groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (Giec) récemment critiqué pour des erreurs, a déclaré lundi que ce serait aux Etats membres du Giec de décider de son avenir à la tête du groupe.

(©AFP / 30 août 2010 15h50)

Petit rappel sur l’homme:

Rajendra Pachauri a été critiqué, en particulier fin 2009 et début 2010, pour un supposé parti pris dans les travaux du GIEC et des affirmations hâtives contredisant les sceptiques là où ils avaient raison. Ainsi, Rajendra Pachauri a du s’excuser et retirer ses affirmations précédentes sur la fonte des glaciers de l’Himalaya.

De même, Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, deux universitaires français, professeurs de climatologie et de géographie, l’ont critiqué pour avoir tenu des propos que « la lecture de n’importe quel manuel de géographie du secondaire suffit à invalider ».

 Il a également été visé par des accusations de conflits d’intérêts et d’enrichissement personnel selon le même journal.

Ces critiques lui ont valu de nombreux appels à la démission.

On fait le pari qu’il sera reconduit!  🙂

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Climat et activité solaire : Le soleil nous refroidit !

 

« Les hivers froids en Europe sont-ils associés à une faible activité solaire ? « 

Tel est le titre d’un article récent qui vient de paraître, sous la signature d’auteurs plutôt inattendus, dans Environnemental Research Letters qui est une publication de l’IOP (L’institute of Physics UK) revue par les pairs. Cet article accessible à tous (ce sont les institutions des auteurs qui payent pour publier; à l’inverse de ce qui se pratique habituellement), porte la référence suivante : Environ. Res. Lett. 5, (2010) 024001.

Je ne vous fais pas attendre : La réponse, est « Oui, les hivers froids sont associés à une faible activité solaire », selon les auteurs de cette publication,. En soi, la réponse à cette question n’a rien n’inattendu pour ceux qui ont déjà ouvert des livres d’histoire et qui savent que le minimum d’activité solaire de Maunder ou encore, celui de Dalton, ont été caractérisés par des périodes de grande froidures, au moins dans les pays où l’on trouve des archives détaillées, c’est à dire, essentiellement, en Europe. scafetta33

Pour illustrer cette affirmation, je reproduis le graphe du billet précédent qui donne la superposition des courbes de températures (reconstruction de Moberg prolongée par les mesures de températures récentes) et du forçage solaire, donné par N.Scafetta (voir article précédent). On y distingue très bien les minima de températures observées de 1650 à 1730 (minimum de Maunder, quasi disparition des taches solaires) et dans les années 1800-1830 (Minimum de Dalton : activité solaire très réduite).

Les auteurs de l’article que nous évoquons ici sont :

M Lockwood, R G Harrison, T Woollings and S K Solanki.

Mike Lockwood, Regis G Harrison et T Woollings font partie du Space Environment Physics Group, Department of Meteorology, Université de Reading (Royaume Uni)
Samir Solanki est un chercheur allemand spécialiste du soleil au sein de l’Institut Max Planck en Allemagne.

A l’exception de T Woolings (de Reading) , les lecteurs attentifs reconnaîtront trois chercheurs que nous avons déjà mentionnés dans les pages de ce site. Il s’agit de Mike Lockwood, de Regis Harrison et de Samir Solanki.

Compte tenu du fait que l’article récent que je commente ici, s’inscrit en fait dans la longue bataille qui opposent les solaristes (« c’est le soleil qui est en grande partie responsable des variations de températures ») aux scientifiques mainstream du GIEC (« ce sont les gaz à effets de serre »), je crois qu’il est utile de faire quelques rappels préliminaires pour percevoir les ressorts cachés derrière cet article qui sous une apparence anodine est, en réalité, très révélateur de certaines démarches….

La suite sur Pensée Unique

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :