RSS

Archives de Tag: pakistan

Pakistan: l’ONU n’a récolté que 22% des fonds demandés

L’ONU a récolté 22% des deux milliards de dollars demandés à la communauté internationale pour aider les 20 millions de victimes des inondations au Pakistan, a indiqué mardi une porte-parole. Elle a exhorté les donateurs à augmenter leur aide.

Depuis le début de la catastrophe en août, les Nations Unies ont reçu 434 millions de dollars auxquels s’ajoutent 53 millions de promesses de dons, a précisé la porte-parole du Bureau des Affaires humanitaires de l’ONU à Genève Elisabeth Byrs.

« Une aide plus importante ferait une grande différence. Il s’agit d’une catastrophe d’une ampleur sans précédent », a déclaré Mme Byrs.

L’ONU a lancé vendredi un appel révisé de deux milliards de dollars pour permettre à 16 organisations internationales et 156 ONG d’assister 14 millions de victimes jusqu’en juillet.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lui précisé avoir reçu 103 millions sur les 600 millions demandés, l’UNICEF 91 millions sur les 252 millions requis. Sur les 20 millions de victimes, dix millions sont des enfants, dont 2,8 millions des moins de cinq ans, a indiqué une porte-parole de l’UNICEF.

(ats / 21 septembre 2010 12:16)

Acheter ou vendre des armes est bien plus utile et bien plus honorable que d’aider des population dans le besoin?!!!!!!!!!!!!!
Monde de merde!!!!!!!!!

 
3 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Inondations au Pakistan: encore deux villes menacées dans le sud

KARACHI (Pakistan) – Les autorités tentaient encore lundi de dévier les flots loin de deux villes totalisant 360.000 habitants dans le sud du Pakistan, un mois et demi après le début des inondations qui ont dévasté 20% du territoire et affecté plus de 18 millions de personnes.

Les eaux se sont retirées depuis plusieurs semaines du nord et du centre du pays, laissant des millions de sans-abri au milieu de vastes champs de boue, des cultures dévastées et des bourgs et villages rayés de la carte, mais les crues continuent de se faire menaçantes dans la basse vallée de l’Indus, dans la province méridionale du Sind.

« La situation est relativement grave pour les villes de Johi et Dadu », non loin des rives de l’Indus, à quelque 370 km au nord de Karachi, la capitale provinciale, a déclaré à l’AFP Jam Saifullah Dharejo, ministre de l’Irrigation du Sind.

« L’eau est à 20 km de Dadu mais nous n’écartons pas une menace grave pour cette ville », a-t-il expliqué.

La situation est pire à quelques km de là, à Johi, une plus petite ville, dont 80% des habitants ont fui, a assuré Iqbal Memon, haut responsable de l’administration du district de Dadu.

La population des deux villes est estimée à 360.000 habitants, mais ceux de Dadu ne sont pas partis pour l’heure, les autorités leur ayant seulement demandé de se tenir prêts à une éventuelle évacuation.

« Nous faisons tout pour sauver Dadu et Johi », a commenté M. Dharejo qui reconnaît cependant que des villages, vidés de leurs habitants, ont été inondés dans les environs.

« Nous utilisons toutes les ressources possibles pour renforcer les digues », a-t-il ajouté.

« Les flots se dirigent rapidement vers Johi », a précisé M. Memon.

Les autorités ont annoncé cependant la semaine dernière que le niveau des eaux commençaient à redescendre dans le Sind.

Le bilan officiel au Pakistan est pour l’heure de quelque 1.760 morts, à peine révisé depuis le début des inondations, mais le gouvernement et les ONG prédisent qu’il va considérablement augmenter à mesure que les eaux refluent.

Et, surtout, l’ONU, les ONG et les autorités pakistanaises ne cessent de prévenir que ce pays de près de 170 millions d’habitants, déjà au bord de la faillite économique, sera confronté pendant des mois, voire des années, à une crise humanitaire sans précédent.

Quelque 18,7 millions de personnes ont été affectées à divers degrés par les pluies de mousson, d’une ampleur exceptionnelle cette année.

Plus de huit millions de sinistrés ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence et 4,8 millions sont sans abri, selon l’ONU.

Or, au moment où on découvre chaque jour un peu plus l’étendue du désastre, la mobilisation de l’aide internationale « ralentit », avaient déploré les Nations unies vendredi.

Les humanitaires redoutent que les pénuries alimentaires et la malnutrition d’aujourd’hui ne se transforment en famine dans les prochains mois, sans compter les risques d’épidémies parmi des sinistrés démunis de tout.

(©AFP / 06 septembre 2010 12h15)

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Pakistan: l’aide ralentit alors que la crise ne fait que commencer

THATTA (Pakistan) – L’aide internationale pour les victimes des inondations qui continuent de noyer une partie du Pakistan ralentit alors que la crise humanitaire entre dans une phase critique et que des millions de sinistrés sont menacés de mort, a prévenu jeudi l’ONU.

Plus d’un mois après les premières pluies torrentielles de mousson qui ont inondé plus de 20% de ce pays de 170 millions d’habitants, les eaux se sont progressivement retirées du nord et du centre et commencent à refluer dans la basse vallée de l’Indus, dans le sud, la région la plus touchée.

Mais avec 18 millions de victimes, dont 8 millions ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence et 4,8 millions sont sans abri, « la crise humanitaire est loin d’être finie » et « entre dans sa phase la plus critique », a averti Tammy Hasselfeldt qui préside le Pakistan Humanitarian Forum (PHF), organe de coordination de l’aide entre les ONG intervenant dans ce pays.

« Si l’on n’agit pas assez rapidement, des enfants et d’autres populations vulnérables pourraient mourir », a-t-elle ajouté.

Or au moment où l’on découvre chaque jour un peu plus l’étendue du désastre, la mobilisation de l’aide internationale « ralentit », souligne l’ONU.

« Les fonds versés ont quasiment stagné » depuis une dizaine de jours, déplore le Bureau de coordination de l’ONU pour les affaires humanitaires (Ocha).

L’appel de fonds de 460 millions de dollars lancé le 11 août par l’ONU pour financer les seules opérations d’urgence n’a ainsi été satisfait qu’à 63,4% à ce jour, selon la même source.

Les besoins sont énormes et les opérations de secours restent extrêmement compliquées dans ce vaste pays en partie montagneux, où des milliers de routes et ponts ont été détruits par les flots qui continuent de surcroît à se déplacer, jetant chaque jour de nouvelles victimes sur les routes.

« Au regard du nombre de personnes dans le besoin, c’est une opération humanitaire d’une échelle sans précédent », explique le directeur de l’Ocha, Manuel Bessler.

Plusieurs responsables redoutent que les pénuries alimentaires et la malnutrition d’aujourd’hui ne se transforment en famine dans les prochains mois.

« Les gens ont perdu leurs semis, leurs récoltes et leurs revenus, ce qui les laisse vulnérables face à la faim », a prévenu mercredi la directrice générale du Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU, Josette Sheeran.

Les agriculteurs pakistanais ont un « besoin urgent » de semences de blé car le pays inondé « risque de perdre la récolte de toute une année », a abondé l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Dans la province méridionale du Sind, en particulier dans la basse vallée du fleuve Indus qui a gonflé ces derniers jours jusqu’à 40 fois sa taille normale, les eaux commencent à refluer depuis deux jours, mais des millions de personnes évacuées étaient toujours abandonnées à leur sort.

Dans le district très affecté de Thatta, l’eau a pénétré dans Jati et se trouve à deux kilomètres de Choohar Jamali, deux villes quasiment vidées de leurs habitants, ont indiqué jeudi matin les autorités du district.

Mercredi, 500 sinistrés excédés avaient bloqué la route dans les faubourgs de la grande ville de Thatta, exigeant de l’aide du gouvernement.

Le bilan officiel est pour l’heure d’un peu plus de 1.640 morts, à peine révisé depuis le début des inondations, mais le gouvernement et les ONG prédisent qu’il va considérablement augmenter à mesure du reflux des eaux.

(©AFP / 02 septembre 2010 10h50)

Vous croyez vraiment qu’ils veulent les aider ?!!!
J’en doute!

 
2 Commentaires

Publié par le 2 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Le Pakistan a un « besoin urgent » de semences de blé

ROME – Les agriculteurs pakistanais ont un « besoin urgent » de semences de blé car le pays inondé « risque de perdre la récolte de toute une année », a estimé mercredi l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

La FAO a en conséquence lancé un nouvel appel de fonds internationaux, soulignant dans un communiqué que cette céréale, aliment de base des paysans pauvres du pays, doit être semée entre septembre et novembre et que « plus d’un demi-million de tonnes de stocks a été détruit ».

« Si des semences ne sont pas livrées dans les prochaines semaines, les Pakistanais ne seront pas en mesure de semer du blé pendant toute une année », a souligné Daniele Donati, chef des opérations d’urgence de la FAO en Asie, Proche-Orient et Europe.

Pour lui, « l’aide alimentaire ne suffira pas. Si on ne sauve pas la prochaine campagne de blé, la sécurité alimentaire de millions de personnes sera à risque ».

La FAO a indiqué avoir achevé la distribution de semences à 200.000 familles agricoles. Si des fonds supplémentaires sont engagés rapidement, elle estime pouvoir étendre ses livraisons à 200.000 autres familles.

Selon de premières estimations effectuées par la FAO, 3,6 millions d’hectares de maïs, de riz, de canne à sucre et de coton sur pied ont été balayés par les inondations.

Plus d’un mois après le début des pluies torrentielles de mousson qui ont gonflé exceptionnellement les fleuves et rivières et inondé plus de 20% du territoire pakistanais, 18 millions de personnes sont toujours affectées à divers degrés, dont 8 millions ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence et 4,8 millions sont sans abri, selon l’ONU.

(©AFP / 01 septembre 2010 16h25)

Ne vous inquiétez pas,tonton MOSANTO va s’occuper de tout,c’est prévu!!!!!

 
2 Commentaires

Publié par le 1 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Pakistan: après les inondations, forte inflation et risques sociaux

ISLAMABAD – Les inondations qui ont en partie ravagé le Pakistan devraient provoquer une forte inflation, proche de 20%, et avoir de graves conséquences sociales, en raison de la destruction de nombreuses récoltes, a annoncé mercredi le Premier ministre Yousuf Raza Gilani.

« L’inflation devrait largement augmenter en raison du manque de nourriture due aux destructions de récoltes », a déclaré M. Gilani dans un discours à son gouvernement retransmis à la la télévision.

« Nous ne parviendrons pas à l’objectif de 9,5% prévu pour l’année fiscale 2011 (juillet 2010 à juin 2011, ndlr), et elle pourrait se situer entre 15 et 20% », a-t-il précisé.

Les inondations qui ont touché plusieurs régions du pays depuis un mois, dont le grenier à blé du Pendjab (centre), vont faire chuter la croissance du Produit intérieur brut (PIB) pakistanais sur la même période à 2,5%, contre 4,5% prévus auparavant, a-t-il ajouté.

« Nous avons enregistré une croissance de 4,1% au cours de la dernière année fiscale, et elle devait être de 4,5% cette année. Or les dégâts engendrés par les inondations vont la ramener à 2,5% », selon lui.

« Cette perte économique va se traduire par des suppressions d’emplois et des pertes de revenus massives pour des milliers de familles. Cela pourrait avoir de graves conséquences sociales », a ajouté M. Gilani.

Plus d’un mois après le début des pluies torrentielles de mousson qui ont gonflé exceptionnellement les fleuves et rivières et inondé plus de 20% du territoire pakistanais, 18 millions de personnes sont toujours affectées à divers degrés, dont 8 millions ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence et 4,8 millions sont sans abri, estime l’ONU.

Les eaux se sont progressivement retirées du nord et du centre et commencent à refluer dans le sud, la région la plus touchée.

Mais « une triple menace commence à poindre à mesure que la crise s’étend dans le pays », a prévenu mercredi le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. « Les gens ont perdu leurs semis, leurs récoltes et leurs revenus, ce qui les laisse vulnérables face à la faim », a souligné sa directrice générale, Josette Sheeran.

(©AFP / 01 septembre 2010 15h11)

 
2 Commentaires

Publié par le 1 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Inondations au Pakistan: encore une ville de 300.000 habitants évacuée

THATTA (Pakistan) – Une nouvelle ville, Thatta, peuplée de 300.000 habitants, a été évacuée vendredi dans le sud du Pakistan, pays en proie depuis un mois à des inondations dévastatrices qui laissent augurer une grave crise humanitaire pendant des mois, voire des années.

Les eaux ont commencé à refluer dans le nord et le centre, les plus affectés au début de la catastrophe, mais les pluies torrentielles de mousson qui persistent ont gonflé l’Indus jusqu’à des niveaux critiques près de son embouchure, forçant ces derniers jours des millions de personnes à fuir de nouvelles inondations dans la province méridionale du Sind.

Depuis samedi, des villes comptant parfois 100.000 personnes et des milliers de villages et hameaux ont été vidés de leurs habitants. L’ONU estime à un million le nombre de personnes déplacées ces dernières 48 heures dans le Sind.

« Nous avons ordonné jeudi soir aux habitants de Thatta de partir pour des zones plus sûres parce que les flots ont ouvert une brèche dans le village de Faqir Jogoth » sur la digue principale qui protégeait la ville, à quelques kilomètres à l’est, a expliqué à l’AFP Manzoor Sheikh, chef de l’administration locale.

Vendredi matin, les flots s’engouffraient par la brèche, large d’une vingtaine de mètres, pour inonder les vastes champs de coton et de canne à sucre en contrebas et progresser en direction de Thatta, ont constaté des journalistes de l’AFP à Faqir Jogoth.

Des milliers de personnes quittaient la ville en direction de l’ouest et de Makli, à 5 km de Thatta, où un camp de réfugiés a été installé à la hâte sur une colline. Les gens chargeaient carrioles et voitures de tout ce qu’ils pouvaient et poussaient des milliers de têtes de bétail en direction de Makli.

Pour le moment, 70% des habitants ont quitté Thatta, a estimé M. Sheikh. L’armé a dépêché des engins de chantier pour tenter de réparer la digue à Faqir Jogoth. « S’ils n’y parviennent pas, Thatta sera inondée ».

(©AFP / 27 août 2010 11h49)

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Inondations: une ville et des villages évacués au Pakistan

Les autorités dans le sud du Pakistan continuaient d’évacuer dimanche une ville de 100’000 habitants près d’un mois après le début des inondations qui ont tué au moins 1500 personnes et fait des millions de sinistrés. Samedi, le FMI a annoncé qu’il était prêt à aider Islamabad.

Dans la majeure partie des régions affectées, les eaux se retirent progressivement à mesure que les pluies s’espacent, mais les conséquences sociales et politiques du désastre vont peser sur la stabilité de ce pays de 167 millions d’habitants, déjà en guerre contre l’islamisme radical.

Alors que la colère gronde parmi la population, l’ampleur de la dévastation causée par les inondations se précise, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon ayant comparé la catastrophe à un « tsunami au ralenti », dont « la puissance de destruction va s’amplifier avec le temps ».

Depuis samedi soir, les autorités s’emploient à faire évacuer préventivement la ville de Shahdadkot, dans la province méridionale du Sind, ainsi que les villages alentour affectés par les eaux. Quatre districts au moins de la province du Sindh ont été touchés.

Mesure évoquée

« Nous essayons en ce moment de protéger Shahdadkot, menacée par les eaux » de petits affluents de l’Indus, dont les flots ont gonflé, a indiqué à l’AFP le ministre provincial de l’Irrigation, Jam Saïfullah Dharejo.

« Il s’agit d’une mesure préventive », a-t-il précisé, ajoutant que, pour l’heure, les digues résistent. La population est estimée à 100’000 âmes.

Il a ajouté que plusieurs villages alentour ont été inondés mais que personne n’a péri pour l’heure selon les premiers rapports.

Les inondations provoquées depuis un mois par des pluies de mousson d’une ampleur exceptionnelle ont affecté un cinquième du territoire pakistanais et 20 millions de personnes en ont souffert à divers degrés.

Souhait

Critiquée pour son absence de réaction au plus fort des pluies et des inondations fin juillet-début août, la communauté internationale semble avoir pris la mesure du désastre et la mobilisation de l’aide d’urgence s’est accélérée, restant toutefois largement insuffisante.

(ats / 22 août 2010 14:06)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Pakistan: 2.5 millions de personnes affectées par les inondations

Quelque 2,5 millions de personnes sont touchées par les inondations dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Un précédant bilan de plusieurs sources, dont l’ONU, faisait état d’environ 1,5 million de personnes affectées.

« Selon des sources officielles, les inondations provoquées par les pluies de mousson torrentielles ont tué plus de 1100 personnes au Pakistan et ont affecté jusqu’à 2,5 millions de personnes dans tout le pays depuis la semaine dernière », a annoncé le CICR.

« Dans les régions les plus touchées, des villages entiers ont été subitement dévastés par des torrents d’eau », a ajouté la Croix-Rouge, soulignant que des millions de personnes « ont tout perdu ».

(ats / 02 août 2010 15:17)

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Bilan innondations en Chine/Pakistan/Afghanistan

PESHAWAR (Pakistan) – Au moins 800 personnes ont péri dans des inondations au Pakistan, les pires survenues dans ce pays d’Asie du Sud liées aux pluies de mousson qui ont également endeuillé l’Afghanistan et la Chine.

Secouristes et militaires tentaient désespérement samedi d’atteindre les milliers de personnes touchées par les crues dans le nord-ouest du Pakistan, où les autorités ont fait état d’un bilan d’au moins 800 morts.

Un précédent décompte faisait état de 400 morts.

« Il s’agit de la pire inondation dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (anciennement Province de la Frontière du Nord-Ouest) et dans l’histoire du pays », a déclaré le ministre de l’Information de la province, Mian Iftikhar Hussain.

Environ 150 personnes sont portées disparues dans cette province où de nombreuses familles déshéritées vivent dans des villages isolés.

Plus d’un million de personnes ont été touchées, a précisé M. Hussain, ajoutant que plus de 3.700 maisons avaient été emportées par les flots et que le nombre des sans-abri ne cessait d’augmenter.

Les inondations dues aux pluies diluviennes de la mousson ont également frappé le Cachemire pakistanais, où l’ont comptait au moins 22 morts, et le Baloutchistan (sud-ouest) avec 25 morts, selon les autorités locales.

Des reportages retransmis à la télévision et des photos prises d’hélicoptères montraient des gens grimpant aux murs ou sur les toits des habitations alors que des torrents d’eau se déversaient dans les villages inondés.

A Peshawar, la principale ville du Nord-Ouest, et les districts de Swat et de Shangla demeuraient coupés du reste du pays, selon le ministre.

La Commission européenne a annoncé samedi le déblocage de 30 millions d’euros d’aide humanitaire pour le Pakistan, qui pourra notamment bénéficier aux victimes des graves inondations liées à la mousson.

Vidéo ici:

http://fr.euronews.net/2010/07/31/les-inondations-font-plus-de-800-morts-au-pakistan/

*L’Afghanistan voisin n’a pas été épargné: inondations et glissements de terrain dans l’est du pays ont fait 70 morts et affecté plusieurs milliers de personnes ces derniers jours, a indiqué samedi à l’AFP le chef de l’agence afghane de gestion des catastrophes naturelles.

« Selon les premiers éléments de nos bureaux de province, presque 70 personnes ont été tuées et des dizaines ont été blessés. Nous estimons que plus de 1.000 familles ont été touchées et les chiffres pourraient augmenter », a déclaré Matin Edrok.

Des équipes de recherche continuaient samedi de tenter d’atteindre les zones touchées par les inondations.

Les provinces de Kapisa, de Nangarhar, Laghman, Kunar, Logar et Ghazni ont été les plus touchées.

Vendredi, les forces internationales avaient indiqué avoir évacué plus de 2.000 habitants dans les provinces de Nangarhar et du Kunar.

*Enfin, des pluies torrentielles se sont abattues sur le nord-est de la Chine où les autorités sont confrontées aux pires crues depuis une décennie.

La presse officielle a fait état samedi d’un bilan de 37 morts alors que plus 364.000 ont été évacuées en raison des pluies dans la province de Jilin (nord-est).

La province du Jilin est la dernière en date à avoir été frappée par des inondations qui ont fait plus de 300 morts et 300 disparus depuis le 14 juillet en Chine, selon le dernier bilan officiel.

Depuis le début de l’année, les inondations ont fait 991 morts et 558 disparus.

Les pluies diluviennes avaient jusqu’à présent surtout frappé le sud de la Chine, provoquant des crues dangereuses sur le Yangtze, les plus long fleuve chinois, et certains de ses affluents.

Les craintes des autorités se portent aussi sur Wuhan, capitale de la province de Hubei (centre), située en aval du barrage géant des Trois Gorges et vers laquelle convergent les eaux.

Vidéos:

http://bugu.cntv.cn/language/french/zhongguoxinwenfa/classpage/video/20100730/100394.shtml

http://fr.euronews.net/nocomment/2010/07/31/nettoyage-apres-les-pires-inondations-en-chine/

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 juillet 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Pakistan: les pluies torrentielles font plus de 400 morts

Pakistan: les pluies torrentielles font plus de 400 morts
Des inondations et glissements de terrain provoqué par les pluies torrentielles de la mousson ont fait plus de 400 morts en trois jours au Pakistan. Ces intempéries ont touché plus de 600’000 personnes.

Des centaines de maisons et des milliers d’hectares ont été inondés dans le nord-ouest du pays et au Cachemire, la principale route vers la Chine a été coupée et des centaines de communautés se retrouvent isolées. Les services météorologiques pakistanais annoncent une accalmie pour les jours prochains.

La province de Khyber Pakhtunkhwa, où de nombreuses communautés pauvres vivent dans les montagnes, est la plus touchée. « Il s’agit des inondations les plus graves jamais survenues dans la province », a estimé le ministre provincial de l’Information Mian Iftikhar Hussain.

« Nous avons 408 morts confirmés à la suite des inondations et des pluies dans la province », a-t-il annoncé. Près de 150 personnes sont portées disparues, a-t-il précisé, ajoutant que l’eau avait inondé environ 200 km de routes.

Au moins 600’000 personnes ont été affectées par les inondations, et le nombre devrait augmenter. Les villes de Swat, Shangla et Peshawar sont coupées du reste du pays par la montée des eaux. Environ 2800 vacanciers sont bloqués dans la vallée de Swat, reprise l’an dernier par l’armée pakistanaise aux talibans.

Les inondations ont également frappé le Cachemire pakistanais, situé au nord du pays, où l’ont comptait au moins 22 morts, et le Baloutchistan (sud-ouest) avec 25 morts, selon les autorités locales.

(ats / 30 juillet 2010 18:19)

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juillet 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Sarkozy mis en cause dans une affaire de commissions illégales

Révélations embarrassantes pour Nicolas Sarkozy. Le président français est mentionné dans un rapport de police luxembourgeois concernant le paiement de commissions occultes de dizaines de millions d’euros en marge d’une vente de sous-marins français au Pakistan en 1994.

Ce document daté du 19 janvier 2010 est aux mains de deux juges d’instruction français qui enquêtent sur la Direction des constructions navales (DCN), qui construisait les sous-marins, a dit une source judiciaire, confirmant une information du site Mediapart.

Analysant des documents saisis lors de leur enquête au Grand-Duché, les policiers luxembourgeois font état de l’implication de l’actuel chef de l’Etat français, ministre du Budget en 1994, dans la création d’une société au Luxembourg, Heine, qui a obtenu des dizaines de millions d’euros en marge du marché des sous-marins.

Un total de quelque 84 millions d’euros de commissions destinées à des officiels pakistanais, soit 10% du contrat, avait été convenu en marge de la livraison de sous-marins Agosta par la DCN au Pakistan, a déjà établi une mission d’information parlementaire française.

Dans leur rapport, les policiers luxembourgeois estiment qu’il est possible que cet argent ait servi ensuite à financer la campagne présidentielle d’Edouard Balladur, candidat que soutenait Nicolas Sarkozy face à Jacques Chirac en 1995.

(ats / 02 juin 2010 14:14)

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :