RSS

Archives de Tag: inde

Abolition de l’argent liquide,en Inde….!

Un secret de polichinelle bien gardé

Washington est derrière la brutale expérience indienne d’abolition de l’argent liquide.

Par Norbert Häring – Le 1er janvier 2017 – Source norberthaering.de

Des Indiens faisant la queue devant une banque

 

Début novembre, sans préavis, le gouvernement indien a déclaré invalides les deux billets de banque de plus grande valeur, abolissant plus de 80 % de la valeur d’argent en circulation. Malgré toute l’agitation et l’indignation qui en ont résulté, personne ne semble avoir pris conscience du rôle décisif qu’a joué Washington dans cette décision. C’est surprenant, car ce rôle a été à peine dissimulé.

Le président américain Barack Obama a déclaré que le partenariat stratégique avec l’Inde était une priorité de sa politique étrangère. La Chine doit être maîtrisée. Dans le cadre de ce partenariat, l’agence américaine de développement USAID a négocié des accords de coopération avec le ministère indien des Finances. L’un d’eux a pour objectif déclaré de repousser l’utilisation de l’argent liquide en faveur des paiements numériques, en Inde mais aussi dans le monde entier.

Le 8 novembre, le Premier ministre indien Narendra Modi a annoncé que les deux plus grandes coupures, en valeur, de billets de banque ne pouvaient plus être utilisées, avec un effet presque immédiat. Les propriétaires ne pouvaient récupérer leur valeur qu’en les déposant sur un compte bancaire avant la fin de la période de grâce qui expirait à la fin de l’année [2016], ce que beaucoup de gens et d’entreprises n’ont pas réussi à faire, en raison des longues files d’attente devant les banques. Le montant d’argent liquide que les banques ont été autorisées à payer aux clients individuels a été sévèrement restreint. Près de la moitié des Indiens n’ont pas de compte bancaire et beaucoup n’ont même pas de banque à proximité. L’économie est largement basée sur l’argent liquide. Du coup, une grave pénurie de liquidités s’en est suivie. Ceux qui ont souffert le plus sont les plus pauvres et les plus vulnérables. Ils ont éprouvé des difficultés supplémentaires à gagner leur maigre vie dans le secteur informel ou à payer des biens et des services essentiels comme la nourriture, la médecine ou les hôpitaux. Le chaos et la fraude ont régné en décembre.

Quatre semaines plus tôt

Moins de quatre semaines avant cette attaque contre les Indiens, l’USAID avait annoncé la création de « Catalyst : Inclusive Cashless Payment Partnership » [partenariat pour un paiement non liquide inclusif, NdT], dans le but d’effectuer un saut quantique en Inde. La déclaration de presse du 14 octobre indique que Catalyst « marque la prochaine phase du partenariat entre l’USAID et le ministère des Finances pour faciliter l’intégration financière universelle ». La déclaration ne figure pas (ou plus) dans la liste des déclarations de presse sur le site internet de l’USAID. Même une recherche avec le mot « Inde » n’a pas permis de la retrouver. Pour la trouver, vous devez déjà savoir qu’elle existe, ou tomber sur elle par hasard au cours d’une recherche internet. En effet, cette déclaration et d’autres qui semblaient plutôt ennuyeuses auparavant, sont devenues beaucoup plus intéressantes et révélatrices après le 8 novembre.

En lisant attentivement cette déclaration, il est évident que Catalyst et le partenariat de l’USAID et du ministère indien des Finances − d’où est né le projet Catalyst − ne sont que des façades qui ont servi à préparer l’assaut contre tous les Indiens utilisant de l’argent liquide sans soulever de soupçons indus. Même le nom Catalyst semble beaucoup plus sinistre une fois que vous savez ce qui s’est passé le 9 novembre.

Le directeur de projets de Catalyst est Alok Gupta, qui occupait le poste de chef d’exploitation du World Resources Institute à Washington, dont l’USAID est l’un des principaux commanditaires. Il était également un membre original de l’équipe qui a développé Aadhaar, le système d’identification biométrique à la Big Brother.

Selon un rapport de l’Indian Economic Times, l’USAID s’est engagée à financer Catalyst pendant trois ans. Les montants sont gardés secrets.

Badal Malick était vice-président du plus important marché en ligne indien, Snapdeal, avant d’être nommé directeur général de Catalyst. Il a fait ce commentaire :

 « La mission de Catalyst est de résoudre les multiples problèmes de coordination qui ont bloqué la pénétration des paiements numériques chez les commerçants et les consommateurs à faible revenu. Nous sommes impatients de créer un modèle durable et reproductible. (…) S’il y a eu (…) une pression concertée pour les paiements numériques exercé par le gouvernement, il existe encore un dernier effort à faire au niveau de son acceptation par les marchands, et des questions de coordination. Nous voulons approcher le problème de façon écosystémique et holistique. »

 

La suite ICI .

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 janvier 2017 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Bactérie NDM-1 (suite)

E. coli
L’Inde Qualifie de complot le fait d’attribuer le probléme NDM-1 à la seule Inde,car cette bactérie pouvait se retrouver partout dans le monde et pas uniquement là-bas.
Les députés Indiens voient en ceci une propagande délibérée contre le tourisme médical se dévellopant rapidement en Inde.
 
Poster un commentaire

Publié par le 13 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Inde: fuite de mazout au large de Bombay

BOMBAY – Les garde-côtes indiens ont annoncé lundi qu’une fuite de mazout s’échappant d’un porte-conteneurs qui a chaviré au large de Bombay après être entré en collision avec un autre navire samedi, avait été pratiquement jugulée.

Les bateaux et avions engagés dans l’opération de nettoyage ont assuré que la fuite de pétrole en provenance du porte-conteneur MSC Chitra était « presque réduite à néant » lundi soir, deux jours après la collision, selon un communiqué des garde-côtes.

Le MSC Chitra battant pavillon panaméen quittait Bombay samedi lorsqu’il est entré en collision avec le MV Khalijia-III, un navire battant le même pavillon, qui manoeuvrait dans le port.

Depuis la collision, du pétrole s’échappait de la coque du MSC Chitra, que l’on apercevait à environ 5 milles nautiques des côtes, au milieu de conteneurs éparpillés dans l’eau, selon un photographe de l’AFP.

Les trente-trois membres d’équipage ont pu être sauvés, mais selon la police, un des officiers s’est noyé après avoir fait une chute d’un hors-bord patrouillant autour de la zone de l’accident.

Six navires de gardes-côtes ont affronté une mer agitée, les pluies de mousson et des vents forts pour contenir la fuite.

Selon le ministère des Affaires maritimes, 300 conteneurs sont tombés en mer et une opération était en cours pour les récupérer.

Trente-trois conteneurs à bord contenaient des « chargements dangereux » de matières corrosives, toxiques et inflammables, mais il était impossible pour le moment de savoir si ces conteneurs étaient également tombés, selon le ministère.

Le bateau, chargé de 1.219 conteneurs, transportait 2.700 tonnes de fioul et 300 tonnes de diesel.

Des nappes de pétrole apparues autour de l’île Elephanta, un site connu pour ses grottes classées sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité, ont déjà été nettoyées, a déclaré dans un communiqué le ministère de la Défense.

Mais selon des groupes environnementaux, du pétrole a été retrouvé sur des plages le long de la mer d’Arabie.

Le Premier ministre, Manmohan Singh, a demandé un rapport au ministère des Affaires maritimes tandis que le ministre de l’Environnement, Jairam Ramesh, a déclaré devant le Parlement qu’une action en justice avait été lancée contre les propriétaires des deux cargos.

burs-phz/blb/mr

(©AFP / 09 août 2010 18h55)

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

Inondations dans le nord de l’Inde: au moins 88 morts

SRINAGAR (Inde) – Au moins 88 personnes sont mortes dans des inondations provoquées par de fortes précipitations à Leh, la principale ville de la région himalayenne du Ladakh, au Cachemire indien (nord), a annoncé la police vendredi dans un nouveau bilan.

(©AFP / 06 août 2010 12h05)

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Séisme mag 7.7 Iles Nicobar

Détails du séisme

Ampleur 7,7
Date-Time
Emplacement 7,702 ° N, 91.975 ° E
Profondeur 35 km (21,7 miles), institué par le programme de localisation
Région Nicobar, Inde Région
Distances 150 km (95 miles) de W Mohean, les îles Nicobar, Inde
440 km (275 miles) WNW de Banda Aceh, à Sumatra, en Indonésie
1155 km (710 miles) au sud ouest de la BANGKOK, Thaïlande
2790 km (1730 miles) de la SE New Delhi, Delhi, Inde
Incertitude Lieu + Horizontal / – 7,7 km (4.8 miles); profondeur fixée par programme de localisation
Paramètres NST= 52, Nph= 52, Dmin=614.3 km, Rmss=1.23 sec, Gp= 65°,
M-type = magnitude de moment télésismiques (Mw), Version = 7
Source
  • USGS NEIC (WDCS-D)
L’ID d’événement us2010xkbv

 

Une alerte au tsunami est en vigueur pour

 INDE / Indonésie / Sri Lanka / Myanmar / Thaïlande / MALAISIE

13 Juin

NI VICTIMES NI DÉGÂTS

A Port Blair, capitale des îles Andaman et Nicobar, les habitants ont quitté leurs maisons dès que la secousse a été ressentie. « Il y a eu une coupure de courant totale et la ville entière a été plongée dans le noir pendant quelques temps, alors que tout le monde courait dans les rues en craignant pour sa vie », a témoigné un habitant. Aucune victime ni dégât n’ont été signalés dans l’immédiat mais les autorités insulaires vérifient encore plusieurs zones isolées.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/13/puissant-seisme-dans-l-ocean-indien-l-alerte-au-tsunami-levee_1372033_3244.html

 

Étiquettes : , , , ,

Inde: des maoïstes font exploser un car, au moins 35 morts

RAIPUR (Inde) – Au moins 35 personnes ont été tuées lundi lorsqu’un car qui transportait des civils et des policiers a sauté sur une mine dans un Etat du centre de l’Inde où la rébellion maoïste mène de sanglants attentats, selon les autorités.

« Vingt-quatre civils et onze policiers sont morts, et quinze autres personnes, dont quatorze policiers, ont été blessées », a déclaré à la presse le gouverneur de l’Etat de Chhattisgarh, Raman Singh, dans la capitale de l’Etat Raipur.

Un nombre encore inconnu de cadavres se trouvaient toujours à l’intérieur de la carcasse du car, dévastée par l’explosion d’une mine dans le district instable du Dantewada.

Un précédent bilan, fourni par l’inspecteur général adjoint de la police du district, S.R. Kalluri, faisait état de vingt morts. « Environ 40 personnes voyageaient dans le car », avait-t-il précisé.

Les membres des forces de l’ordre étaient des civils qui aidaient les forces de sécurité dans leurs opérations antimaoïstes, a-t-il ajouté, précisant que six personnes étaient blessées.

Le Chhattisgarh a récemment été le théâtre d’attaques sanglantes attribuées aux rebelles. Le 8 mai, six paramilitaires avaient été tués par l’explosion d’une mine posée par des rebelles maoïstes.

En avril, dans la jungle de cet Etat riche en minerais, les rebelles d’extrême gauche avaient massacré 76 policiers, tombés dans une embuscade tendue par une centaine d’assaillants munis de fusils mitrailleurs et de mines.

Le nombre de policiers dans l’Etat de Chhattisgarh a plus que doublé depuis 2003, passant de 22.000 à 46.000 actuellement afin de faire face à l’escalade de la violence.

Le gouvernement a lancé il y a quelques mois une vaste opération dans six Etats impliquant 56.000 membres des forces paramilitaires appuyées par la police locale et baptisée « Chasse verte », en référence à la jungle dans laquelle ils se cachent, pour les déloger de leurs bastions.

Selon le Premier ministre Manmohan Singh, la rébellion maoïste constitue la principale menace contre la sécurité intérieure du pays. Les rebelles contrôlent des territoires importants, notamment dans les régions rurales qui n’ont pas bénéficié du récent développement économique de l’Inde.

Ces guérilleros, qui seraient entre 10.000 et 20.000, disent lutter pour la défense des paysans sans terre et des tribus.

Plus de 600 personnes sont mortes l’an dernier dans des attaques attribuées aux maoïstes. Le gouvernement a interdit le mouvement en 2009, désormais officiellement qualifié de « terroriste ».

(©AFP / 17 mai 2010 17h32)

 
Poster un commentaire

Publié par le 17 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Vivre sans boire ni manger!

Inde: des médecins stupéfiés par les capacités de survie d’un yogi de 83 ans

AHMEDABAD (Inde) – Des scientifiques indiens ont exprimé leur stupéfaction à l’issue de tests pratiqués durant deux semaines sur un ascète hindou de 83 ans qui affirme avoir passé plus de 70 ans sans eau ni nourriture.

Le yogi à la longue barbe, Prahlad Jani, a tenu sans boire ni manger mais surtout sans uriner ni déféquer, pendant cette période d’observation qui s’est achevée jeudi, selon les scientifiques.

« Nous ne comprenons toujours pas comment il survit sans uriner ni déféquer. Ce phénomène reste un mystère », a déclaré à des journalistes Sudhir Shah, un neurologue de l’équipe de trente médecins qui ont observé le yogi dans un hôpital à Ahmedabad (ouest).

Prahlad Jani était surveillé 24 heures sur 24 par des caméras pendant cette expérimentation lancée par l’Organisme de recherche et de développement du ministère de la Défense (DRDO).

Le yogi a ensuite regagné son village natal près de Ambaji dans le Gujarat (nord) où il a repris ses activités méditatives. L’octogénaire affirme qu’une déesse l’a béni à l’âge de 8 ans, lui permettant de vivre sans nourriture.

Pendant les deux semaines d’expériementation, « le seul contact de Jani avec des liquides était lors de ses gargarismes ou lorsqu’il se lavait », a indiqué dans un communiqué le Dr G. Ilavazahagan, directeur de l’Institut national de défense spécialisé en physiologie. Cet institut fait partie du DRDO qui a déjà mis au point l’an dernier des grenades bourrées de piment rouge pour étourdir des émeutiers.

« Si Jani ne tire pas son énergie des aliments et de l’eau, il doit le faire d’autres sources l’entourant, le soleil étant l’une d’elles », a indiqué le Dr Sudhir Shah. « En tant que praticiens du champ médical, nous ne pouvons exclure les hypothèses comme celle d’une source d’énergie autre que les calories », a-t-il dit.

Les médecins ont fait passer au yogi un scanner utilisant l’imagerie par résonance magnétique (IRM). Son cerveau et son activité cardiaque ont été mesurés par des électrodes et il a subi des examens sanguins. Le résultat détaillé des tests doit être publié dans les prochains mois et le DRDO espère pouvoir les mettre à profit notamment pour accroître la résistance des militaires ou aider les victimes de catastrophes naturelles.

(©AFP / 10 mai 2010 09h56)

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Tornade en Inde suite…

RAMPUR (Inde) – Les autorités indiennes tentaient jeudi d’organiser les secours dans les Etats de l’est frappés par une tornade qui a fait au moins 129 morts et laissé des centaines de milliers de personnes sans abri.

Des vents de plus de 120 km/h ont balayé dans la nuit de mardi à mercredi les Etats indiens du Bihar, du Bengale occidental et de l’Assam, ainsi que le nord-ouest du Bangladesh, semant la désolation dans les villages parmi les plus pauvres du sous-continent.

Au moins 127 personnes sont mortes en Inde et deux au Bangladesh voisin.

« Nous sommes confrontés à une crise des opérations de secours. Il y a une pénurie de main d’oeuvre pour distribuer du riz et des soins médicaux aux victimes », a reconnu le ministre de la Défense civile du gouvernement du Bengale occidental, Srikumar Mukherjee.

« Les équipes de secours sont dans une course contre la montre pour rejoindre les personnes sans abri, mais les routes bloquées par des arbres déracinés retardent leur progression », a-t-il ajouté.

Au Bengale occidental, 250.000 personnes ont perdu leurs maisons et 41 personnes sont mortes, selon un nouveau bilan.

La tempête, qui s’est accompagnée de pluies torrentielles sur un large périmètre, a aussi tué des milliers d’animaux et dévasté les récoltes, principales sources de subsistance pour la population, en majorité des paysans.

Dans le village de Rampur, à 320 km de Calcutta, capitale du Bengale occidental, les toits des maisons se sont effondrés ou ont été emportés. Des centaines de personnes isolées ont trouvé refuge dans des écoles et des temples.

Une journaliste locale présente sur place, Soma Chakraborty, a déclaré à l’AFP que des milliers de villageois avaient encerclé des locaux du gouvernement, en colère contre la lenteur des secours. « Il y a un manque de nourriture, d’abris et d’aide médicale ».

Les hôpitaux étaient submergés par l’arrivée de centaines de blessés. Le médecin en chef de l’hôpital du district de Raigunj, Arabinda Tantrik, a déclaré à l’AFP avoir demandé aux autorités davantage de médicaments. « Nous avons entendu que de nombreux blessés ne pouvaient être amenés à l’hôpital par manque de moyens de transport ».

Au Bihar, l’Etat le plus affecté, 81 personnes sont mortes et 40.000 maisons se sont effondrées. En Assam, 4 personnes ont péri et 500 maisons ont été détruites et dans le petit Etat du Meghalaya, un mort est à déplorer. Au Bangladesh, la tempête a endommagé 13.000 habitations.

Les services métérologiques ont été pris par surprise par cette tempête tropicale qui était en fait une énorme tornade.

« Une première analyse sur la nature de la destruction, ainsi que les images du radar doppler, suggèrent que cette tempête était une tornade », a déclaré à l’AFP le directeur du centre météorologique du Bengale occidental, Gokul Chandra Debnath.

Le radar doppler permet d’évaluer l’intensité des perturbations et la distance à laquelle elles se trouvent, ainsi que de mesurer leur vitesse et l’orientation de leur mouvement.

Une tornade se caractérise par un tourbillon de vents violents qui prennent naissance à la base d’un nuage d’orage.

Dans la tempête de mardi, un énorme nuage d’orage de 18 km s’est nourri de de vents de différents niveaux et cela a entraîné la formation d’une tornade « en forme de trompe d’éléphant », a expliqué Gokul Chandra Debnath.

(©AFP / 15 avril 2010 10h01)

 

Étiquettes : ,

Inde: une tempête tropicale dans l’est fait 116 morts

Tempête en Inde et au Bangladesh : au moins 116 morts

PATNA (Inde) – Une violente tempête tropicale qui a balayé l’est de l’Inde et le nord du Bangladesh dans la nuit de mardi à mercredi a fait au moins 116 morts, dont 72 dans l’Etat indien du Bihar, et dévasté quelque 100.000 maisons, a-t-on appris mercredi auprès des autorités locales des deux pays.

Le bilan humain et matériel risque de s’alourdir, les services de secours étant encore attendus dans des zones privées de téléphone et aux accès bloqués par des chutes d’arbres, ont prévenu les autorités.

Des vents soufflant à environ 120 km/h ont détruit des habitations, arraché des arbres et coupé le réseau électrique et téléphonique.

Selon les autorités du Bihar, du Bengale occidental et de l’Assam, 114 personnes ont été tuées par la tempête dans ces trois Etats indiens. Et deux personnes sont mortes au Bangladesh voisin, selon un responsable local.

« La tempête a provoqué la destruction partout » où elle est passée, a déclaré à l’AFP Srikumar Mukherjee, le ministre de la Défense civile du gouvernement du Bihar, précisant qu’au moins 50.000 maisons avaient été détruites. « La plupart des victimes ont été ensevelies sous les décombres de leur maison », a-t-il ajouté.

Selon les services météorologiques, cette tempête est la manifestation extrême d’épisodes climatiques classiques dans la région, qui se produisent lors des mois les plus chauds de l’année et partent du golfe du Bengale.

Les vents permettent généralement de rafraîchir un peu l’air le long de la plaine du Gange en mars et avril et d’abaisser les températures, a précisé à l’AFP le directeur des services météorologiques du Bengale occidental, Chandra Debnath.

Un villageois de Hematabad, Mohammad Ibrahim, a déclaré à l’AFP que c’était la pire tempête de sa vie. « Dieu m’a sauvé mais il a pris ma maison et tout » ce que j’avais, a-t-il dit.

Au moins 72 personnes ont été tuées dans quatre districts de l’Etat du Bihar, le plus touché, où environ 40.000 maisons ont été dévastées, a déclaré à l’AFP le responsable du département des catastrophe naturelles de l’Etat Vayas Mishra. Les familles des victimes recevront 150.000 roupies (2.400 dollars) de compensation.

Au Bengale occidental, 38 personnes sont mortes et 50.000 maisons ont été détruites et la tempête a encore fait quatre morts et dévasté 500 maisons dans l’Etat de l’Assam, selon des responsables locaux.

Au Bangladesh voisin, l’administrateur du district de Rangpur (nord), B.M. Enamul Haq, a fait état de deux personnes tuées, dont un policier, et de dizaines de blessés. « La tempête a endommagé 11.000 maisons et beaucoup d’entre elles ont été complètement démolies dans le seul district de Rangpur. C’était une tempête énorme et nous sommes toujours en train d’évaluer les dégâts », a-t-il déclaré.

(©AFP / 14 avril 2010 19h09)

 

Étiquettes : ,

 
%d blogueurs aiment cette page :