RSS

Archives de Tag: incident

Danemark: levée des barrages autour d’une plateforme en mer du Nord

COPENHAGUE – Des barrages flottants installés jeudi par mesure de sécurité autour d’une plate-forme de la compagnie danoise Maersk Olie og Gas en mer du Nord après la découverte d’une fine nappe de pétrole, ont été levés vendredi, a annoncé la Direction danoise de l’Environnement.

« Nous avons pris cette décision à la suite des observations faites jeudi soir par des appareils de reconnaissance allemands et danois montrant que la nappe de pétrole — de 22 km de long et 8 km de large– repérée ces derniers jours s’était quasiment évaporée » a déclaré à l’AFP Juliane Albjerg, chef de bureau à la Direction de l’Environnement.

Seule « une petite quantité de pétrole était observée vendredi à 10 milles nautiques au sud de la plate-forme Dan », selon Mme Albjerg.

Vendredi, « Maersk n’a pas constaté de nouvelles traces de pétrole des deux côtés des barrages flottants » a-t-elle souligné, précisant que « la source de cette légère pollution n’avait pas été identifiée ».

Les autorités danoises ont prélevé des échantillons de la nappe en vue de déceler l’origine de cette fuite, a-t-elle ajouté.

Les résultats de ces analyses sont attendus dans les jours à venir.

Maersk a indiqué de son côté que la production sur la plate-forme Dan, située à 200 km à l’ouest du Danemark, était normale vendredi.

(©AFP / 04 juin 2010 17h25)

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

BP ou la loi des séries!

 

Fermeture d’un oléoduc en Alaska après une fuite de pétrole

ANCHORAGE (Etats-Unis) – L’oléoduc trans-Alaska, en partie détenu par le groupe BP, déjà aux prises avec une vaste marée noire dans le golfe du Mexique, était fermé mercredi après une fuite de pétrole qui s’est déversée dans un bac de rétention, ont rapporté les médias locaux.

Plusieurs milliers de barils de brut se sont déversés mardi à l’occasion d’une fermeture programmée de l’oléoduc à Fort Greely.

La pollution est survenue suite à une panne de courant au moment d’un test du système anti-incendie de la station de pompage. Une cuve de stockage a débordé et le pétrole s’est alors déversé dans un bac de rétention en ciment construit à cet effet, a rapporté le Anchorage Daily News.

Alyeska Pipeline Service Co, qui gère le site, a évacué la station et coupé le courant. Personne n’a été blessé.

« Nous n’allons pas redémarrer tant que nous ne sommes pas certains que cela ne pose pas de problème de sécurité », a dit Michele Egan, porte-parole de Alyeska Pipeline Service Co.

Alyeska est détenu par un consortium dont fait partie le groupe britannique BP. L’oléoduc trans-Alaska fait 1.300 km de long et transporte environ 10% de la production quotidienne américaine de pétrole, selon le Anchorage Daily News.

BP exploitait la plateforme Deepwater Horizon qui a coulé le 22 avril au large de la Louisiane (sud), provoquant une gigantesque marée noire.

BP

(©AFP / 26 mai 2010 23h13)

//

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Evacuation de la plate forme Norvégienne suite …

Pétrole: pression toujours instable sur une plateforme en mer du Nord
OSLO – Le groupe pétrolier norvégien Statoil a déclaré mardi qu’il n’avait toujours pas normalisé la situation sur sa plateforme Gullfaks C en mer du Nord, six jours après l’évacuation partielle de l’installation pour cause de pression instable dans un puits de forage.

Dans le pire des cas, une fuite d’hydrocarbures pourrait entraîner une explosion à l’instar de ce qui s’est produit le 20 avril sur la plateforme Deepwater Horizon du britannique BP, un accident qui a fait 11 morts et provoqué une immense marée noire dans le Golfe du Mexique.

« La pression reste instable, mais il n’y a pas eu d’aggravation », a déclaré à l’AFP Gisle Johanson, un porte-parole de Statoil. « Nous poursuivons les préparatifs pour normaliser la situation », a-t-il ajouté.

« Nous jugeons les risques d’explosion comme très minimes », a-t-il précisé, soulignant qu’aucune fuite n’avait été détectée.

La sécurité de Gullfaks C repose sur la seule valve anti-explosion après la défaillance la semaine dernière du deuxième dispositif de protection, un incident qui a provoqué l’évacuation de 89 personnels dont la présence sur la plateforme était considérée non-indispensable.

Selon M. Johanson, la compagnie va tenter de placer un bouchon de ciment pour obturer le puits.

L’Autorité norvégienne de surveillance du secteur pétrolier et l’organisation de défense de l’environnement Bellona ont qualifié l’incident de « grave ».

Selon les médias norvégiens, Statoil a déjà connu plusieurs problèmes de pression sur cette plateforme au cours des derniers mois.

STATOILHYDRO

BP

(©AFP / 25 mai 2010 11h04)

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Norvège: une plateforme pétrolière en partie évacuée après un incident

OSLO – Une plateforme pétrolière norvégienne de la mer du Nord a été partiellement évacuée à la suite d’un changement de pression dans un puits de forage, a annoncé le groupe pétrolier Statoil vendredi, un incident qualifié de « grave » par les autorités norvégiennes.

Après la mise hors service, pour une raison encore inconnue, d’un des deux mécanismes de sécurité censés empêcher une explosion, 89 employés de la plateforme Gullfaks C, jugés non indispensables, ont été évacués jeudi après-midi, a indiqué Statoil.

« C’est une situation grave », a commenté Inger Anda, porte-parole de l’Autorité norvégienne de surveillance du secteur pétrolier. « Le risque d’un accident est important (…) s’ils perdent le contrôle de l’autre barrière de sécurité », a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’incident semble s’être produit au niveau du tubage (casing), une pratique qui consiste à injecter de la boue dans un puits de forage afin de le consolider.

La perte de cette boue, comme cela s’est apparemment produit sur Gullfaks C, traduit un changement de pression dans le puits qui, dans le pire des cas, peut déboucher sur une explosion.

Statoil a dit s’employer à rétablir la situation, ce qui devrait prendre « plusieurs jours » selon la compagnie.

« Nous n’avons pas eu à déplorer de dégâts humains ou matériels sur la plateforme et il n’y a pas de fuite en provenance du puits », a déclaré à l’AFP son porte-parole, Gisle Johanson, tout en reconnaissant qu’il s’agissait d’une situation « grave ».

Environ 140 personnes sont restées sur Gullfaks C pour tenter de résoudre le problème.

En attendant, la sécurité de la plateforme ne repose plus que sur une seule barrière, une valve anti-explosion située en haut du puits et qui a pour fonction de bloquer une émission intempestive de pétrole ou de gaz.

L’organisation de défense de l’environnement Bellona a, elle aussi, qualifié l’incident de « grave ».

« C’est un nouvel exemple qui montre que la sécurité sur le plateau continental norvégien n’est pas suffisante », a déclaré son dirigeant, Frederic Hauge, dans un communiqué.

L’Autorité norvégienne de surveillance du secteur pétrolier dit avoir « convoqué » des responsables de Statoil vendredi pour faire le point.

L’incident survient alors qu’une explosion de la plateforme Deepwater Horizon exploitée par la britannique BP a provoqué une gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique.

(©AFP / 21 mai 2010 12h54)

La série continue!!!!
A suivre.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :