RSS

Archives de Tag: incendies

Nouveaux incendies en Russie!

Russie/Kazakhstan : un mort, plus de 400 maisons détruites par des incendies
MOSCOU – De nouveaux incendies de forêts ont ravagé plus de 400 maisons dans l’Altaï, région montagneuse de Sibérie à la frontière avec le Kazakhstan, a indiqué mercredi le ministère russe des Situations d’urgence, tuant un pompier du côté kazakh de la frontière.

« Le village de Nikolaïevska est actuellement entièrement pris dans les flammes. Selon des informations préliminaires, 433 maisons ont brûlé », a déclaré, selon Interfax, Irina Andrianova, une porte-parole du ministère russe des Situations d’urgence.

Tous les habitants, quelque 1.000 personnes, ont pu être évacués et aucune victime n’est à déplorer, a-t-elle assuré.

La porte-parole a par la suite indiqué qu’un autre village d’environ mille habitants, Bastan, était en cours d’évacuation : « Quatre maisons ont brûlé à la périphérie du village.

L’incendie s’est propagé depuis le Kazakhstan voisin, selon les autorités russes et trois autres feux se dirigent vers la Russie depuis cette ex-république soviétique d’Asie centrale.

« Depuis le territoire du Kazakhstan, trois incendies se dirigent vers les régions (russes) de l’Altaï et de Novossibirsk », a indiqué à Ria Novosti un porte-parole de l’antenne du ministère des Situations d’urgence dans la région de l’Altaï.

De l’autre côté de la frontière, dans la région kazakhe de Pavlodar, un pompier est mort en combattant le feu, a indiqué par téléphone à l’AFP un responsable du ministère des Situations d’urgence de ce pays d’Asie centrale.

La partie occidentale de la Russie, plongée pendant des semaines dans une canicule sans précédent, a été ravagée en juillet et en août par de graves incendies de forêt qui ont fait une cinquantaine de morts et détruit de nombreux villages, selon le bilan officiel.

La semaine dernière, la région de Volgograd, située à 1.000 km au sud de Moscou, a été à son tour touchée par des incendies qui ont coûté la vie à huit personnes.

Le Kremlin a critiqué mercredi la législation sur la protection des forêts adoptée durant les années 2000, lorsque Vladimir Poutine, l’actuel Premier ministre, était à la présidence. La réforme de ces lois avait notamment conduit à une réduction drastique du nombre des gardes-forestiers.

« L’été a démontré que la législation et la gestion actuelle des forêts ne sont pas à la hauteur », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

(©AFP / 08 septembre 2010 19h42)

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Russie: les feux reprennent dans le sud/534 bâtiments brûlés/5 mort (mise à jour)

Incendies en Russie: cinq morts dans les nouveaux feux de forêts

Les nouveaux incendies de forêts et de broussailles qui se sont déclarés jeudi dans le sud de la Russie ont fait cinq morts, selon un nouveau bilan annoncé vendredi par les autorités russes. Près de 1000 personnes ont été évacuées dans la région.

« Selon des données préliminaires, les corps de cinq personnes ont été découverts sur les lieux des incendies », a déclaré un responsable du comité d’enquête du parquet dans la région de Volgograd (ex-Stalingrad), Mikhaïl Mouzraev.

En outre, 957 personnes ont été évacuées dans cette région où 532 bâtiments, dont 400 maisons d’habitations, ont été détruits par les flammes, a indiqué l’antenne locale du ministère des Situations d’urgence, citée par les agences.

Alors que le temps s’est refroidi à Moscou depuis la canicule sans précédent qui a sévi cet été, les températures étaient ces derniers jours toujours proches ou égales à 40 degrés Celsius dans la région de Volgograd, selon ces sources.

Les feux de forêt qui ont frappé la Russie cet été ont ravagé environ un million de hectares de forêts, détruit des villages entiers et fait plus d’une cinquantaine de morts, selon les bilans officiels.

Les incendies ont également menacé plusieurs centres nucléaires importants, dont celui de Sarov à environ 500 kilomètres à l’est de Moscou. L’état d’urgence a été levé le 23 août dans la dernière des sept régions de la partie occidentale du pays où il avait été décrété.

(ats / 03 septembre 2010 09:51) 

Incendies en Russie: cinq morts dans les nouveaux feux de forêts

Les nouveaux incendies de forêts et de broussailles qui se sont déclarés jeudi dans le sud de la Russie ont fait cinq morts, selon un nouveau bilan annoncé vendredi par les autorités russes. Près de 1000 personnes ont été évacuées dans la région.

« Selon des données préliminaires, les corps de cinq personnes ont été découverts sur les lieux des incendies », a déclaré un responsable du comité d’enquête du parquet dans la région de Volgograd (ex-Stalingrad), Mikhaïl Mouzraev.

En outre, 957 personnes ont été évacuées dans cette région où 532 bâtiments, dont 400 maisons d’habitations, ont été détruits par les flammes, a indiqué l’antenne locale du ministère des Situations d’urgence, citée par les agences.

Alors que le temps s’est refroidi à Moscou depuis la canicule sans précédent qui a sévi cet été, les températures étaient ces derniers jours toujours proches ou égales à 40 degrés Celsius dans la région de Volgograd, selon ces sources.

Les feux de forêt qui ont frappé la Russie cet été ont ravagé environ un million de hectares de forêts, détruit des villages entiers et fait plus d’une cinquantaine de morts, selon les bilans officiels.

Les incendies ont également menacé plusieurs centres nucléaires importants, dont celui de Sarov à environ 500 kilomètres à l’est de Moscou. L’état d’urgence a été levé le 23 août dans la dernière des sept régions de la partie occidentale du pays où il avait été décrété.

(ats / 03 septembre 2010 09:51)

 

Étiquettes : , ,

Incendies dans le Sud : environ 3.000 ha ravagés

 

MARSEILLE – Plusieurs milliers d’hectares de végétation ont été ravagés par une série d’incendies dans la nuit de lundi à mardi dans le sud de la France, notamment dans l’Hérault où les pompiers restaient largement mobilisés mardi matin sur un immense foyer à une dizaine de km de Montpellier.

Ces incendies n’ont fait aucune victime, mais des dégâts matériels ont été recensés, notamment du côté de Mèze (Hérault), au bord de l’étang de Thau.

Avec le lever du jour, l’intervention des moyens aériens a permis de stopper la progression des flammes sur les deux feux toujours actifs depuis lundi soir, aux abords de La Ciotat (Bouches-du-Rhône) et dans le secteur de Fontanès, près de Montpellier.

L’incendie de Fontanès, le plus préoccupant et qui a parcouru entre 2.000 et 3.000 ha, « ne progresse plus », a dit mardi matin à l’AFP le colonel Christophe Risdorfer, le patron des pompiers de l’Hérault.

« On reste très très prudents car on n’est pas à l’abri d’une reprise. Le vent s’est levé sur zone. Il était faible au début du jour mais il s’est renforcé », a-t-il toutefois souligné.

Selon le commandant des pompiers Didier Rugiero, qui a dirigé la colonne d’intervention sur Fontanès et qui avait connu la même situation sur ces communes en 1989, cet incendie – qui a endommagé quatre maisons à Guzargues – devrait nécessiter au moins encore 48 heures de travail. Un millier d’hommes ont été mobilisés sur ce seul foyer, avec des renforts notamment d’Auvergne et du Sud-Ouest.

Toute la nuit le feu a menacé plusieurs villages, comme celui de Teyran où les flammes se sont approchées d’une zone artisanale et où 15 familles ont dû quitter par précaution leurs habitations. Aucune « évacuation critique » n’a cependant eu lieu, selon les pompiers.

La situation a été attisée dans l’Hérault par un fort vent du nord, sur fond de sécheresse, et compliquée par la multiplication des foyers.

Lundi, un premier feu s’était déclaré à Juvignac, près de Montpellier, endommageant trois appartements avant d’être circonscrit en début de soirée.

Puis un foyer s’est présenté du côté de Villeveyrac, dévalant vers le sud, traversant l’autoroute A9 pour arriver sur Mèze, avant d’être maîtrisé vers 21H30, autorités et pompiers ayant axé leurs efforts sur cette zone péri-urbaine.

Au total, quelque 600 hectares de pinède ont été parcourus par les flammes dans ce secteur de Mèze, trois mas ont brûlé, ainsi que l’entrepôt d’un viticulteur, une pépinière et dix véhicules.

Au même moment, un autre feu partait dans les Bouches-du-Rhône, de Cassis vers La Ciotat, parcourant quelque 250 hectares de forêt et garrigue avant d’être maîtrisé mardi matin après l’entrée en action de moyens aériens.

Quelque 700 personnes et 180 véhicules restaient mobilisés mardi sur cet incendie qui n’a pas fait de victimes ni de dégâts matériels. L’autoroute A50, coupée toute la nuit entre Aubagne et Le Beausset, a été rouverte dans la matinée, et la circulation des trains peu à peu rétablie.

Une centaine de personnes avaient été évacuées lundi soir par précaution vers un gymnase de La Ciotat.

Le parquet de Marseille a confié les investigations sur l’origine de cet incendie aux gendarmes d’Aubagne.

Pour ce qui est des feux de l’Hérault, « on s’interroge », a dit le colonel Risdorfer sur France Bleu Hérault, relevant la quasi-simultanéité des trois feux, auxquels s’ajoutent deux autres départs d’incendie dans la nuit.

Ce sont les premiers feux d’envergure dans le Sud-Est depuis celui qui avait détruit 900 hectares dans la nuit du 24 au 25 juillet près de Marseille, et qui était dû à l’incendie volontaire d’un véhicule.

(©AFP / 31 août 2010 12h22)

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

L’incendie s’est étendu sur l’île d’Ibiza à cause du vent

Les pompiers espagnols continuaient de lutter ce mardi matin contre un incendie déclaré dimanche sur l’île d’Ibiza. Le sinistre, qui s’est étendu sous l’effet du vent, a détruit environ 350 hectares de végétation et une trentaine de voitures. Une centaine de personnes ont dû être évacuées.

« Le travail des pompiers est rendu difficile par la chaleur », a expliqué un porte-parole des services d’urgence de l’île. « Nous travaillons pour essayer de contrôler le feu dans la journée », a-t-il ajouté.

Le feu avait démarré dimanche après-midi à Benirras, dans le nord-est de cette île très touristique de l’archipel méditerranéen des Baléares (est de l’Espagne), provoquant l’évacuation dans la soirée d’environ 1’200 personnes qui risquaient d’être bloquées par les flammes sur une plage.

Depuis, alors que le feu menaçait une trentaine d’habitations et un hôtel de la zone, une centaine de personnes ont dû être évacuées, ont indiqué les services de secours.

Au total, « quatre blessés légers » ont été recensés depuis dimanche, essentiellement pour des brûlures et l’inhalation de fumée. Quelque « 300 pompiers et 13 appareils aériens » (hélicoptères, Canadairs…) sont actuellement sur la zone.

Selon l’agence espagnole Europa Press, le feu aurait été provoqué par l’explosion accidentelle d’une voiture sur un parking. Mais les services d’urgence n’ont pas confirmé cette information, indiquant qu' »une enquête sera menée pour connaître les causes de l’incendie ».

(ats / 24 août 2010 12:48)

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Canada: les incendies de forêt s’étendent dans l’ouest du pays

 

Favorisés par la sécheresse et une vague de fortes chaleurs, les feux de forêt en Colombie-Britannique ont battu vendredi tous les records de surface enregistrés depuis que cette province de l’ouest canadien en avait commencé le recensement. On dénombre près de 1500 incendies.

Ils ont été déclenchés par des promeneurs ou par la foudre et ont jusqu’à présent touché quelque 273’500 hectares (2735 km2), essentiellement de forêts, soit trois fois plus que la moyenne, alors que la saison des feux est loin d’être terminée. « La plupart des incendies ont éclaté ces trois dernières semaines », a dit une porte-parole du service provincial des incendies Alyson Couch.

Près de 4000 pompiers de la province, aidés par des renforts venus de l’Alberta et du Manitoba et soutenus par 22 bombardiers d’eau et 151 hélicoptères, étaient engagés vendredi dans la lutte contre les feux.

Ces derniers n’ont pas fait de victimes depuis la mort de deux pilotes dont le bombardier d’eau s’était écrasé en juillet au nord-est de Vancouver. Des milliers d’habitants ont été évacués et d’autres priés de se préparer à quitter leurs maisons, alors que l’alerte maximale a été décrétée sur près de 65% du territoire de la province.

L’épaisse fumée qui s’étend sur une partie de la Colombie-Britannique a conduit à l’annulation de nombreux vols locaux. Les asthmatiques ont été priés de rester chez eux non seulement dans cette province, mais aussi en Alberta et dans l’Etat américain voisin du Montana.

(ats / 21 août 2010 10:09)

 
3 Commentaires

Publié par le 21 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Russie: les fumées toxiques d’une décharge en feu menacent Moscou

Russie: les fumées toxiques d’une décharge en feu menacent Moscou

Un incendie qui s’est déclaré dans une immense décharge à ciel ouvert menace la capitale russe de nouvelles fumées nauséabondes et toxiques. Les feux de tourbières de ces dernières semaines devraient quant à eux être maîtrisés d’ici à dimanche.

Le feu a pris dans la nuit de mercredi à jeudi dans cette décharge d’environ 15 hectares, située dans le district de Chtchelkovski, à 35 km au nord-est de Moscou, et il s’étend encore sur environ deux hectares.

Les flammes de l’incendie, visibles à plusieurs kilomètres à la ronde au cours de la nuit, ont baissé d’intensité, mais une forte odeur de plastique brûlé se dégageait et a été ressentie jusque dans l’est de Moscou, selon le témoignage rapporté par une habitante.

« Cette décharge va se consumer longtemps », a constaté un responsable du ministère russe des Situations d’urgence sur les lieux du sinistre où de nombreux véhicules de pompiers tentaient de circonscrire l’incendie, selon l’agence Interfax.

« Menace sous-estimée »

« La menace d’extension à la forêt voisine a été supprimée », a toutefois indiqué un autre responsable du ministère, cité par Interfax.

Les autorités locales affirment qu’il n’y a aucun danger pour la population, alors que des écologistes recommandent à la population de mettre des masques respiratoires pour se protéger des fumées toxiques.

« Le menace est sous-estimée, des produits toxiques se dégagent, avant tout des dioxines, à cause des bouteilles en plastique brûlées », a expliqué Vladimir Sliviak, de l’ONG russe Eco-Défense.

Issue en fin de semaine

« C’est bien plus dangereux que les produits de combustion provenant des feux de tourbières », a ajouté M. Sliviak. Dans l’ensemble du pays, près d’un million d’hectares ont été ravagés depuis juillet par les incendies qui ont fait 54 morts, selon le bilan officiel provisoire.

« Les incendies doivent être totalement circonscrits d’ici à la fin de la semaine, le 22 août », a assuré jeudi le ministre des Situations d’urgence Sergueï Choïgou.

(ats / 19 août 2010 18:55) 

 

Étiquettes : , ,

Canicule en Russie:Au moins 5000 morts!

MOSCOU – La presse russe et l’internet regorgent de témoignages sur la gestion calamiteuse de la crise de la canicule par le gouvernement, accusé de minimiser le bilan humain des six semaines de chaleurs exceptionnelles en Russie, où des milliers de personnes sont pourtant mortes.

Le quotidien populaire Tvoï Den a ainsi affirmé vendredi, photo à l’appui, que le département de la Santé de Moscou a interdit aux médecins de diagnostiquer les « coups de chaleur » pour édulcorer « les statistiques des morts liées à la canicule ».

Plusieurs médecins anonymes interrogés par l’agence Interfax ont confirmé cette information.

« On nous a expliqué que la statistiques sur les coups de chaleur dépassaient à Moscou toutes les limites », a dit un médecin. « Il y a eu un ordre oral. Bien que les températures baissent, cette consigne sera en vigueur jusqu’au 1er septembre », témoigne un autre.

« Il n’y a pas eu de telles consignes, c’est du délire », s’est défendue une responsable du département de la Santé à Moscou interrogée par l’AFP.

Cet organe n’a cependant pas répondu vendredi à une demande de l’AFP de fournir les statistiques démographiques de la capitale russe pour les mois de juillet et août.

Pourtant, le chef de ce département Andreï Seltsovski avait reconnu le 9 août que la mortalité a doublé dans la capitale avec 700 décès enregistrés quotidiennement, sans préciser sur quelle période portaient ces chiffres.

Le ministère russe de la Santé avait ensuite réprimandé le responsable, assurant que les données fiables pour le mois de juillet 2010 ne seraient disponibles qu’après le 20 août.

Mais selon les chiffres obtenus par l’AFP auprès des services de l’état-civil moscovite, le nombre de décès à Moscou a bondi en juillet sur un an de 50%, soit de quelque 5.000 morts.

Le chef des services sanitaires de Moscou Tatiana Popova avait alors refusé d’établir un lien entre la chaleur exceptionnelle et la hausse des décès, en expliquant que l’état-civil ne différenciait pas les causes des décès, qu’il s’agisse « des accidents de la route (ou) des maladies ».

Un argument tourné en dérision par Anton Avdeïev, responsable du syndicat des employés des pompes funèbres.

« A la mi-juillet, en regardant la météo j’ai dit aux gars: +vous aurez une avalanche de cadavres+ », raconte-t-il à l’AFP. « Pourquoi n’était-ce pas clair pour les preneurs de décision à la mairie? », s’interroge-t-il.

La capitale russe a connu une canicule sans précédent à partir de juillet et était envahie pendant plusieurs jours par la fumée nocive des tourbières brûlant dans la région de Moscou.

Selon M. Avdeïev, au plus fort de la chaleur « les cadavres restaient dans les appartements pendant 10 à 12 jours parce qu’il n’y avait pas de voitures disponibles » pour les transporter jusqu’à la morgue.

« Mon grand-père, mort d’un coup de chaleur il y a 24 heures, est toujours dans l’appartement, il fait +35° dehors. Nous l’avons couvert d’un drap mouillé et fermé les fenêtres pour ralentir la décomposition », écrivait ainsi le 9 août le blogueur molitva_i_post.

Sur un forum animé par des médecins légistes, sudmed.ru, un internaute a ainsi demandé « comment combattre l’odeur de cadavre » dans un appartement.

Des professionnels de la santé décrivaient de leur côté dans des blogs des conditions de travail épouvantable: 50°C à l’intérieur des ambulances, de la fumée dans les hôpitaux, pas de climatisation dans les salles d’opération et dans les chambres et des cadavres au sous-sol, les morgues étant pleines.

Et il a fallu le retour de vacances dimanche du maire de Moscou, Iouri Loujkov, pour que des mesures d’urgence soient adoptées, comme le rééquipement de voitures en fourgons funéraires ou l’ouverture d’une nouvelle morgue.

(©AFP / 13 août 2010 15h33)

//

 
4 Commentaires

Publié par le 13 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Russie: à 50 km de Sarov les pompiers impuissants face aux feux

TOKOUCHEVO (Russie) – « On n’a plus le contrôle (du feu), maintenant on peut juste se faire tuer »: dans la forêt de Tokouchevo, à environ 50 km du centre nucléaire de Sarov (500 km à l’est de Moscou), les pompiers russes admettent leur impuissance face aux feux de forêt.

« On ne peut rien faire. Il faut des hélicoptères ou des bombardiers pour éteindre le feu », déclare Vassili Filine, un pompier qui comme ses collègues ne porte aucun uniforme de protection.

« Le feu s’élève en hauteur », embrasant la cime des arbres, observe-t-il.

Il est impossible pour les pompiers au sol d’éteindre cet incendie. Ils préfèrent se retrancher dans une zone dépourvue d’arbres, plus facile à défendre, pour affronter le feu.

Hélicoptères et avions ne seront pas déployés pour éteindre l’incendie, qui s’est déclaré mercredi près de Tokouchevo, en république de Mordovie.

Le feu, qui provoque une épaisse fumée grise au-dessus des arbres, n’est pas assez important et surtout il se concentre dans la forêt, expliquent les pompiers.

Or, les bombardiers interviennent en priorité lorsque des maisons et des habitants sont menacés ou pour défendre des zones à grands risques, telles que les alentours du centre de Sarov, où sont fabriquées des armes atomiques, ajoutent-ils.

Dans la forêt de Tokouchevo, les pompiers font tout leur possible, avec les moyens disponibles, pour lutter contre l’incendie.

Deux tracteurs arrivent dans la zone de repli et tracent des sillons dans le sol pour créer des zones tampons destinées à ralentir la propagation de l’incendie, au cas où il sortirait de la forêt.

« Là, on laboure la terre, on fait des sillons pour qu’il n’y ait plus d’herbe. Lorsque l’herbe est haute, l’incendie se propage vite, alors que là, il va avancer doucement », et les pompiers pourront ainsi l’affronter, indique Dmitri Tourdakov du département de lutte contre les incendies de Mordovie.

Les pompiers locaux sont aidés par des collègues des villes avoisinantes, des gardes forestiers et surtout par de nombreux volontaires, qui arrivent au fur et à mesure de la journée, armés de pelles pour éteindre le feu.

« Il y a des villages à côté. C’est pour cette raison que je viens (dans la forêt). J’ai peur que ma maison brûle. On a tous peur », raconte un volontaire, sous couvert d’anonymat, qui comme beaucoup d’autres s’inquiète pour les habitations des environs plus que de l’éventualité de voir le feu se rapprocher du centre nucléaire.

Parmi ces volontaires, des jeunes, y compris des mineurs, des personnes plus âgées et également des personnes quelque peu éméchées.

Cigarettes allumées et pour certains bières à la main, pompiers et volontaires attendent pendant d’interminables heures dans la zone de repli que le feu sorte de la partie boisée de la forêt.

Mercredi soir, alors que le soleil commençait à se coucher, les flammes de l’incendie n’étaient toujours pas visibles.

Six camions de pompiers, deux tracteurs et une cinquantaine de personnes, pour les trois-quarts des volontaires, étaient alors sur place et se préparaient à passer la nuit sur place pour surveiller la zone.

Le même jour, un autre foyer d’incendie s’est également déclaré, encore plus proche du centre de Sarov, dans une zone interdite d’accès à la presse.

Jeudi, les feux continuaient de faire rage et le trafic sur la voie ferrée, qui dessert la ville de Sarov, a été interrompu pour laisser opérer un train de pompiers qui circule sur la voie pour lutter la propagation du feu vers le centre nucléaire, selon les autorités locales.

(©AFP / 12 août 2010 13h47)

 
2 Commentaires

Publié par le 12 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Russie:Etat d’urgence autour d’un centre de ratraitement nucléaire

MOSCOU – Les autorités russes ont décrété l’état d’urgence autour du centre de retraitement et de stockage de déchets nucléaires de Maïak en raison de la propagation des incendies dans cette zone, a annoncé lundi l’administration locale.

« Le chef de l’administration a décrété le 6 août l’état d’urgence dans les forêts et les parcs de la ville d’Ozersk (où se trouve le complexe nucléaire, ndlr) en raison de la propagation des incendies », selon un communiqué publié lundi.

Le chef de l’administration, Viktor Trofimtchouk, « présidera le 10 août une réunion d’urgence pour coordonner les efforts des services concernés », selon ce communiqué.

Le centre de retraitement se trouve dans la région de Tcheliabinsk, dans l’Oural, à 2.000 km à l’est de Moscou.

(©AFP / 09 août 2010 14h37)

Imaginez si une de ces centrale explosait !!!!!!!!!

 
1 commentaire

Publié par le 9 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Incendies en Russie : Saint-Petersbourg plongée dans le brouillard

La fumée des incendies sévissant depuis plusieurs jours dans la région de Moscou a aujourd’hui atteint la ville de Saint-Petersbourg située a 700 km à l’est de la capitale.

En plus d’un brouillard intense, les chaleurs ont battu des records. La barre des 40 degres a surement été atteinte.

Les photos ont été prises dans le village de « Tosno 2 », situé à 70 km a l’ouest de Saint-Petersbourg.

Les photos:
http://www.citizenside.com/fr/photos/incendies/2010-08-08/27826/incendies-en-russie-saint-petersbourg-plongee-dans-le-brouillard.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Moscou brûle-t-elle ? Chronique d’un désastre russe

 

06 Août 2010 Par Claude-Marie Vadrot

Après avoir minimisé les dégâts et le nombre des victimes, les autorités russes ont tenté de persuader l’Occident et leurs concitoyens qu’elles maîtrisaient la situation. Ce qui est faux : les incendies se développent dans tout le pays et progressent de plus en plus rapidement vers l’Ouest. Les Russes qui ont accès à Internet commencent à mesurer l’ampleur d’une catastrophe qui leur est dissimulée par la télévision et une partie de la presse écrite: les photos satellites qui circulent montrent d’énormes cercles de feu et d’immenses panaches de fumée couvrant des centaines de milliers de kilomètres carrés. Et dans les zones sinistrées, les internautes font des photos et des rapports qu’ils mettent immédiatement en ligne. Ce qui vient de permettre de constater, par exemple, qu’une partie de l’Oural est également en feu depuis plusieurs jours. Vu du ciel, il est facile de se rendre compte que les incendies grignotent des zones urbanisées et que les flammes touchent notamment la région de Tcheliabinsk où sont abandonnées des centaines de milliers de tonnes de produits toxiques, qu’ils soient stockés dans des fûts rouillés ou simplement entassés dans la nature. Au point qu’il est (théoriquement) interdit de s’approcher de plusieurs lacs ! Des éléments chimiques de toute nature mais aussi des déchets nucléaires laissés par la célèbre ville « qui n’existait pas », le complexe de Tchéliabinsk-40. Une région qui a aussi connu plusieurs accidents nucléaires dont celui de 1957 qui a dispersé des particules radioactives qui toujours présentes dans les forêts de l’Oural, jusqu’à Ekaterinbourg, l’ancienne Sverdlovsk.
Les témoignages que j’ai recueillis depuis une semaine auprès de mes amis et des correspondants que j’ai conservés dans ce pays pour y avoir passé une vingtaine d’années comme envoyé spécial, montrent que la situation s’aggrave depuis deux ou trois jours. Il n’est pas facile de faire le tri dans le flot d’informations sortant de Russie, d’autant plus que certains sites liés aux autorités nationales ou locales publient de fausses nouvelles pour pouvoir les démentir quelques heures ou quelques jours plus tard, de façon à prouver que le pays est en proie à une désinformation organisée par les « ennemis de l’intérieur ». D’autant plus que les autorités régionales n’ont pas intérêt à laisser dire que depuis qu’elles ont légalement la responsabilité de la gestion des forêts (loi de 2007), elles les ont abandonnées et ont fait la plupart du temps disparaître les services de surveillance et de lutte contre les incendies. Aucun matériel n’a été renouvelé, y compris dans la région de Moscou ; dans les villages et petites villes autour de Voronej, autre exemple, les sauveteurs venus d’ailleurs se sont aperçus que les deux tiers des vieux camions de pompiers ne possédaient plus de tuyaux ou qu’ils étaient dévorés par les rats et inutilisables. Non loin de là, la centrale de Novo-Voronej est entourée par les flammes : la centrale ne peut pas brûler mais toutes les lignes électriques qui y conduisent sont détruites les unes après les autres ; or, une centrale doit être en permanence, même si cela peut paraître paradoxal, alimentée en électricité sous peine de connaître un accident majeur.
Des faits semblables, des casernes en ruines ou bien dont les sauveteurs ont découvert qu’elles n’existaient plus, ont été relevés autour d’Irkoutsk, dans le centre et aussi dans l’Ouest de la Russie : en moyenne, d’aprés ceux qui font les comptes des mauvaises surprises, la moitié du matériel est inutilisable ou a disparu. Ce qui explique que les autorités russes se montrent inquiètes de la progression des incendies dans la région de Briansk, prés de la frontière de l’Ukraine et de la Biélorussie, où l’accident de Tchernobyl à dispersé des éléments radio actifs sur des milliers de kilomètres carrés où ils se trouvent toujours. Comme dans l’Oural, les colonnes de fumée et de chaleur engendrées par les incendies risquent de faire monter les particules à plusieurs kilomètres dans le ciel et peuvent à la fois disperser des élements chimiques et radio activité sur la Russie et sur l’Ukraine ; mais aussi, si les vents sont « favorables » sur l’Europe Occidentale. Là où les mêmes spécialistes français qu’il y a 24 ans nous expliquent déjà que c’est « hautement improbable » et qu’il « n’existe pratiquement aucun risque ». Même s’il est évident que les Russes et les pays d’Europe orientale sont les premiers menacés.
Les derniers recoupements permettent d’évaluer 18/19 000 le nombre des petits ou grands incendies qui ont éclaté depuis la deuxiéme quinzaine du mois de juillet. Ce qui porte actuellement le nombre d’hectares brûlés à au moins 900 000. Un chiffre à réviser en permanence puisque, témoignages et photos satellites additionnés, prés de 300 000 hectares paraissent encore en feu. Chiffre qui augmente tous les jours. D’où un nombre de victimes relevés en permanence à la hausse : une cinquantaine officiellement alors que les premiers recoupements affichent un total dépassant les 260 morts. Pour les blessés et brûlés, il n’existe aucune statistique fiable. Pas plus qu’il n’est possible d’évaluer le nombre de morts liés à la canicule et aux défaillances respiratoires liées à la fumée et aux poussières, même si les autorités sanitaires Moscovites évoquent une augmentation de 50 % de la mortalité…sans donner le moindre chiffre.
En suivant sous terre la tourbe asséchée, les incendies viennent d’atteindre Moscou et de surgir dans au moins deux de ses grands espaces verts. Les observateurs craignent que les feux jaillissent dans le sud-ouest, prés de la station de métroViernadskovo, proche du périphérique, où le sol présente déjà une chaleur anormale; les spécialistes ont répertorié huit immenses parcs au sein desquels le feu pourrait surgir d’un jour à l’autre. Le premier incendie a déjà éclaté à l’Ouest de la capitale et tous mes correspondants expliquent que l’air est de plus en plus irrespirable, y compris dans le métro, et que les évanouissements dans les rues se multiplient: les passants respirants des particules nocives, du CO2 et des traces de dioxine.
Il y a quelques jours, en expliquant que les incendies touchaient les Russes au coeur parce qu’ils détruisent les jardins qui leur permettent de passer l’hiver, j’étais hélas en dessous de la réalité d’une catastrophe qui devient un désastre. Alors que les autorités ont été prévenues depuis le début du mois de juillet par les forestiers et les météorologues que l’été pourrait être terrible.
Mais le gouvernement russe n’a strictement rien fait et le désastre se traduira à terme par des dizaines de milliers de morts tués par les fumées ou le feu…

http://www.mediapart.fr/club/blog/claude-marie-vadrot/060810/moscou-brule-t-elle-chronique-dun-desastre-russe

Images Sat.:

http://rapidfire.sci.gsfc.nasa.gov/subsets/

 
3 Commentaires

Publié par le 7 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Russie: la lutte se poursuit contre le feu qui gagne l’Extrême-Orient

MOSCOU – Des dizaines de milliers d’hommes, appuyés par des avions et l’armée, tentaient dimanche de contenir les incendies de forêt qui couvrent désormais des centaines de milliers d’hectares en Russie et s’étendent aux régions d’Extrême-Orient.

Le bilan des feux qui ravagent plus de 100.000 hectares et ont dévasté des villages entiers dans les régions de la Russie centrale et du bassin de la Volga, s’est établi dimanche à 30 morts.

Un bilan officiel avait fait état samedi de 28 morts, et deux victimes supplémentaires ont été annoncées dimanche matin pour la région de Nijni Novgorod (440 km à l’est de Moscou), la plus touchée jusqu’à présent par ces incendies.

« En déblayant les décombres des maisons détruites par le feu dans le village de Vekhnaïa Vereia, les pompiers ont découvert encore deux corps » portant le bilan dans cette localité à dix morts, deux hommes et huit femmes dont la plus âgée avait 97 ans, a annoncé le ministère des Situations d’urgence.

Alors que selon ce ministère la situation reste « difficile » en Russie centrale et jusqu’à l’Oural (1.500 km à l’est de Moscou), les services forestiers de l’Extrême-Orient du pays, installés à Khabarovsk, près de la frontière avec la Chine, ont annoncé dimanche matin que les feux se propagaient dans la région.

Les incendies de forêt y ont triplé en superficie en 24 heures dans la taïga, passant de 31.000 à 99.000 hectares, ont annoncé ces services.

Ces incendies frappent particulièrement le Kamtchatka, péninsule à l’extrême Nord-Est du pays, où plus de 76.000 hectares sont embrasés, selon la même source.

Près de 300.000 hectares de surfaces non boisées, jusqu’aux zones de toundra, sont également la proie des flammes dans la région.

Dans les régions déjà touchées de Russie occidentale et centrale, les efforts des pompiers et des militaires visent pour l’instant à contenir la propagation du feu.

Le ministère russe des Situations d’urgence a annoncé samedi que près de 240.000 hommes, 25.000 véhicules ainsi que 226 avions et hélicoptères étaient mobilisés.

Selon la même source, sur 770 foyers d’incendie actifs dans le pays dimanche matin, la moitié sont apparus dans les dernières 24 heures. Plus d’un demi-million d’hectares ont été ravagés par le feu depuis le début de l’été.

Dans la région de Nijni Novgorod, les secouristes ont encore évacué dans les dernières 24 heures près de 500 personnes dont les habitations étaient menacées.

Au total, plus de 5.000 personnes ont dû être évacuées dans les régions touchées ces derniers jours, et près de 1.300 maisons ont été détruites dans 77 localités, selon un bilan fourni dimanche par le ministère des Situations d’urgence.

Dans la région de Riazan (200 km au sud-est de Moscou), les grands foyers d’incendie ont été circonscrits, mais « le feu reprend sans arrêt dans des centaines d’endroits », a souligné un responsable local du ministère des Situations d’urgence à la chaîne de télévision publique Rossia.

La chaîne a diffusé des images prises d’un hélicoptère dans la région de Voronej (600 km au sud-est de la capitale), sur lesquelles des colonnes de fumée s’élèvent de multiples foyers sur d’immenses étendues de forêt.

« C’est une véritable catastrophe naturelle qui n’arrive que tous les 30 ou 40 ans », a souligné samedi le président Dmitri Medvedev.

Les services météorologiques prévoient le maintien dans les jours à venir de la sécheresse et de la canicule, avec des températures pouvant atteindre d’ici vendredi 41 degrés Celsius en Russie centrale.

Le patriarche de Moscou Kirill, lors d’une cérémonie dans la région de Nijni Novgorod, a appelé les Russes à apporter leur aide aux victimes des incendies, et à prier pour le « don de la pluie ».

(©AFP / 01 août 2010 14h17)

 

Étiquettes : ,

Incendies de forêts chez nos cousins Quebecois!

MONTRÉAL – Quelque 800 pompiers et gardes forestiers étaient déployés jeudi au Québec pour lutter contre une quinzaine d’incendies de forêt hors de contrôle, dont 12 à quelque 400 km au nord de Montréal, a annoncé la Société de protection des forêts contre le feu (Sopfeu).

Une épaisse fumée a envahi la réserve indienne de Wemotaci, dont quelque 1.300 habitants ont été évacués dès mercredi soir vers la ville de La Tuque. Cependant, le village ne serait pas menacé et on ne signalait ni blessés ni dégâts.

Plusieurs dizaines de personnes ont dû également quitter la réserve d’Obedjiwan, dans la région du réservoir Gouin, un groupe de lacs artificiels près de La Tuque.

Deux autres incendies ont éclaté dans la région de l’Abitibi, dans l’ouest du Québec, près de la frontière de l’Ontario, a précisé à l’AFP une porte-parole de la Sopfeu, Joanie Côté.

Plusieurs de ces feux de forêt ont probablement été allumés par la foudre, a-t-elle indiqué.

Des avions-citernes participaient à la lutte contre le feu et un groupe supplémentaire venant du Manitoba (centre du Canada), composé de deux bombardiers d’eau et d’un « aéropointeur » – un appareil plus petit chargé de coordonner leurs opérations, était attendu à Québec pour se joindre à l’opération, a ajouté Mme Côté.

En raison de la sécheresse, les autorités ont interdit d’allumer des feux à ciel ouvert sur la majeure partie du territoire de la province francophone.

(©AFP / 27 mai 2010 23h29)

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :