RSS

Archives de Tag: GIEC

Réchauffement: le Giec doit se réformer en profondeur

Ici avec Al Gore,le décérébré par qui cette arnaque est arrivée!

 

NEW YORK (Nations unies) – Le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (Giec) doit se réformer en profondeur afin d’éviter la répétition d’erreurs comme celles commises dans son rapport de 2007, a conclu l’ONU lundi.

Dans le même temps:

NEW YORK (Nations unies) – Rajendra Pachauri, chef du Groupe intergouvernemental d’experts de l’ONU sur l’évolution du climat (Giec) récemment critiqué pour des erreurs, a déclaré lundi que ce serait aux Etats membres du Giec de décider de son avenir à la tête du groupe.

(©AFP / 30 août 2010 15h50)

Petit rappel sur l’homme:

Rajendra Pachauri a été critiqué, en particulier fin 2009 et début 2010, pour un supposé parti pris dans les travaux du GIEC et des affirmations hâtives contredisant les sceptiques là où ils avaient raison. Ainsi, Rajendra Pachauri a du s’excuser et retirer ses affirmations précédentes sur la fonte des glaciers de l’Himalaya.

De même, Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, deux universitaires français, professeurs de climatologie et de géographie, l’ont critiqué pour avoir tenu des propos que « la lecture de n’importe quel manuel de géographie du secondaire suffit à invalider ».

 Il a également été visé par des accusations de conflits d’intérêts et d’enrichissement personnel selon le même journal.

Ces critiques lui ont valu de nombreux appels à la démission.

On fait le pari qu’il sera reconduit!  🙂

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Climat et activité solaire : Le soleil nous refroidit !

 

« Les hivers froids en Europe sont-ils associés à une faible activité solaire ? « 

Tel est le titre d’un article récent qui vient de paraître, sous la signature d’auteurs plutôt inattendus, dans Environnemental Research Letters qui est une publication de l’IOP (L’institute of Physics UK) revue par les pairs. Cet article accessible à tous (ce sont les institutions des auteurs qui payent pour publier; à l’inverse de ce qui se pratique habituellement), porte la référence suivante : Environ. Res. Lett. 5, (2010) 024001.

Je ne vous fais pas attendre : La réponse, est « Oui, les hivers froids sont associés à une faible activité solaire », selon les auteurs de cette publication,. En soi, la réponse à cette question n’a rien n’inattendu pour ceux qui ont déjà ouvert des livres d’histoire et qui savent que le minimum d’activité solaire de Maunder ou encore, celui de Dalton, ont été caractérisés par des périodes de grande froidures, au moins dans les pays où l’on trouve des archives détaillées, c’est à dire, essentiellement, en Europe. scafetta33

Pour illustrer cette affirmation, je reproduis le graphe du billet précédent qui donne la superposition des courbes de températures (reconstruction de Moberg prolongée par les mesures de températures récentes) et du forçage solaire, donné par N.Scafetta (voir article précédent). On y distingue très bien les minima de températures observées de 1650 à 1730 (minimum de Maunder, quasi disparition des taches solaires) et dans les années 1800-1830 (Minimum de Dalton : activité solaire très réduite).

Les auteurs de l’article que nous évoquons ici sont :

M Lockwood, R G Harrison, T Woollings and S K Solanki.

Mike Lockwood, Regis G Harrison et T Woollings font partie du Space Environment Physics Group, Department of Meteorology, Université de Reading (Royaume Uni)
Samir Solanki est un chercheur allemand spécialiste du soleil au sein de l’Institut Max Planck en Allemagne.

A l’exception de T Woolings (de Reading) , les lecteurs attentifs reconnaîtront trois chercheurs que nous avons déjà mentionnés dans les pages de ce site. Il s’agit de Mike Lockwood, de Regis Harrison et de Samir Solanki.

Compte tenu du fait que l’article récent que je commente ici, s’inscrit en fait dans la longue bataille qui opposent les solaristes (« c’est le soleil qui est en grande partie responsable des variations de températures ») aux scientifiques mainstream du GIEC (« ce sont les gaz à effets de serre »), je crois qu’il est utile de faire quelques rappels préliminaires pour percevoir les ressorts cachés derrière cet article qui sous une apparence anodine est, en réalité, très révélateur de certaines démarches….

La suite sur Pensée Unique

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , ,

La Terre n’est jamais en équilibre

Voici une traduction – décorée par mes soins de quelques images glanées sur le web – du dernier article écrit par Richard Lindzen, le plus illustre des climato-sceptiques.

Richard Siegmund Lindzen est Professeur de Sciences Atmosphériques au MIT, titulaire de la prestigieuse chaire Alfred P. Sloan. Son CV est impressionnant, par le nombre et la qualité de ses distinctions. Il avoue 235 publications scientifiques, et a rapporté au jury de 27 thèses de Doctorat en Climatologie.


Richard Lindzen

Cet article, écrit pour un journal de Janesville, a été repris par WattsUpWithThat, où ceux qui lisent l’anglais pourront lire la version originale et de plus consulter l’abondant flot de commentaires.

L’exposé ne contient rien de bien révolutionnaire, mais est à mon avis une excellente synthèse, à la portée de tout le monde, sur la climatologie et les débats actuels.

Voici dont la traduction intégrale de l’article par mes soins (Je ne suis pas traducteur professionnel … Merci d’en tenir compte !) :

Pour l’essentiel, le débat sur le changement climatique tourne autour du retour aux niveaux anciens des funestes présages. Dans un monde où le changement climatique a toujours été la norme, le changement climatique est maintenant considéré comme une punition pour un péché de consommation excessive. Dans un monde où nous vivons des changements de température de dizaines de degrés en un seul jour, nous considérons des reliquats statistiques de quelques dixièmes de degrés, connus sous le nom de « Global Average Temperature Anomaly » (GATA), comme présages de désastre.

La Terre a vécu des âges glaciaires et des périodes plus chaudes où des alligators vivaient au Spitzberg.

Predator X

Les âges glaciaires se sont succédé en cycles de 100 000 ans dans les 700 000 dernières années, et il y a eu dans le passé des périodes interglaciaires qui semblent avoir été plus chaudes que la présente en dépit de taux de CO2 plus faibles. Plus récemment, nous avons eu l’optimum médiéval et le petit âge glaciaire. Durant ce dernier, les glaciers alpins avançaient, au dépit des villages envahis. Depuis le début du 19ième siècle, ces glaciers se replient. Franchement on ne comprend complètement ni l’avancée, ni le retrait, et d’ailleurs certains glaciers alpins ont repris leur avancée.

Pour de petits changements de GATA , il n’y a besoin d’aucune cause externe. La Terre n’est jamais en équilibre exact. Les mouvements des énormes océans, où la chaleur de déplace entre les couches profondes et la surface, produit une variabilité sur des échelles de temps allant de l’année au siècle. Des exemples sont, en particulier « El Niño », l’oscillation pacifique décennale, l’oscillation multi-décennale atlantique, etc. Des travaux récents suggèrent que cette variabilité est suffisante pour expliquer tous les changements de température moyenne globale depuis le 19ième siècle. Pour dire vrai, les émissions humaines de CO2 doivent avoir un impact. La vraie question étant : combien ?

La suite ici:

http://www.lepost.fr/article/2010/04/12/2029281_la-terre-n-est-jamais-en-equilibre.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :