RSS

Archives de Tag: Fitch

Irlande: Fitch dégrade la note financière d’un cran

Irlande: Fitch dégrade la note financière d’un cran
Londres (awp/afp) – L’agence de notation financière Fitch a dégradé mercredi la note de dette à long terme de l’Irlande, à A+ contre AA-, assortissant sa décision d’une « perspective négative », en raison du coût jugé « exceptionnel » du sauvetage des banques du pays par l’Etat.

« La dégradation de la note de l’Irlande reflète le coût exceptionnel, et plus élevé que prévu, de la recapitalisation des banques irlandaises, notamment l’Anglo Irish », a expliqué Fitch dans un communiqué.

« La perspective négative traduit les incertitudes concernant la vigueur de la reprise économique et le redressement budgétaire à moyen terme », ajoute le texte.

Fitch avait dégradé la note de l’Irlande à AA- en novembre, déjà inquiète à l’époque de « la hausse exceptionnelle de l’endettement public ».

Sa nouvelle décision intervient au lendemain d’un avertissement d’une autre agence de notation, Moody’s, qui a dit envisager elle aussi de dégrader la note de l’Irlande.

Le coût du sauvetage des banques irlandaises, dont la facture finale vient d’être révélée par le gouvernement, est désormais estimé à près de 50 milliards d’euros, dont 30 milliards pour la seule Anglo Irish.

Le déficit budgétaire du pays est désormais estimé à environ 32% du PIB en 2010.

La banque centrale irlandaise avait alimenté lundi les mauvaises nouvelles en abaissant nettement sa prévision de croissance du pays en 2010, qui ne serait que de 0,2%. Elle avait alors encouragé le gouvernement à accentuer encore les coupes budgétaires pour faire face au coût faramineux du sauvetage des banques.

jq/rp

(AWP/06 octobre 2010 14h00)

 
4 Commentaires

Publié par le 6 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

L’agence de notation Fitch dégrade la note de la BNP

L'agence de notation Ficth a dégradé la note de la banque de AA à AA-

L’agence de notation financière Fitch a dégradé lundi 21 juin d’un cran la note de la dette à long terme de la banque française BNP Paribas, de AA à AA-.

Fitch indique que cette note reflète encore la capacité de la banque à générer de bons résultats, à améliorer son financement et à s’appuyer sur trois grandes divisions que sont la banque de détail, la banque de financement et d’investissement (BFI) et les solutions d’investissement. L’agence a décidé de dégrader la note de la banque, au vu de l’importance prise par la BFI, de la détérioration de la qualité des actifs en 2009 et d’un ratio de capital en dessous de la moyenne de ses homologues.

Fitch insiste en particulier sur le fait que les activités de marché contribuent encore grandement à la rentabilité de la banque, et ce dans un environnement de plus en plus délicat. BNP Paribas a publié un bénéfice net en hausse de 46 %, à 2,283 milliards au premier trimestre, supérieur aux attentes, la BFI dégageant à elle seule un bénéfice avant impôt de 1,69 milliard.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/06/21/l-agence-de-notation-fitch-degrade-la-note-de-la-bnp_1376522_3234.html

 

Étiquettes : , ,

BP: Fitch abaisse la note de crédit à cause de la marée noire

Londres (awp/afp) – L’agence de notation Fitch a abaissé jeudi de AA+ à AA la note de crédit de la compagnie pétrolière britannique BP, avec perspective négative, en raison de « risques accrus sur le profil d’activité et financier » du groupe, consécutifs à la marée noire qu’il tente d’étancher dans le golfe du Mexique.

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Fitch dégrade l’Espagne à cause de mauvaises perspectives de croissance

MADRID – L’agence de notation Fitch a abaissé vendredi d’un cran la note de la dette de l’Espagne, estimant que les perspectives de croissance sont affectées notamment par la dette privée, malgré les efforts gouvernementaux pour réduire les déficits publics.

« La dégradation reflète l’opinion que le processus d’ajustement vers un niveau plus bas d’endettement privé et extérieur va matériellement réduire le taux de croissance de l’économie espagnole à moyen terme », selon l’agence qui prive l’Espagne de la meilleure note possible « AAA », la rabaissant à « AA+ ».

« Fitch anticipe que le processus d’ajustement économique sera plus difficile et prolongé que pour d’autres économies notées +AAA+. C’est pourquoi l’agence a dégradé l’Espagne », poursuit Fitch.

Frappée par l’éclatement de la bulle immobilière, l’Espagne est entrée en récession fin 2008 et peine à renouer avec la croissance.

Le PIB a progressé d’un modeste 0,1% au premier trimestre par rapport au quatrième de 2009 et le gouvernement prévoit une contraction de 0,3% de l’activité sur l’ensemble de l’année.

C’est un nouveau coup dur pour l’exécutif de José Luis Rodriguez Zapatero, qui s’était retrouvé ces dernières semaines sous la pression des marchés et de ses partenaires européens à cause de ses déficits publics, certains craignant que l’Espagne ne tombe dans une crise budgétaire semblable à celle de la Grèce.

L’agence de notation Standard & Poor’s avait réduit la note de l’Espagne de « AA+ » à « AA » le 28 avril, estimant que les mauvaises perspectives de croissance à moyen terme allait saper la réduction des déficits publics.

M. Zapatero s’était résolu à annoncer le 12 mai d’impopulaires mesures d’austérité, pour ramener les déficits publics de 11,2% du PIB en 2009 à 6% en 2011 puis 3% en 2013.

Malgré ce « fort engagement pour réduire le déficit budgétaire », salué par Fitch, le service de la dette extérieure et la nécessaire réduction de la dette privée justifient la dégradation.

Fitch « croit que la reprise économique sera plus basse que celle prévue par le gouvernement ».

La ministre de l’Economie Elena Salgado a pourtant abaissé vendredi ses perspectives de croissance pour les années 2012 et 2013, à 2,5% et de 2,7% contre 2,9% et 3,1% auparavant.

Si la dette publique espagnole est inférieure à celle de nombreux pays de la zone euro, évoluant aux alentours de 55% du PIB, celle du secteur privé, familles, entreprises, banques, est bien plus lourde, se montant à 178% du PIB selon Standard & Poor’s.

Selon certains observateurs les mesures d’austérité ne sont qu’un premier pas vers un changement de modèle économique, qui doit passer par la réforme du marché du travail et la restructuration bancaire.

« La rigidité du marché du travail et la restructuration des caisses d’épargnes locales et régionales vont gêner le rythme de l’ajustement », estime ainsi Fitch.

Le gouvernement a donné jusqu’à la fin mai aux partenaires sociaux pour s’entendre sur une réforme du marché du travail destinée à réduire la dualité entre travailleurs stables et précaires. Et jusqu’à la fin juin aux nombreuses caisses d’épargne régionales exposées à la crise immobilières pour fusionner.

(©AFP / 28 mai 2010 20h27)

 

Étiquettes : , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :