RSS

Archives de Tag: évacuation

Indonésie: évacuation autour du volcan Merapi sur l’île de Java

Les autorités indonésiennes ont relevé à son maximum ce lundi le niveau d’alerte autour du volcan Merapi, situé sur l’île de Java, dont l’activité a fortement augmenté. Elles ont décrété l’évacuation des populations vivant à proximité.

Des coulées de lave se sont produites durant le week-end ainsi que près de 500 secousses sismiques, ont indiqué des responsables. Le niveau d’alerte a été porté à son maximum à 6h00 ce matin, indiquant qu’une éruption était imminente.

« Le magma est poussé vers le haut en raison de l’énergie sismique et il se trouve à environ 1 km sous le cratère », a indiqué le vulcanologue Surono.

L’évacuation a été décrétée pour les habitants vivant dans un rayon de 10 km autour du cratère situé au sommet du mont Merapi qui culmine à 2914 mètres d’altitude.

Le volcan, situé à 26 km de la ville de Yogyakarta, est le plus actif des 69 volcans en activité en Indonésie.

Sa dernière éruption remonte à juin 2006 quand deux personnes avaient été tuées. Elle était intervenue quelques jours après le séisme du 27 mai 2006, d’une magnitude de 6,3 sur l’échelle de Richter qui avait frappé la ville et ses environs et fait près de 5800 morts.

L’éruption la plus meurtrière remonte à 1930 quand 1300 personnes avaient trouvé la mort. Plus de 60 personnes avaient également été tuées en 1994 par des nuages toxiques.

« L’énergie est plus forte (dans le volcan) qu’avant l’éruption de 2006. Nous n’avons pas d’indications permettant de dire qu’une éruption explosive pourrait se produire comme en 1930 mais cela reste possible », a ajouté M. Surono.

(ats / 25 octobre 2010 09:00

 
1 commentaire

Publié par le 25 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Inondations au Pakistan: encore une ville de 300.000 habitants évacuée

THATTA (Pakistan) – Une nouvelle ville, Thatta, peuplée de 300.000 habitants, a été évacuée vendredi dans le sud du Pakistan, pays en proie depuis un mois à des inondations dévastatrices qui laissent augurer une grave crise humanitaire pendant des mois, voire des années.

Les eaux ont commencé à refluer dans le nord et le centre, les plus affectés au début de la catastrophe, mais les pluies torrentielles de mousson qui persistent ont gonflé l’Indus jusqu’à des niveaux critiques près de son embouchure, forçant ces derniers jours des millions de personnes à fuir de nouvelles inondations dans la province méridionale du Sind.

Depuis samedi, des villes comptant parfois 100.000 personnes et des milliers de villages et hameaux ont été vidés de leurs habitants. L’ONU estime à un million le nombre de personnes déplacées ces dernières 48 heures dans le Sind.

« Nous avons ordonné jeudi soir aux habitants de Thatta de partir pour des zones plus sûres parce que les flots ont ouvert une brèche dans le village de Faqir Jogoth » sur la digue principale qui protégeait la ville, à quelques kilomètres à l’est, a expliqué à l’AFP Manzoor Sheikh, chef de l’administration locale.

Vendredi matin, les flots s’engouffraient par la brèche, large d’une vingtaine de mètres, pour inonder les vastes champs de coton et de canne à sucre en contrebas et progresser en direction de Thatta, ont constaté des journalistes de l’AFP à Faqir Jogoth.

Des milliers de personnes quittaient la ville en direction de l’ouest et de Makli, à 5 km de Thatta, où un camp de réfugiés a été installé à la hâte sur une colline. Les gens chargeaient carrioles et voitures de tout ce qu’ils pouvaient et poussaient des milliers de têtes de bétail en direction de Makli.

Pour le moment, 70% des habitants ont quitté Thatta, a estimé M. Sheikh. L’armé a dépêché des engins de chantier pour tenter de réparer la digue à Faqir Jogoth. « S’ils n’y parviennent pas, Thatta sera inondée ».

(©AFP / 27 août 2010 11h49)

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Inondations: une ville et des villages évacués au Pakistan

Les autorités dans le sud du Pakistan continuaient d’évacuer dimanche une ville de 100’000 habitants près d’un mois après le début des inondations qui ont tué au moins 1500 personnes et fait des millions de sinistrés. Samedi, le FMI a annoncé qu’il était prêt à aider Islamabad.

Dans la majeure partie des régions affectées, les eaux se retirent progressivement à mesure que les pluies s’espacent, mais les conséquences sociales et politiques du désastre vont peser sur la stabilité de ce pays de 167 millions d’habitants, déjà en guerre contre l’islamisme radical.

Alors que la colère gronde parmi la population, l’ampleur de la dévastation causée par les inondations se précise, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon ayant comparé la catastrophe à un « tsunami au ralenti », dont « la puissance de destruction va s’amplifier avec le temps ».

Depuis samedi soir, les autorités s’emploient à faire évacuer préventivement la ville de Shahdadkot, dans la province méridionale du Sind, ainsi que les villages alentour affectés par les eaux. Quatre districts au moins de la province du Sindh ont été touchés.

Mesure évoquée

« Nous essayons en ce moment de protéger Shahdadkot, menacée par les eaux » de petits affluents de l’Indus, dont les flots ont gonflé, a indiqué à l’AFP le ministre provincial de l’Irrigation, Jam Saïfullah Dharejo.

« Il s’agit d’une mesure préventive », a-t-il précisé, ajoutant que, pour l’heure, les digues résistent. La population est estimée à 100’000 âmes.

Il a ajouté que plusieurs villages alentour ont été inondés mais que personne n’a péri pour l’heure selon les premiers rapports.

Les inondations provoquées depuis un mois par des pluies de mousson d’une ampleur exceptionnelle ont affecté un cinquième du territoire pakistanais et 20 millions de personnes en ont souffert à divers degrés.

Souhait

Critiquée pour son absence de réaction au plus fort des pluies et des inondations fin juillet-début août, la communauté internationale semble avoir pris la mesure du désastre et la mobilisation de l’aide d’urgence s’est accélérée, restant toutefois largement insuffisante.

(ats / 22 août 2010 14:06)

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Golf du Mexique:Des militaires déplacent leur propre famille en ce moment!

Des chasse-neige sont prêts à retirer des véhicules abandonnés sur les autoroutes dès que les évacuations se produiront
 
 Greg Evenson
 
 Je vous suggère tous de bien porter attention : ce reportage s’aligne sur le rapport ALTA [1] de Clif High du 26 juin. Si vous attendez que CNN ou Fox vous donnent une idée sur quelque prétendue vérité à propos de la situation dans le Golf [du Mexique], alors vous feriez mieux de vous pelotonner, car vous allez devoir attendre très, très longtemps.
 
 Cela fait environ trois semaines depuis que Greg Evenson, autrefois policier d’État et personne nommée au Service secret, est passé à la radio dans l’émission The Waterman Files pour parler de ce que ses pourvoyeurs d’informations de première main lui divulguent à propos de la situation au Golf du Mexique et dans ses alentours. Aujourd’hui, M. Evenson a parlé et a mis la situation à jour avec Dr John Waterman [2].
 
 « Un pessimisme et un désespoir s’accroissent parmi les gens dans l’armée à qui j’ai parlé et qui ont vraiment un sentiment de catastrophe imminente et, jusqu’à présent, je n’ai jamais rien vu de tel. J’ai parlé aux militaires, et ils ne planifient que leur propre bien-être en ce moment en essayant d’évacuer leur famille. Planifiez-le parce que quand ça partira, ce sera, aux sens littéral et figuré, comme un raz-de-marée catastrophique là-bas. Une fois qu’il aura commencé, on ne pourra l’éviter d’aucune façon. » Je crois que les premières annonces faites concernant tout genre d’évacuation impliquant les personnes âgées, les personnes qui doivent partir en premier si possible, précipitera sans tarder une seconde vague de gens qui auront tergiversé, puis qui diront soudainement : « c’est le temps de bouger ». Cela dégringolera rapidement, mais les gens qui vont composer avec cette situation disent en ce moment tout bêtement : « Nous manquons de ressources, nous n’avons pas ce qu’il faut pour y arriver ».
 
 Greg Evenson a affirmé que les chercheurs de l’Université du Texas lui ont soufflé que, il y a cinq semaines (quelque chose qu’il a décrit dans une radio-diffusion du 27 mai), le U.S. Geological Service (service géologique
étasunien) signalait qu’on avait précipité un tremblement de terre à presque 18 km sous le fond océanique après avoir effectué un forage allant jusqu’à environ 9 km dans le site de Deepwater Horizon. Ce n’est pas le puits le plus profond sur la terre, mais c’est le puits qu’on a foré le plus profondément, perçant une telle réserve de gisement de [ce genre de] pétrole. C’est pourquoi il est rouge et radioactif en remontant à la surface.
Les rapports de l’U.S Geoligical Survey indiquent que ce tremblement de terre a peut-être occasionné une fracture du fond océanique, ce qui expliquerait les fuites de pétrole se produisant en large de 11 km à environ 45 km , fuites qui ne proviennent pas du tout des sites forés mais des fissures dans le fond océanique, provoquées par cette opération et par ce gisement géant.
 
 Après avoir défini la situation dans les régions touchées et parlé de ce problème en séparant la fiction de la réalité, M. Evenson a affirmé que « nous avons vraiment besoin d’ôter du débat toute absurdité… et des affirmations ahurissantes sans fond… parce que nous perdons du temps, nous prenons du recul à chaque instant. C’est peut-être [divertissant] pour certains mais pour d’autres, c’est quelque chose d’extrêmement sérieux, et ce l’est… »
 
 On suggère que les plates-formes – toutes celles opérant dans le Golf du Mexique – cesseront leurs activités. Une vidéo de Pensacola, en Floride, commence à se répandre sur Internet, montrant du méthane qui sort de l’eau en bouillonnant. On dit qu’il en sort un million de fois de plus dans certaines régions et cent mille fois de plus dans d’autres, ce qui est loin d’être normal. La quantité de méthane relâché équivaut à vingt fois celle du dioxide de carbone habituellement relâché dans l’atmosphère par les voitures, etc.
 
 Plusieurs scientifiques ont postulé que le relâchement inéluctable et énorme de produits toxiques occasionnera un phénomène gigantesque, voire planétaire, incluant d’importantes fluctuations dans le climat, responsables d’énormes tempêtes similaires à celles qu’on a vues dans les films hollywoodiens comme Le Jour d’après; elles seront époustouflantes. Quant à ce scénario, M. Evenson a répondu : « C’est exactement ça, et ajoutez-y le désastre absolu qui se déroule sous nos yeux à cause de cette vaporisation excessive, cette vaporisation extraordinaire de Corexit qui cause un dégât.
J’ai vu des photos qu’on m’a fournies… de cultures, d’arbres et d’autres choses qui dépérissent par cette pollution continuelle. Comme si la création de ce problème n’était pas suffisante pour BP, l’entreprise en a engendré un deuxième, puis un troisième en affaiblissant l’infrastructure, les cultures et ainsi de suite, à cause de la vaporisaton de cet horrible Corexit.»
 
 « On commence à préparer des chasse-neige pour qu’ils aillent le long des autoroutes inter-états au milieu de l’été afin de retirer des véhicules abandonnés dès que les évacuation se produiront. » M. Evenson a supplié les gens de ne pas paniquer, de se péparer tout simplement en avance afin qu’ils puissent s’écarter du danger avant qu’une évacuation en bousculade ne commence ». – Greg Evenson  
 
 http://thejohnchronicles.wordpress.com/
 
 On signale qu’il y a une énorme quantité de méthane relâché dans le golf, ce qui expliquerait la raison pour laquelle l’eau dans ladite vidéo semble bouillir.
 
 http://www.youtube.com/watch?v=a52k2DOE7Wk&feature=player_embedded
 
 Texte traduit par L’Éclair pour le site:
 www.consciencedupeuple.com
 
 Blog de L’Éclair:
[http://soulreflexion.wordpress.com]url: http://soulreflexion.wordpress.com 
 
 Notes :
 
 [1] Le rapport ALTA est un bilan que le Webbot, un bot informatique, fait en scannant la toile et en extrayant des mots-clés pour, ainsi dire, prédire les tendances futures. Clif High en est le créateur, et lui et son associé George Ure, se nomment « Les Moines du temps ».  
 
 Pour de plus amples informations sur le bot informatique, allez sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Bot_informatique
 
 [2] Dr John Waterman est un activiste pseudonyme, détenteur d’un cerificat de spécialiste en naturopathie, remis par la American Naturopathic Medical Certification and Accreditation Board. Il a poursuivi son post-doctorat en biologie médicale (programme européen et dans certaines régions africaine s) à la Marion Foundation en Suisse. Ancien professeur d’anatomie au Michigan, il est devenu plus récemment membre-directeur de sa faculté d’une nouvelle université à Colorado. Il a passé des années à enseigner, aux étudiants en médecine et aux infirmières, l’anatomie, la biologie médicale et des méthodes qui ne vont pas l’encontre de l’organisme, comparativement à la médecine classique. Il a acquis beaucoup d’expérience dans la guérison quantique et s’est formé au U.S. Army Medical Command (MEDCOM) pour étudier les réactions des personnes exposées aux guerres biologiques. Ancien animateur de l’émission de radio To Heal the nation, il en anime aujourd’hui une nouvelle, The Waterman Files, sur la station hollandaise Argusoogradio
(http://www.argusoogradio.org) où il parle de géopolitique, d’économie, de santé, de médecine et de PAN.
 
 
 Source : http://projectcamelot.org et
 http://www.godlikeproductions.com/forum1/message896996/pg1

 
1 commentaire

Publié par le 6 juillet 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Hongrie: Environ 2.000 personnes évacuées à la suite d’inondations

PASZTO (Hongrie) – Environ 2.000 personnes ont été évacuées de deux communes du nord de la Hongrie, Paszto et Hasznos, en raison des inondations dues à des pluies diluviennes et la menace de la rupture d’une digue sur une des rivières de la région, a constaté un photographe de l’AFP.

Il pleut depuis pratiquement un mois en Hongrie et les régions du Nord et du Nord-Est sont inondées, pratiquement tous les cours d’eau étant sortis de leur lit. Pendant le mois de mai, il est tombé entre 210 et 220 mm de pluie par m2, soit autant que pendant une année tout entière, selon les services météorologiques. Dans le nord-est, le niveau des précipitations a même atteint le record de 273 mm par m2.

Selon le porte-parole des services de secours hongrois, György Szentes, toutes les équipes sont à pied d’oeuvre pour renforcer les digues dans la région.

« Nous avons reçu plus de 1.600 appels rien qu’au cours des dernières 24 heures pour pomper l’eau des maisons et des caves », a-t-il indiqué à la radio commerciale, Klubradio. La tâche est rendue particulièrement difficile par les incessantes chutes de pluie, selon lui.

Dans le nord-est du pays, soixante routes ont été fermées à la circulation et 18 communes se trouvent temporairement isolées du reste du pays.

Une alerte de niveau trois, le plus élevé, a été décrétée dans la région à cause du niveau particulièrement élevé des eaux.

Dans le sud, près de la frontière serbe, les arbres d’une forêt de 20 hectares ont pratiquement tous été déracinés ces derniers jours en raison des inondations, a rapporté l’agence de presse MTI.

Selon les prévisions des services météorologiques, les précipitations devraient cesser vers la fin de cette semaine et la température devrait remonter.

(©AFP / 02 juin 2010 15h49)

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Evacuations des villages proches du volcan Tungurahua en Equateur

 

QUITO – Plusieurs localités proches du volcan Tungurahua dans le centre de l’Equateur ont été évacuées vendredi matin à la suite d’une « grande explosion » ayant entraîné le rejet de lave et de cendres qui auraient pu être dévastatrices, a-t-on appris de sources officielles.

L’éruption s’est produite à 08H47 (13H47 GMT), générant des coulées de lave et des colonnes de vapeur et de cendres, a annoncé dans un communiqué l’Institut géophysique de Quito, qui n’a pas fait état de victimes.

Selon des déclarations à la presse du directeur de l’institut Hugo Yepez, l’activité du volcan s’est cependant calmée à la mi-journée: « l’activité sismique est en baisse ce qui indique aussi qu’il y a moins d’émission », a-t-il expliqué.

Selon la défense civile équatorienne, au moins sept villages situés non loin du volcan ont été évacués avec l’aide des pompiers, de la Croix-rouge et de la police.

A la mi-journée, le nuage de cendre entraîné par l’explosion a atteint la ville de Guayaquil (280 km au sud de Quito) et certains vols ont du être détournés, selon le directeur de l’aéroport de cette ville, Nicolás Romero, qui a précisé que cette mesure ne faisait qu’allonger les trajets d’une vingtaine de minutes.

Les premières informations diffusées faisaient état de possibilités de « coulées pyroclastiques ».

Ce type d’explosion entraîne des jets de gaz et d’éléments solides à haute température montant à un à deux kilomètres dans l’atmosphère, puis retombant en avalanche, sous la forme de coulées avançant à grande vitesse et pouvant être dévastatrices.

« Nous considérons qu’il faut de ce fait mettre en oeuvre le scénario correspondant aux coulées pyroclastiques », c’est-à-dire déclencher l’alerte rouge, avait expliqué l’institut géophysique.

Selon M. Yepez, le Tungurahua, de 5.029 mètres de hauteur et situé à 135 km au sud de Quito, a explosé violemment à plusieurs reprises, ce qui a entraîné un nuage de cendres de 10 km autour du cratère, phénomène expliquant la possible déviation de vols y compris internationaux.

Avant cette alerte, le volcan avait atteint son plus fort pic d’activité en août 2006 et son éruption avait entraîné la mort de sept personnes et la destruction de plusieurs centaines de maisons.

La localité touristique de Banos, situé au pied du Tungurahua, comptant quelque 15.000 habitants, avait du être évacuée de force en 1999, lors de son éveil. Les habitants avaient ainsi été éloignés de leurs maisons pendant plusieurs mois.

(©AFP / 28 mai 2010 22h25)

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Israël se prépare à un plan d’évacuation massif

(Source : guysen)

Alors que des rumeurs font état d’une possible offensive d’Israël cet été au Liban, et que Tsahal évalue à plus de 40.000 le nombre des roquettes dont disposerait le Hezbollah, le front de défense passive, se prépare au pire.

JPG - 36.1 ko

Le front israélien de défense passive élabore en ce moment même un plan d’évacuation massive pour parer à l’éventualité de tirs de roquettes du Hezbollah désormais susceptibles d’atteindre tout le pays. Le plan sera étudié dans le cadre de l’exercice national de défense passive, qui aura lieu la semaine prochaine.

Les officiers israéliens se préparent à toute sorte de scénarios de guerre, incluant des tirs massifs de roquettes à l’intérieur même du territoire Israélien. Les autorités présument que des roquettes pourraient être tirées sur la frontière nord, ainsi que Tel Aviv et sa grande périphérie.

Des bases militaires pourraient elles aussi représenter des cibles potentielles.

Récemment le président israélien Shimon Peres a accusé Damas de fournir des missiles Scud au Hezbollah et les Etats-Unis ont réagi en se déclarant « de plus en plus inquiets » de cet éventuel transfert.

Dans l’éventualité d’une guerre, l’Etat évacuerait les civils uniquement présents dans les zones à risque comme la frontière nord qui pourraient subir les plus lourds bombardements. Le plus gros défi consisterait alors à assister les civils quittant leur logement de leur propre initiative.

C’est d’ailleurs l’idée centrale du plan : établir une gestion efficace des départs volontaires de civils dans l’urgence, et éviter la désorganisation dont on fait preuve les autorités lors de la guerre du Golfe et la deuxième guerre du Liban.

Des centaines de milliers d’évacuations envisagées

Pendant la guerre du Golfe de 1991, les autorités avaient adopté des réactions ambivalentes vis à vis des personnes quittant leur foyer. Elles avaient même parfois condamné tout net cette attitude. Cette fois les autorités, préparées au phénomène, se doivent de le traiter.

« En 1991, les gens se rendaient au travail pendant la journée, et la nuit venue ils voulaient emmener leurs familles loin du centre du pays parce que la région du Centre était considérée comme zone à haut risque » explique un officier.

Mais à cette époque, seuls 42 missiles étaient tombés. Cette fois-ci, les scénarios évoquent des milliers de missiles et de roquettes qui pourraient s’abattre sur l’Etat hébreu dans le cadre d’une nouvelle confrontation avec le Hezbollah…

Lors de la seconde guerre du Liban en 2006 de nombreux habitants du nord sont partis pour le centre du pays ou les localités situées en Judée Samarie, alors hors de portée des missiles du Hezbollah à l’époque.

« Il sera impossible d’ignorer un tel phénomène à l’avenir. Nous allons devoir préparer des centaines de milliers d’évacuations en cas de guerre. » Selon les estimations, 70 % des civils seraient en mesure de se débrouiller par leur propres moyens, contre 30 % de la population qui auraient besoin d’une aide organisée fournie par l’Etat.

Dans un document transmis au ministère de la Defense, le général Yair golan du commandement de défense passive, a suggéré les directives suivantes : L’Etat aura pour mission d’aider les autorités locales à accueillir les civils arrivant de 6 zones à haut risque. Un financement devrait être mis à disposition des autorités locales le nécessitant, des bâtiments publics constitueraient des abris de fortune, tandis que les autorités recevraient des volontaires, médecins et travailleurs sociaux expérimentés.

Yair Golan propose également que des listes de famille susceptibles d’accueillir des réfugiés fuyant les zones de combat soient dressées.

Les zones souterraines tel que les parkings seront aussi utilisées pour abriter les populations, tandis que des milliers de tentes seront installées dans les réserves naturelles et les bases militaires à risque modéré.

68 villes prendront ainsi part à l’exercice qui aura lieu la semaine prochaine.

Durant la dernière guerre du Liban (été 2006), le Hezbollah avait tiré plus de 4.000 roquettes contre le nord d’Israël, contraignant un million d’habitants à se terrer dans des abris ou à fuir vers le sud du pays.

Vous remarquerez le  » salut Nazi  » des sionistes Israéliens!!!

A vous de juger!

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

Volcan: fortes chutes de cendres sur l’Islande:60 évacuations volontaires

REYKJAVIK – D’importantes quantités de cendres émises par le volcan Eyjafjöll s’abattent de nouveau sur l’Islande et une soixantaine de personnes ont volontairement quitté la zone, a-t-on appris samedi auprès de la protection civile islandaise qui n’a pas recommandé d’évacuation à ce stade.

« Il y a beaucoup de cendres qui retombent (dans la région du volcan) et la population en est affectée », a déclaré à l’AFP une porte-parole de la protection civile, Gudrun Johannesdottir.

« La Croix Rouge a ouvert des centres pour les gens qui ont besoin d’assistance et a demandé aux personnes qui quittent la région de s’inscrire sur ses registres », a-t-elle ajouté.

Les autorités islandaises surveillent de près la situation de la population mais n’ont « pas ordonné d’évacuation » pour le moment, a-t-elle ajouté.

Samedi matin, 60 personnes avaient signalé à la Croix Rouge qu’elles quittaient la zone sur laquelle les cendres s’abattent, à l’est du volcan situé dans le sud de l’île, selon Mme Johannesdottir.

L’Eyjafjöll avait recommencé jeudi à cracher d’importantes quantités de cendres après quelques jours d’accalmie. Les émissions ont de nouveau diminué depuis vendredi, mais le panache contient toujours beaucoup de particules, selon la porte-parole de la protection civile.

« Jeudi, le panache s’est élevé jusqu’à 9.000 mètres et il a diminué vendredi à 5.000-6.000 mètres. Depuis, il est stable, mais il contient beaucoup de cendres », a-t-elle souligné, précisant que les particules n’étaient « pas aussi fines qu’au début » de l’éruption. Elles retombent donc plus rapidement et sont moins susceptibles de se déplacer.

« En fait, il semble que l’activité explosive ait un peu diminué depuis hier (vendredi) », a déclaré à l’AFP un géologue de l’Université d’Islande à Reykjavik, Björn Oddsson.

En tout cas, elle « est comparable à ce qu’elle était hier (vendredi) et n’a pas augmenté, contrairement à l’impression que peuvent avoir les gens vivant dans la région », a-t-il ajouté.

Il a précisé que les cendres du panache qui « s’est élevé jusqu’à 7.000 mètres samedi matin » s’évacuaient vers le sud-est, en direction de l’Europe.

Entré en éruption le 14 avril, l’Eyjafjöll émet un nuage de cendres qui a paralysé le trafic aérien européen durant près d’une semaine avant une baisse des émissions et un changement de direction des vents favorables au ciel de l’Europe.

Depuis jeudi, l’intensification des émissions crée de nouvelles perturbations et, samedi matin, l’Espagne a annoncé la fermeture de quinze aéroports tandis que plus de 100 vols ont été annulés au Portugal.

(©AFP / 08 mai 2010 13h22)

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Iran: le pouvoir veut que 5 millions de personnes quittent Téhéran:sur une faille sismique

Le gouvernement iranien veut encourager quelque cinq millions de personnes à quitter progressivement Téhéran pour réduire l’impact d’un éventuel tremblement de terre, selon le président Mahmoud Ahmadinejad cité dimanche par l’agence Mehr.
« Nous ne pouvons pas ordonner aux gens de vider la cité (…) mais il faut prendre des mesures. Par exemple, on peut donner des prêts à 4% et des terres aux gens qui quittent Téhéran (. // ..) Au moins cinq millions de personnes doivent quitter Téhéran » pour que le pouvoir puisse gérer les conséquences d’un éventuel tremblement de terre, a déclaré M. Ahmadinejad.
L’agglomération téhéranaise, qui compte quelque 14 millions d’habitants avec les villes satellites de la capitale, est située sur plusieurs failles sismiques et tous les experts affirment qu’un éventuel tremblement de terre important pourrait faire des centaines de milliers de victimes.
« Nous ne pouvons pas prévoir quand un tremblement de terre se produira. Mais si un tel événement se produit, comment pourrons-nous gérer les problèmes pour les 13,8 millions de personnes qui habitent dans la province de Téhéran? », a demandé M. Ahmadinejad.
L’Iran compte 74 millions d’habitants, dont « 67% vivent dans les villes et 33% dans les villages », a également indiqué M. Ahmadinejad.
Le pays, qui se trouve sur plusieurs failles de la croûte terrestre, est régulièrement secoué par des tremblements de terre parfois meurtriers.
Le dernier séisme majeur en Iran, le 26 décembre 2003, a fait 31.000 morts à Bam (sud-est), soit près du quart de la population de la ville.
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/iran-le-pouvoir-veut-que-5-millions-de-personnes-quittent-teheran-sur-une-faille-sismique-11-04-2010-882323.php

Plutôt surprenante comme info mais pas dénuée de sens au regard de l’activité sismique qui règne en ce moment!

A suivre…

————————————————————–

Aujourd’hui 12 Avril 2010:

4 seismes entre  13h et 16h30 heure locale  dans la province de Khorasan,trés près les uns des autres.

Mag: 4 / 3,6 / 3,4  / 4,5 /…

( voir sur la carte):

 http://www.iiees.ac.ir/iiees/EQSearch/(kvfvimulx5zas155llk4zf45)/RecentEvent.aspx

 

Étiquettes : , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :