RSS

Archives de Tag: europe

L’Euro est en train de tuer l’Europe….

Afficher l'image d'origine

 

L’Euro est littéralement en train de détruire les nations et les économies de l’UE. Depuis que le régime des devises fixes est entré en vigueur dans les transactions en 2002, en remplacement des monnaies nationales, le régime des taux de change fixes a dévasté l’industrie dans les États périphériques au sein des 19 membres de l’Euro, en donnant un avantage disproportionné à l’Allemagne. La conséquence peu remarquée a été une contraction de l’activité industrielle et l’impossibilité de résoudre les crises bancaires qui en résultèrent. L’Euro est un désastre monétariste, et la dissolution de l’UE, désormais pré-programmée, n’en sera qu’une conséquence.

Ceux d’entre vous qui sont habitués à mes réflexions sur l’économie savent déjà ce que je pense du concept tout entier de mondialisation : un terme qui fut popularisé sous la présidence de Bill Clinton afin de rendre “glamour“ l’agenda des multinationales qui venait d’émerger avec la création de l’Organisation mondiale du commerce en 1994, qui n’est en fait qu’un jeu de dupes destructeur au profit de quelques centaines d’« acteurs mondiaux » géants. La mondialisation détruit les nations pour faire progresser l’agenda de quelques centaines de multinationales géantes échappant à toute règlementation. Elle se base sur une théorie réfutée, qui fut promue par le partisan anglais du libre-échange au XVIIIe siècle, David Ricardo, connue sous le nom de Théorie de l’avantage comparatif, et utilisée depuis par Washington pour justifier l’élimination de toutes les barrières commerciales protectionnistes, au bénéfice des « acteurs mondiaux » les plus puissants, pour la plupart basés aux États-Unis.

Le projet américain en voie de capoter, connu sous le nom de Partenariat Trans-Pacifique (PTP) ou Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI), n’est quasiment que du Mussolini sous stéroïdes. Les quelques centaines de multinationales les plus puissantes vont se trouver formellement au-dessus des lois nationales, si nous sommes assez fous pour élire des politiciens corrompus soutenant une telle absurdité. Cependant, rares sont ceux qui ont étudié de près les conséquences du renoncement à la souveraineté monétaire de leur pays au profit de l’Euro…..

La suite ICI .

 

 

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 22 janvier 2017 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

retraite à 50 ans avec 9.000 euros par mois pour les fonctionnaires de l’UE

par Sandra De Soie

A DIFFUSER LE + LARGEMENT POSSIBLE S.V.P. !!!

Hier, l’émission « les auditeurs ont la paroles » sur RTL commentait la présentation du livre de ‘papa’ Daerdenne sur les pensions.

J’ai voulu intervenir sur l’antenne pour faire remarquer aux politiciens (même Leterme premier) qui reconnaissent que nous devrons travailler plus longtemps qu’ils devraient montrer l’exemple en effet : un parlementaire belge peut profiter de sa pension (pas la pré-pension) à l’âge de 52 ans et une carrière COMPLETE de 20ans de service.

Bien sûr, on ne m’a pas fait passer à l’antenne, mais ce matin je reçois le mail ci-après… A méditer ! Je précise qu’un article sur les pensions est paru dans « Le Vif » et confirme ce qui suit en ajoutant même qu’un parlementaire européen peut avoir une pension après seulement 5 années d’exercices.

Travaille bon peuple, il te faut assurer le train de vie de tous ces INDISPENSABLES fonctionnaires ! Luc Thierry Bruxelles !

Intéressant au moment on le gouvernement parle de réforme des retraites!  Vous avez remarqué que nos politiques se battent comme des fous pour rentrer dans l’administration européenne Et pourquoi ? *Scandaleux, tout simplement.* *Envoyez ceci aux Européens que vous connaissez !!!


 Cette année, 340 fonctionnaires partent à la retraite anticipée à 50 ans avec une pension de 9.000 Euros par mois.

Oui, vous avez bien lu ! Afin d’aider l’intégration de nouveaux fonctionnaires des nouveaux états membres de l’UE (Pologne, Malte, pays de l’Est…), les fonctionnaires des anciens pays membres ( Belgique , France , Allemagne..) recevront de l’Europe un pont d’or pour partir à la retraite. 

POURQUOI ET QUI PAIE CELA ?

Vous et moi travaillons ou avons travaillé pour une pension de misère, alors que ceux qui votent les lois se font des cadeaux dorés.

 La différence est devenue trop importante entre le peuple et les « dieux de l’Olympe » !

Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs.. Même les parlementaires qui, pourtant, bénéficient de la « Rolls  » des régimes spéciaux, ne reçoivent pas le tiers de ce qu’ils touchent… C’est dire ! Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de « contrôleur adjoint de la protection des données », aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € / mois. L’équivalent de ce que touche, en moyenne, un salarié français du secteur privé après une carrière complète (40 ans). Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, lui aura droit à près de 9 000 ¤ de retraite / mois. C’est simple, plus personne ne leur demande des comptes et ils ont bien décidé d’en profiter. C’est comme si, pour leur retraite, on leur avait fait un chèque en blanc. En plus, beaucoup d’autres technocrates profitent d’un tel privilège : 1. Roger Grass, greffier à la Cour de justice européenne, va toucher 12 500 € de retraite par mois. 2. Pernilla Lindh, juge au Tribunal de première instance, 12 900 € / mois. 3. Damaso Ruiz-Jarabo Colomer, avocat général, 14 000 € / mois. Consultez la liste : 

http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Etude_27.pdf 

Dans cette liste vous trouverez un certain Jacques Barrot ( 73 ans) avec une retraite de 4 728.60 € de retraite pour 5 années de commissaire européen aux transport. A cela il faut ajouter sa retraite d’ancien député , celle d’ancien ministre , d’ancien président du Conseil général de la Haute Loire , de maire d’Yssingeaux et pour couronner cette brillante carrière, il a été aujourd’hui 23 février 2010 nommé au Conseil Constitutionnel. Pour eux, c’est le jackpot. En poste depuis le milieu des années 1990, ils sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d’obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Car, c’est à peine croyable… Non seulement leurs pensions crèvent les plafonds mais il leur suffit de 15 années et demie pour valider une carrière complète alors que pour vous, comme pour moi, il faut se tuer à la tâche pendant 40 ans et, bientôt, 41 ans.

Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l’allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux, pas de problème, le taux plein c’est 15,5 ans… De qui se moque-t-on ? A l’origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d’autres fonctionnaires.

Maintenant, ils sont toute une armée à en profiter : juges, magistrats, greffiers, contrôleurs, médiateur, etc. Mais le pire, dans cette affaire, c’est qu’ils ne cotisent même pas pour leur super retraite. Pas un centime d’euro, tout est à la charge du contribuable… Nous, nous cotisons plein pot toute notre vie et, au moindre retard de paiement, c’est la déferlante : rappels, amendes, pénalités de retard, etc. Aucune pitié.

Eux, ils (se) sont carrément exonérés. On croit rêver ! Rendez-vous compte, même les magistrats de la Cour des comptes européenne qui, pourtant, sont censés « /contrôler si les dépenses de l’Union européenne sont légales, faites au moindre coût et pour l’objectif auxquelles elles sont destinées…/ « , profitent du système et ne paient pas de cotisations. Et, que dire de tous ces technocrates qui ne manquent pas une occasion de jouer les « gendarmes de Bruxelles » et ne cessent de donner des leçons d’orthodoxie budgétaire alors qu’ils ont les deux mains, jusqu’aux coudes, dans le pot de confiture ?

A l’heure où l’avenir de nos retraites est gravement compromis par la violence de la crise économique et la brutalité du choc démographique, les fonctionnaires européens bénéficient, à nos frais, de pensions de 12 500 à 14 000 € / mois, après seulement 15 ans de carrière et sans même cotiser…

C’est une pure provocation ! Mon objectif est d’alerter tous les citoyens des états membres de l’Union Européenne. Ensemble nous pouvons créer un véritable raz de marée. Il est hors de question que les technocrates européens continuent à jouir, à nos frais et en toute impunité, de telles retraites. Nous allons leur remettre les pieds sur terre. Sauvegarde Retraites a réalisé une étude précise et très documentée qui prouve par « A+B » l’ampleur du scandale. Elle a déjà été reprise par les médias.

_http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867__

 *_Diffusons, diffusons massivement auprès de tous les relais de vingt-sept pays de l’Union Européenne, il en restera bien quelque chose !!!
 
 
 
 

Étiquettes : , ,

TREMBLEZ ! CUPIDES VAUTOURS : VOUS AVEZ REVEILLES LE PEUPLE QUI COUPE LA TETE AUX ROIS

Vautours 2.jpg

 

MEDIAPART

Par victorayoli

 

Ô, gouvernants POURRIS dans votre CITADELLE,
Vous pouvez nous berner à n’en jamais finir,
Mais quand aura paru la première Hirondelle,
Vous n’empêcherez pas le PRINTEMPS de venir.

Nicolas Descamino

Autistes. Vous ne voyez rien, vous n’entendez rien, vous ne comprenez rien. Vous ne percevez pas cet immense ras le bol qui prend les Français aux tripes. Vous continuez à manier la morgue et le mensonge, le mépris et l’anathème. Vous niez jusqu’au ridicule le rejet global, total de votre politique d’INJUSTICE généralisée par un peuple qui a enfin ouverts les yeux. Enfermés dans vos certitudes, vous n’entendez pas la juste colère qui gronde, qui enfle, et qui va vous submerger.

Bêtise, aveuglement, veulerie, avidité, clanisme sont les seules vertus qui vous animent. Et pour cause : vous et votre chef mafieux n’êtes que les marionnettes des puissants, des cupides, des tricheurs, des voleurs, des vautours en col blanc. De ces charognards qui se tapissent la tripe de sauces chaudes et onctueuses au Fouquet’s puis se partagent – entre deux rots puants – les dépouilles d’un pays qu’ils saccagent, abandonnant en ricanant à la rue les millions de travailleurs kleenex qu’ils exploitent puis jettent. Et vous êtes leurs complices.

Enfin réveillé, le Peuple exige ses droits, le Peuple exige son dû, le Peuple exige le respect, le Peuple est prêt à vous imposer l’article 35 de la déclaration du 24 juin 1795 : « Quand le gouvernement viole les droits du Peuple, l’insurrection est pour le Peuple, et pour chaque portion du Peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » 

Selon l’adage « séparer pour mieux régner », vous dressez en toute occasion les Français les uns contre les autres : les travailleurs du privé contre ceux du service public, les jeunes contre les vieux, les pauvres contre les riches, les « Gaulois » contre les « Céfrancs ». Mais ça suffit : entendez la rue qui gronde. Regardez marcher, protester, gueuler la main dans la main fonctionnaires et ouvriers, lycéens et retraités, Français « souchiens » et Français venus d’ailleurs. Tous unis contre votre politique désastreuse. Tous unis pour vous renvoyer à votre juste place : les poubelles de l’histoire.

Ils sont des millions à vous dire « Basta ! »

Des millions à vous dire « Merde ! »,

Des millions à vous dire « CASSEZ-VOUS ! ».

Vous en êtes encore à croire que c’est votre contre-réforme sur la retraite – monument d’injustice s’il en est – qui est au centre des mouvements sociaux qui secouent le pays. Mais vous ne comprenez décidément rien du rien ! Elle est dépassée la question des retraites : c’est un rejet total de tout ce que vous êtes, de tout ce que vous faites qui est en cause. C’est une remise en cause de cette cinquième république que vous avez défigurée jusqu’à la caricature. De cette cinquième république au service des seuls riches, de cette caricature de république des scandales Woerth-Bettencourt, Karachi, Tapie et autres. De cette république des coquins et des copains. Ras le bol ci-devant pseudos « élites ». Ras les couilles ci-devant parasites. Ras les couilles de la précarité, du chômage, de l’exploitation jusqu’à l’esclavage, de la répression et du flicage. 

Vous vous gargarisez parce que vos spadassins « débloquent » quelques dépôts de carburants ? Qu’importe : le blocage reprend ailleurs. Vous vous gargarisez parce que vos spadassins « débloquent » quelques lycées ? Qu’importe, lycéens et étudiants – rompus aux techniques internet, facebook et twitter – se regroupent immédiatement ailleurs. Vous vous gargarisez parce que les métros circulent mieux ? Qu’importe : les routiers bloquent la circulation. C’est vous qui débloquez.

La vérité, c’est que vous tremblez ! La vérité, c’est que vous voyez poindre le spectre de ce qui est, pour vous et vos maîtres du Caca-rente, l’horreur absolue : le blocage de l’économie. Perdre du fric ! Voilà ce qui vous fait trembler ! Et vous allez en perdre du fric ! Beaucoup ! Du fric que vous pompez sur le dos des salariés. 

Tremblez stupides guignols !

Retournez dans vos bauges cupides menteurs, gluants usurpateurs sans honneur ni courage ! 

TREMBLEZ ! IMPRUDENTE ET TRISTE VERMINE :

VOUS AVEZ REVEILLES LE PEUPLE QUI COUPE LA TETE AUX ROIS

 

Victor

http://www.mediapart.fr/club/blog/victorayoli/201010/tremblez-cupides-vautours-vous-avez-reveilles-le-peuple-qui-coupe-la-te

 

Excellent et ceci est valable pour toute  l’oligarchie décérébrée et sa horde de bouffons!

 

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Zone euro: la croissance de l’activité privée au plus bas depuis un an

Bruxelles (awp/afp) – La croissance de l’activité privée dans la zone euro a encore ralenti en octobre, pour tomber à son plus bas depuis un an, selon une première estimation jeudi de l’indice des directeurs d’achats (PMI).

L’indice, qui synthétise l’activité dans l’industrie et les services, est tombé à 53,4 points après 54,1 points en septembre, a annoncé la société Markit qui le réalise.

C’est son troisième mois consécutif de recul.

Le PMI reste cependant, pour le quinzième mois consécutif, au-dessus de la barre des 50 points qui signale une progression de l’activité. Mais son recul montre que le rythme de cette progression ralentit.

Dans le secteur manufacturier, il a augmenté à 54,1 points, contre 53,7 points en septembre.

Dans le secteur des services, le PMI a en revanche reculé à 53,2 points, contre 54,1 points en septembre. C’est son plus bas niveau depuis huit mois.

Par ailleurs, les écarts entre pays continuent à être préoccupants. La situation s’est encore aggravée dans les pays dits de la « périphérie » (Grèce, Espagne, Irlande, Italie), tandis que l’Allemagne et la France continuent de mener la reprise, indique Markit.

Par ailleurs, si la croissance accélère en Allemagne, la France connaît un ralentissement marqué, précise le communiqué.

L’indice PMI du mois d’octobre « indique que la reprise continue de s’essouffler dans le secteur privé de la zone euro en ce début de quatrième trimestre », a souligné Chris Williamson, chef économiste chez Markit.

En particulier, « la faiblesse du secteur des services soulève de plus en plus d’inquiétudes, notamment en raison de l’accélération de la contraction de l’activité en dehors de la France et de l’Allemagne », a-t-il ajouté.

jq

(AWP/21 octobre 2010 11h25)

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 octobre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Français ! Vos députés vous escroquent !

Ils se gardent bien d’en parler !
Par un vote du 3 septembre 2010, les députés ont rejeté à la quasi-unanimité l’amendement n°249 Rect. proposant d’aligner leur régime spécifique de retraite (dont bénéficient également les membres du gouvernement) sur le régime général des salariés.
Alors qu’ils n’ont de cesse d’expliquer l’importance de réformer rapidement un régime de retraite en déficit, les parlementaires refusent donc d’être soumis au régime de retraite de la majorité des Français.
C’est ce qu’ils appellent une réforme « juste » paraît-il !

source : www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/2770/277000249.asp

Les haut fonctionnaires européens :

http://www.sauvegarde-retraites.org/docs/Retraite_Hauts_fonctionnaires_europeens_Annexe_3_Etude_27.pdf
http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867__

Coucou les gens,vous les voyez là vos élus de la ripoublique et Européens,tous pourris,tout çà pour garder leurs petits priviléges de nantis!

allez,Sacrifiez-vous petit peuple et continuez à engraisser l’oligarchie nationale et mondiale,ou alors,réveillez-vous une bonne fois et débarrassez-vous de ce systéme qui n’a plus lieu d’exister…!!!

Faites tourner svp…

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Cyberattaque:même l’Europe est sur le pied de guerre!

BRUXELLES – L’Union européenne est en mesure de se protéger contre une attaque informatique contre ses infrastructures vitales, mais il reste encore à assimiler à un crime la création et l’utilisation de logiciels malveillants, a annoncé jeudi la Commission européenne.

« Non, nous ne sommes pas complètement nus » au sein de l’UE face à une cyberattaque contre des infrastructures vitales, a assuré devant la presse la commissaire en charge des questions de sécurité, Cecilia Malmström.

Mais « la législation européenne est complètement dépassée et il faut remédier aux carences », a-t-elle mis en garde.

La fabrication et l’utilisation de virus informatique n’est pas encore un délit dans de nombreux pays de l’UE.

« Les Etats se préparent (à une cyberattaque) et nous faisons en sorte à la Commission d’améliorer les outils pour que la législation soit plus adaptée », a-t-elle expliqué.

Plusieurs pays de l’UE ont été la cible en janvier et février 2009 d’un virus informatique, Conficker, qui a affecté les ordinateurs des forces armées en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, rappelle la Commission. Les avions de combat Français on été dans l’impossibilité de décoller, souligne-t-elle.

L’attaque informatique via le virus Stuxnet d’infrastructures sensibles, notamment en Iran, « montre que la menace est énorme », a souligné Mme Malmström. « Beaucoup de spéculations entourent le virus Stuxnet », a-t-elle prudemment noté.

Mais la commissaire a jugé qu’un « code de bonne conduite » entre les gouvernements de la planète pourrait s’avérer nécessaire. La création et l’utilisation de tels virus par des Etats n’est plus du domaine de la science fiction, a-t-elle reconnu.

« Mais il y a beaucoup à faire et c’est un projet de longue haleine », a-t-elle estimé.

La commissaire aux nouvelles technologies Neelie Kroes a néanmoins jugé utile que l’UE évoque un tel code avec ses partenaires. « Nous pourrions en parler lors du sommet avec les Etats-Unis en novembre », a-t-elle commenté.

Cecilia Malmström a insisté sur les méfaits quotidiens de la cybercriminalité avec « l’utilisation de virus pour violer des identités afin de détourner des fonds, s’emparer d’informations sensibles, espionner, saboter, réaliser des actes terroristes » et sur les « dommages considérables » causés par les logiciels malveillants.

La proposition de loi présentée par les deux commissaires veut « criminaliser la création et l’utilisation de logiciels malveillants », et renforcer la coopération entre les Etats.

Elle veut rendre punissable la création et l’utilisation de logiciels malveillants dans l’UE ou affectant des intérêts dans l’UE afin de pouvoir les punir par des peines de 2 à 5 ans de prison.

La dimension mondiale de la cybercriminalité impose une étroite coopération avec les pays tiers, d’où pourraient partir une cyberattaque affectant des intérêts dans l’UE.

La proposition défendue par Mme Malmström et Kroes vise également à renforcer les moyens de l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information (ENISA) basée en Grèce à Héraklion, sur l’île de Crête.

« Nous espérons un accord au sein de l’UE sur cette proposition pour 2012 », a déclaré Mme Kroes.

(©AFP / 30 septembre 2010 16h36)

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

L’aide à la Grèce, un « euphémisme » pour une aide aux banques

BRATISLAVA – Le ministre slovaque des Affaires étrangères Mikulas Dzurinda a estimé mardi que l’aide européenne accordée à la Grèce endettée, à laquelle son pays avait refusé de contribuer, n’était qu’un « euphémisme » pour une aide aux grandes banques.

« L’aide à la Grèce est un euphémisme. Il s’agit de sauver les profits des plus importantes banques commerciales européennes », a déclaré M. Dzurinda, interrogé par l’AFP.

« Cet argent afflue-t-il vers des couches sociales les plus faibles de la Grèce? Il afflue vers les banques commerciales privées européennes », a-t-il affirmé.

Il s’agit en fait, selon lui, d’une « solidarité des gens qui travaillent honnêtement et qui paient les impôts, envers les plus grandes banques européennes, pour que ces dernières puissent continuer à se comporter de manière irresponsable ».

« Cela ne me plaît pas », a souligné M. Dzurinda, Premier ministre slovaque entre 1998 et 2006, auteur à cette époque d’une série de réformes ultra-libérales.

Souvent douloureuses pour la population, ces réformes ont valu à ce pays post-communiste de 5,4 millions d’habitants le surnom de « tigre centre-européen ».

« Dois-je demander maintenant aux chefs de l’UE de venir chez nous pour dire aux gens que je les avais fait souffrir inutilement? Que c’était une erreur de se serrer la ceinture pour réduire la dette publique et qu’il aurait mieux valu endetter encore plus le pays en attendant que quelqu’un d’autre vienne payer la facture? », a lancé M. Dzurinda.

Le parlement de la Slovaquie, membre le plus récent et le plus pauvre de la zone euro, a refusé en août son feu vert à la participation slovaque au prêt de 110 milliards d’euros sur trois ans accordé à la Grèce.

Bratislava s’est immédiatement retrouvé sous le feu des critiques des autorités européennes qui lui reprochaient un « manque de solidarité ».

La part slovaque de cette aide à la Grèce devait s’élever à près de 800 millions d’euros. Bratislava a en revanche approuvé, sous réserves, un fonds d’urgence destiné aux pays endettés de la zone euro.

« Nous ne sommes pas encore sortis du pire. Une forte solidarité et un fort engagement de tous les membres de la zone euro sont nécessaires », a souligné mardi à Bruxelles le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, à l’issue d’un entretien avec le ministre slovaque des Finances, Ivan Miklos.

« J’ai une question à poser à ces fonctionnaires européens qui nous critiquent aujourd’hui: où étaient-ils au moment où des données étaient falsifiées et la Grèce se précipitait vers un abîme », a commenté M. Dzurinda.

(©AFP / 07 septembre 2010 20h05)

Il a tout compris ce monsieur…!

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :