RSS

Archives de Tag: espagne

Espagne: hausse de 1,7% des chômeurs en octobre, à 4,085 millions (ministère)

Madrid (awp/afp) – Le nombre des chômeurs espagnols a progressé de 1,7% en octobre par rapport à septembre, pour le troisième mois d’affilée après une période de baisse, selon des chiffres mensuels publiés mercredi par le ministère du Travail.

Le nombre total de chômeurs (d’après ce décompte qui est différent des chiffres trimestriels publiés par l’Institut de la statistique) est désormais de 4,085 millions contre 4,017 millions en septembre.

Les personnes sans emploi ont progressé de 7,3% en octobre sur un an, soit 277’623 personnes de plus, selon le communiqué diffusé par le ministère.

L’analyse par secteurs montre une baisse du chômage dans la construction de 0,4% en octobre sur un mois, mais une hausse dans tous les autres secteurs: +0,5% pour l’industrie, +11,8% pour l’agriculture et +2,1% pour les services.

L’Institut national de la statistique (Ine), qui emploie des méthodes de calcul différentes pour ses chiffres trimestriels du chômage, avait fait état vendredi dernier d’une baisse du taux de chômage au troisième trimestre pour la première fois depuis mi-2007.

D’après ces chiffres de l’Ine (qui ne peuvent pas être comparés au baromètre mensuel du ministère du Travail), le taux est repassé au troisième trimestre sous la barre symbolique des 20%, à 19,79%.

Ce dernier chiffre a été accueilli avec prudence par le gouvernement socialiste de José Luis Rodriguez Zapatero qui a souligné la « fragilité » de la reprise.

L’Espagne affiche toujours un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne dans l’Union européenne (9,6%) et l’exécutif a prévenu qu’il faudrait « trois ou quatre ans pour revenir à un taux d’avant la crise ».

Le gouvernement prévoit que le taux de chômage sera en moyenne de 19,4% en 2010, de 19,3% en 2011, 17,5% en 2012 et 16,2% en 2013.

rp

(AWP/03 novembre 2010 09h30)

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 novembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Espagne: ventes voitures en chute de 37,6% en octobre pour le 4e mois d’affilée

Madrid (awp/afp) – Les immatriculations de voitures neuves en Espagne ont chuté de 37,6% en octobre sur un an, leur quatrième mois d’affilée de baisse, revenant, sous l’effet de la fin de la prime à la casse, à des niveaux d’il y a 15 ans, a annoncé mardi l’association de fabricants (Anfac).

Au total, 61’366 voitures neuves ont été vendues en octobre, un peu plus qu’en septembre (56’595) mais 37,6% de moins qu’en octobre 2009 (98’404), « des volumes qui reflètent la chute du marché à des niveaux d’il y a 15 ans » selon l’Anfac .

Ce recul est plus prononcé que celui enregistré en septembre (-26,9%), en août (-23,8%) et en juillet (-24,1%).

« Si le marché automobile ne se reprend pas, l’Espagne ne sera plus suffisamment attractive pour réussir à maintenir les niveaux de production actuels », s’inquiète l’Anfac dans un communiqué, soulignant qu' »un marché fort est un facteur pour implanter des entreprises en Espagne ».

Selon l’association, le secteur automobile emploie en Espagne plus de 500’000 personnes.

Ses premières estimations, pour le mois d’octobre, sont d’une baisse des ventes de voitures aux particuliers (le plus gros du marché) de plus de 50%.

L’association prévoit pour 2010 moins de 900’000 ventes de voitures: « pour la troisième année consécutive, le marché se situera aux niveaux du début des années 90 », assure-t-elle.

Deux facteurs, début juillet, ont eu raison de la progression constante du marché depuis septembre 2009: la hausse de deux points de la TVA et la fin du versement de primes à la casse, mises en place par le gouvernement espagnol pour soutenir le secteur.

En volume cumulé depuis le début de l’année, les ventes de voitures restent toutefois dans le vert, avec une hausse de 9,4% sur un an (848’555 voitures vendues). Mais « il faut rappeler que l’année dernière (2009) nous avions déjà enregistré des ventes très basses », précise l’Anfac.

ft

(AWP/02 novembre 2010 12h34)

 
1 commentaire

Publié par le 2 novembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Espagne: créances douteuses des banques au plus haut en juillet depuis 15 ans

Madrid (awp/afp) – Le taux de créances douteuses des banques espagnoles a atteint en juillet le plus haut niveau depuis près de 15 ans, selon des données diffusées vendredi par la Banque d’Espagne.

Les créances douteuses des établissements bancaires espagnols ont totalisé 100,475 milliards d’euros en juillet, soit 5,47% du total des créances contre 5,35% en juin, d’après les statistiques diffusées par la Banque d’Espagne.

Ce taux est le plus élevé depuis mars 1996, d’après les calculs effectués par plusieurs médias espagnols.

La situation des banques espagnoles avait beaucoup inquiété au début de l’été en raison des conséquences de l’éclatement de la bulle immobilière, de la profonde récession traversée par le pays et du fort renchérissement du coût du crédit espagnol.

Mais après une vague de rationalisation et de fusions dans le secteur bancaire (surtout pour les petites et fragiles caisses d’épargne), un retour au calme sur les marchés et des résultats satisfaisants des tests de résistance bancaires européens, la confiance est globalement revenue.

D’ailleurs, de récents chiffres indiquent que les banques espagnoles ont emprunté moins en août à la BCE (prêteur de dernier recours) ce qui démontre le regain de confiance des marchés vis-à-vis des établissements espagnols.

rp

(AWP/17 septembre 2010 13h01)

La Gréce et l’Espagne sont out et ce quoi qu’ils fassent!

 
3 Commentaires

Publié par le 17 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Le chômage repart à la hausse en Espagne après 4 mois de baisse

Le chômage en Espagne, dont le taux est le plus élevé de la zone euro, est reparti à la hausse en août après quatre mois de baisse. Il y a eu 61’083 demandeurs d’emploi en plus par rapport à juillet (+1,5%), pour approcher des 4 millions.

Au total, le nombre de chômeurs en Espagne était fin août de 3,97 millions, a précisé jeudi le ministère du travail. Sur un an, ce chiffre est en hausse de 9,3% (340’581 chômeurs supplémentaires).

(ats / 02 septembre 2010 10:54)

Hé ben….Au fait,elle est où la REPRISE !!!!

Le pire,c’est que tout le monde y croit encore….hummmm! Navrant,affligeant….!

Misère….!!!!!

 
2 Commentaires

Publié par le 2 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

L’incendie s’est étendu sur l’île d’Ibiza à cause du vent

Les pompiers espagnols continuaient de lutter ce mardi matin contre un incendie déclaré dimanche sur l’île d’Ibiza. Le sinistre, qui s’est étendu sous l’effet du vent, a détruit environ 350 hectares de végétation et une trentaine de voitures. Une centaine de personnes ont dû être évacuées.

« Le travail des pompiers est rendu difficile par la chaleur », a expliqué un porte-parole des services d’urgence de l’île. « Nous travaillons pour essayer de contrôler le feu dans la journée », a-t-il ajouté.

Le feu avait démarré dimanche après-midi à Benirras, dans le nord-est de cette île très touristique de l’archipel méditerranéen des Baléares (est de l’Espagne), provoquant l’évacuation dans la soirée d’environ 1’200 personnes qui risquaient d’être bloquées par les flammes sur une plage.

Depuis, alors que le feu menaçait une trentaine d’habitations et un hôtel de la zone, une centaine de personnes ont dû être évacuées, ont indiqué les services de secours.

Au total, « quatre blessés légers » ont été recensés depuis dimanche, essentiellement pour des brûlures et l’inhalation de fumée. Quelque « 300 pompiers et 13 appareils aériens » (hélicoptères, Canadairs…) sont actuellement sur la zone.

Selon l’agence espagnole Europa Press, le feu aurait été provoqué par l’explosion accidentelle d’une voiture sur un parking. Mais les services d’urgence n’ont pas confirmé cette information, indiquant qu' »une enquête sera menée pour connaître les causes de l’incendie ».

(ats / 24 août 2010 12:48)

 
Poster un commentaire

Publié par le 24 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Espagne: le taux de chômage a encore monté au 2e trimestre, à 20,09% (officiel)

Madrid (awp/afp) – Le taux de chômage en Espagne a encore augmenté au deuxième trimestre, s’établissant à 20,09% de la population active contre 20,05% trois mois plus tôt, a annoncé vendredi l’Institut national de la statistique.

Le nombre de personnes sans emploi était de 4,645 millions, selon un communiqué, soit 32.800 personnes de plus qu’au trimestre précédent, et 508’000 de plus qu’un an plus tôt.

Le taux de chômage espagnol augmente de manière continue depuis le troisième trimestre 2007, quand il avait atteint un plancher historique à 7,95%. Frappée par la crise et l’éclatement de sa bulle immobilière, l’Espagne est entrée en récession fin 2008 et en sort timidement.

Le chômage avait dépassé au premier trimestre la barre symbolique des 20%, un taux jamais atteint depuis le quatrième trimestre 1997 (20,11%).

Le chef du gouvernement socialiste José Luis Rodriguez Zapatero avait assuré en mars que « le taux de chômage (était) arrivé à son niveau le plus élevé au premier trimestre et que nous (allions) avoir une réduction du taux » à partir de là.

rp

(AWP/30 juillet 2010 09h30)

C’est c’la oui!!!!

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juillet 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : ,

Moody’s envisage d’abaisser la note souveraine de l’Espagne

MADRID – L’agence de notation financière Moody’s a indiqué mercredi qu’elle envisageait d’abaisser la note souveraine de l’Espagne, en raison de la faiblesse des perspectives de croissance de sa fragile économie.

http://www.romandie.com/ats/news/100630200842.3k64y40t.asp

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Manifestation anti-Bilderberg en Espagne(Juin 2010)

Regardez ces policiers qui reculent,non par peur,mais par approbation, car ils savent eux aussi qu’ils sont manipulés par cette oligarchie de l’ombre et j’espère que tous les policiers du monde seront derrière nous le moment venu!

 

Étiquettes : , ,

Fitch dégrade l’Espagne à cause de mauvaises perspectives de croissance

MADRID – L’agence de notation Fitch a abaissé vendredi d’un cran la note de la dette de l’Espagne, estimant que les perspectives de croissance sont affectées notamment par la dette privée, malgré les efforts gouvernementaux pour réduire les déficits publics.

« La dégradation reflète l’opinion que le processus d’ajustement vers un niveau plus bas d’endettement privé et extérieur va matériellement réduire le taux de croissance de l’économie espagnole à moyen terme », selon l’agence qui prive l’Espagne de la meilleure note possible « AAA », la rabaissant à « AA+ ».

« Fitch anticipe que le processus d’ajustement économique sera plus difficile et prolongé que pour d’autres économies notées +AAA+. C’est pourquoi l’agence a dégradé l’Espagne », poursuit Fitch.

Frappée par l’éclatement de la bulle immobilière, l’Espagne est entrée en récession fin 2008 et peine à renouer avec la croissance.

Le PIB a progressé d’un modeste 0,1% au premier trimestre par rapport au quatrième de 2009 et le gouvernement prévoit une contraction de 0,3% de l’activité sur l’ensemble de l’année.

C’est un nouveau coup dur pour l’exécutif de José Luis Rodriguez Zapatero, qui s’était retrouvé ces dernières semaines sous la pression des marchés et de ses partenaires européens à cause de ses déficits publics, certains craignant que l’Espagne ne tombe dans une crise budgétaire semblable à celle de la Grèce.

L’agence de notation Standard & Poor’s avait réduit la note de l’Espagne de « AA+ » à « AA » le 28 avril, estimant que les mauvaises perspectives de croissance à moyen terme allait saper la réduction des déficits publics.

M. Zapatero s’était résolu à annoncer le 12 mai d’impopulaires mesures d’austérité, pour ramener les déficits publics de 11,2% du PIB en 2009 à 6% en 2011 puis 3% en 2013.

Malgré ce « fort engagement pour réduire le déficit budgétaire », salué par Fitch, le service de la dette extérieure et la nécessaire réduction de la dette privée justifient la dégradation.

Fitch « croit que la reprise économique sera plus basse que celle prévue par le gouvernement ».

La ministre de l’Economie Elena Salgado a pourtant abaissé vendredi ses perspectives de croissance pour les années 2012 et 2013, à 2,5% et de 2,7% contre 2,9% et 3,1% auparavant.

Si la dette publique espagnole est inférieure à celle de nombreux pays de la zone euro, évoluant aux alentours de 55% du PIB, celle du secteur privé, familles, entreprises, banques, est bien plus lourde, se montant à 178% du PIB selon Standard & Poor’s.

Selon certains observateurs les mesures d’austérité ne sont qu’un premier pas vers un changement de modèle économique, qui doit passer par la réforme du marché du travail et la restructuration bancaire.

« La rigidité du marché du travail et la restructuration des caisses d’épargnes locales et régionales vont gêner le rythme de l’ajustement », estime ainsi Fitch.

Le gouvernement a donné jusqu’à la fin mai aux partenaires sociaux pour s’entendre sur une réforme du marché du travail destinée à réduire la dualité entre travailleurs stables et précaires. Et jusqu’à la fin juin aux nombreuses caisses d’épargne régionales exposées à la crise immobilières pour fusionner.

(©AFP / 28 mai 2010 20h27)

 

Étiquettes : , , , ,

Austérité:Après la Grece l’Espagne

Le chef du gouvernement socialiste a annoncé ce mercredi une cure d’austérité radicale pour accélérer la réduction des déficits publics du pays. Les salaires des fonctionnaires vont baisser d’en moyenne 5% à partir de juin 2010

«Ce n’est pas facile pour le gouvernement d’approuver ces décisions», a reconnu José Luis Zapatero devant le Parlement espagnol, en détaillant des mesures par nature impopulaires qu’il s’était engagé à adopter dimanche au sommet de l’Eurogroupe dans le cadre du plan massif de soutien à la zone euro. «Le gouvernement a décidé de réduire les rétributions du personnel du secteur public d’en moyenne 5% à partir de juin 2010, et de les geler en 2011», a annoncé le chef du gouvernement espagnol. Les hauts salaires de la fonction publique seront plus lourdement affectés, les membres du gouvernement voyant par exemple baisser leur salaire de 15%.

L’aide de 2500 euros à la naissance, l’une des mesures phares de sa politique sociale approuvée en juillet 2007 pour relancer la natalité, va en outre être supprimée dès 2011. Le gouvernement espagnol va de plus geler la revalorisation des retraites en 2011. L’exécutif socialiste va également réduire de 600 millions d’euros l’aide au développement en 2010-2011, un domaine dans lequel il se voulait à la pointe des pays riches.

L’Espagne doit faire «un effort spécial, singulier et extraordinaire» et ces nouvelles mesures ont une «incidence sociale évidente», a reconnu le chef du gouvernement socialiste, confronté à un paysage social déjà sinistré par un taux de chômage supérieur à 20% de la population active. Ce plan d’austérité est destiné à accélérer la réduction des déficits publics du pays, qui ont explosé à 11,2% du PIB en 2009.

Le gouvernement socialiste avait annoncé en janvier des mesures d’économie de 50 milliards d’euros pour ramener ces déficits à 3% en 2013, mais il a décidé de mesures supplémentaires en raison des attaques contre l’euro la semaine dernière. Les mesures supplémentaires représenteront un total de 15 milliards d’euros sur deux ans.

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Bourses:L’Euro replonge ou « quand Moody’s s’en mêle »

L’euro rechute sous 1,27 dollar, les craintes sur zone euro persistent

Londres (awp/afp) – L’euro reculait face au dollar mardi, les craintes sur la zone euro persistant après la mise en garde de l’agence de notation Moody’s qui envisage d’abaisser les notes de la Grèce et du Portugal comme l’a fait Standard and Poor’s, malgré le colossal plan annoncé par l’Union européenne.

Vers 09H10 GMT (11H10 à Berne), l’euro valait 1,2685 dollar contre 1,2778 dollar lundi soir vers 21H00 GMT.

La monnaie unique européenne baissait également face à la devise japonaise à 117,29 yens contre 119,19 yens la veille.

Le dollar cédait aussi du terrain face au yen, à 92,46 yens contre 93,25 yens lundi soir.

L’euro avait grimpé lundi à près de 1,31 dollar, dopé par le plan de secours historique annoncé par les pays de l’Union Européenne (UE) allant jusqu’à 750 milliards d’euros pour aider les pays de la zone euro, si nécessaire, et endiguer une crise financière qui menace de gagner toute la planète

Mais « l’euphorie (…) est passée et l’euro a désormais effacé tous ses gains de la veille face au dollar », commentait Derek Halpenny, analyste de Bank of Tokyo-Mitsubishi.

« Il est devenu évident que le plan est fait pour réduire les coûts de financement pour les pays périphériques (de la zone euro, comme l’Espagne, le Portugal et l’Italie, ndlr), mais il est un fardeau pour le taux de change de l’euro », expliquaient les analystes de Commerzbank.

En effet, des risques continuent de planer sur la mise en place de ce plan, et sur la capacité de la Grèce, et d’autres pays, l’Espagne et le Portugal en particulier, a appliquer de nouvelles mesures d’austérité, notaient des analystes.

De plus, l’extension de ces mesures d’austérité devrait « forcer la Banque centrale européenne (BCE) a maintenir une politique monétaire très accommodante par rapport aux autres principales banques centrales », prévenait M. Halpenny.

Sachant que la Réserve fédérale américaine pourrait relever ses taux d’ici quelques mois, avec l’accélération de la reprise américaine, l’écart de rendement entre le dollar et l’euro devrait donc jouer en faveur du dollar.

Renforçant les craintes sur la zone euro, l’agence de notation financière Moody’s a répété lundi qu’elle allait abaisser la note de la Grèce de manière « très certainement » significative, jugeant « possible », un ajustement en catégorie spéculative. Pour le Portugal, Moody’s prévoit aussi un abaissement.

Vers 09H10 GMT, la livre britannique grimpait légèrement face à la monnaie unique européenne, à 85,92 pence pour un euro, mais reculait face au billet vert, à 1,4811 dollar. Les tractations se poursuivaient mardi au Royaume-Uni pour la formation d’une coalition gouvernementale après des élections le 6 mai n’ayant permis à aucun parti d’obtenir une majorité absolue.

La monnaie helvétique montait face à l’euro à 1,4136 franc suisse pour un euro, Face au dollar, le franc suisse lâchait un peu de terrain, à 1,1108 franc suisse.

cours de    cours de 
        mardi       lundi
        09H10 GMT   21H00 GMT

EUR/USD 1,2685      1,2778

EUR/JPY 117,29      119,19

EUR/CHF 1,4095      1,4186

EUR/GBP 0,8544      0,8603

USD/JPY 92,46       93,25

USD/CHF 1,1110      1,1099

GBP/USD 1,4844      1,4852

rq

(AWP/11 mai 2010 11h40)

//

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Chute des Bourses européennes et de l’euro de peur que l’Espagne plonge

Paris (awp/afp) – La crise grecque à peine calmée, la crainte d’une contagion au reste de l’Europe, tout particulièrement à l’Espagne, faisait rechuter l’euro et toutes les Bourses européennes mardi.

Des rumeurs selon lesquelles d’autres agences de notation allaient dégrader la note de l’Espagne et que Madrid pourrait demander une aide financière colossale au FMI faisaient plonger les places boursières.

Vers 11H00 GMT la Bourse de Madrid perdait 2,80% après avoir chuté de plus de 3,30% en matinée, Lisbonne reculait de 2,10%, Paris de 1,51%, Londres de 1,08% et Francfort de 0,84%. La Bourse d’Athènes chutait de son côté de 3,40%.

L’euro lui s’échangeait à 1,3126 dollar, à son plus bas depuis un an.

Pourtant, une semaine après la décision de Standard and Poor’s de baisser la note de la dette espagnole, ses rivales Moody’s et Fitch ont indiqué mardi qu’elles n’étaient pas en train de réexaminer la note de l’Espagne, qui reste pour ces deux agences la plus élevée possible, soit le fameux triple AAA.

Une indication qui n’empêchait pas les taux d’intérêt des titres de la dette sur dix ans de grimper en Espagne (à 4,1%) et surtout au Portugal (à 5,28%).

Avec le Portugal, l’Espagne est un des pays de la zone euro qui inquiète le plus les marchés. Ses déficits publics ont explosé en 2009 à cause de la crise financière, à 11,2% du PIB, et le gouvernement socialiste a promis un plan d’austérité pour les ramener à 3% en 2013.

Certains investisseurs estiment que l’Espagne risque de suivre le même chemin que la Grèce, sauvée de la banqueroute par les pays de la zone euro et le FMI qui ont promis une aide de 110 milliards d’euros sur trois ans.

« Une rumeur est en train de circuler dans les salles de marché selon laquelle l’Espagne aurait besoin de 280 milliards d’euros et pourrait les demander » au Fonds monétaire international, a ainsi expliqué Yves Marçais, vendeur d’actions chez Global Equities.

Standard and Poor’s a abaissé la note de la dette à long terme de l’Espagne la semaine dernière, craignant que le pays se trouve plongé dans une longue période de faible croissance qui empêcherait le gouvernement de réduire les déficits. Les marchés redoutent aussi que le gouvernement espagnol ne traîne des pieds pour adopter des mesures impopulaires.

Le niveau de la dette publique espagnole est pourtant nettement plus bas que celui de nombreux pays de la zone euro, à 53,2% du PIB en 2009.

Test important, le Trésor espagnol procédera jeudi l’émission de bons du trésor à 5 ans, proposant 3% d’intérêt. Il espère lever au moins deux milliards d’euros.

Comme souvent en cas d’inquiétude sur les finances publiques, les valeurs bancaires étaient en première ligne et perdaient du terrain: Santander, première banque espagnole, chutait de 4,25% à 8,87 euros, tandis que celui de BBVA chutait de 4,29% à 9,41 euros.

En France Crédit Agricole perdait -3,98% à 10,61 euros, BNP Paribas -2,60% à 51 euros et Société Générale -2,67% à 39,88 euros.

La Bourse de Francfort résistait mieux, grâce à une série de résultats trimestriels plutôt bien accueillis, mais restait affecté par le recul du poids lourd Deutsche Telekom.

bur-leb/ob/abx

(AWP/04 mai 2010 14h15)

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

Séisme mag 6.2 en Espagne

Détails du séisme

Ampleur 6,3
Date-Time
Emplacement 37.078 ° N, 3,470 ° W
Profondeur 616.7 km (383.2 miles) fixés par le programme de localisation
Région ESPAGNE
Distances 25 km (15 miles) de la SE Granada, Espagne
95 km (60 miles) ENE de Malaga, Espagne
95 km (60 miles) WNW de Almeria, Espagne
370 km (230 miles) de S MADRID, Espagne
Incertitude Lieu Erreur estimation non disponible
Paramètres NST = 456, NPH = 456, Dmin = 284,9 km, SGD = 0 sec, Gp = 22 °,
M-type = magnitude de moment centroïde (Mw), Version = 7
Source
  • USGS NEIC (WDCS-D)
L’ID d’événement us2010uycs

 

Séisme de magnitude 6,2 dans le sud de l’Espagne (USGS) et 4,8 selon Madrid

MADRID – Un séisme de magnitude 6,2 a eu lieu tôt lundi dans le sud de l’Espagne, à 24 km au sud-est de Grenade (Andalousie), a indiqué l’Institut de géophysique américain (USGS).

Selon l’Institut national géographique espagnol, la magnitude de ce séisme n’était que de 4,8.

Les médias espagnols ont indiqué que dans l’immédiat il n’y avait aucune victime ou dégât matériel signalés.

Le tremblement de terre a eu lieu à 00H08 locales (22H08 GMT dimanche) à une profondeur de 616 km à coté de la chaîne de montagne de la Sierra Nevada.

(©AFP / 12 avril 2010 02h00)

Etrange ce passage de 6.2 à 4.8 ! L’EMSC et l’USGS n’ont pas modifié leurs données.

 

Étiquettes : ,

Wesbster Tarpley sur la « crise » grecque et le Nouvel Ordre Mondial…

Il a commencé sa carrière de journaliste d’investigation en menant une enquête sur l’assassinat d’Aldo Moro à la demande d’un membre du gouvernement italien. (…)

Sa biographie non-autorisée de George W. H. Bush fait référence. Elle a inspiré de très nombreux ouvrages français qui l’ont pillée sans la citer, notamment à propos des liens entre la famille Bush et les nazis.

Il anime, depuis le début 2006, sur la radio Republican Broadcasting Network une émission de géopolitique, le World Crisis Show comprenant une chronique de l’actualité internationale et des interviews de personnalités.

Il a participé au Reopen 9/11 Tour organisé en Europe par le philanthrope Jimmy Walter et aux symposium d’Alex Jones en Californie sur les attentats du 11 septembre. Il est membre de la conférence « anti-impérialiste » Axis for Peace.
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :