RSS

Archives de Tag: Environnement

Radioactivité: partout dans l’environnement et essentiellement naturelle?!!!

 

PARIS – La radioactivité est partout présente dans l’environnement et « l’essentiel de la radioactivité reçue par la population est naturelle », rappelle Julien Collet, directeur de l’environnement et des situations d’urgence à l’Autorité de sûreté nucléaire.

Un Français reçoit une dose annuelle moyenne de l’ordre de 3,3 millisieverts (mSv), dose toutefois très variable selon les zones géographiques (2,5 mSv dans le bassin parisien, mais de l’ordre de 6 mSv dans le Limousin, une région granitique).

La part de la radioactivité liée aux activités humaines est inférieure à 0,9 mSv. La source principale en est la médecine, avec les examens radiographiques (rayons X, scanners), qui représente une dose moyenne de 0,8 mSv par an et par personne. Pour certains patients soignés pour des cancers, la dose peut-être en revanche bien plus élevée.

Le reste de la radioactivité artificielle (moins de 0,1mSv) provient des rejets des installations nucléaires, des retombées des essais d’armes nucléaires et de Tchernobyl.

Quant à la radioactivité naturelle, l’air, l’eau, toutes les substances minérales, végétales et animales contiennent des éléments radioactifs.

La principale source d’exposition naturelle est le radon 222 (issu de l’uranium), un gaz produit dans le sol. L’exposition est très variable selon les cas mais atteint en moyenne 1,4 mSv par an et par personne.

Vient ensuite le rayonnement émis par les nombreux radionucléides présents dans l’écorce terrestre (0,5 mSv/an). Il varie selon la nature des sols et est 5 à 20 fois plus élevé dans les massifs granitiques que sur des terrains sédimentaires.

Autre source d’irradiation, les rayons cosmiques provenant des lointaines galaxies mais surtout de notre soleil. La dose individuelle moyenne est évaluée à 0,3 mSv/an mais le rayonnement augmente avec l’altitude, doublant tous les 1.500 mètres.

Enfin, l’eau et les aliments consommés quotidiennement exposent également aux rayonnements, de l’ordre de 0,2 mSv/an, les radionucléides venant se fixer sur les tissus et les os après ingestion.

La radioactivité du corps humain est de l’ordre de 120 becquerels par kg (8.400 Bq pour une personne de 70 kg). Notre organisme compte en moyenne 4.500 Bq en potassium 40 et 3.700 Bq en carbone 14.

(©AFP / 20 novembre 2010 08h39)

Voici maintenant et en supposant qu’ils aient été tous répertoriés,ce qui m’étonnerait,les essais nucléaires de 1945 à 1998,c’est alors que l’on peut se demander si l’inverse ne serait pas plus plausible tellement c’est édifiant!

On nous prend vraiment pour des moutons…..!

 

Étiquettes : ,

Point de vue du sismo-vulcanologue Raymond Matabosch sur la marée noire qui frappe la Louisiane

Les apprentis sorciers et les catastrophes…

Les pétroliers sont allés au delà du possible avec la plate-forme de prospection pétrolière qui a littéralement coulé, au large de la Louisiane, suite à une accumulation d’explosions sous-marines, une toutes les 9 secondes depuis des semaines, des mois et des années.

Golfe du Mexique
Pour comprendre la marée noire qui frappe la Louisiane, il faut penser aux tremblements de terre, les uns naturels et les autres induits.

Une des zones de prospection pétrolifère
Une des zones de prospection pétrolifère… dans le Golfe du Mexique, au large de la Louisiane, zone truffée de Monts en dôme, plus de 15…

et…

Le dernier séisme induit, en date, ayant provoqué la marée noire dans le golfe du Mexique car, à jouer avec le feu, les pétroliers sont allés au delà du possible avec la plate-forme de prospection pétrolière qui a littéralement coulé, au large de la Louisiane, suite à une accumulation d’explosions sous-marines, une toutes les 9 secondes depuis des semaines, des mois et des années, pour permettre aux scientifiques et aux techniciens d’affiner les résonnances sismiques dans le cadre des études « pétrolifères »… qui se déroulaient dans la Chandeleur Valley, la Redfish Valley et le Gulfport Valley, et les canyons sous-marins du Mississipi, dans l’axe même du rift de New Madrid… une région, au large de la Louisiane, truffée de Monts en Dôme et à forte sismicité…

Volcan de boue dans le Golfe du Mexique
Cerclés de rouge les volcans de boue sous-marins et autres exutoires gazeux… dans une des zones de prospection pétrolifère… dans le Golfe du Mexique

Est-il nécessaire de s’interroger sur les vraies causes qui ont coulé la plateforme de prospection… suite à des arrivées massives de gaz qui déclenchèrent une explosion qui embrasa la plateforme?

source: http://www.ameriquebec.net/actualites/2010/05/02/pour-mieux-comprendre-la-maree-noire-qui-frappe-la-louisiane-et-le-delta-du-mississipi-3579.qc

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

La Terre n’est jamais en équilibre

Voici une traduction – décorée par mes soins de quelques images glanées sur le web – du dernier article écrit par Richard Lindzen, le plus illustre des climato-sceptiques.

Richard Siegmund Lindzen est Professeur de Sciences Atmosphériques au MIT, titulaire de la prestigieuse chaire Alfred P. Sloan. Son CV est impressionnant, par le nombre et la qualité de ses distinctions. Il avoue 235 publications scientifiques, et a rapporté au jury de 27 thèses de Doctorat en Climatologie.


Richard Lindzen

Cet article, écrit pour un journal de Janesville, a été repris par WattsUpWithThat, où ceux qui lisent l’anglais pourront lire la version originale et de plus consulter l’abondant flot de commentaires.

L’exposé ne contient rien de bien révolutionnaire, mais est à mon avis une excellente synthèse, à la portée de tout le monde, sur la climatologie et les débats actuels.

Voici dont la traduction intégrale de l’article par mes soins (Je ne suis pas traducteur professionnel … Merci d’en tenir compte !) :

Pour l’essentiel, le débat sur le changement climatique tourne autour du retour aux niveaux anciens des funestes présages. Dans un monde où le changement climatique a toujours été la norme, le changement climatique est maintenant considéré comme une punition pour un péché de consommation excessive. Dans un monde où nous vivons des changements de température de dizaines de degrés en un seul jour, nous considérons des reliquats statistiques de quelques dixièmes de degrés, connus sous le nom de « Global Average Temperature Anomaly » (GATA), comme présages de désastre.

La Terre a vécu des âges glaciaires et des périodes plus chaudes où des alligators vivaient au Spitzberg.

Predator X

Les âges glaciaires se sont succédé en cycles de 100 000 ans dans les 700 000 dernières années, et il y a eu dans le passé des périodes interglaciaires qui semblent avoir été plus chaudes que la présente en dépit de taux de CO2 plus faibles. Plus récemment, nous avons eu l’optimum médiéval et le petit âge glaciaire. Durant ce dernier, les glaciers alpins avançaient, au dépit des villages envahis. Depuis le début du 19ième siècle, ces glaciers se replient. Franchement on ne comprend complètement ni l’avancée, ni le retrait, et d’ailleurs certains glaciers alpins ont repris leur avancée.

Pour de petits changements de GATA , il n’y a besoin d’aucune cause externe. La Terre n’est jamais en équilibre exact. Les mouvements des énormes océans, où la chaleur de déplace entre les couches profondes et la surface, produit une variabilité sur des échelles de temps allant de l’année au siècle. Des exemples sont, en particulier « El Niño », l’oscillation pacifique décennale, l’oscillation multi-décennale atlantique, etc. Des travaux récents suggèrent que cette variabilité est suffisante pour expliquer tous les changements de température moyenne globale depuis le 19ième siècle. Pour dire vrai, les émissions humaines de CO2 doivent avoir un impact. La vraie question étant : combien ?

La suite ici:

http://www.lepost.fr/article/2010/04/12/2029281_la-terre-n-est-jamais-en-equilibre.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 13 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :