RSS

Archives de Tag: changement climatique

Changement climatique:la propagande continue!!!

Cent milliards par an pour s’adapter au changement climatique.
La nouvelle secrétaire exécutive de la Convention de l’ONU sur le climat Christiana Figueres a affirmé jeudi qu’il faudra au minimum 100 milliards par an dès 2020 pour financer l’adaptation aux changements climatiques. Plusieurs sources de financement seront nécessaires.

« Il est clair que nous avons besoin d’au moins cent milliards de dollars par an. Seul le temps dira si c’est assez. Il faut se concentrer avant tout sur la nécessité de trouver cet argent et de pouvoir l’utiliser rapidement », a déclaré la responsable de l’ONU, avant l’ouverture de la réunion sur le financement de l’adaptation aux changements climatiques organisée à Genève par la Suisse et le Mexique.

« Une seule source de financement ne suffira pas. Il faudra trouver un panier de ressources nouvelles disponibles pour les pays en développement », a ajouté Christiana Figueres.

Elle a estimé qu’il existe un engagement croissant des gouvernements pour trouver un accord à la prochaine conférence sur le climat à Cancun (Mexique), début décembre. La confiance dans le processus de négociations a été rétablie après Copenhague, à l’issue de la réunion de Bonn au mois d’août, a-t-elle souligné.

« Il y a une atmosphère constructive de travail, davantage de clarté sur les contributions des uns et des autres et il pourrait y avoir à Cancun une série de décisions en vue de l’adoption ultérieure d’un nouveau régime climatique », a affirmé la secrétaire exécutive de la Convention sur le climat.

(ats / 02 septembre 2010 13:41)

Ils vont les trouver où les 100 milliards par ans?!
Cela devient vraiment lamentable,sachant que tout ceci n’est que pure invention!
De toutes façons,il est déjà trop tard et ce n’est pas 100 milliards de billet monopoly qui feront que la pluie cessera de tomber,le soleil de briller ou les vents de tourner!!!

 
4 Commentaires

Publié par le 2 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes :

Le jet stream ou comment la canicule russe favorise les inondations au Pakistan

Une zone de haute pression sur la Russie et des pluies au Pakistan, dans des proportions exceptionnelles: la combinaison de deux phénomènes expliquent les deux catastrophes, selon la chercheuse Olivia Romppainen.

Les Russes suffoquent sous la fumée des incendies tandis que le Pakistan connaît des inondations «pires que le tsunami», selon Maurizio Giuliano, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Le Pakistan compte ses morts: 1600 en deux semaines, 165 en Inde voisine, et 500’000 sans-abri dans la seule région du Pendjab. Plus de dix millions de personnes sont touchées par la catastrophe.

En Russie, les températures descendent à peine en dessous de 40 degrés. Des villages entiers ont pris feu, tout comme des forêts et de vastes étendues de terres. Plus de 50 personnes ont déjà perdu la vie. Moscou, entre autres, étouffe sous un smog extrêmement malsain.

Or il y a un lien «dynamique» entre ces deux catastrophes. C’est ce qu’explique Olivia Romppainen-Martius de l’Institut pour l’atmosphère et le climat de l’Ecole polytechnique fédérale (EPF) de Zurich.

Ce lien, c’est le jet stream. Ce courant se transforme en vents très forts au-dessus du Pakistan. Leur vitesse augmente en direction de l’est et vont balayer l’Himalaya.

Or la canicule russe, avec ses masses d’air chaud, renforcent ce jet stream, explique Olivia Romppainen, interrogée par swissinfo. Dans la région où le jet stream se forme, des masses d’air plus fortes sont tirées vers le haut.

A cet endroit-là, juste au-dessus du Pakistan, une nouvelle anomalie se produit. «Cette année, les moussons avaient amené énormément d’humidité vers le nord de l’Inde et du Pakistan. En montant, ces masses d’air humides ont provoqué les fortes pluies.»

Intersection fatale

De façon simplifiée, on peut dire que le Pakistan est à l’intersection, lourde de conséquences, entre un jet stream venu du nord et la mousson exceptionnellement forte provenant du sud. Olivia Romppainen parle d’une «combinaison malheureuse de ces deux phénomènes.»

Les experts ne peuvent en revanche pas se prononcer sur les raisons de cette «rencontre». Est-ce le hasard ou la conséquence d’autres facteurs, tels que réchauffement climatique? Olivia Romppainen ne se prononce pas. Pour connaître les futures évolutions du climat, il faut faire de nombreuses recherches modélisées, ajoute la chercheuse.

Toujours davantage d’événements extrêmes

Ces modèles permettent déjà aux chercheurs de prévoir que le nombre d’événements extrêmes va augmenter en raison du réchauffement climatique. Hasard ou non: aussi bien à Moscou, avec ses 40 degrés Celsius, qu’au Pakistan, où le thermomètre est monté jusqu’à 53,5 degrés en mai, ce sont des records qui ont été enregistrés.

Olivia Romppainen est également sûre que les fortes précipitations qui touchent actuellement le nord-ouest de la Chine, semant la mort et la désolation, ont été déclenchées par la rencontre entre le jet stream et la mousson. C’est aussi le cas des inondations qui viennent de provoquer huit morts en Allemagne, en Pologne et en Tchéquie.

Dans ce dernier cas, la climatologue parle d’une «situation météorologique typique 5b» qui peut conduire, en été particulièrement, à des fortes pluies en Europe. Elle rappelle les catastrophes de 2002 sur l’Oder et de 2005 en Suisse.

La dénomination «5b» ou «Vb» est employée par les météorologues pour décrire une région de basse pression stationnaire qui permet l’accumulation de beaucoup d’humidité durant plusieurs jours, en provenance de la Méditerranée ou de Mer Noire.

Si les chercheurs hésitent à attribuer les inondations au changement climatique, les réassureurs, eux, sont sûrs de leur diagnostic: selon les analystes de la société «Münchener Rück», les phénomènes météorologiques actuels forment, dans l’ensemble, une chaîne d’indices suffisamment claire pour qu’on puisse les voir comme les manifestations du changement climatique.

Renat Künzi, swissinfo.ch
(Traduction de l’allemand: Ariane Gigon)

http://www.swissinfo.ch/fre/societe/La_canicule_russe_favorise_les_inondations_au_Pakistan.html?cid=22140596&rss=true

Si l’altération du jet stream se confirme et se poursuit,nous n’en sommes qu’au début,le pire est peut-être à venir!!!

 
12 Commentaires

Publié par le 10 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

L’arme climatique: une conspiration?

L’arme climatique: une conspiration?

La température anormalement élevée dans le centre de la Russie a déjà engendré d’énormes pertes économiques. Un cinquième des cultures a été détruit et les prix des produits alimentaires principaux pourraient augmenter considérablement dès l’automne. Moscou est pris dans la fumée des incendies des tourbières. Les prévisions des experts sont loin d’être rassurantes : les sècheresses, les ouragans et les inondations se répéteront de plus en plus souvent et seront de plus en plus violents. Alexeï Kokorine, le directeur du programme Climat et énergie des Fonds mondiaux pour la Nature (WWF), explique que « la tendance actuelle (la sècheresse) ne s’arrêtera pas, elle n’est pas le fruit du hasard… »

Que l’employé d’une organisation internationale influente qui travaille dans différentes régions du monde sous la couverture des programmes écologiques soit si bien informé est très significatif. Et cela ne se réduit pas au fameux « réchauffement de la terre » qui fait l’objet d’intenses débats scientifiques et autres. La théorie du « réchauffement de la planète » en tant que cycle naturel nécessite, tout au moins, des preuves alors que la canicule actuelle, observée, d’ailleurs, exclusivement sur le territoire de la Russie et de ses territoires limitrophes, pourrait sous-entendre plus que des explications scientifiques naturelles.

Le problème de régulation de la météo, comme forme de régulation sociale, a été abordé dès les années 1970 par Zbigniew Brzezinski dans son livre Entre deux siècles. Il est clair que l’expert de la géopolitique américaine ne pouvait pas ne pas se poser la question sur la possibilité d’utiliser diverses formes d’impact climatique aussi bien sur les systèmes sociaux que géopolitiques. D’autres auteurs sérieux ont également écrit à ce sujet, bien que pour des raisons évidentes, il est peu probable que les informations concernant les découvertes dans le domaine de la création et d’essais d’une arme climatique soient divulguées un jour.

En 2000, Michel Chossudovsky, professeur d’économie à l’université d’Ottawa, a écrit sur la possibilité d’un changement partiel du climat comme résultant de l’utilisation d’une nouvelle génération « d’armement non létal ». Les Américains travaillent sur la capacité de contrôler le climat dans diverses régions du monde, cette technologie est développée dans le cadre du High-frequency Active Aural Research Program (HAARP), capable de provoquer des phénomènes tels que des sècheresses, des ouragans, des tremblements de terre et des inondations. Du point de vue militaire, le HAARP est une arme de destruction massive, un instrument d’expansion qui permet de déstabiliser sélectivement les systèmes écologiques et agricoles des pays et des régions ciblés. La base technique connue du programme est un système d’émetteurs électromagnétiques destiné à l’étude des processus dans l’ionosphère et composé de 360 émetteurs radio et de 180 antennes d’une hauteur de 22 mètres. En émettant dans le ciel 3 600 kilowatts la station est devenue l’installation la plus puissante au monde pouvant agir sur l’ionosphère. Le programme, lancé en 1990, est financé par la direction des Recherches maritimes et par le laboratoire de Recherche de l’armée de l’air américaine avec la participation des plus grandes universités.

Tout cela donne matière aux rumeurs et aux hypothèses. On pourrait toujours continuer à rire de Hugo Chavez qui a expliqué le tremblement de terre dévastateur en Haïti (http://fondsk.ru/article.php?id=2755) par la mise en application de HAARP, mais des hypothèses similaires ont été formulées après le tremblement de terre dans la province chinoise de Sichuan en 2008. De plus, une série de faits montre que le programme américain qui a pour objet le changement climatique dans des pays et des régions particuliers porte un caractère systématique qui touche maintenant le milieu spatial.

Ainsi, par exemple, le 22 avril 2010, le drone américain X-37B a été lancé sur l’orbite de la Terre et pourrait, selon certaines sources, transporter à son bord de nouveaux modèles d’armement laser. Selon le New York Times, les représentants du Pentagone nient fermement toute relation entre l’appareil et un armement offensif quelconque mais admettent qu’il a pour but d’assister des opérations militaires terrestres et de remplir diverses missions auxiliaires. Le X-37B a été construit il y a 11 ans déjà en vertu d’un programme de la NASA, et en 2006 ce programme a été transmis à l’armée de l’air américaine sous le cachet du secret défense en ce qui concerne sa destination et son budget.

Les exigences de soulever le voile du secret défense sur les expérimentations menées en Alaska n’ont jamais cessé d’être exprimées aux États-Unis et dans d’autres pays. En Russie les exigences similaires n’ont jamais été exprimées de façon bruyante. Néanmoins, il semblerait que les changements climatiques au service des intérêts politiques soient loin d’être un mythe et prochainement la Russie, ainsi que le reste du monde, devrait faire face à un nouveau type de menace. Les développements dans le domaine d’armement climatique semblent atteindre la « capacité de rendement prévue», en engendrant les sècheresses, en détruisant les récoltes et en provoquant sur le territoire de la « cible » toute une série de phénomènes anormaux.

Ce texte n’engage que la responsabilité de l’auteur

Mardi 3 Août 2010

 

http://fr.rian.ru/ http://fr.rian.ru/

Pas si sur!:

Les météorologues chinois font neiger sur Pékin

http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-11-01/chine-les-meteorologues-chinois-font-neiger-sur-pekin/924/0/390936

Tout est possible!

Ne voyant que le haut de l’iceberg en ce qui concerne la réalité des moyens technologiques à disposition,il est clair que l’on peut tout imaginer,un bon moyen aussi de prendre en otage la population d’un pays de part son agriculture et de provoquer à terme une pénurie alimentaire!

 

 
2 Commentaires

Publié par le 3 août 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Climategate: les scientifiques blanchis

 

Raphael Satter
Associated Press
Londres

Une enquête parlementaire britannique sur un scandale mettant en cause l’un des centres majeurs de recherche sur le climat s’est rangée du côté des scientifiques qui avaient été soupçonnés de manipulation de données concernant le réchauffement climatique.


Des parlementaires ont estimé que les chercheurs du Centre de recherche sur le climat de l’Université d’East Anglia (CRU) dirigé par Phil Jones avaient agi conformément aux pratiques habituelles quand ils ont refusé de transmettre des données chiffrées notamment sur les températures dans le monde et qu’ils n’avaient pas cherché à tromper.

Phil Jones, le climatologue britannique au centre de la polémique sur une éventuelle manipulation des données sur le réchauffement, avait justifié son refus en arguant qu’il ne s’agissait pas là d’une «pratique habituelle».

Jones — qui a temporairement renoncé à son poste de directeur de l’unité tant que l’enquête est en cours– a été vivement critiqué après que plus 1.000 courriels et documents de chercheurs collaborant avec le CRU, victime d’un piratage informatique ou de fuites, ont été publiés sur internet.

Certains avaient répandu le soupçon de manipulation de la part de la communauté scientifique pour étayer la thèse du réchauffement climatique.

La Commission pour la science et la technologie de la Chambre des Communes a cependant prié les scientifiques qui travaillent sur les changements climatiques de communiquer davantage d’informations afin d’empêcher à l’avenir de nouvelles controverses.

Mais l’enquête concernant la publication de ces données, la première d’une série concernant cette affaire, estime que ni Phil Jones ni l’unité de recherche dans son ensemble n’avaient agi de façon malhonnête.

«L’attention portée sur le professeur Jones et l’Unité est tout à fait mal placée», indique la Commission parlementaire dans son rapport.

«Concernant les accusations relatives au refus du Professeur Jones de partager les données et les codes informatiques, la Commission estime que ses initiatives sont conformes aux pratiques de la communauté scientifique sur le climat».

L’enquête demande toutefois aux scientifiques une plus grande transparence, et que les données et les méthodologies soient publiées, jugeant que «si cela avait été le cas, nombre de problèmes au CRU auraient pu être évités».

Le rapport estime enfin ne pas avoir trouvé de raison pour remettre en cause le consensus scientifique du réchauffement climatique mondial et qu’il est induit par l’activité humaine,» citant John Beddington, le conseilleur scientifique du gouvernement britannique.

Une fois de plus,on donne raison au dieu dollars et aux profits pour un petit nombre!!!! Écoeurant!!!!

Et Einstein disait:

 » Il n’existe que deux choses infinies, l’univers et la bêtise humaine… mais pour l’univers, je n’ai pas de certitude absolue. « 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 9 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :