RSS

Archives de Tag: banque

Le 7 décembre 2010 retirons notre argent des banques !

Chers médias,

Depuis une petite semaine, la presse internationale relaie l’appel au bankrun que nous avons lancé sur Facebook pour inviter tous ceux qui souhaitent nous suivre à retirer leur argent de leur compte le 7 décembre prochain. Depuis la publication de notre appel, des citoyens se mobilisent pour traduire le texte dans leur langue, recréer l’événement dans leur pays, faire connaître notre initiative par tous les moyens possibles et inviter leurs contacts à faire de même. Notre appel rencontre un succès que nous n’osions espérer. Nous nous en réjouissons et grâce à l’investissement personnel de tout ceux qui, comme nous, souhaitent jouir d’un système bancaire sain, équitable, abordable et responsable, nous espérons qu’au fil des semaines nous réussirons à convaincre suffisamment de gens de par le monde pour être enfin entendus par nos gouvernements respectifs. Nous précisions que nous ne nous exprimons au nom d’aucun parti politique, ni d’aucune organisation syndicale ou religieuse. Notre action est une action citoyenne qui se désolidarise de tout propos haineux ou complotistes qui pourraient être tenus au nom de notre mouvement par des tiers au cours de leurs interventions sur les espaces de discussion qui échapperaient à notre contrôle. Nos noms n’engagent que nos propos. Nous ne cherchons à nuire à personne en particulier. C’est à un système corrompu, criminel et mortifère que nous avons décidé de nous opposer dans la mesure de nos moyens, de nos déterminations et dans le respect de la loi.

Pourquoi avons-nous lancé cette action ?

Tout d’abord, nous avons tenu à sensibiliser l’opinion publique sur le fonctionnement du système monétaire.

L’écrasante majorité des titulaires d’un compte en banque, d’un compte d’épargne ou encore, d’un plan de pension, ignore la manière dont l’argent est créé ou ce que les banques font de l’argent qu’on leur confie. Ils ignorent tout du principe de l’argent dette et ils ne connaissent pas les réalités qui se cachent derrière les mots comme “bulles financières”, “bons du trésors”, « Hedge Funds » ou “titrisation”. Ils l’ignorent d’autant plus que les médias dans leur ensemble font peu d’efforts pour les informer de manière objective, transparente et accessible à tous. Tout ce que le public sait vraiment, c’est que la majorité des grands crimes financiers et des délits d’initiés restent la plupart du temps impunis et qu’ils sont les premiers à en payer les conséquences.

Non seulement nous déplorons que de nombreuses questions que se posent les citoyens ordinaires sur la situation économique restent sans réponses claires dans vos colonnes, mais nous regrettons également votre manque de zèle à dénoncer les mesures qui ont permis que la situation économique mondiale en arrive au point où elle se trouve aujourd’hui : une situation qui a mis nos chefs d’états et de gouvernements à genoux devant les agences de notations, tremblants de peur à l’idée que nos notes se dégradent.

Nos responsables politiques ne peuvent à la fois répondre aux intérêts des marchés financiers et à ceux des citoyens. Aussi, il est grand temps de leur rappeler au service de qui ils ont été élus.

Puisque les grèves et les manifestations ne servent plus à rien, puisque quoi que nous fassions, nous ne sommes pas entendus, et puisque quoi qu’ils fassent, nous ne sommes pas consultés, nous avons décidés de frapper le système dans son organe le plus vital – LE SYSTEME BANCAIRE.

Sommes-nous conscients des conséquences économiques qu’entraînerait le succès de notre action ?

Nous sommes surtout conscients des conséquences que le système financier mondialisé dérégulé et incontrôlable ont sur nos emplois, nos santés, notre éducation, nos pensions, nos industries, notre environnement, notre avenir, notre dignité, la dignité des citoyens des pays que ce système a asservi par des dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser pour mieux s’approprier leurs ressources. C’est le sort qui attend les citoyens Occidentaux si nous ne nous prenons pas en main.

Nous sommes conscients du rôle que ce système joue dans la prospérité des empires industriels dont les intérêts sont tributaires des conflits armés, de la maladie, des pénuries alimentaires et de la misère qui règnent dans les pays qui leur fournissent mains d’œuvre et ressources naturelles à des coûts dérisoires. Nous sommes conscients que ce système-là n’aura jamais rien à gagner d’un monde où régneraient la paix et la prospérité et qu’en continuant de confier notre argent honnêtement et durement gagné à ce système malade, nous nous rendons complices de ses vols, de ses crimes, de ses guerres, et de la misère qu’il génère.

Que voulons-nous ?

Nous, les citoyens du 21ème siècle, héritiers des générations qui se sont sacrifiées pour que nous soyons et demeurions des citoyens libres et dignes, nous exigeons la création d’une BANQUE CITOYENNE, au service des CITOYENS, une banque qui mettrait notre argent à l’abri des fièvres spéculatives, à l’abri des bulles financières toutes condamnées à exploser un jour, à l’abri des opérations qui transforment nos emprunts en actifs et se servent de nos dettes pour acheter d’autres richesses.

Nous voulons des banques qui ne prêtent que les richesses qu’elles possèdent. Des banques qui aident les petites et moyennes entreprises à relocaliser l’emploi, des banques qui prêtent à taux zéro. (*) Des banques qui soutiennent les projets qui profitent aux citoyens plutôt qu’aux « marchés » Des banques où déposer notre argent tout en ayant la conscience tranquille. Des banques dont nous n’aurons plus à nous méfier. Des banques dont le succès sonnera le glas des marchands de morts, de maladies et d’esclaves. Sur les ruines de l’ancien système, nous voulons construire un système bancaire qui ne sacrifiera plus la dignité humaine sur l’autel du profit.

Nous les citoyens enfin réveillés par la pauvreté et le désespoir qui frappent les plus fragiles d’entre nous – pensionnés, allocataires sociaux ou travailleurs pauvres – et qui menacent ce qu’il nous reste encore de classes moyennes, d’entrepreneurs et d’indépendants que l’on traie comme des vaches à lait, nous voulons que soient purement et simplement annulées les dettes publiques générées par ce système malade dont nous ne voulons plus. Nous refusons que nos impôts, nos efforts, nos ressources continuent d’alimenter ce puits sans fond. Nous voulons retrouver le pouvoir de battre monnaie et nous affranchir des directives qui nous sont imposées par cette Union Européenne qui s’est construite contre le consentement de la majorité des citoyens consultés par référendum, sans parler de ceux dont le pays d’origine n’a pas organisé de consultation populaire.

(*) Ce que les banques islamiques accomplissent avec succès en refusant la pratique de l’usure pour des motifs religieux, nous pouvons l’accomplir pour des raisons citoyennes.

Pour conclure

Nous attirons votre attention sur le fait que même si parvenons à relocaliser nos emplois, les technologies de pointe et les machines ont remplacé le travail de l’homme dans un nombre croissant de domaines. Elles permettent de produire plus, plus vite, moins cher et, pour ces raisons, elles font peur à ceux qui se demandent comment ils gagneront leur vie demain. Ceci est regrettable, car la technologie, depuis l’invention de la roue, a vocation à améliorer les conditions de vie de l’homme. Si le progrès était mis au service des citoyens plutôt qu’au service du marché, nous pourrions faire un bond quantique dans le développement des technologies aujourd’hui paralysées par des groupes d’intérêts qui sont les premiers bénéficiaires de ce système.

Nous possédons déjà les connaissances pour affranchir l’humanité de ses besoins en énergies fossiles et nucléaire, et pour produire et acheminer l’eau potable partout sur la planète à moindre coût, pour produire des fruits et des légumes, de la banquise jusqu’au désert. La pauvreté n’existe sur notre planète qu’à cause du manque de volonté politique des pays industrialisés, soumis aux lois du marché. La pollution et le gaspillage des ressources ne sont que les tristes conséquences de ce système obsolète auquel il nous faut mettre un terme d’urgence.

Nous, les héritiers du chaos, nous avons un monde à reconstruire. Un monde où le travail ne sera plus vécu comme un asservissement, et l’absence de travail comme un drame, parce que nous aurons su repenser la manière dont l’homme de demain assurera sa survie, son éducation, son bien-être et ses vieux jours. Nous invitons tous ceux qui veulent nous suivre sur cette voie – y compris vous, chers journalistes – à dépasser leurs peurs de l’inconnu et à poser les premières pierres pour la construction du système qui remplacera celui-ci et qui, avec ou sans nous, finira par s’écrouler, quand il nous aura tout pris. Nous préférons ne pas attendre que nous en soyons arrivés-là où pire encore, que pour sauver l’économie, une guerre de plus soit déclarée.

Nous remercions le footballeur Eric Cantona de nous avoir insufflé cette idée. Nous l’avons pris au mot. Les dés sont jetés. L’avenir nous dira si nous avons eu raison. (07/11/2010)

Géraldine Feuillien 41 ans, scénariste Belgique

Yann Sarfati 24 ans, Comédien, Réalisateur France

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-7-decembre-2010-retirons-notre-argent-des-banques-4687.html



 
2 Commentaires

Publié par le 21 novembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , ,

La recette de Cantona contre les banques

Dans une interview, en marge du tournage d’un film, Eric Cantona explique que manifester dans la rue n’est pas assez efficace pour faire bouger les choses. Il livre sa méthode…

 

La révolution ne se fera pas avec des armes et en tuant des gens, a expliqué l’ex star des terrains de foot à un journaliste du quotidien régional français «PresseOcéan». Il l’interviewait en marge du tournage à Nantes du film «Les Mouvements du Bassin», réalisé par Hervé-Pierre Gustave (connu sous le nom de HPG).

«La révolution est très simple à faire. Le système, c’est quoi? Le système tourne autour des banques. Le système est bâti sur le pouvoir des banques. Donc, il peut être détruit par les banques!» analyse «King Eric», 44 ans.

«Au lieu qu’il y ait 3 millions de personnes qui aillent dans la rue, il suffit qu’il y ait 3 millions de gens qui aillent retirer leur argent des banques et les banques s’écroulent (…), 3 millions, 10 millions de gens… Et là, il y a une vraie menace, une vraie révolution! (…) Pas d’armes, pas de sang, une révolution «à la Spaggiari» (n.d.l.r : Albert Spaggiari est connu pour avoir été le cerveau du «casse du siècle» survenu à la Société générale de Nice, en 1976). C’est pas compliqué» souligne Cantona, qui note qu’il faut bien donner des idées aux syndicats de temps en temps…

http://www.20min.ch/ro/entertainment/people/story/27934307

En voilà une idée qu’elle est bonne,il a tout compris le Canto!  🙂

 
 

Étiquettes : , ,

Amende record pour onze banques

Onze banques exerçant en France ont été condamnées lundi à près de 385 millions d’euros d’amende pour avoir illégalement coordonné leur tarification sur le traitement des chèques, a annoncé lundi l’Autorité de la concurrence

L’Autorité de la concurrence française a infligé une amende de 384,9 millions d’euros aux 11 principales banques françaises pour entente sur les coûts de traitement des chèques, estimant qu’elles avaient facturé des frais indus à leurs clients, selon un communiqué publié lundi.

L’Autorité a essentiellement sanctionné la commission dite «d’échange image chèque», mise en place en janvier 2002 pour compenser, selon les banques, la perte de trésorerie qu’induisait l’accélération du traitement des chèques.

Amenées à libérer plus tôt les sommes réglées par chèque, les banques faisaient valoir qu’elles ne pouvaient donc plus les placer aussi longtemps qu’auparavant, ce qui entraînait une perte de revenus financiers.

De ce fait, les 11 banques concernées avaient appliqué uniformément à 80% des volumes traités une commission de 4,3 centimes d’euros par chèque.

La commission a finalement été supprimée en juillet 2007, «sous la pression de l’enquête en cours», rappelle l’autorité administrative indépendante.

Les banques sanctionnées sont le Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paribas, le Crédit Mutuel, le Crédit industriel et commercial (CIC), le Crédit du Nord (groupe Société Générale), LCL (groupe Crédit Agricole), la Banque Postale, BPCE, HSBC et la Banque de France.

Le groupe BPCE, qui chapeaute les enseignes Banque Populaire et Caisse d’Epargne, a été le plus durement touché, avec une amende de 90,9 millions d’euros, suivi par le Crédit Agricole (82,9).

Les banques ont un mois pour interjeter appel de cette décision. Un appel éventuel n’est pas suspensif et ne dispense donc pas les banques sanctionnées de s’acquitter du montant de leur amende.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/44185e38-c494-11df-9cfb-7d8b319a8205

 
4 Commentaires

Publié par le 20 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

GB : la banque Royal Bank of Scotland supprime 3.500 emplois

LONDRES – Le groupe bancaire Royal Bank of Scotland (RBS), contrôlé à plus de 80% par l’Etat britannique depuis la crise financière, a annoncé jeudi la suppression de 3.500 emplois au Royaume-Uni, dans ses services informatiques et administratifs.

La banque, une des quatre premières du pays, a expliqué en partie cette décision par la restructuration de ses activités imposée par l’Union européenne en échange des aides publiques dont elle a bénéficié pendant la crise.

Pour satisfaire Bruxelles, RBS a notamment cédé en juillet 318 agences situées au Royaume-Uni à la première banque espagnole, Santander.

« La suppression de postes est la tâche la plus difficile dans la reconstruction de RBS », a souligné la banque dans un communiqué, tandis que le syndicat Unite comparaît la situation des salariés à un « film d’horreur ».

« Nous continuons à faire des économies à travers l’ensemble de nos activités, et à nous adapter aux cessions qui ont été imposées par l’UE », a assuré la direction.

Une porte-parole de RBS a précisé à l’AFP que cette nouvelle restructuration portait à 23.100 le nombre des emplois supprimés dans le groupe, en grande majorité au Royaume-Uni, depuis son sauvetage par l’Etat à l’automne 2008.

Après cette mesure, RBS emploiera encore quelque 160.000 personnes.

Le syndicat Unite s’est insurgé contre la nouvelle suppression de postes, venant d’une entreprise qui doit sa survie à l’Etat et qui s’ajoute aux déboires d’un secteur où les restructurations se multiplient depuis la crise financière.

« L’ampleur des suppressions de postes annoncées dépasse l’entendement », a réagi Rob MacGregor, un responsable du syndicat. Selon lui, une partie des nouveaux postes supprimés vont être délocalisés « en Extrême-Orient, en Inde et aux Etats-Unis ».

Unite a également souligné que RBS avait annoncé il y a seulement trois semaines avoir renoué avec les bénéfices au premier semestre, après avoir essuyé de lourdes pertes pendant la crise.

Comme sa rivale Lloyds Banking Group (LBG), RBS a reçu des milliards de livres de l’Etat pour éviter la faillite et appartient désormais au contribuable britannique à hauteur de 83%.

(©AFP / 02 septembre 2010 14h22)

Oh!oh,y’a le feu dans la maison là?!

 
2 Commentaires

Publié par le 2 septembre 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Gerald Celente : La mort des monnaies

(Source : Info Guerilla)

Gerald Celente, directeur du Trend Research Institute, est un des analystes les plus reconnus mondialement depuis des années et des années. Toujours des analyses très pertinentes, cet homme a annoncé toutes les crises que les gens ont pu vivre depuis 20 ans. Il répète ici ce que nous savons tous, peu importe le plan qu’ils nous feront miroiter, ça ne fonctionnera pas, ils gagneront au mieux quelques années. D’après Mr Celente, le FMI va donc devenir rapidement la super banque mondiale.

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Alerte ! Le crime organisé international dirige tout: voici ce qu’on vous cache

  1) Domination par le crime organisé international :

 Depuis des décennies, nos dirigeants successifs ont accepté de privilégier les intérêts obscurs et financiers de criminels internationaux, au mépris de la sauvegarde de nos intérêts vitauxet élémentaires, de nos Droits Elémentaires, et de la préservation de notre environnement.

 Ces criminels internationaux forment depuis plus de deux siècles, un gouvernement mondial secret, constitué des banquiers internationaux et de leurs cliques de lobbies, regroupés au sein de cercles d’ « élite » et de sociétés secrètes.

 Depuis des décennies, nos dirigeants corrompus respectifs ont permis, successivement, que nous soyons maintenus sous la domination de ces criminels, après avoir participé sciemment à leur prise de pouvoir sur nous.

 Cette domination s’exerce donc sournoisement par l’intermédiaire de nos Etats respectifs, lesquels sont sous le contrôle manifeste du crime organisé international précité.

 Principalement, nos institutions politiques et judiciaires jouent le rôle d’interface entre ce crime organisé international et nous, les Peuples Souverains, au point qu’elles constituent un rouage essentiel dudit crime organisé.

 Ces institutions corrompues par leur hiérarchie, elle-même corrompue en amont, ont pour réelle fonction de protéger les intérêts du crime organisé international, en organisant le mensonge et la supercherie – avec la complicité active des médias.

 L’imposture est organisée aujourd’hui au niveau européen, sur le même schéma que celui que nous connaissons sensiblement dans chaque pays d’Europe Unie, ainsi que dans les pays anglophones, entre autres.

2) Système monétaire imposé à notre civilisation ; fléau pour l’Humanité et pour la Vie sur Terre :

 Parmi la longue liste des dépendances qui nous sont imposées par nos dirigeants corrompus – énergie, alimentation, éducation, pensé, santé, information etc…- il en est une qui constitue la source de tous nos maux :

 La trahison principale de la part de nos dirigeants consiste à maintenir nos nations sous la dépendance monétaire de ces banquiers criminels internationaux.

 (En effet, la France par exemple, ne fabrique qu’à peine 5 % de sa monnaie, étant de ce fait obligée d’emprunter les 95 % manquant, aux banquiers internationaux.)

 Malgré ce que prescrivent nos lois, ces criminels fabriquent la monnaie à la place des Nations,dont c’est pourtant la prérogative exclusive et élémentaire.

 Ce ne sont que des faux-monnayeurs internationaux, crédités par nos dirigeants corrompus.

 Les Peuples Souverains sont victimes d’un racket organisé mondialement, afin de rembourser avec des intérêts, une dette internationale qui ne devrait pas exister.

 (En France, nous sommes soumis à cette dette inique depuis 1973, date à laquelle le président Valéry Giscard d’Estaing nous a placé délibérément sous la dépendance des faux-monnayeurs internationaux.)

 Cette dette représente en moyenne un tiers de manque à gagner sur le niveau de vie de chacun d’entre nous.

 Tous les peuples des pays d’Europe Unie sont aujourd’hui sous cette même dépendance vis à vis des faux-monnayeurs internationaux, depuis le 7 février 1992 ; date à laquelle ils ont été trahis par leurs dirigeants, lesquels ont sacrifié le pouvoir régalien de création de monnaie de leurs nations.

 Cette dépendance s’est accrue à travers un texte inique rédigé, là encore, par l’Illuminati Valéry Giscard d’Estaing ; le « traité de Maastricht » ( transposé en France dans la loi du 4 août 1993) incriminé précisément ici par son article 104.

 Le système monétaire qui fait loi dans le monde, imposé par ces criminels internationaux, est aussi inique qu’incohérent, et est pourtant admis dans notre inconscient collectif comme étant « normal ».

 La raison en est que notre inconscient collectif est la cible principale d’un formatage profond et indicible, organisé par les criminels internationaux, à l’aide des moyens médias et de communication qu’ils contrôlent pour nous désinformer, neutraliser notre libre arbitre, notre liberté de penser, à l’échelle internationale. 

Car, il n’est pas normal que des entité privées puissent battre monnaie à la place des Nations ;

 Il n’est pas normal que les Etats, ne fabriquant pas leur monnaie, doivent prélever de l’argent aux Peuples Souverains, alors qu’ils devraient leur en donner, et pourraient le faire si ils fabriquaient leur monnaie ;

 Il n’est pas normal que la monnaie puisse se démultiplier, se reproduire toute seule,enrichissant de façon exponentielle ceux qui en ont le plus, appauvrissant de façon toute aussi exponentielle ceux qui en ont le moins ;

 Il n’est pas normal que nous soyons ainsi prisonniers d’une logique de « pouvoir d’achat », de « croissance », de propriété et d’accumulation de richesses, au détriment de nos valeurs essentielles ;

 Il n’est pas normal que les banquiers internationaux puissent créer la monnaie ex nihilo, sur simple base de nos emprunts, sans plus aucune valeur réelle de référence ;

 Il n’est pas normal que les banques aient le pouvoir, en pratique, d’allouer autant de crédits que ce qui leur est demandé, pour créer sur ces seules demandes d’emprunts, la monnaie sur laquelle elles se font payer des intérêts iniques.

La suite ici:

http://r-sistons.over-blog.com/

 
4 Commentaires

Publié par le 12 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

la banque du Vatican soupçonnée de blanchiment d’argent

Cité du Vatican (awp/afp) – La justice italienne soupçonne l’Institut des Oeuvres Religieuses (IOR), la banque du Vatican, d’être impliqué dans des opérations de blanchiment d’argent et le parquet de Rome a ouvert une enquête, écrit mardi le quotidien « La Repubblica ».

L’Institut des Oeuvres Religieuses, qui gère les comptes des ordres religieux et des associations catholiques, est une structure bénéficiant de l’extraterritorialité accordée à l’Etat pontifical, donc non tenue de respecter les normes financières en vigueur pour les établissements italiens.

Selon « La Repubblica », dix banques italiennes, dont les plus grandes comme Intesa San Paolo et Unicredit, sont également dans le collimateur des magistrats.

La justice a découvert que la banque vaticane gérait des comptes auprès des établissements italiens sans nom de titulaire, identifiés uniquement avec la sigle IOR. Sur un de ces comptes, découvert en 2004, « environ 180 millions d’euros ont transité en deux ans », écrit « La Repubblica ».

« L’hypothèse des enquêteurs est que des sujets ayant leur résidence fiscale en Italie utilisent l’IOR comme +paravent+ pour cacher différents délits, comme la fraude ou l’évasion fiscale », précise le quotidien.

Il y a moins d’un an, l’IOR a changé de patron avec la nomination au poste de président d’Ettore Gotti Tedeschi, représentant en Italie du groupe espagnol Santander, en remplacement d’Angelo Caloia.

Ce dernier s’était rendu célèbre par sa phrase: « Si l’argent est l’excrément du diable, nous, les chrétiens, nous devons réussir à le transformer en bon engrais ».

L’institut avait fait la Une de la presse avec la faillite, en 1981, de la banque italienne privée Banco Ambrosiano, dont l’IOR était le principal actionnaire.

La Banco Ambrosiano avait laissé un trou de 1,4 milliard de dollars dans ses caisses et de 250 millions de dollars dans les caisses de l’IOR, dirigé à l’époque par l’archevêque américain Paul Marcinkus, mort en février 2006.

L’IOR est depuis sous la coupe d’une « Commission cardinalice de vigilance », un groupe de cinq cardinaux nommés par le pape, qui comprend aujourd’hui l’actuel numéro deux du Vatican, le cardinal-secrétaire d’Etat Tarcisio Bertone, ainsi que son prédécesseur Angelo Sodano.

jq

(AWP/01 juin 2010 11h11)

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 juin 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , ,

Piège à cons!

Ce qui suit est la retransmission d’une conversation avec
Ron Supinski, du Public Information Department de la San
Francisco Federal Reserve Bank:

Journaliste : – M. Supinski, mon pays contrôle-t-il le Federal
Reserve System ?
M. Supinski : – Nous sommes un bureau qui représente le
gouvernement.

J. : -Ce n’est pas ma question. Est-ce-que mon pays contrôle
ce système ?
S. : – C’est un bureau du gouvernement qui a été créé par
le Congrès.

Journaliste : – Le Federal Reserve System est-il une entreprise?
S. : – Oui.

Journaliste : – Mon gouvernement tient-il un inventaire des
actes du Federal Reserve System ?
S. : – Non, ce sont les banques associées qui le font.

J. : – Les banques associées sont-elles des sociétés
privées ?
S. : – Oui.

J. : – Les billets de la Federal Reserve Bank sont-ils nantis ?
S. : – Oui, par les biens de la Federal Reserve Bank, mais
principalement par le pouvoir du Congrès de répartir les impôts
sur les citoyens.

J. : – Vous disiez, – par le pouvoir d’encaisser les impôts .,
c’est ce qui garantit les billets de la Federal Reserve Bank ?
S. : -Oui.
J. : – À combien s’élève la totalité des biens de la Federal
Reserve Bank ?
S. : – La San Francisco Bank possède 36 milliards $ d’actifs.

J. : – En quoi consistent ces actifs ?
S. : – De l’or de la Federal Reserve Bank, et des garanties
d’État.

J. : – Quel est le taux d’une once d’or dans ses livres ?
S. : – Je n’ai pas l’information, mais la San Francisco Bank
possède 1.6 milliards $ en or.

J. : – Voulez-vous dire que la Federal Reserve Bank de San
Francisco possède 1.6 milliards $ en or, en tant que banque,
le solde de cette fortune sont les garanties d’État ?
S. : -Oui.

J. : – Où la Federal Reserve se procure-t-elle les billets ?
S. : – Ils sont autorisés par le Trésor.

J. : – Combien la Federal Reserve paie-t-elle un billet de
IO$?
S. : – De O à 70 cents.

J. : – Combien payez vous un billet de 100.000 $ ?
S. : – Le même montant, de 50 à 70 cents.

J. : – 50 cents pour 100.000 $, c’est un profit énorme.
S. : – Oui.

J. : – La Federal Reserve Bank paie 20.60 $ pour une valeur
nominative de 1.000 $, c’est-à-dire un peu plus de 2 cents
pour une facture de 100.000 $, est-ce correct ?
S. : -C’est bien cela.

J. : – La Federal reserve Bank n’utilise-t-elle pas les billets
qu’elle paie 2 cents l’unité pour racheter les obligations d’État
au gouvernement.
S. : – Oui, mais c’est aussi plus que cela

J. : – Dans l’ensemble, c’est ce qui se produit.
S. : – Oui, dans l’ensemble c’est vrai.

J. : – Combien de billets de la Federal Reserve Bank sont-ils
en circulation ?
S. : – II y en a pour 263 milliards $, mais nous ne pouvons
rendre compte que pour un faible pourcentage.

J. : – Où sont passés les autres billets ?
S. : – Enterrés sous les matelas des gens, et l’argent de
la drogue.

J. : – Depuis que les dettes sont payables en billets de la
Federal Reserve Bank, comment pourrait-on rembourser 4.000
milliards $ de dettes publiques avec la totalité des billets en
circulation ?
S. : -Je ne sais pas

J. : -Si le gouvernement fédéral récoltait chaque billet en circulation,
serait-il mathématiquement possible de rembourser
ces 4.000 milliards $ ?
S. : – Non.

J. : – Est-ce correct si je dis que pour 1 $ de dépôt dans
I une banque affiliée, 8 $ pourraient être prêtés, avec assez de
marge politique ?
S. : – À peu près 7 $.

J. : – Corrigez-moi si je me trompe, mais ce seraient 7 $ de la
Federal Resewe Bank qui n’ont jamais été mis en circulation.
Mais je dirais, par manque de vocabulaire, créés à partir de
rien, les crédits et les 2 cents de valeur numéraire n’ont jamais
été payés. En d’autres termes, les billets de la Federal Resewe
Bank n’étaient pas réellement imprimés et créés, seulement
générés comme entrée comptable et prêtés avec intérêt. Estce
correct ?
S. : – Oui.

J. : – Est-ce la raison pour laquelle il n’y a que 263 milliards
$ en circulation ?
S. : – C’est en partie la raison

J. : – Est-ce que j’interprète bien quand je dis que la loi qui a
été votée en 191 3 a transféré le pouvoir de frapper la monnaie
du Congrès à une société privée. Et mon pays emprunte
maintenant ce qui devrait être notre argent à la Federal Reserve
Bank, plus les intérêts. Est-ce correct – Les dettes ne pourront
jamais être remboursées – sous le régime monétaire que nous
avons ?
S. : – Dans le fond, oui.

J. : -Je sens là un piège, vous pas ?
S. : – Désolé, je ne peux pas répondre à cette question, je
travaille ici.

J. : – Les comptes de la Federal Reserve Bank ont-ils été
vérifiés ?
S. : – Ils sont vérifiés.

J. : – Pourquoi y a t il une résolution (No1486) pour une vérification
complète des livres par la GAO, et pourquoi la Federal
Reserve Bank fait-elle de la résistance ?
S. : -Je ne sais pas.

J. : – La Federal Reserve Bank régule-t-elle la valeur de ses
billets, et les taux d’intérêts ?
S. : – Oui.

J. : – Expliquez-nous comment le système de la Federal
Reserve Bank peut être constitutionnel, si seul le Congrès a le
pouvoir constitutionnel de frapper la monnaie, de la diffuser et
de réguler sa valeur (Article 1, section 1 et 8) ? II n’est écrit nulle
part dans la Constitution que le Congrès a le droit de transférer
un pouvoir constitutionnel à une société privée, ou bien ?
S. : – Je ne suis pas un expert en droit constitutionnel, mais
je peux vous conseiller notre département juridique.

J. : – Je peux vous le confirmer, j’ai lu la Constitution. Elle
ne permet pas le transfert d’un pouvoir à une société privée.
N’est-il pas spécifié que tous les pouvoirs appartiennent à l’État
et aux citoyens, pas à une personne privée ? Est-ce valable
pour une entreprise privée ?
S. : – Je ne pense pas, mais nous avons été créés par
l’Assemblée constituante ?

J. : – Êtes-vous d’accord avec moi si je vous dis que c’est
notre pays et que ce devrait être notre argent, comme le dit
la Constitution ?
S. : -Je comprends ce que vous dites

J. : -Pourquoi devrions-nous emprunter notre )> argent à une
société privée qui nous demande en plus des intérêts ? N’estce
pas la raison pour laquelle nous avons fait une révolution,
devenir un peuple souverain avec des droits propres ?
S. : – (ne veut pas répondre).

J. : – Est-ce-que ce sujet a été contrôlé par la Cour constitutionnelle?
S. : -Je crois qu’il y a une jurisprudence à ce sujet.

J. : – Y a-t-il eu des cas devant la Cour suprême ?
S. : -Je pense que oui, mais je ne suis pas sûr.

J. : – La Cour suprême n’a-t-elle pas confirmé à l’unanimité
dans le A.L.A. (Schlechter Poultry Corp. vs US, et Carter vs.
Carter Coal Co.) que le décret constatant corporation est
une délégation ariticoristitutionnelle du pouvoir législatif?
ec (Transférer le pouvoir est le réguler). C’est une délégation
législative sous sa forme la plus choquante ; en soi, ce n’est
pas une délégation envers un groupe, une corporation ou une
société officielle, qui régule de façon désintéressée sans doute
ce qui est commun, et de façon intéressée les affaires privées
d’une personne. (Carter vs. Carter Coal Co.)
S. : -Je ne sais pas, mais allez donc voir notre département
juridique.

J. : – Le système monétaire actuel n’est-il pas un château de
cartes qui DOIT s’écrouler, parce que les dettes ne pourront
jamais être remboursées ?
S. : – II semble que oui. Je peux vous dire que vous connaissez
bien le sujet et que vous voyez clair. Cependant, nous avons
une solution.

J. : – Quelle est cette solution ?
S. : – La carte de débit.

J. : – Parlez-vous de I’EFT Act (Electronic Funds Transfer) ?
N’est-ce pas inquiétant quand on connaît la capacité des
ordinateurs ? II donnera à l’État et à ses délégations, la Federal
1 Resenfe Bank inclue, des informations comme : vous étiez à
la pompe à essence à 2h 30, vous avez acheté pour 10 $
d’essence sans plomb à 1.41 $ le gallon. Puis vous avez
été au supermarché à 2h 58, vous avez acheté du pain, de
la viande et du lait pour 12.32 $, et à 3h 30 vous êtes allés
à la pharmacie où vous avez acheté des médicaments pour
5.62 $. En d’autres mots, vous sauriez quand et où nous allons,
combien a payé le grossiste et combien de bénéfice il a fait.
i Avec ce système EFT vous sauriez tout sur nous. N’est-ce
pas inquiétant ?
S. : -Oui, c’est surprenant.

J. : -Je sens un piège énorme qui a roulé notre Constitution
dans la farine. Ne payons-nous pas une contribution énorme
sous forme d’impôt sur le revenu à un consortium privé de
banques ?
S. : – Je n’appelle pas cela une contribution, ce sont des
intérêts.

J. : – Les banques en question ne sont-elles pas assermentées
pour défendre la Constitution vis-à-vis d’ennemis de l’intérieur
ou de l’extérieur ? La Federal Reserve Bank n’est-elle pas un
ennemi de l’intérieur dans ce cas précis ?
S. : -Je ne dirais pas cela.

J. : – Nos fonctionnaires de la Federal Reserve Bank sont
coupables de favoritisme personnel, ils détruisent notre
Constitution, ce qui est une trahison. La peine de mort n’estelle
pas le châtiment pour une trahison ?
S. : -Je pense que oui.

J. : – Merci pour les informations et le temps que vous nous
avez accordés, si je pouvais je vous dirais d’entreprendre
les démarches nécessaires pour vous protéger vous et votre
famille, et retirer votre argent des banques, avant que le système
ne s’effondre. Moi je le ferai.
S. : – La situation n’est pas bonne.

J. : – Puisse Dieu être miséricordieux pour les esprits qui sont
derrière ces actions anticonstitutionnelles et criminelles que
l’on appelle The Federal Reserve a,. Si les masses toutespuissantes
se réveillaient et comprenaient ce tour de passepasse,
elles ne le prendraient pas pour un grain de sable.
C’était un plaisir de parler avec vous et je vous remercie pour
votre disponibilité. J’espère que vous suivrez mon conseil avant
que tout ne s’effondre.
S. : – Malheureusement, cela ne se présente pas bien.

J. : – Passez une bonne journée et merci encore.
S. : – Merci pour votre appel.

 http://changementclimatique.over-blog.com/article-piege-a-cons-50501112-comments.html#anchorComment

Trouvé sur le forum de MECANOPOLIS

 

Hé oui si les masses se réveillaient!!! Et pour ceux qui ont compris l’astuce immonde de ces banksters décérébrés,dites vous que cela concerne la planéte entiére  et pas seulement les ricains!!!

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 16 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

Les banksters vampires Anglais licencient!

RBS: 2600 emplois supprimés dans l’assurance et le détail
Londres (awp/afp) – La banque Royal Bank of Scotland, détenue à 83% par le contribuable britannique depuis la crise, a annoncé lundi qu’elle allait licencier 2600 personnes au Royaume-Uni, 2000 dans son activité d’assurance et 600 au siège de ses activités de détail.

Cela porte le total des postes supprimés depuis le début de la crise à 22’600.

L’activité d’assurance emploie actuellement 16’000 personnes dans le pays, et les employés des sièges de Londres et d’Edimbourg sont 2100.

« Nous travaillons dur pour reconstruire RBS afin de rembourser les contribuables de leur soutien, et devoir supprimer des emplois est la partie la plus difficile de ce processus », a observé la banque dans un communiqué transmis à l’AFP.

« Nous nous sommes toujours efforcés d’être ouverts et honnêtes sur les choix difficiles que nous opérons », a assuré le groupe, ajoutant faire « tout ce qu’il peut pour soutenir son personnel dans ces circonstances, et pour maintenir les licenciements à un minimum absolu ».

Le groupe estime que « les pertes d’emplois annoncées jusqu’à présent ont abouti à ce que moins d’une personne sur quatre soit licenciée », mais pour un total de quelque 22’600 dont 16’600 rien qu’au Royaume-Uni.

RBS semble avoir accéléré ses projets de suppressions d’emplois après que la Commission européenne lui eut demandé à l’automne de vendre 318 succursales et ses activités d’assurance pour aplanir les problèmes de concurrence qui pourraient résulter de son sauvetage par l’Etat.

Le syndicat Unite a condamné cette annonce, prévoyant que ses membres seraient « dévastés » en l’entendant. Il s’est dit « complètement opposé aux licenciements secs », et a prévenu qu’il discuterait avec la direction pour réduire ceux-ci à « un minimum absolu ».

L’annonce est intervenue au moment où l’attention générale est focalisée sur les tractations entre partis au Royaume-Uni après un scrutin particulièrement indécis aux élections législatives de jeudi dernier. RBS gagnait parallèlement plus de 12% à la Bourse de Londres lundi, dans l’euphorie qui a saisi les marchés après l’annonce d’un plan géant de soutien à la zone euro.

rq

(AWP/10 mai 2010 16h28)

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Les dessous de la crise grecque

Trouvé sur le blog de  http://gillesbonafi.skyrock.com/

 

Les dessous de la crise grecque

Les dessous de la crise grecque

Vous êtes nombreux à me demander ce qu’il va se passer avec la Grèce, voici mon analyse.

La Grèce n’est qu’un prétexte ainsi que l’Espagne et le Portugal bientôt. On joue à se faire peur afin de mettre en place un CERS, Comité Européen du Risque Systémique (la même structure sera créée aux USA) ainsi qu’un trésor européen (FME ou autre), cela se retrouvera dans tous les continents et bien sûr, ils seront tous reliés au FMI qui deviendra le superviseur mondial mettant en place une monnaie supranationale qu’Attali, Strauss-Kahn et désormais Paul Jorion appellent de leurs voeux, le Bancor.
Un verrouillage complet du système donc.
Relisez « sauver l’Europe, mode d’emploi ».

Cependant, il faut analyser plus en profondeur.
Nous sommes en effet face à une crise de la dette, ce qui s’illustre par les différentes phases du krach actuel:
-dettes des particuliers et surtout des « pauvres »: les subprimes.
-dette des banques, le problème du manque de liquidités par le non remboursement des crédits et la chute des CDS.
-dette des états qui injectent des milliers de milliards dans les banques et l’économie pour maintenir à flot le système.
Vous pouvez le constater, la dette suit une courbe exponentielle car elle est la contrepartie de la loi de Pareto (reflet mathématique de la loi de la jungle) qui est elle aussi une exponentielle (du capital accumulé entre autre).

Bien sûr, il faudra bientôt aller chercher l’argent ailleurs, dans une structure supranationale, le FMI avec ses petits satellites futurs (FME).
Une gigantesque fuite en avant car notre système économique fonctionne selon un triptyque qui n’a aucun sens: dette = consommation = travail. La dette n’est donc que la contrepartie naturelle au capital accumulé par quelques-uns et qui n’est pas réinjecté dans l’économie réelle.

Il faut bien comprendre que la création d’argent « ex nihilo » ou pour faire simple la création d’argent par les banques à partir de rien ne sert qu’à désigner les banques comme seules responsables, ce qui au passage permet de ne pas dénoncer les tares structurelles inhérentes à notre système économique.

En effet, nos supers prédateurs (qui n’en ont jamais assez) ont mis au point un système complexe de captation des richesses que l’on désigne par le mot finance.

Tout ceci n’est pas viable et nous sommes aujourd’hui à la fin de ce système à bout de souffle.
Albert A. Bartlett, physicien nous donnait la clé mathématique de l’absurdité du capitalisme:
« La plus grande déficience de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle. »
Nos économies modernes fonctionnent en effet selon un processus fondamental : la croissance.
Or, la consommation détruit notre écosystème.

Pour bien comprendre, l’exemple de la Chine est édifiant.
D’après la Commission nationale pour le développement et la réforme, au cours du 11ème plan quinquennal (2005-2010), la Chine aurait besoin de créer chaque année 20 millions de nouveaux emplois, ce qui impose une croissance minimale de 7% par an. Or, il faut le rappeler, 7% de croissance signifie 7% de pétrole, 7% de bois,7% de nourriture, 7% de pollution en plus, etc, etc.

Tout ceci ne peut que très mal se terminer.

Et comme dirait l’autre:
« La destruction massive est la seule solution et a toujours été la seule solution à l’essoufflement d’une économie capitaliste. Car quand tout est détruit, il faut reconstruire. C’est aussi simple et débile que ça. »

 

Étiquettes : , , , , , , ,

COMMUNES ENDETTEES: UN AN APRES LES USA, LA FRANCE

du 7 au 10 mai 2010 : Plusieurs lecteurs m’ont envoyé cette info de l’AP à propos de la ville de Terville (Moselle) « qui a été déboutée par le tribunal de Metz d’une action contre la Caisse d’épargne à qui elle réclamait 60 millions d’euros en réparation de son surendettement ». Cela commence donc en France aussi. En ce moment, aux US, des centaines de villes traînent leurs banques devant les tribunaux. Ici c’est juste le début. Imaginez que l’écureuil a « accordé plus de 140 prêts différents à la précédente municipalité de gauche, en dépit d’une situation d’asphyxie financière avérée. La ville faisait alors face à un endettement de plus de 20 millions d’euros ». Bref, la ville ne peut plus rien faire, toutes ces recettes partent dans le remboursement de la dette pour le plus grand bien de la Caisse d’Epargne ruinée par Wall Street. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2010
— Livres dédicacés via le site éditeur. — Envoyez ce lien à votre banquier et à tous vos amis..
— Mon dernier bébé: « 777, la chute de Wall Street et du Vatican »! Vos critiques sont ici, la 4e de couve ici.
— 40 pages de NOTRE-DAME DE L’APOCALYPSE (pdf). La Revue de Presse est ici.
— Rediffusion des news, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l’accord préalable de l’auteur.
— Revue de Presse sur 95,2 Mhz avec L. Fendt sur Ici & Maintenant ou dans votre PC Mercredi 14-16h30, rediffusion samedi à 23h.

Ps:Rassurez vous,toutes les grandes villes de France ont trempé dans la même marmite et s’aperçoivent maintenant que la soupe est cuite!

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , ,

Arnaque à la Grecque!!!

Première arnaque avec la complicité de l’Europe et du FMI : faire payer par les Grecs pauvres les impôts dus par les Grecs riches à l’État grec. Deuxième arnaque : faire croire à l’Europe que la dette de l’État grec est plus faible que ce qu’elle est. Dernière arnaque : le pouvoir grec assassine trois personnes pendant une manif très combative pour faire croire que ce sont les émeutiers les coupables !

Bonjour à toutes et à tous,

En Grèce, les riches fraudent les impôts au lieu de les payer ; ce qui fait que l’État est très endetté. Ce qu’on appelle la crise, en Grèce, c’est une arnaque destinée à faire payer par les pauvres ce que les riches auraient dû payer.

Et cette arnaque est montée avec la complicité de l’Europe et du FMI. Les Grecs pauvres ne sont pas dupes, et ne veulent pas payer à la place des Grecs riches, qui se sont d’ailleurs enrichis en les exploitant.

C’est pourquoi les Grecs ont manifesté aujourd’hui avec comme slogan principal le cri : « VOLEURS ! ».

Les Grecs sont très en colère ! parmi les manifestants, il y eut aujourd’hui de nombreux commandos d’anarchistes et autres groupes révolutionnaires prêts à en découdre avec le pouvoir et à se battre contre les forces de l’« ordre », prêts à piller les grands magasins, les bijouteries et les banques.

Le pouvoir a pris peur. Il craint en effet que les émeutes ne deviennent révolution. Souvenez-vous de ce célèbre dialogue, un certain 14 juillet 1789 :

Le roi Louis XVI : « Encore une révolte ? »
Son conseiller : « Non, sire, c’est la révolution ! »

C’est pourquoi le pouvoir a utilisé une fois de plus une bonne vieille ruse qui commence sérieusement à être éventée. Il a glissé parmi les nombreux commandos pratiquant la guérilla urbaine à Athènes un groupe de flics masqués et déguisés en anarchistes. C’est ce groupe de flics déguisés en commando anarchiste qui a fait exprès de mettre le feux à une banque alors que des employés se trouvaient encore à l’intérieur. Le but étant bien entendu de faire porter le châpeau aux anarchistes et autres groupes combatifs ; afin que les Grecs se disent : « Bon ! on manifeste, on se bat, mais finalement ce sont des salarié-e-s, pauvres comme nous, qui meurent par notre faute. On arrête tout ; du moins on arrête d’utiliser la violence, et tant pis si on est inefficace ». Voilà le but du pouvoir avec cette nouvelle arnaque.

Cependant, les constestataires ne sont pas idiots, ils savent bien qu’aucun d’entre eux, quelle que soit sa « tendance politique », n’aurait mis le feu à un bâtiment sans s’assurer qu’aucune personne n’était à l’intérieur. Et puis, ce n’est pas la première fois que le pouvoir fait ce genre de manipulations en Grèce et ailleurs. Aussi, en Grèce, les anarchistes, les communistes, et d’autres aussi probablement, ont dénoncé qu’il s’agissait d’un coup monté de toute pièce : le pouvoir a assassiné trois personnes afin de faire croire que c’étaient les émeutiers qui avaient fait le coup. Car le pouvoir a peur des émeutes et est prêt à tout pour les faire cesser. Que le pouvoir ait peur d’eux prouve une chose :

CE SONT LES ÉMEUTIERS QUI ONT RAISON !

J’ai écouté les infos sur France-Culture aujourd’hui 5 mai 2010 à 18h. Puis sur ARTE à 19h, puis sur FR3 à 19h30, puis sur FR2 à 20 heures. Un ami a écouté les infos de 20h sur TF1. Apparemment, seul France-Culture a osé dire la vérité : les contestataires grecs dénoncent que les trois morts de la manif d’aujourd’hui ont été assassinés par le pouvoir dans le but de faire porter le châpeau aux émeutiers.

http://mai68.org/spip

Ce Site est malheureusement CENSURE!!!

 

Lire aussi cet article trés interressant sur Mécanopolis et qui rejoint les propos ci-dessus:

L’étrange incendie de la Banque Marfin à Athènes (vidéos)

http://www.mecanopolis.org/?p=16663

 
Poster un commentaire

Publié par le 6 mai 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , ,

A propos des villes Françaises et de leurs emprunts toxiques!

du 19 au 21 avril 2010 : J’ai reçu une info d’un lecteur bienveillant de ce blog dont je garde l’identité, sauf avis contraire, et que je remercie, et cela à propos de la ville de Saint Etienne (voir l’info plus bas): « Si les (Français) savaient ce que les grandes banques du « cartel » qui financent les collectivités locales ont pu faire depuis 10 ans avec nos impôts locaux… A mon avis, le peuple exigerait de remonter immédiatement la guillotine place de la Concorde face à l’Assemblée nationale et rue de Vaugirard devant le Sénat !!!
Un petit exemple de ce que nous avons dégoté en août 2008, quelques jours avant le 777 de Wall Street, en faisant une interview chez le spécialiste de la notation des finances locales, Fitch Ratings: plus de 25% des 135 MILLIARDS D’EURO d’emprunts cumulés des 36.000 communes françaises SONT DES VRAIS EMPRUNTS TOXIQUES (alias produits structurés ou produits de pente) dont les (vrais) TEG sont en moyenne supérieurs à 15% et sont transformés en sortes de crédit « revolving municipal » ré-échelonnés sur 20 à 30 ans (alors que la Comptabilité publique interdit les échéanciers au delà de 15 ans)
« .

Un vrai cauchemar en perspective. La guillotine place de la Concorde ? A mon avis, devant les sièges de Dexia, Natixis, Deutsche Bank, etc., serait plus rapide et efficace. Je plains les maires qui ont hérité de ces situations.

 Chers lecteurs, c’est pire que ce que je craignais. Envoyez cette info à tous vos amis, postez-la, publiez-la sur les blogs car ainsi ils comprendront pourquoi les élus vont augmenter leurs impôts locaux sans trop rentrer dans les détails. C’est fou! Des dizaines de milliers de communes avec des prêts genre Cetelem à 15% sur des centaines de millions d’euros étalés sur 20 ou 30 ans.

 Question: est-ce qu’on avait un gouvernement dans les années 2000-2008 ? Que faisaient-ils ? Comment ces Inspecteurs des Finances, « l’élite de la Nation« , ont-ils pu laisser les banques rouler les gens à ce point ? Et tous les directeurs financiers dans les mairies? Ils avaient accès aux petits détails pourtant… Quelque chose m’échappe. Il y a eu un hold-up géant des banques pas seulement sur le « pékin moyen » mais sur des pays entiers !

 Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2010

Cela commence à sentir trés mauvais un peu partout dans l’éco et la finance,je pense que l’on peut se préparer d’ici peut à un gros tsunami de ce coté là…!!!
J’irais même plus loin,entre toutes ces histoires de corruption de ces vampires de banksters,le fric que perdent les Cie aériennes,les volcans qui se réveillent les uns après les autres,les séismes à répétitions aux magnitutes relativement élevées partout autour de la planète,la pédophilie des religieux,le rapport de force entre les US Sionistes et leurs  sales guerres en Irak,en Afghanistan et maintenant avec l’Iran sur le nucléaires,les sionistes Israéliens avec leur colonisation infâme sur le territoire Palestinien ,sans  oublier le soleil qui surement nous promet de mauvaises surprises et j’en passe….J’ai vraiment l’impression que tout s’accélère à un point tel que quelque chose va forcément arriver trés bientôt! Et entre nous je le souhaite presque….malheureusement! Et qu’on en finisse avec toute cette merde!!!!

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 avril 2010 dans BILLET D'HUMEUR

 

Étiquettes : , , , , ,

Faillite des états par Paul Jorion.

Paul Jorion, 9 avril 2010 :

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Citations en rapport avec le NOM.

« En démocratie, la politique est l’art de faire croire au peuple qu’il gouverne. »

Louis Latzarus (1878-1942), auteur et journaliste français

 

« Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l’opinion publique. »

Noam Chomsky, professeur et auteur américain

 

« Dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »

George Orwell, nom de plume de Eric Blair (1903-1950), auteur de 1984

 

« L’État possède le monopole de la violence légitime. »

Max Weber (1864-1920), politicien et économiste allemand

 

« Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où se trouvent les véritables causes des évènements. »

Honoré de Balzac (1799-1850), écrivain français

 

« Il est aussi dans l’intérêt d’un tyran de garder son peuple pauvre, pour qu’il ne puisse pas se protéger par les armes, et qu’il soit si occuppé à ses tâches quotidiennes qu’il n’aie pas le temps pour la rebellion. »

Aristote (384-322 A. J.-C.) , extrait de Aristote sur la Politique – traduction de J. Sinclair, publié en 1962

 

 

« Il n’y a pas de mauvais peuple, il n’y a que des mauvais bergers. Un peuple ne se trompe pas, il est trompé. »

Jean-Jacques Servan-Schreiber, journaliste et homme politique français

 

 

« L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »

J. Edgar Hoover (1895-1972), Directeur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

 

« Le gouvernement ne taxe pas pour obtenir l’argent dont il a besoin; le gouvernement trouve toujours un besoin pour l’argent qu’il reçoit. »

Ronald Reagan (1911-2004), 40e président américain

 

 « Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécéssaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyalité aux traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux. »

George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé

 

 

« Nous travaillons présentement discrètement de toutes nos forces, pour retirer du fonctionnement des états nations du monde cette mystérieuse force appellée souveraineté. »

Arnold Toynbee (1889-1975), historien et philosophe anglais, lors d’un discours à Copenhague, en 1931

 

 

« Comme la civilisation devient plus complexe, et que la nécéssité d’un gouvernement invisible a été démontrée de façon croissante, les moyens techniques par lesquels l’opinion publique peut être régimentée ont été inventés et développés. Avec la presse écrite et les journaux, le téléphone, le télégraphe, la radio et les avions, les idées peuvent êtres rapidement répandues, voire instantanément, à travers l’Amérique toute entière. »

Edward Bernays (1891-1995), auteur et ancien dirigeant de CBS Television, dans son livre « Propaganda », publié en 1928

 

« L’ALÉNA est une pierre angulaire majeure du Nouvel Ordre Mondial. »

Henry Kissinger

 

« Au prochain siècle, les nations comme nous les connaissons seront désuètes. Tous les états reconnaîtront une seule autorité centrale. La souveraineté nationale n’était pas une si bonne idée après tout. »

Strobe Talbot, Secrétaire d’État député pour l’administration Clinton, 20 juillet 1992.

 

« Il est déja bien suffisant que les gens sachent qu’il y a eu une élection. Les gens qui votent ne décident rien. Ce sont ceux qui comptent les votes qui décident de tout. »

Joseph Staline (1879-1953), Dirigeant de l’URSS de 1929 à sa mort.

 

« Je suis inquiet pour la sécurité de notre belle nation; pas tant à cause d’une quelconque menace de l’extérieur, mais d’avantage à cause des forces insidieuses qui y opèrent de l’intérieur. »

General Douglas MacArthur (1880-1964)

 

« La véritable menace pour notre république est le gouvernement invisible, qui comme une pieuvre géante, étends ses tentacules gluants autour de nos villes, états et nations. »

John F. Hylan (1868-1936), maire de New York de 1918 à 1925

 

« L’élimination progressive de la race humaine règlera tous les problèmes sur terre; sociaux et environementaux. »

Dave Foreman, fondateur du mouvement Earth First!, et membre de la direction du Sierra Club de 1995 à 1998

 

« 

L’avancement du progrès global est maintenant possible seulement à travers une quête pour un consensus universel dans le mouvement vers le Nouvel Ordre Mondial. »Mikhail Gorbachev, Président de l’Union Soviétique de 1990 à son démantellement, dans un discours aux Nations-Unies en 1988

 

« La possession privée de terrains contribue à l’injustice sociale… Le contrôle public de l’utilisation des terrains est par conséquent indispensable. »

Rapport de la conférence « Habitat 1″ des Nations Unies, 1976

 

« Nous serons tous ultimement jugés sur les efforts que nous aurons investi à la construcion d’un Nouvel Ordre Mondial. »

Robert Kennedy (1925-1968), sénateur et candidat à la présidence Américaine assassiné, comme son frère John Fitzgerald Kennedy

 

 

« La politique est l’ensemble des procédés par lesquels des hommes sans prévoyance mènent des hommes sans mémoire. »

Jean Mistler (1897-1988), auteur et homme politique français

 

 

« L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais il ne s’agit seulement que de son propre point de vue. Tout cela manque de perspective historique. L’homme n’a pas le droit de développer son propre esprit, même si cette orientation libérale est attirante. Nous devons contrôler électriquement le cerveau. Un jour les armées et les généraux seront contrôlés par des stimulations électriques du cerveau. »

Dr. Jose M.R. Delgado, Directeur de la « Yale University Neuropsychiatry Medical School » et auteur du livre « Physical Control of the Mind, Toward a Psychocivilized Society »

« 

Depuis l’époque des Spartacus, Weishaupt, Karl Marx, Trotski, Belacoon, Rosa Luxembourg et Ema Goldman, cette conspiration mondiale a connu une croissance constante. Cette conspiration a joué un rôle décisif et identifiable dans la Révolution Française. Elle a été le berceau de tous les mouvements subversifs pendant le 19e siècle. Et finalement, ce groupe de personnalités extraordinaires du monde secret des grandes villes d’Europe et d’Amérique ont saisi le peuple Russe par les cheveux, et sont maintenant devenus les maîtres incontestables de cet énorme empire. »Winston Churchill (1874-1965), Premier Ministre de la Grande-Bretagne de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955, cité dans le London Press, en 1922

 

 

« L’opinion publique est la clé. Avec l’opinion publique, rien ne peut faillir. Sans lui, rien ne peut réussir. Celui qui manipule les opinions est plus important que celui qui applique les lois. »

Abraham Lincoln (1809-1865), 16e président américain

 

« Quiconque veut ravir la liberté d’une nation doit commencer par lui retirer le droit de s’exprimer librement. »

Benjamin Franklin (1706-1790), diplomate et signataire de la Déclaration d’Indépendance des Etats-Unis

 

« En politique, rien n’arrive par accident. Si quelque chose se produit, vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon. »

Franklin Delano Roosevelt (1882-1945), 32e président américain

 

« Ce qui importe est d’insister sur la quantité croissante de preuves de l’existence d’une conspiration secrète, de par le monde, pour la destruction des gouvernements organisés, et la prolifération du Mal. »

Extrait de l’éditorial du Christian Science Monitor du 19 juin l920

 

« Le but du Concil On Foreign Relations est la dilution de la souveraineté américaine et de l’indépendance nationale dans un tout puissant gouvernement mondial unique. »

Chester Ward, Admiral à la retraite, et ancien membre du Council on Foreign Relataions, dans un mémo en 1975.

« Il y une chose pire encore que l’infâmie des chaînes, c’est de ne plus en sentir le poids. »

Gérard Bauër (1888-1967), écrivain Français

 

 

Tant que l’indépendance n’est pas faite, elle reste à faire. »

Gaston Miron (1928-1996), poète québécois

 

« Divers groupes oeuvrent dans l’ombre depuis des siècles. S’ils s’enveloppent d’un tel secret, c’est que leurs motivations ne sont pas claires. »

Albert Pike (1809-1891), auteur et idéologue américain, Maçon 33º et icône de la franc-maçonnerie.

 

 

« 

L’invisible Pouvoir de l’Argent est à l’oeuvre pour contrôler l’humanité et la réduire à l’esclavage. Il a financé le Communisme, le Fascisme, le Marxisme, le Zionisme et le Socialisme. Tous sont conçus pour faire des États-Unis un membre du Gouvernement Mondial. »Extrait de la page 92 du American Mercury Magazine de décembre 1957

 

 

« Nous aurons un gouvernement mondial, que nous le voulions ou non. La seule question est à savoir si le Gouvernement Mondial sera instauré par l’adhésion, ou par la conquête. »

James Paul Warburg (1896-1969), officier de l’OSS et membre du CFR, le 7 février 1950, devant le Sénat des États-Unis.

 

« Votez pour moi et je vous donnerai des valeurs familiales. […] Je vous promets l’administration la plus éthique de l’histoire de notre pays. »

« Faire de la politique quand on est pauvre, c’est faire de la pauvre politique. »

Jean Lapierre, politicien canadien

 

« Pour nous unir, nous avons besoin d’un ennemi commun. »

Condoleeza Rice, alors responsable de la Sécurité Nationale dans l’administration Bush, mars 2000

 

 

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et d’autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »

David Rockefeller, Baden-Baden, Allemagne, 1991

 

 

« Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission des devises et du crédit soit restoré au gouvernement comme sa responsabilité la plus évidente et sacrée, toute référence à la souveraineté du parlement ou à la démocratie est inutile et futile. […] Une fois qu’une nation s’est séparée du contrôle de son crédit, les gens qui font les lois importent peu. […] Les usuriers une fois au pouvoir détruiront la nation. »

William Lyon Mackenzie King (1874-1950), Premier Ministre du Canada de 1921 à 1930 et de 1935 à 1948

 

 

William J. Bill Clinton, 42e président américain, avant son élection à la présidence

« Je vais vous dire quelque chose de très clair; ne vous inquiètez pas de la pression américaine sur Israël, nous, le peuple Juif, contrôllons l’Amérique, et les américains le savent. »

Ariel Sharon, premier ministre Israélien, dans un entretien avec Shimon Peres, le 3 octobre 2001

 

 

« Il faut frapper le premier, et frapper si fort que votre adversaire ne se relèvera

Vladimir Poutine, président de la Russie

pas. »« Pour obtenir le contrôle total, deux ingrédients sont essentiels : une banque centrale, et un impôt progressif, pour que les gens ne s’en rendent pas compte. »

Karl Marx (1818-1883)

 

 

« Je crois à la vertu des petits peuples. Je crois à la vertu du petit nombre. Le monde sera sauvé par quelques-uns. »André Gide (1869-1951), écrivain Français

 

 

« Une population mondiale totale de 250-300 million d’individus, une diminution de 95% de la population actuelle, serait idéale. »

Ted Turner, milliardaire fondateur de CNN, dans une entrevue pour Audubon Magazine

 

 

« Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir. »

Jean-Paul Marat (1743-1793), scientifique, journaliste et protagoniste important de la révolution

 

 

« Notre travail est de donner aux gens non pas ce qu’ils veulent, mais ce que nous décidons qu’ils doivent avoir. »

Richard Salant, ex-président de CBS News

 

 

« Les nouvelles sont ce que nous voulons supprimer. Tout le reste est de la publicité. »

Frank Reuven, journaliste, producteur, et ex-president de NBC News

 

 

« Nous ne réussirons pas l’établissement d’un Nouvel Ordre Mondial sans en payer le prix en vies humaines aussi bien qu’en mots et en argent. »

Arthur Schlesinger Jr., historien et critique politique américain, dans le Foreign Affairs de juillet/août 1995

 

 

« Supposons que tout ce que vous savez n’est pas seulement faux, mais qu’il s’agit de mensonges soigneusement rédigés. Supposons que votre esprit est remplit de fausses croyances – sur vous même, sur l’histoire, sur le monde qui vous entoure – implantées là par des forces puissantes, de façon à vous leurrer dans la complaisance. Votre liberté est par conséquent une illusion. Vous êtes en fait un pion dans ce complot, et votre rôle est celui d’un crédule qui doit prendre son rang, si vous faites parti des chanceux. »

« 

Nous vivons dans un monde sale et dangereux. Il y a des choses que le grand public n’a pas besoin de connaître, et ne devrait pas connaître. Je crois que la démocratie prospère quand le gouvernement peut prendre des actions légitimes pour garder ses secrets, et quand la presse peut décider de publier ce qu’elle sait ou non. »Katherine Graham, éditeure du Washington Post et Bilderberg

 

 

« Le monde peut par conséquent saisir cette opportunité, pour remplir la promesse de longue date d’un Nouvel Ordre Mondial, où des nations diverses sont rassemblées dans une cause commune pour accomplir les aspirations universelles de l’humanité. »

George Herbert Walker Bush, 41e président américain, en référence à la crise du Golfe Persique

 

 

« L’éducation est comme l’alcool; certaines personnes ne le supporte pas. »

Maurice Duplessis (1890-l959), Premier Ministre du Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à sa mort

 

« Peu importe le prix de la Révolution Chinoise, elle a réussie de façon évidente; non seulement en produisant une administration plus dévouée et efficace, mais aussi en stimulant un moral élevé et une communauté d’ambitions. L’expérience sociale menée en Chine sous la direction du Président Mao est l’une des plus importante et des plus réussie de l’histoire humaine. »

David Rockefeller, commentant sur Mao Tse-tung, cité dans le New York Times du 8 octobre 1973

 

 

« La liberté concerne l’autorité. La liberté se rapporte à la volonté de chaque être humain de céder aux autorités législatives une grande quantité de discrétion sur ce que vous faites. »

Rudolf Giuliani, maire de New York de 1993 à 2001, « héros » des « événements » du 11 septembre 2001

 

 

« Aujourd’hui, l’Amérique serait outrée si les troupes des Nations Unies entraient dans Los Angeles pour restaurer l’ordre. Demain elle en sera reconnaissante! Ceci est particulièrement vrai s’il leur était dit qu’un danger extérieur, qu’il soit réel ou promulgué, menace leur existence. C’est alors que les peuples du monde demanderont à être délivrés de ce mal. L’unique chose que tous les hommes craignent est l’inconnu. Confrontés à ce scénario, les droits individuels seront volontairement abandonnés au profit de la garantie de leur bien-être assuré par le gouvernement mondial. »

Henry Kissinger, Conférence Bilderberg, Evians, France, 1991

 

 

« Les grands esprits ont toujours subit une opposition violente de la part des esprits médiocres. »

« Il faut prévenir les hommes qu’ils sont en danger de mort… la science devient criminelle. »

Albert Einstein (1879-1955)

 

 

« Répétez un mensonge assez fort et assez longtemps et les gens le croieront. »

« Le terrorisme est la meilleure arme politique, puisque rien ne fait réagir davantage les gens que la peur d’une mort soudaine. »

Adolf Hitler (1889-1945)

 

 

« Si vous ne faites affaire qu’avec le type de « bons gars certifiés », vous ne découvrirez pas que ce que les méchants font. Ils doivent être capable de pénétrer ces organisations. Vous devez avoir sur la liste de paye des personnages très désagréables. Les choses sont ignobles, obscènes, dangereuses, sales, et nous avons à opérer dans cette arène. Je suis convaincu que nous pouvons le faire, nous pouvons le faire avec succès mais pour cela nous devons nous assurer que nous n’avons pas lié les mains, si vous voulez, de nos communautés d’intelligence, en termes d’accomplissement de leur mission. »

Dick Cheney, vice-président américain, à « Meet the Press » sur NBC, 17 septembre 2001

 

 

« Il y a une chose plus forte que toutes les armées du monde, c’est une idée dont le temps est venu. »

Victor Hugo (1802-1885), auteur et poète Français

 

 

« C’est excitant d’avoir une vraie crise entre vos mains, quand vous avez passé la moitié de votre vie politique à vous occuper de questions assommantes comme l’environnement. »

Margaret Thatcher, première ministre britannique de 1979 à 199

 

 

« Laissons les Juifs, qui proclament être le peuple élu, prouver leur titre en choisissant le chemin de la non-violence pour revendiquer leur position sur terre. »

Mahatma Gandhi (1869-1948), 26 novembre 1938

 

Charles Paul Freund, auteur et chroniqueur, dans un article intitulé If History Is a Lie: America’s Resort to Conspiracy Thinking, paru dans le Washington Post le 19 janvier 1992

 

 

 

« La Vérité est plus étrange que la Fiction, puisque la Fiction est obligée de s’en tenir aux possibilités; pas la Vérité. »

Mark Twain, pseudonyme de Samuel Langhorne Clemens (1835-1910), auteur Américain célèbre

« Retrouver les scientifiques russes pourrait poser un problème, dans la mesure où la Russie ne possède pas de système de sécurité sociale comme celui dont nous disposons ici en Amérique, et qui nous permet de surveiller, de suivre ou de capturer tout citoyen américain. »

Colin Powell, Fox News, le 17 juin 2001

 

 

 

« Il n’y a pas de mauvais peuple, il n’y a que des mauvais bergers. Un peuple ne se trompe pas, il est trompé. »

Jean-Jacques Servan-Schreiber, journaliste et homme politique français

 

 

« L’individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse, qu’il ne peut croire qu’elle existe. »

J. Edgar Hoover (1895-1972), Directeur du FBI de 1924 jusqu’à sa mort

 

 

« Le gouvernement ne taxe pas pour obtenir l’argent dont il a besoin; le gouvernement trouve toujours un besoin pour l’argent qu’il reçoit. »

Ronald Reagan (1911-2004), 40e président américain

 

 

« En démocratie, la politique est l’art de faire croire au peuple qu’il gouverne. »

Louis Latzarus (1878-1942), auteur et journaliste français

 

 

« L’État possède le monopole de la violence légitime. »

Max Weber (1864-1920), politicien et économiste allemand

 

 

« Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où se trouvent les véritables causes des évènements. »

Honoré de Balzac (1799-1850), écrivain français

 

 

« Un criminel est une personne avec des instincts prédateurs qui n’a pas suffisament de capital pour former une corporation. »

Howard Scott (1890-1970), économiste et auteur

 

« La plupart de gens préfèrent croire que leurs dirigeants sont justes et équitables même en face de preuves du contraire, puisque lorsqu’un citoyen reconnait que le gouvernement sous lequel il vit ment et est corrumpu, il doit décider de ce qu’il compte faire.

Poser des actions face à un gouvernement corrompu représente des risques d’atteintes à sa vie ou à celle d’êtres chers. D’un autre coté, choisir de ne rien faire implique de trahir toute idéologie personnelle de « défense de ses principes ».

La majorité des gens n’ont pas le courage de faire face à ce dilemme.

Par conséquent, la plupart de la propagande n’est pas conçue pour tromper l’esprit critique, mais simplement pour donner aux lâches d’esprit une excuse pour ne pas penser du tout. »

Michael Rivero, webmestre du site

« Le meilleur argument contre la démocratie est une conversation de cinq minutes avec l’électeur moyen. »

Winston Churchill (1874-1965), Premier Ministre de la Grande-Bretagne de 1940 à 1945 et de 1951 à 1955

« Il y a deux histoires: l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des évènements. »
Honoré de Balzac

« Si soudainement il y avait une menace envers ce monde en provenance d’une espece d’une autre planete, nous oublierons tous ces petits conflits locaux qui ont lieu entre nos deux grands pays et nous comprendrions une fois pour toute que nous sommes en fait des etres humains de cette terre. »
-Ronald Reagan s’adressant a Mikhail Gorbachev-

www.whatreallyhappened.com

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :