RSS

Archives de Catégorie: Mediator : Irène Frachon raconte aux députés des pressions et des menaces

Mediator : Irène Frachon raconte aux députés des pressions et des menaces

PARIS – Irène Frachon, la pneumologue de Brest qui a mis au jour les risques de ce médicament, a raconté mercredi devant la mission parlementaire de l’Assemblée nationale sur le Mediator, réunie pour sa première séance, les pressions et les menaces dont elle a été l’objet.

« On a eu l’impression de prendre des risques », a-t-elle raconté devant une dizaine de députés membres de la mission présidée par le député PS Gérard Bapt, lui-même cardiologue, et dont le rapporteur est le député UMP Jean-Pierre Door.

« Quand je me suis intéressée au Mediator, un certain nombre de mes collègues étaient terrifiés pour moi », a-t-elle raconté.

Elle évoque des menaces de sanctions, des membres de l’Afssaps (agence du médicament) qui « téléphonent à l’hôpital pour voir s’il y a des moyens de (l’)interdire d’exercice », qui cherchent s’il y a « des possibilités de recours en justice », qui « émettent des doutes sur la valeur de notre étude »…

« La suspicion apparaissait noir sur blanc », dit-elle, estimant que certaines commissions de l’Afssaps « avaient plus peur du laboratoire que des conséquences du laissez-faire ». « On sentait bien qu’on n’allait pas nous pardonner la moindre faute, et qu’il faudrait qu’on en réponde nous-mêmes, face aux labos », dit-elle.

« On est dans un bocal, on retrouve tous les mêmes experts dans différentes commissions », souligne-t-elle, citant un expert travaillant pour la Commission nationale informatique et libertés (Cnil, qui vérifie le protocole des études) qui était le même que celui délégué par l’Afssaps, « qui avait expertisé notre étude cas-témoins, l’avait jugée non valide et avait freiné la parution ».

« C’est une affaire assez exceptionnelle par la gravité des effets secondaires et des méthodes de désinformation du laboratoire », a dit encore la pneumologue pour conclure ses interventions. Elle a souligné aussi « cette proximité très forte entre l’Afssaps et l’industrie pharmaceutique, et la proximité de l’industrie pharmaceutique et de la communaute médicale et de recherche ».

« Les simples chartes ne servent à rien, a-t-elle ajouté. Ca ne suffit pas de demander aux gens d’être éthiques, il faut mettre des barrières extérieures ».

Médiator : extraits de l’audition du Dr Irène Frachon

 
 
%d blogueurs aiment cette page :