RSS

Archives du 1 juillet 2013

Des chômeurs réclament jusqu’à 300.000 euros pour défaut d’accompagnement….

 

Une demi-douzaine de chômeurs français déposeront vendredi auprès de Pôle emploi des demandes de dommages et intérêts pouvant aller jusqu’à 300.000 euros, reprochant à l’opérateur public un « défaut d’accompagnement », a-t-on appris lundi auprès de la CGT-chômeurs et de leur avocat.

« Après avoir été déboutés en octobre dernier sur une procédure d’urgence (référé liberté) par le Conseil d’Etat, nous utilisons désormais la voie judiciaire normale, avec un recours en indemnisation devant Pôle emploi », a expliqué Me Florent Hennequin, l’un des avocats des six chômeurs. « En cas de refus ou d’absence de réponse, nous saisirons le tribunal administratif », a-t-il ajouté.
Selon l’avocat, c’est la première fois qu’une telle procédure sera menée. Elle vise à faire reconnaître le non-respect par Pôle emploi de son obligation de suivi des chômeurs (accompagnement dans la recherche d’emploi, de formation…). Selon lui, cette entorse à cette obligation « a déjà été reconnue dans le cadre de la première procédure en référé ». Les dommages et intérêts réclamés, « dont le chiffrage n’est pas terminé », « pourront atteindre 300.000 euros par dossier », a précisé Me Hennequin.
Une délégation de la CGT-chômeurs, partie prenante dans la procédure, se rendra vendredi à 10 heures au siège parisien de Pôle emploi accompagnée de ses avocats pour déposer les dossiers de demandes d’indemnisation.
En septembre 2012, le tribunal administratif de Paris, saisi dans le cadre d’une procédure d’urgence (référé liberté), avait ordonné à Pôle emploi de respecter ses obligations envers un chômeur de 54 ans qui s’estimait insuffisamment accompagné. Il lui avait notamment ordonné de recevoir ce demandeur d’emploi dans les huit jours et de le rencontrer de manière régulière. Cette ordonnance avait été annulée en octobre par le Conseil d’État, qui avait jugé que « la condition d’urgence » n’était pas remplie. Ce chômeur, inscrit à Pôle emploi en février 2009 et dépendant de l’agence d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), n’avait « bénéficié que de trois rendez-vous en agence, en dépit de ses demandes réitérées » et n’avait reçu aucune offre d’emploi, selon Me Hennequin. Il fait partie des six chômeurs qui réclameront vendredi des dommages et intérêts à Pôle emploi. « Cet ex-cadre livre désormais des journaux à temps partiel », précise son avocat.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1661640/2013/07/01/Des-chomeurs-reclament-jusqu-a-300-000-euros-pour-defaut-d-accompagnement.dhtml

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Georges Bernanos : « Contre les robots ! »

ibernan001p1

 

Quand la société impose à l’homme des sacrifices supérieurs aux services qu’elle lui rend, on a le droit de dire qu’elle cesse d’être humaine, qu’elle n’est plus faite pour l’homme, mais contre l’homme. Dans ces conditions, s’il arrive qu’elle se maintienne, ce ne peut être qu’aux dépens des citoyens ou de leur liberté ! Imbéciles, ne voyez-vous pas que la civilisation des machines exige en effet de vous une discipline chaque jour plus stricte ? Elle l’exige au nom du Progrès, c’est-à-dire au nom une conception nouvelle de la vie, imposée aux esprits par son énorme machinerie de propagande et de publicité.

Imbéciles ! Comprenez donc que la civilisation des machines est elle-même une machine, dont tous les mouvements doivent être de plus en plus parfaitement synchronisés ! Une récolte exceptionnelle de café au Brésil influe aussitôt sur le cours d’une autre marchandise en Chine, ou en Australie; le temps n’est certainement pas loin où la plus légère augmentation de salaires au Japon déchaînera des grèves à Detroit ou à Chicago, et finalement mettra une fois encore le feu au monde.

Imbéciles ! Avez-vous jamais imaginé que dans une société où les dépendances naturelles ont pris le caractère rigoureux, implacable, des rapports mathématiques, vous pourrez aller et venir, acheter ou vendre, travailler ou ne pas travailler, avec la même tranquille bonhomie que vos ancêtres ? Politique d’abord ! disait Maurras. La Civilisation des Machines a aussi sa devise : « Technique d’abord ! Technique partout !  »

Imbéciles ! Vous vous dites que la technique ne contrôlera, au pis aller, que votre activité matérielle, et comme vous attendez pour demain la « Semaine de Cinq Heures  » et la Foire aux attractions ouverte jour et nuit, cette hypothèse n’a pas de quoi troubler beaucoup votre quiétude. Prenez garde, imbécile ! Parmi toutes les Techniques, il y a une technique de la discipline et elle ne saurait se satisfaire de l’ancienne obéissance – obtenue vaille que vaille par des procédés empiriques, et dont on aurait dû dire quelle était moins la discipline qu’une indiscipline modérée.

La Technique prétendra tôt ou tard former des collaborateurs acquis corps et âme à son Principe, c’est-à-dire qui accepteront sans discussion inutile sa conception de l’ordre, la vie, ses Raisons de Vivre, Dans un monde tout entier voué à l’Efficience, au Rendement, n’importe-t-il pas que chaque citoyen, dès sa naissance, soit consacré aux mêmes dieux ? La Technique ne peut être discutée, les solutions qu’elle impose étant par définition les plus pratiques. Une solution pratique n’est pas esthétique ou morale. Imbéciles ! La Technique ne se reconnaît-elle pas déjà le droit, par exemple, d’orienter les jeunes enfants vers telle ou, telle profession ?

N’attendez pas qu’elle se contente toujours de les orienter, elle les désignera. Ainsi, à l’idée morale, et même surnaturelle, de la vocation s’oppose peu à peu celle d’une simple disposition physique et Mentale, facilement contrôlable par les Techniciens. Croyez-vous, imbéciles, qu’un tel système, et si rigoureux, puisse subsister par le simple consentement ? Pour l’accepter comme il veut qu’on l’accepte, il faut y croire, il faut y conformer entièrement non seulement ses actes, mais sa conscience.

Le système n’admet pas de mécontents. Le rendement d’un mécontent — les statistiques le prouvent — est inférieur de 30 % au rendement normal, et de 5o ou 6o % au rendement d’un citoyen qui ne se contente pas de trouver sa situation supportable – en attendant le Paradis — mais qui la tient pour la meilleure possible. Dès lors, le premier venu comprend très bien quelle sorte de collaborateur le technicien est tenu logiquement de former. Il n’y a rien de plus mélancolique que d’entendre les imbéciles donner encore au mot de Démocratie son ancien sens.

Imbéciles ! Comment diable pouvez-vous espérer que la Technique tolère un régime où le technicien serait désigné par le moyen du vote, c’est-à-dire non pas selon son expérience technique garantie par des diplômes, mais selon le degré de sympathie qu’il est capable d’inspirer à l’électeur ? La Société moderne est désormais un ensemble de problèmes techniques à résoudre. Quelle place le politicien roublard, comme d’ailleurs l’électeur idéaliste, peuvent-ils avoir là-dedans ?

Imbéciles ! Pensez-vous que la marche de tous ces rouages – économiques, étroitement dépendants les uns des autres et tournant à la vitesse de l’éclair va dépendre demain du bon plaisir des braves gens rassemblés dans les comices pour acclamer tel ou tel programme électoral ? Imaginez-vous que la Technique d’orientation professionnelle, après avoir désigné pour quelque emploi subalterne un citoyen jugé particulièrement mal doué, supportera que le vote de ce malheureux décide, en dernier ressort, de l’adoption ou du rejet d’une mesure proposée par la Technique elle-même ?

Imbéciles ! Chaque progrès de la Technique vous éloigne un peu plus de la démocratie rêvée jadis par les ouvriers idéalistes du Faubourg Saint-Antoine. Il ne faut vraiment pas comprendre grand chose aux faits politiques de ces dernières années cour refuser encore d’admettre que le Monde moderne a déjà résolu, au seul avantage de la Technique, le problème de la Démocratie. Les Etats totalitaires, enfants terribles et trop précoces de la Civilisation des Machines, ont tenté de résoudre ce problème brutalement, d’un seul coup.

Les autres nations brûlaient de les imiter, mais leur évolution vers la dictature s’est trouvée un peu ralentie du fait que, contraintes après Munich d’entrer en guerre contre le hitlérisme et le fascisme, elles ont dû, bon gré mal gré, faire de l’idée démocratique le principal, ou plus exactement l’unique élément de leur propagande. Pour qui sait voir, il n’en est pas moins évident que le Réalisme des démocraties ne se définit nullement lui-même par des déclarations retentissantes et vaines comme, par exemple, celle de la Charte de l’Atlantique, déjà tombée dans l’oubli.

Depuis la guerre de 1914, c’est-a-dire depuis leurs premières expériences, avec Lloyd George et Clemenceau, des facilités de la dictature, les Grandes Démocraties ont visiblement perdu toute confiance dans l’efficacité des anciennes méthodes démocratiques de travail et de gouvernement. On peut être sûr que c’est parmi leurs anciens adversaires, dont elles apprécient l’esprit de discipline, qu’elles recruteront bientôt leurs principaux collaborateurs ; elles n’ont que faire des idéalistes, car l’Etat Technique n’aura demain qu’un seul ennemi : « l’homme qui ne fait pas comme tout le monde  » ou encore : « l’homme qui a du temps à perdre  » — ou plus simplement si vous voulez : « l’homme qui croit à autre chose qu’à la Technique  ».

Georges Bernanos

Extrait de « La France contre les Robots » (1947).

http://la-dissidence.org/2013/07/01/georges-bernanos-contre-les-robots/

 
1 commentaire

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Remboursement de soins : comment mutuelles et assurances peuvent abuser de votre crédulité….

Par Benoît Lorentz (27 juin 2013)

Vous pensiez être pris en charge à « 100% » ? Mais vous ne comprenez plus grand-chose aux taux de remboursement que pratique votre complémentaire santé ? Normal. Mutuelles et assurances débordent de créativité pour que leurs clients ne s’y retrouvent pas, avec des prises en charge alléchantes sur le papier assorties d’options en tout genre. Petit décryptage, pour mieux comprendre ce que votre assurance ne vous dit pas, et s’apercevoir que, finalement, la Sécurité sociale est bien meilleur gestionnaire.

 

 

Votre complémentaire santé promet une prise en charge à 100 % de votre couronne dentaire. Et vous payez pourtant plus de 300 euros de votre poche… Votre monture de lunettes est remboursée à 1500 %, indique votre mutuelle ? Elle vous versera 42,60 euros, alors les montures coûtent plus de 60 euros. Deviner combien vous serez remboursés pour vos dépenses de santé semble relever du coup de chance, voire de la divination. Entre les pourcentages de prise en charge, les franchises, les dépassements d’honoraires éventuels, l’offre de remboursement de votre complémentaire santé – mutuelles ou assurances – est loin d’être limpide. Du coup, il est impossible de faire des comparaisons avec l’offre du concurrent. Le système français des remboursements de santé est-il si complexe ? Ou cette complexité est-elle savamment entretenue ?

Mutuelles et assurances interviennent en complément du régime obligatoire de sécurité sociale. Avec un mode de cotisation différent : alors que vous cotisez pour la sécurité sociale au prorata de votre revenu, les tarifs des complémentaires varient aujourd’hui selon l’âge de l’assuré. Résultat : les prix grimpent à 1241 euros par an en moyenne pour les personnes de plus de 80 ans, censés dépenser plus en matière de santé [1]. Autre différence : la Sécurité sociale délivre les mêmes prestations à tous ses assurés, alors que chaque assureur privé propose plusieurs offres, plusieurs tarifs, avec maintenant de plus en plus d’options. Ce qui les rend encore plus illisibles.

Calculer ses remboursements : mode d’emploi

Comment s’y retrouver ? Prenons un exemple, pioché sur le site d’un assureur, la Maaf. Le tableau ci-dessous présente les taux de remboursement pour la consultation d’un médecin généraliste, selon que l’on a choisi le niveau 1 ou 4 de l’offre de santé :

 

Doit-on comprendre que dans le 1er cas, on sera remboursé intégralement ? Et, dans ce cas, que signifie un remboursement à 200% ? Il faut se référer à trois notes de bas de page, écrits en tout petits caractères, pour en comprendre le contenu ! BR signifie « base de remboursement ». Pour une consultation de médecin généraliste, la BR est de 23 euros. Mais ce serait évidemment trop compliqué de le préciser directement ! Pourquoi faire simple… Deuxième piège : l’indication « 100 % BR » ne signifie pas que vous serez remboursé de ces 23 euros. La seconde note précise qu’il faut soustraire la participation forfaitaire – un euro non remboursé par consultation – créée par le bon docteur Douste-Blazy, alors ministre de la Santé, pour « responsabiliser » les patients.

Dans la langue des complémentaires santé, 100 % BR signifie donc 22 euros… C’est ce que vous rembourseront la Sécurité sociale (à 70 %) et votre complémentaire (pour les 30% restants). A condition cependant d’avoir bien respecté le « parcours de soins » ! C’est-à-dire d’avoir consulté votre médecin traitant et non un autre médecin (ce que ne peuvent pas faire les 15 % de Français qui n’ont pas déclaré de médecin traitant). En dehors de ce parcours de soin, précise une autre note de bas de page, vous ne serez remboursé au total que 12,80 euros pour une consultation (voir le calcul en note [2]). Soit moins de 56 % du coût de la consultation. Et ce calcul ne tient pas compte des éventuels dépassements d’honoraires du médecin.

Ce que votre complémentaire santé ne dit pas

Le niveau 4 de cette complémentaire est plus cher, mais prendra en charge une partie des dépassements d’honoraires. Ce qui peut parfois être utile : l’accès à un gynécologue ne pratiquant pas de dépassement d’honoraires est difficile pour 80 % de la population française, selon une étude de Que Choisir [3]. La prise en charge à « 200 % BR » correspond à 45 euros (deux fois 23 euros, moins la franchise d’un euro). Hors parcours de soins, le montant se réduira à 35,80 euros (voir le savant calcul en note [4]). Par comparaison, à Paris, le montant moyen d’une consultation pour un médecin spécialiste de secteur 2 – c’est-à-dire autorisé à faire des dépassements d’honoraires –  est de 43,6 euros. Ne serait-il pas plus clair d’écrire directement le montant maximum des remboursements dans le tableau d’offre de soins ?

Autre exemple, trouvé sur le site de la Mutuelle de la Police nationale :

 

Il faut ici deviner que les prothèses auditives peuvent coûter plus de 100 % de la base de remboursement. Le montant de celle-ci n’est pas indiqué. Pour les appareils les plus courants, ce 100 % correspond à 199,71 euros. Et 170 % équivaut à 339,50 euros. Le coût moyen d’un appareil auditif était de 1475 euros en 2008 [5]. Donc, même si vous avez pris l’option Solidum, le top du top de cette mutuelle, il vous restera plus de 1000 euros à régler de votre poche. Pour chaque oreille. « Total prestation à 100% » écrivent-ils…

………………………

La suite sur Bastamag

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

CHEMTRAILS SKYGUARDS 8&9 avril 2013 Josefina Fraile au Parlement Européen

chemtrails

chemtrails

 

 

Liens :

http://europeecologie.eu/-Francois-Al…
http://www.guardacielos.org/?lang=EN
HAARP parlement européen dossier cité dans la vidéo :
http://www.europarl.europa.eu/sides/g…
Complément sur la conférence:
http://www.agoravox.fr/actualites/int…
Article Médiapart:
http://blogs.mediapart.fr/blog/will-s…
Owning the Weather 2025:
http://csat.au.af.mil/2025/volume3/vo…
Asso en France:
http://www.cielvoile.fr/
http://acseipica.blogspot.fr/
Site sérieux:
http://actu-chemtrails.over-blog.com/
Dossiers :
http://chemtrailsplanet.files.wordpre…
http://www.uni-leipzig.de/~meteo/en/f…
Nuke the Artic :
http://laboratoryplanet.org/pdf/labor…

 

*Vidéo trouvée chez Maha

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Anecdote:je viens de me faire traiter « d’enculé » par un certain Monsieur Cohen travaillant chez Groupama

Cela vient de se passer, il était environ 14h50 ce lundi 1° Juillet ,lors d’un échange téléphonique à propos d’un retard de paiement de crédit chez Groupama…. D’abord avec la secrétaire et le baratin habituel « faut payer, sinon vous vous exposez à de graves répercutions,….patati et patata…. »,je lui répond que pour le moment ma situation ne me le permet pas et que je ne demande pas mieux que de régulariser la situation….

Malheureusement il leur faut un acompte dans les plus brefs délais, sinon ils seront dans l’obligation de lancer une procédure….On me demande ensuite si quelqu’un dans l’entourage serait disposé à avancer cet acompte, je lui répond par la négative….Le ton commence à monter, c’est alors que la secrétaire me passe sa supérieur, en tenant de part et d’autre un discours à peu prés identique, mais cette fois en me prenant de haut, ce que je ne supporte pas, sachant dans quel monde je vis, ce qu’est le système de crédit, les banksters et toute la clique….

Ni une,ni deux, je lui dit que si les crédits n’existaient pas, la majorité des gens n’auraient pas à en venir à ces extrémités et que l’on ne s’en porterait pas plus mal…. C’est alors qu’elle me sort: « Oui, vous étiez bien aise d’avoir eu se crédit…etc,etc…. » Et moi de lui répondre qu’au final  ça n’était pas un cadeau que de l’avoir souscrit au vu de la situation qu’est la mienne aujourd’hui….

La discussion se poursuit et je sentais mon sang bouillir au fur  et à mesure de celle-ci pour lui demander tout-à-coup si elle n’était pas juive vu les propos tenus et que dans une certaine mesure c’est quand meme bien eux qui gèrent le système bancaire et tout le reste …. Que n’avais-pas dit, pauvre de moi…!  » Non je ne le suis pas,mais rendez-vous compte de ce que vous dites….etc, etc….

c’est alors qu’elle me passe son directeur, Monsieur Cohen, et oui ça ne s’invente pas, qui me demande si j’ai un soucis avec une certaine communauté et moi de lui répondre que je n’étais pas né avec une cuillère en Or dans la bouche et que le pb serait réglé quand je le pourrais, mais je voyais bien qu’il me poussait à dire ce qu’il voulait entendre, ce qui n’a pas était le cas, c’est alors qu’il me demande ce que je faisais  et comment je faisais pour vivre et moi de lui répondre une nouvelle fois que je ne suis pas né avec un cuillère en Or dans la bouche et que je me débrouillais tant bien que mal et lui de me répondre que la cuillère, je devais surement l’avoir ailleurs…!!!

Je lui demande ce qu’il a voulu dire par là et que ce n’était pas des propos à tenir de sa part….

Et c’est sur ce  » tu ferais mieux de fermer ta gueule espèce d’enculé  » que s’acheva la discussion, me raccrochant au nez!

Voilà, voilà, comme je le disais plus haut, ça ne s’invente pas et j’étais à des années lumière de prévoir ce qui vient de se passer…. J’attend maintenant la suite des événements, appel, courrier ou  » autre « …!

Ps: Il faut savoir que la discussion a été enregistré….au cas où….!

 
7 Commentaires

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Comment les Etats-Unis ont manipulé le Prix de l’alimentation 2013 pour promouvoir les OGMComment les Etats-Unis ont manipulé le Prix de l’alimentation 2013 pour promouvoir les OGM….

 

Le prix mondial de l’alimentation décerné à Monsanto ne cacherait-il pas une opération de propagande plus vaste destinée à séduire les pays du Sud, à commencer par l’Afrique à l’heure où le président Obama visite le continent ?
« Lorsqu’on parle d’agriculture, le Prix mondial de l’alimentation est l’équivalent des oscars », c’est par ces mots que le New York Times annonçait les lauréats 2013 récompensant trois pionniers des biotechnologies. En tête, Robert T. Fraley, vice-président de Monsanto, Mary-Dell Chilton fondatrice du centre de recherche de biotechnologie de Syngenta en 1984 et Marc Van Montagu, chercheur belge, fondateur de Plant Genetic Systems Inc en 1982 et actuel président du lobby de la Fédération européenne des biotechnologies (Europa BIO).

Depuis 1987, ce prix récompense les scientifiques qui contribuent à « améliorer la qualité, la quantité et la disponibilité » de nourriture dans le monde et s’inscrit dans l’héritage de son fondateur, Norman E. Borlaug, père de la « Révolution verte » et prix Nobel de la paix en 1970 pour ses recherches agronomiques. Voici pour la version officielle.
Depuis l’annonce des lauréats le 20 juin, ce prix fait couler beaucoup d’encre. Remis par le Secrétaire d’Etat John Kerry pour lui donner un ultime lustre officiel, ce prix n’a pourtant rien de la respectabilité d’un Nobel auquel il essaye vainement de se confondre. Ce prix américain est en réalité lié à la fondation du même nom implantée dans l’Etat agricole et conservateur de l’Iowa, et qui compte parmi ses conseillers d’honneurs  les anciens présidents Georges Bush père et Jimmy Carter ou encore A.S. Clausi, vice-président de General Foods Corp (Kraft), leader mondial de l’industrie alimentaire.

Plus édifiant encore est la liste des « sponsors » de cette fondation privée, où se côtoient les fondations Rockfeller et celle de Bill & Melinda Gates deux ardents promoteurs de la « Révolution verte », le géant du matériel agricole John Deer mais aussi Archer Daniels Midland Company et Cargill, les deux leaders mondiaux du commerce de céréales et d’OGM. Pour couronner le tout, dans le top des donateurs se trouvent ni plus ni moins que les deux lauréats de 2013, Syngenta et Monsanto, qui  donnait 5 millions de dollars à la fondationen 2008.

Face à l’annonce du prix de l’alimentation 2013, plus de 80 personnalités engagées, anciens récipiendaires du Right Livelihood Award (« Prix Nobel alternatif ») et World Future Council, une fondation caritative internationale, ont fait part de leur « choc », qualifiant la décision de véritable « outrage ». Pour ces leaders altermondialistes, « le choix du World food prize 2013 est un affront fait au consensus international grandissant sur les pratiques agricoles saines et écologiques dont la science à prouver la réelle contribution à l’amélioration de la nutrition et de la soutenabilité de l’agriculture. »

Imposer une Révolution verte en Afrique

Les masques tombés, cette promotion des biotechnologies apparaît dès lors comme une vaste opération de propagande pour imposer dans le monde des OGM pourtant incapable de tenir leurs promesses agronomiques aux Etats-Unis où la technologie s’essouffle. Cependant, ce prix provocateur n’a sans doute pas pour cible les populations hostiles de l’Europe, mais bien plus les populations et décideurs du Sud, en particulier de l’Afrique qui est devenue une priorité dans la politique d’expansion du modèle agricole américain.

Dès septembre 2006, les fondations Rockefeller et Bill & Melinda Gates levaient quelques 150 millions de dollars pour la création de l’Association pour une Révolution Verte en Afrique (Agra) afin de promouvoir l’utilisation d’intrants chimiques, de semences brevetées et d’OGM sur le continent noir.  Depuis, les Gates ont investi plus de 400 millions de dollars dans cet organisme de promotion des « agro-dealers » en Afrique (voir l’infographie), mais c’est désormais le gouvernement américain qui prend le relais.
En mai 2012, lors du sommet du G8 à Camp David aux Etats-Unis, le président Obama annonçait le lancement de la New Alliance for Food Security and Nutrition (Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition) financée par une levée de fonds publics-privés à destination du secteur agricole africain, dans le cadre du programme global Feed the future. Un an plus tard, ce sont 3,75 milliards de dollars de promesses d’investissement qui ont été faites à plusieurs gouvernements africains contre l’engagement de « réformes politiques favorisant un environnement propice aux investissements ».

Lors de sa visite au Sénégal ce 28 juin 2013, le président Obama annonçait aux côtés des dirigeants de l’AGRA, le lancement d’un programme commun avec USAID intitulé Scaling Seeds and Technologies Partnership (partenariat pour l’accroissement des semences et des technologies) portant sur la distribution de semences « améliorées » et l’accès aux intrants chimiques. Dans ce cadre, l’USAID fait un don de 47 millions de dollars pour les trois ans à venir, tandis que son partenaire, l’AGRA, metra à disposition des paysans de quatre pays africains quelques 50 000 tonnes de semences pour favoriser la création de nouvelles structures de diffusion de ces « technologies capables de changer la donne » selon le communiqué de l’USAID.

Pour les Amis de la Terre international, si l’ « on pourrait se réjouir à l’écoute de cette annonce », ce n’est pas la cas car « cette nouvelle alliance ouvre aux multinationales un accès sans précédent aux ressources africaines. Pour avoir accès au cash, les gouvernements africains doivent engager des changements radicaux pour libéraliser leur politiques agricoles, semencières et foncières » comme le rapportait le Guardian. L’opération de séduction pourrait donc rapidement tourner à la razzia sur les richesses africaines et la philanthropie affichée du Président Obama pour « son continent » pourrait elle se transformer en une nouvelle mascarade dont l’Histoire porte les secrets.

http://blogs.mediapart.fr/blog/benjamin-sourice/010713/comment-les-etats-unis-ont-manipule-le-prix-de-lalimentation-2013-pour-promouvoir-les-ogm

 

Lire aussi:

Non, les OGM ne sont toujours pas une solution à la faim dans le monde.

 

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Afghanistan : Témoignage choc d’un soldat français ! [Vidéo]

 

Vous ne verrez jamais ce genre de témoignage sur la réalité du terrain sur Tf1,BFM et Cie vendu à  l’élite militaro-industrielle, vous pensez bien que cela ne se fait pas de se tirer une balle dans le pied…!

 

 

 

Slim Rehouma, caporal-chef du service de santé de l’Armée française et vétéran de la guerre d’Afghanistan, livre un témoignage cru et réaliste de la situation des soldats en Afghanistan. Il pose un certain nombre de questions au gouvernement français.

« Les journalistes qui viennent sur place, sont pris en main par l’officier de communication, dès leur arrivée ; impossible de discuter avec eux. D’ailleurs, ces journalistes ne cherchent pas non plus à nous parler. »

« Nous sommes au bord d’une troisième guerre mondiale. […] La guerre impérialiste est sous-jacente. Mon sentiment est que je suis un mercenaire à la solde de multinationales, avec l’étiquette « France« . On nous envoie uniquement pour sécuriser les sociétés qui viennent récupérer les matières premières pour en faire commerce. »

« Au moment où le président Hollande parlait de retrait des troupes d’Afghanistan, des soldats français y étaient envoyés […] Un noyau restera sur place, tant qu’on n’aura pas des Mac Donald là-bas ».

Ainsi, l’Afghanistan comme le Mali sont des guerres impérialistes ; les soldats y sont envoyés pour défendre les intérêts supérieurs de la France.

Le Parti Anti Sioniste salue le courage de ce soldat français en poste.

 www.partiantisioniste.com/articles/actualites/1608

 
2 Commentaires

Publié par le 1 juillet 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :