RSS

Archives du 20 juin 2013

Corse : SNCM (Société nationale maritime Corse Méditerranée) : le plan de sauvetage prévoit la suppression de 600 postes

 

L’État français et Veolia, les deux actionnaires principaux de la Société nationale maritime Corse Méditerranée (SNCM), qui traverse une crise sans précédent, se sont entendus sur un plan de sauvetage qui prévoit la suppression d’au moins 600 postes, a-t-on appris jeudi auprès du ministère des Transports.

Ce plan, validé ce jeudi en conseil de surveillance, ne prévoit pas de licenciements secs, mais des départs anticipés, des non-renouvellements de contrats précaires et des départs volontaires, précise-t-on de même source.

Au total, 415 postes seront supprimés dès l’an prochain avec 160 départs volontaires prévus parmi le personnel à quai et 34 parmi le personnel navigant, plus 221 CDD qui ne seront pas renouvelés parmi le personnel naviguant. Il y aura 100 autres départs volontaires entre 2017 et 2019, selon la SNCM et le ministère des Transports.

Une autre source proche du dossier a confirmé à l’AFP ce chiffre de 600 emplois à temps plein mais précisé qu’en raison des temps partiels il devrait affecter environ 800 des 2.000 employés de la compagnie de ferries, soit 40% des effectifs.

Le plan prévoit également le renouvellement des ferries de la compagnie, selon le ministère. Deux de ses sept navires doivent être renouvelés à court terme, ainsi que deux autres à moyen terme. Mais Veolia n’a pas l’intention de participer au financement, selon une source proche du dossier.

Déficitaire (avec une perte d’exploitation de 14 millions d’euros en 2012), la SNCM est notamment exposée au non-renouvellement et à la réduction de 40% de la délégation de service public reliant la Corse au Continent.

Elle est également sous la menace d’une décision de justice européenne: Bruxelles lui demande de rembourser 200 millions d’aides publiques de l’État.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Retraites: Flamby sort de sa boite à outils, »l’augmentation de la durée de cotisation »

 

 

Le président français François Hollande a préconisé jeudi un nouvel allongement de la durée de cotisation pour réformer les retraites. Une solution préconisée par Bruxelles dans un contexte de récession et d’explosion du chômage.

C’est « la mesure la plus juste à condition qu’elle soit appliquée à tous », a estimé le chef d’Etat. Il s’exprimait à l’ouverture d’une « grande conférence sociale » de deux jours à Paris avec les syndicats et le patronat.

Les mesures pour assurer l’équilibre financier des caisses de retraite sont au coeur des frictions. Les syndicats sont contre un allongement de la durée de cotisation, alors que le patronat s’oppose à un éventuel relèvement du taux de cotisation. Les cinq millions de fonctionnaires rejettent quant à eux l’idée d’un alignement de leur régime sur le privé.

Parmi les sujets à l’ordre du jour de la conférence, le dossier des retraites est sans conteste le plus explosif. Il doit faire l’objet à la fin de l’été d’un projet de loi et la réforme attendue, la troisième en dix ans, est destinée à ramener le financement des retraites à l’équilibre d’ici 2020.

« On n’est pas d’accord »

Ce grand rendez-vous entre patronat, syndicats et gouvernement est observé avec un certain scepticisme dans un pays peu formé à la culture du dialogue social et où les syndicats, très nombreux, sont divisés et peu représentatifs.

« On se parlera, mais on n’est pas d’accord », a ainsi déclaré d’emblée le patron de Force ouvrière (FO, principal syndicat chez les fonctionnaires), Jean-Claude Mailly. Thierry Lepaon, nouveau secrétaire général de la CGT (syndicat longtemps proche du parti communiste), a aussi estimé que la conférence était « mal partie ».

Le système français de retraite, comparé à ceux des autres pays européens, n’est plus aussi généreux qu’il a pu l’être. Si l’âge légal de départ à la retraite en France (62 ans) est moins élevé qu’ailleurs, la durée de cotisation (41,5 annuités) est parfois plus longue que dans d’autres pays.

Inverser la courbe du chômage

Quant au chômage qui touche 3,26 millions de personnes, François Hollande a rappelé son ambition d’inverser avant la fin de l’année la courbe du chômage. Un objectif qui a aucune chance d’être atteint selon le FMI, la Commission européenne et l’OCDE.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Union européenne : le parlementaire gagne en moyenne 878% de plus que le citoyen

Copyright Reuters

Les salaires des parlementaires sont jugés bien trop opaques et trop élevés pour Preisvergleich.de, le portail des consommateurs allemands. Celui-ci  a comparé les données fournies par les 27 pays de l’Union européenne, et dénonce les écarts de rémunération entre leurs représentants et les citoyens européens qui atteignent 878% en moyenne et plus de 2.000% en Bulgarie.

Trop c’est trop. A Strasbourg, les parlementaires européens gagnent beaucoup plus d’argent que les citoyens. C’est en tout cas ce que dénonce une enquête menée par Preisvergleich.de, un portail de consommateurs allemand. L’étude propose ainsi un classement par revenu des 27 parlements des pays membres de l’Union européenne.

Un parlementaire gagne en moyenne 17.827 euros par mois
Résultat des courses, un député européen touche en moyenne 17.827 euros par mois, soit 213.924 euros par an. Mais en additionnant tous les montants (y compris les indemnités) perçus par les parlementaires au cours d’une législature, le portail montre qu’un député de l’Union européenne perçoit plus d’un million d’euros de revenus (très exactement 1.069.622 euros avant impôts). Avec ce montant pris comme base de calcul, cela signifie qu’un député au Parlement européen gagne 878% de plus qu’un citoyen moyen de l’Union européenne qui perçoit 21.844 euros (avant impôts) par an. A titre de comparaison, outre-Rhin, les parlementaires gagnent 674% de plus qu’un citoyen allemand. Tandis qu’en France, les parlementaires touchent 740% de plus que leurs compatriotes.

Plus le pays est pauvre, plus l’écart de répunération entre le citoyen et son représentant au Parlement est grand

L’écart est particulièrement flagrant en Slovaquie où les députés touchent 1.190% de plus que leurs simples compatriotes. Mais c’est la Bulgarie qui arrive en tête. Les parlementaires y gagnent 2.051% de plus que le citoyen moyen bulgare. Un Bulgare devrait ainsi travailler pendant 108 ans s’il voulait gagner ce qu’a touché un parlementaire pendant une législature de cinq ans… Plus un pays est pauvre, plus les différences de revenus sont grandes.

 

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20130620trib000771456/union-europeenne-le-parlementaire-gagne-en-moyenne-878-de-plus-que-le-citoyen.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

La lettre d’allégeance de Christine Lagarde à Nicolas Sarkozy

Pour celles et ceux qui auraient loupé cette perle….  🙂

 

Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde à l'Elysée, le 25 août 2009.

 

L’ancienne ministre de l’économie, Christine Lagarde, a été auditionnée le 23 mai par la Cour de justice de la République dans l’affaire Tapie-Lagarde. Lors de la perquisition que les enquêteurs ont effectuée à son domicile parisien, le 20 mars, ils ont trouvé une lettre manuscrite, non datée, destinée à Nicolas Sarkozy, en forme de serment d’allégeance.

 

« Cher Nicolas, très brièvement et respectueusement », écrit la patronne du FMI.

« 1) Je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France.

2) J’ai fait de mon mieux et j’ai pu échouer périodiquement. Je t’en demande pardon.

3) Je n’ai pas d’ambitions politiques personnelles et je n’ai pas le désir de devenir une ambitieuse servile comme nombre de ceux qui t’entourent dont la loyauté est parfois récente et parfois peu durable.

4) Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting.

5) Si tu m’utilises, j’ai besoin de toi comme guide et comme soutien : sans guide, je risque d’être inefficace, sans soutien je risque d’être peu crédible. Avec mon immense admiration. Christine L. « 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/17/la-lettre-d-allegeance-de-christine-lagarde-a-nicolas-sarkozy_3431248_3224.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Stratégie du choc : comment le FMI et l’Union européenne bradent la Grèce aux plus offrants

Par Agnès Rousseaux (20 juin 2013)

C’est l’heure des soldes. La plus grande promotion du 21ème siècle. Tout doit disparaître ! Pour tenter de réduire sa dette, la Grèce liquide tous ses biens publics : énergies, transports, compagnies des eaux, universités, rivages préservés… Le pays s’enfonce toujours plus dans une crise économique sans fin, malgré les « plans de sauvetage » européens. Ceux-ci profitent en grande partie au secteur financier, alors que pour les Grecs, l’austérité est devenue un mode de vie. Reportage à Athènes, auprès d’un peuple victime du traitement de choc imposé par le « capitalisme du désastre ».

 

 

« Plus d’un tiers de la population grecque n’a plus accès à la sécurité sociale », estime Giorgos Vichas, cardiologue. A la clinique autogérée de Hellinikon, en banlieue d’Athènes, une centaine de médecins soignent bénévolement des patients toujours plus nombreux. Depuis un an et demi, 10 000 personnes ont franchi les portes de ce dispensaire de fortune, planté au milieu d’une ancienne base militaire américaine. Avec les coupes drastiques des salaires – baisse de 40 % en quelques années – même ceux qui ont un travail n’ont souvent plus les moyens de payer les frais médicaux. Et les hôpitaux publics grecs manquent de médicaments, notamment pour le traitement des cancers.

Le secteur de la santé est un des symboles de la déliquescence des services publics grecs. Dans une salle de consultation aux murs blancs, le cardiologue égrène des histoires qui en disent long sur l’état du pays : celle de cette femme qui vient d’accoucher et à qui l’hôpital ne veut pas rendre son enfant tant qu’elle ne paye pas les frais d’hospitalisation. Une autre a été retenue dans sa chambre d’hôpital, un garde devant la porte, parce qu’elle devait 2000 euros.  « Nous recevons beaucoup de gens qui ne peuvent plus payer pour l’eau et l’électricité depuis que les taxes immobilières ont augmenté. Le courant a même été coupé chez des personnes qui ont besoin d’un équipement médical permanent, comme de l’oxygène », décrit Giorgos Vichas. L’hiver dernier, faute de pouvoir acheter du fioul, dont le prix a doublé, les habitants ont remis en fonctionnement les vieilles cheminées dans les appartements. Ils se sont chauffés au bois… ou aux ordures. « Le soir, à Athènes, l’air était irrespirable », commente Makis Zervas, professeur à l’Hellenic open university.

 

Malgré les « plans de sauvetage », la dette grecque explose

Trois ans après le premier « plan de sauvetage » européen, la Grèce s’enfonce dans une récession qui semble ne jamais devoir finir. Le taux de chômage atteint 27 %. Il a été multiplié par trois depuis 2009. Un chiffre officiel encore en-dessous de la réalité. « Les jeunes qui cherchent un travail après avoir terminé leurs études ne sont pas comptabilisés, ni tous ceux qui travaillent une heure par semaine », précise Makis Zervas. Ni les travailleurs indépendants qui ont peu à peu cessé leur activité, faute de clients. Dans le centre d’Athènes, les rideaux de fer sont baissés sur une partie des commerces. 63% des jeunes de moins de 25 ans sont aujourd’hui sans travail. La croissance ? Avec un taux à – 6% en 2012, elle semble bien loin. Le PIB a chuté de 25 % depuis 2008. Autant que celui des États-Unis au moment de la crise de 1929.

Quelles perspectives après six années de récession ? La Grèce est « en bonne voie pour achever son ambitieux plan d’ajustement budgétaire », ose la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Le pays pourrait « renouer » avec la croissance en 2016, prophétisent le FMI et l’Union européenne [1]. Mais pour cela, il faudra encore faire des efforts. Comme si on exigeait de la Grèce, à bout de souffle, de courir encore un marathon de plus. Les objectifs de réduction de la dette, fixés par la Troïka (FMI, Commission européenne, Banque centrale européenne) semblent irréels. Quelqu’un dans un bureau, quelque part à Bruxelles ou Francfort, a tracé des courbes, tapoté sur sa calculatrice, dessiné des projections. Reprises en cœur par les chefs d’État européens. Objectif : une dette à 124 % du PIB en 2020. Elle était de 156 % en 2012. Elle sera de 175% en 2013. C’est mal parti. Vite, répond la Troïka, il faut accélérer les privatisations, démanteler les services publics, et au pas de charge, recapitaliser les banques. La vente de la compagnie de gaz a échoué la semaine dernière – et c’est la télévision publique qui a pris le retour de boomerang [2]. 2 650 chômeurs de plus.

…………………………..

La suite ici:

http://www.bastamag.net/article3127.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

« Sagesse et révolte » ou comment tuer dans l’oeuf toute idée de révolte….

 

Synthèse de Serge Carfantan tiré du livre « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley sur la manière non violente d’étouffer dans l’oeuf toute idée de révolte et ce dès la naissance…. Vous vous apercevrez que tous les ingrédients actuels utilisés sont présents dans le fond comme dans la forme pour y remédier !

 

Plus ici:

http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/sagesse_revolte.htm

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Manifestations au Brésil: l’oeil d’Orus sur l’immeuble du FIESP

 

 

L’immeuble en forme de pyramide appartenant au FIESP est pour le Brésil ce que le WTC est pour les US,du point de vue économique et financier plus de 40% du PNB Brésilien vient du FIESP.

Habituellement on peut y voir en lumière le drapeau Brésilien:

 

 

Cette fois….!

 

 

Et toujours pendant les manifestations, un drone ou « autre chose » survolait la ville…!

 

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Des chercheurs de l’université de Namur décryptent le virus de Schmallenberg

 

 

Les études du Département de médecine vétérinaire de l’UNamur concernant le virus de Schmallenberg concluent que ce virus apparu en 2011 et qui, en moins de deux ans, a touché plus de 13 846 troupeaux de ruminants (bovins, moutons et chèvres) dans 22 pays européens, va réapparaître sous de nouvelles formes, et donc y compris dans des endroits où il a déjà frappé.
Le 23 mai 2013, les chercheurs ont partagé ces résultats avec le premier scientifique à avoir identifié ce virus, le professeur Martin Beer, de l’Institut Friedrich Loeffler (Allemagne), également membre du comité de thèse de François Claine, assistant au Département de médecine vétérinaire namurois dont les recherches doctorales sont consacrées à ce nouveau virus.

Pour le professeur Beer, le centre de recherches ovines de l’Université de Namur constitue un outil unique pour caractériser la dissémination et le maintien du virus de Schmallenberg dans la population animale, deux éléments encore non élucidés à ce jour.
Risques de réapparition de la maladie

L’équipe du professeur Nathalie Kirschvink, directrice du département de médecine vétérinaire de l’UNamur a étudié l’impact zootechnique et économique du virus sur le troupeau du Centre de Recherches Ovines de l’Université, et notamment le risque de réapparition de la maladie.
Ces analyses in vivo, dans des conditions naturelles, ont montré que le virus a infecté une première fois le troupeau en octobre 2011 pour réapparaître entre juillet et octobre 2012.

Cela prouve, que, contrairement à ce que l’on pensait initialement, le virus peut réapparaître dans une zone où il a déjà frappé et que la réponse immunitaire des animaux atteints précédemment n’est pas suffisante pour empêcher une nouvelle circulation. L’étude montre également qu’une fois atteint, l’animal est porteur du virus entre 10 et 15 jours, ce qui est plus long que ce qui est observé dans les conditions expérimentales.
Mutation du virus

Une seconde étude a dès lors été menée, sous la direction du professeur Benoît Muylkens, sur la caractérisation génétique du virus. Il a été isolé sur deux agneaux gravement atteints pour en faire le séquençage complet et en étudier, in vitro, les caractéristiques. Verdict : il présente de très nombreuses mutations par rapport au virus initial. « Ces mutations ne sont pas aléatoirement distribuées puisque 50% d’entre elles sont concentrées dans seulement 10% de la séquence totale du génome. Ces 10% se situent au niveau des glycoprotéines de surface qui ont une double fonction: servir à la fois de module pour que le virus s’attache à la cellule, et de cible pour la réponse immunitaire de l’animal » explique Benoît Muylkens.
Les chercheurs namurois ont dès lors émis l’hypothèse, désormais partiellement démontrée, que la concentration des mutations au niveau des glycoprotéines de surface permet au virus d’étendre son éventail d’interaction avec différents types cellulaires. Ils supposent également que les mutations se concentrent sur les glycoprotéines de surface parce qu’elles lui permettent de modifier l’aspect extérieur du virus, empêchant ainsi le système immunitaire de le combattre. Ce contournement du système immunitaire de l’animal augmente la difficulté de mettre au point un vaccin….
Les vétérinaires de l’UNamur vont poursuivre leurs recherches concernant ce virus afin d’en définir le mode précis de dissémination, identifier les mécanismes qui lui permettent de se maintenir dans un troupeau déjà infecté, et étudier les conséquences de la variabilité génétique sur l’évolution du virus à court et moyen terme.
Les résultats des travaux du professeur. Muylkens sont parus dans Journal of General Virology et ceux de l’étude du professeur Kirschvink le seront dans la revue Emerging Infectious Diseases.

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73323.htm

 

Point sur la situation au 14 Juin 2013

http://www.plateforme-esa.fr/images/documents/surveillance%20sbv%20congnital_point%20de%20situation%20au%2014-06-2013.pdf

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Activité vulcanienne au Popocatepetl Lundi 17 Juin….

 

L’édifice a produit hier toute une série d’explosions d’intensités modérées en cours de journée, propulsant à chaque fois un peu de cendres. Mais ces explosions n’étaient visiblement que des précurseurs d’une activité explosive très intense qui s’est déroulée entre 13h23 et 13h35 (heure locale).

Voici les principales images, déjà relayées par de nombreux autres sites web, autre signe de l’intensité, assez exceptionnelle, de l’événement, qui l’a rendu « mediable » (néologisme cousin de « bankable »).

 

Mais ce qui parle le mieux c’est encore cette vidéo, relayée par le Géoforum.

 

 

Notez, au départ de l’explosion, une impressionnante onde de choc qui se propage dans toutes les directions. La hauteur atteinte par le panache a été estimée à environ 4000 m  (soit environ 10000 m d’altitude) et certains blocs se sont retrouvés, en bout de course, à 2 km du cratère, déclenchant des incendies bien visibles sur la vidéo.

A la lecture des journaux il n’y a pas eu de conséquence particulière et les autorités indiquent maintenir une vigilance. Des agents de la protection civile ont été envoyés dans les villages proches pour venir en renfort en cas de chutes de cendres.
Il faut noter aussi que cette activité, quoi qu’impressionnante, reste dans les limites du niveau d’alerte jaune-2.
 

Il s’agit là d’une belle activité vulcanienne, dont je vous rappelle les caractéristiques principales: – explosion unique – grandes violence et intensité (ces deux paramètres se référant l’un à la vitesse d’éjection, l’autre au débit qui alimente le panache). – courte durée.
Sources : CENAPRED; El Universal, Géoforum.

http://laculturevolcan.blogspot.fr/2013/06/activite-vulcanienne-au-popocatepetl.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Des microbes mortels retrouvés sur la monnaie nationale ukrainienne….

Aucun risque en France,on pratique le blanchiment d’argent….!

 

Гривны украина деньги гривна

 

Les chercheurs ukrainiens dont découvert des bactéries qui provoquent la tuberculose, la pneumonie, l’anthrax et la maladie fongique sur les billets de la monnaie nationale ukrainienne hryvna.

« Nous savons que l’argent peut être « sale », mais nous ne nous attendions pas qu’il peut l’être à ce point », a indiqué l’employée de l’Institut de la sécurité écologique Katerina Garkava.

La banque nationale d’Ukraine a indiqué qu’elle est en train d’étudier l’expérience internationale en matière de la protection des billets de banque contre les microbes. Ainsi, au Japon, des appareils spéciaux chauffent les billets à 200 degrés et les traitent avec un liquide spécial. Et en Inde, l’argent est lavé avec du savon.

http://french.ruvr.ru/news/2013_06_19/Des-microbes-mortels-retrouves-sur-la-monnaie-nationale-ukrainienne-0978/

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un village porte plainte après la fuite d’un puits de pétrole en Seine-et-Marne….

En France, 9.000 barils de pétrole brut sont extraits chaque jour

 

MELUN – Le maire du village de Blandy-les-Tours en Seine-et-Marne a annoncé mercredi porter plainte contre le groupe pétrolier canadien Vermilion, dont un puits de pétrole a pollué une rivière dans une des rares zones de France où on extrait du brut du sous-sol.

L’objectif est qu’une enquête établisse les responsabilités, a déclaré à l’AFP le maire, Eric Cadiou, qui a déposé sa plainte à la gendarmerie et n’exclut pas de poursuivre la société canadienne au civil.

Le maire du village voisin de Champeaux a l’intention de faire de même, tout comme le syndicat de rivière locale, qui regroupe plusieurs communes.

Samedi matin, une fuite avait été découverte sur une canalisation d’un site de cette société à Champeaux. Une quantité indéterminée de pétrole s’est répandue, dont une partie a flotté sur le Ru d’Ancoeur, un petit ruisseau à proximité du puits.

Des barrages flottants et des pompes ont été mis en place par les pompiers et la société, notamment pour protéger les douves du château de Vaux-le-Vicomte, situé à quelques kilomètres et alimenté par le ru d’Ancoeur, mais aussi pour éviter que la pollution ne rejoigne la Seine, dans laquelle il se déverse.

Mercredi le nettoyage des lieux était quasiment terminé, ont indiqué les gendarmes. La société avait annoncé dès mardi que la quasi-totalité des hydrocarbures avait été récupérée.

Les conséquences sur le milieu naturel ont été très limitées, a indiqué de son côté la préfecture, qui a pris un arrêté pour forcer l’entreprise à nettoyer, suivre la qualité de l’eau et contrôler l’état de la nappe phréatique.

Des végétaux sur les berges du ruisseau restaient toutefois maculées de pétrole, ont souligné les maires de Champeaux et de Blandy-les-Tours.

Il y a encore présence de boulettes de pétrole et l’entreprise doit réaliser le nettoyage de la végétation souillée tout en préservant le milieu, a-t-on précisé au conseil général.

Vermilion est le premier producteur de pétrole brut en France, avec 9.000 barils par jour, la moitié de la production française.

Cette dernière est modeste et concentrée dans l’est du bassin parisien et en Aquitaine, mais l’extraction pétrolière fait l’objet d’une grande attention en Seine-et-Marne, où plusieurs groupes espèrent découvrir, et un jour exploiter, des réserves de pétrole de schiste.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le FMI réclame une baisse des salaires aux Espagnols…!

 

Une manifestation contre l'austérité à Madrid, en février dernier.

 

Le Fonds monétaire international demande à l’Espagne de réduire les salaires pour faire baisser le chômage qui atteint 27%. Il préconise de poursuivre la cure d’austérité mais à un rythme assoupli.

L’Espagne doit baisser les salaires et flexibiliser son marché du travail pour favoriser l’emploi. La principale conclusion du Fonds monétaire international (FMI), après sa mission à Madrid, Valence et Séville, est également la plus polémique, dans un pays ou le smic dépasse à peine les 750 euros mensuels. L’institution internationale appelle le gouvernement de Mariano Rajoyn à préparer une deuxième réforme du marché du travail, après celle adoptée en février 2012, qui baissait déjà les coûts de l’embauche et du licenciement et avait suscité une grève générale.

«D’autres pays en crise ont opté pour un équilibre différent entre emploi et modération salariale. En Espagne, l’emploi s’est réduit, mais les salaires sont à peu près les mêmes qu’en 2007, a déclaré James Daniel, le chef de la mission du FMI en Espagne. Nous croyons qu’il peut y avoir plus d’ajustement sur les salaires et moins de destruction d’emplois.»

……

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/06/19/20002-20130619ARTFIG00400-le-fmi-reclame-une-baisse-des-salaires-aux-espagnols.php

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Climat:L’émission Belges « Controverse » relance le débat ….

 

L’émission Controverse relance le débat. Emission Controverse sur une chaîne en Belgique. Quand le Giec reconnait que le réchauffement climatique s’est arrêté depuis 17 ans selon cette émission pourtant rien n’est dit sur les médias habituels. Que se passe t-il ? 

 

http://www.youtube.com/watch?v=GcSgbX_JjhE&feature=player_Embedded

http://www.laterredufutur.com/accueil/index.php/climat/473-lemission-controverse-relance-le-debat.html

 

 

Lire aussi :

http://www.contrepoints.org/2013/02/26/116205-le-giec-reconnait-17-ans-sans-rechauffement

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

 » J’avais besoin d’une pose…. « 

 

Bonjour à toutes et tous,

Petits soucis perso,la lassitude, le manque d’envie m’ont fait décrocher petit à petit et conforter dans l’idée de faire un break sans pour autant perdre de vue l’actu de ces dernières semaines et je pense qu’un blog doit vraiment être un loisir et ne doit en aucun cas devenir une obligation, ni une corvée, il faut savoir lacher prise parfois….

Merci en tous cas pour votre fidélité, votre soutien et vos messages de sympathie….

Cordialement,

Stéphane

😉

 

 

 
25 Commentaires

Publié par le 20 juin 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :