RSS

Archives du 15 avril 2013

Explosions à Boston aux abords de la ligne d’arrivée du marathon: 3 morts et 23 blessés (provisoire)

Selon une source israélienne authentifiée par l’AFP, l’attentat de Boston aurait été perpétré par un Irano-coréen de confession musulmane, sans doute piloté par AQMI et par les services secrets vénézuéliens. L’enregistrement pirate d’un spectacle de Dieudonné aurait été retrouvé dans les décombres. BHL et Fourest viennent de signer un appel pour que l’Occident libre ne se dérobe pas devant ses responsabilités. (merci à Del Giocondohttps://www.facebook.com/laurent.dupont.5055233    🙂

—————————————————————————————————————————–

 

Une ou plusieurs explosions ont fait au moins trois tués et plusieurs blessés près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston, selon un porte-parole de la police de Boston, cité par la chaîne de télévision Fox News et le journal local « Boston Globe ». Cette déflagration a eu lieu après plus de quatre heures de course.

Les explosions de Boston ont eu lieu alors que des milliers de coureurs achevaient la 117e édition du marathon, devant une foule de spectateurs. Les causes de l’explosion ne sont pour l’heure pas connues.

« C’est la panique », a expliqué à l’ats un Valaisan sur place, qui avait assisté auparavant à la course, et qui a vu un certain nombre de personnes pleurer.

Un coureur canadien ayant terminé la course, Mike Mitchell, a parlé d’une « énorme explosion ». Une colonne de fumée haute de quinze mètres s’est élevée dans les airs, a-t-il dit.

Des centaines de milliers de spectateurs assistent chaque année au spectacle du marathon, le gros de la foule se massant près de la ligne d’arrivée.

La police new-yorkaise a annoncé le renforcement de la sécurité sur les lieux les plus réputés de Manhattan en réaction à l’incident. Le commissaire adjoint du NYPD, Paul Browne, a annoncé le redéploiement à travers la ville de véhicules spécialisés dans la lutte antiterroriste. Le président Barack Obama a ordonné de prendre toutes les mesures nécessaires.

La marathon de Boston, organisé dans la capitale du Massachusetts depuis 1897, est le plus vieux marathon annuel du monde. Il est habituellement couru le troisième lundi d’avril. 21.554 coureurs étaient arrivés au bout des 42,195 km de course en 2012.

View image on Twitter

View image on Twitter

View image on Twitter

Pour les mises à jour,voir ici:

http://www.theverge.com/2013/4/15/4227736/two-explosions-at-boston-marathon-finish-line

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le 15 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

USA: la Cour suprême se demande si l’ADN humain peut être breveté

Autorisation des chimères animales en G-B: quand les anglais jouent aux apprentis sorciers dans L'actualite vue par Djo what_is_it

 

 Produit de la nature ou résultat d’une découverte scientifique, l’ADN humain peut-il être l’objet de brevets? C’est la question que s’est posée lundi la Cour suprême des Etats-Unis, dans un litige portant sur deux gènes liés aux cancers de l’ovaire et du sein.

Lors d’une audience d’un peu plus d’une heure, les neuf sages ont semblé hésitants à prendre une décision radicale sur ce litige, qui pourrait avoir des répercussions importantes en biotechnologie et en recherche génétique.

Ils ont examiné tour à tour l’exemple de l’or, produit naturel que l’on extrait du sol à des fins commerciales, d’une batte de baseball que l’on découpe dans le tronc de l’arbre, ou encore d’une plante que l’on retire de l’Amazonie à des fins médicales.

Extraire simplement un produit naturel n’est pas suffisant, ces produits tous issus de la nature ne peuvent pas être brevetés, a affirmé devant la haute Cour Christopher Hansen, l’avocat de l’Association de pathologie moléculaire qui, avec des chercheurs et des malades, conteste la décision de la société Myriad Genetics de breveter deux gènes permettant d’identifier un cancer du sein ou de l’ovaire.

De son côté, l’avocat de Myriad, Gregory Castanias, a affirmé que les gènes étaient des constructions humaines et ne pouvaient pas être comparés à des organes humains, comme le foie ou le rein, qui ne peuvent pas être brevetés.

Myriad a déposé neuf brevets pour ces deux gènes, qu’elle a isolés dans les années 90 et dont des mutations héréditaires accroissent fortement le risque de développer un cancer du sein ou de l’ovaire.

Sur les marches de l’édifice, des chercheurs, des médecins et des femmes souffrant ou ayant souffert de ces cancers ont estimé que le monopole de Myriad empêchait la mise au point d’autres tests médicaux et entravait la recherche fondamentale.

La connaissance ne peut pas se breveter, a déclaré James Watson, prix Nobel pour avoir co-découvert en 1953 la structure de l’ADN, auquel il ne serait jamais venu à l’idée de breveter sa découverte.

Le Pr Harry Ostrer, médecin et professeur de pathologie et génétique à New York s’est inquiété de l’absence de concurrence, qui l’empêche de proposer d’autres tests à ses patients pauvres du Bronx.

Dans la majestueuse salle d’audience, la majorité des juges de la haute Cour n’ont pas caché leur inquiétude de voir Myriad s’octroyer la propriété d’un gène qu’elle a simplement isolé.

Evoquant une nouvelle recette de biscuits au chocolat, la juge Sonia Sotomayor a estimé qu’elle pourrait déposer un brevet sur l’invention de la recette mais pas sur le sel, la farine ou les oeufs.

L’avocat du gouvernement Obama, Donald Verrilli, a prôné le compromis, estimant que le matériel génétique synthétique pouvait être breveté car il était la création de l’homme, par opposition aux gènes isolés du corps humain. Une voie médiane que les juges pourraient être tentés d’adopter.

En Allemagne ou en France, on ne peut pas obtenir un brevet simplement pour avoir isolé de l’ADN, a déclaré Me Verrilli.

Dans ce cas-là, certains des brevets de Myriad sur l’ADN complémentaire –c’est-à-dire copié de l’ADN d’une cellule et artificiellement synthétisé– pourraient survivre.

Près de 20% des quelque 24.000 gènes humains font actuellement l’objet d’un brevet, dont certains sont liés à la maladie d’Alzheimer ou des cancers. Ces brevets sont parfois la propriété de sociétés privées mais aussi d’universités et d’instituts de recherche soucieux de les garder dans le domaine public pour empêcher les firmes de s’en emparer.

La Cour suprême rendra sa décision fin juin.

Afp

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 15 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Taxer les contribuables sur les eaux de pluie, c’est désormais possible !

 

Pour la première fois, une commune du Nord va faire payer aux propriétaires une taxe sur les eaux de pluie. D’autres villes pourraient l’imiter.

 

Pluie

 

Surprise pour 3000 contribuables de l’agglomération de Douai (Nord). Ces propriétaires fonciers vont bientôt recevoir un avis d’imposition d’un nouveau genre : la « taxe sur les eaux pluviales urbaines ». Une première en France. Mais qui est appelée à faire des émules.

Publié en juillet 2011, un décret permet désormais à toutes les communes et communautés de communes de lever une taxe pour financer la collecte et le traitement des eaux de pluie.

 

« Cette taxe a une véritable utilité. Elle devrait rapporter 750 000 € à la communauté d’agglomération du Douaisis, soit environ 20 à 25% du coût de gestion de la collecte des eaux de pluie », souligne Jean-Jacques Hérin, directeur de l’aménagement des réseaux de ce groupement de communes.

 

Dernier-né dans la longue liste des impôts locaux, ce prélèvement est calculé en fonction du nombre de mètres carrés de surfaces « imperméables », c’est-à-dire ne permettant pas de laisser passer l’eau de pluie dans le sol, tels que les toitures, les grandes terrasses et les terrains de tennis. Le décret prévoit que la taxe ne peut pas dépasser 1 € par mètre carré et par an.

A Douai, par exemple, cette taxe est limitée aux grands propriétaires qui n’ont fait aucune démarche pour traiter leurs eaux de pluie (tranchées drainantes, toiture végétalisée, puits d’infiltration, etc.). Ceux qui ont fait des efforts bénéficient d’exonérations.

En fait, elle pèse surtout sur les administrations (gymnases, grands hangars…) et les entreprises. Avec leurs immenses parkings et surfaces de toitures, les supermarchés ont en moyenne 130000 m2 de surface ne laissant pas filtrer l’eau de pluie.

A un euro, par an et par mètre carré, la facture sera lourde pour ces sociétés.

Sources :  Le Journal du Siècle

 

 
5 Commentaires

Publié par le 15 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le poids des dépenses et des prélèvements bat des records en France

 

Les prélèvements obligatoires à 46,5% du PIB en 2014. Le poids des dépenses publiques augmentera en 2013, avant de refluer nettement avec le plan d’économies. Le nouveau coup de rabot donné aux niches fiscales atteint 2 milliard d’euros.

 

 

« Il n’y a qu’une ligne politique » au sein du gouvernement, a martelé Jean-Marc Ayrault sur RTL vendredi , et c’est celle du « redressement », du « sérieux budgétaire », mais pas de « l’austérité ». La volonté de rééquilibrer progressivement les finances publiques, quitte à prolonger la rigueur, va être inscrite noir sur blanc dans le programme de stabilité qui sera présenté mercredi en Conseil des ministres et transmis à la fin du mois à Bruxelles. Ce document, qui décrit le scénario macroéconomique, la trajectoire de réduction du déficit et les moyens pour y parvenir, engage la France vis-à-vis de la Commission et des autres Etats membres.

Réduire le déficit structurel

Le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, a déjà annoncé une donnée clef : le gouvernement entend réduire le déficit structurel (hors effets de la conjoncture) de 1 point de PIB l’année prochaine , soit un nouvel effort de quelque 20 milliards d’euros en perspective. Effort incontournable pour la France, qui veut ramener son déficit à 2,9 % de PIB en 2014, après 3,7 % cette année. Si le gouvernement s’est appuyé essentiellement sur des hausses de prélèvements en 2013, il a promis de concentrer le tir sur les dépenses en 2014 : les mesures de redressement porteront aux deux tiers environ sur des économies. Le reste du redressement structurel proviendra de hausses de prélèvements « de l’ordre de 6 milliards d’euros », a indiqué le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, ce lundi matin sur France Inter.

 

 

Le poids des prélèvements obligatoires continuera ainsi d’augmenter légèrement l’an prochain, alors qu’il devait être stabilisé : selon nos informations, le taux de « PO » atteindrait 46,3 % de PIB en 2013 (prévision inchangée), puis 46,5 % en 2014, contre 44,9 % fin 2012, un taux qui égalait jusque-là le record historique de 1999.

Cette nouvelle hausse du poids des prélèvements (0,2 point de PIB équivalent à 4 milliards d’euros) surviendra en dépit du crédit d’impôt compétitivité, qui représentera une baisse d’impôts de 10 milliards en 2014 (mais qui est financée en partie, à hauteur de 6 milliards, par des hausses de TVA). Et en dépit aussi des hausses d’impôts qui n’ont plus d’effet ou dont les effets s’atténuent après 2013 (5 à 6 milliards de « one shot ») : Bercy a déjà souligné la nécessité de nouvelles mesures en 2014 pour prendre le relais.

Au final, les prochains textes budgétaires comprendront donc un solide volet de prélèvements fiscaux et sociaux, supérieur à 10 milliards d’euros. Les entreprises seront concernées par les mesures de compensation des « one shot ». Les ménages subiront une probable hausse des cotisations retraite. L’exécutif a aussi indiqué qu’il s’attaquerait à nouveau aux niches fiscales pour stabiliser leur coût (qui progresse « naturellement »), soit un rabot à venir de 2 milliards d’euros. « Il y aura des prélèvements qui viendront essentiellement des niches improductives sur lesquelles nous voulons récupérer des ressources », explique Pierre Moscovici. Enfin, le renforcement des contrôles fiscaux générera des recettes supplémentaires.

Limiter les dépenses sociales

 

Le poids des dépenses et des prélèvements bat des records en France
 

Côté dépenses publiques (Etat, Sécurité sociale, collectivités), leur poids dans le PIB va encore augmenter cette année à 56,9 % (après 56,6 % de PIB en 2012), calcule le gouvernement, ce qui constituerait, de justesse, un nouveau record (le taux de dépenses publiques avait atteint 56,8 % de PIB en 2009). Les dépenses progressent à un rythme beaucoup plus faible que par le passé, mais l’atonie de la croissance explique cette évolution.

En 2014, leur poids serait ramené à 56,4 % de PIB, soit une réduction de 0,5 point. Le gouvernement vise en effet une progression en volume de l’ensemble des dépenses publiques limitée entre 0,2 % et 0,3 %, soit un niveau historiquement bas. Il a déjà annoncé que les dotations aux collectivités baisseraient de 1,5 milliard d’euros et que les dépenses de l’Etat seraient aussi réduites de 1,5 milliard (hors dette et pensions). Mais, pour tenir ses engagements, il devra surtout contenir les dépenses sociales. Si l’objectif de dépenses d’assurance-maladie (2,6 % en 2014) ne devrait pas être abaissé (une piste un temps exploré), des économies importantes devront être trouvées sur les retraites (en plus des mesures prises à l’Arrco-Agirc) et les prestations familiales.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202702992638-le-poids-des-depenses-et-des-prelevements-bat-des-records-en-france-558008.php

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Un biochimiste explique les concoctions qu’il a participé à mettre au point destinées à l’épandage aérien (chemtrail)

Ce qui suit est un résumé traduit des post trouvés sur le forum de Godlike Productions et émis par le blog Conscience du Peuple et  tous les clichés que vous trouverez ont été pris par moi-même hier,14 Avril 2013 en milieu de journée:

http://www.godlikeproductions.com/forum1/message1744569/pg52

http://www.conscience-du-peuple.blogspot.fr/2012/01/un-biochimiste-explique-les-concoctions.html

 

IMGP7281

 

« J’ai trouvé cette discussion sur un blog américain dans la nuit d’hier et j’ai saisis les réponses d’un homme à la retraite qui dit avoir travaillé pendant 17 ans comme biochimiste dans une compagnie qui travaille sur des projets secrets de produits destinés à l’épandage par voie aérienne. Les bloggers se sont fait un vilain plaisir de le discréditer, de le mettre à l’épreuve, de le confondre avec toutes sortes de questions-piège. Après une dizaines de questions, les attaques ont fait place à des questions-réponses extrêmement intéressantes et pertinentes.
 
Je vous copie ici les réponses du biochimiste aux questions des bloggers. En ce qui me concerne, je ne suis pas du tout étonnée de ce que cet homme dévoile, mais je crois que son rôle dans un laboratoire l’a limité à un domaine de connaissance restreint sur l’ampleur du phénomène de l’épandage aérien. Nous savons que des brevets de chemtrails sont publiés sur le site des brevets américains pour des utilisations de ré-ingénierie environnementale et climatique. Toutefois, comme le rapporte le biochimiste, les brevets pour les autres utilisations ne sont pas du domaine public. »
 
 

Traduction:

J’ai passé 17 ans à développer divers produits chimiques pour les chemtrails – Vous pouvez me demander presque n’importe quoi.

Je ne peux pas dire avec 100% de certitude que les produits chimiques, sur lesquelles j’ai travaillé,se sont retrouvés dans les avions d’Evergreen, mais je sais que c’est un fait avéré, que les compagnies aériennes de fret comme Evergreen acceptent régulièrement de grosses sommes d’argent pour charger et disperser des chemtrails. C’est beaucoup plus lucratif que de transporter du fret.

Les Buts : Ils sont trop nombreux pour les compter sur ses dix doigts. Cela dépend vraiment de où ils vont être utilisés. Beaucoup sont des agents calmants . D’autres induisent un état de flou. Rarement, on nous a demandé de développer des mélanges qui incitaient à la colère ou à un comportement impétueux. 90% de ce nous avons dévellopé visait à altérer les émotions, l’humeur ou à provoquer un certain état d’esprit.

Toxicité: Dans presque tous les cas, il était très clair pour nous, que ce que nous dévellopions devraient avoir une toxicité minimale. Naturellement, un petit pour cent de la population dévellopera une tendance allergique à un composé chimique. Mais dans certains cas, nous sommes même allés aussi loin que dans l’expérimentation animale pour s’assurer que les produits chimiques, sur lesquelles nous avions travaillé, étaient relativement non-toxique. Je n’ai jamais travaillé sur un projet où le résultat escompté était toxique / mortelle.

Répartition / Accumulation : Elle varie énormément en se basant sur la structure chimique. Certains de ces mélanges que nous avons développé étaient prévus pour se dissiper jusqu’à un niveau de concentration aussi faible qu’une partie par milliard au moment où ils atteignaient le niveau du sol. D’autres ont été spécifiquement conçus pour atteindre le niveau du sol et peuvent tenir pendant une durée d’une année. Même après le passage de la pluie, du vent, de la neige, etc …

 

IMGP7282

 

 

Je sais que 99% du temps, un pilote commercial n’est pas au courant que leur avion peut pulvériser des chemtrails. J’ai réalisé après un certain temps que, quel que soit l’organisation qui est «en coulisses» de tout cela, ils sont très bon pour faire en sorte de traiter directement avec le moins de gens que possible. Je n’ai jamais su qui était en traitance des services de mon employeur. Pas une seule fois.

 

Je sais que l’Amérique du Nord n’est pas le seul continent qui utilise des ADC (aerially dispersed chemicals = produits chimiques dispersés par voie aérienne) à l’insu de la population. Cependant, je sais aussi que la technologie chimique des autres pays sont près d’une décennie en arrière de celle que possède les États-Unis.

 

Je ne savais pas où les produits chimiques sur lesquelles j’avais travaillé finissait par être utilisé. Comme je disais avant, il y a beaucoup de secret. Je l’ai fait pendant 17 ans parce que le salaire et les avantages étaient très intéressant. Tout ce que je peux dire, c’est que parfois on nous a donné la tâche de développer des mélanges chimiques dont on attendait des résultats très précis, ce qui m’a donné l’impression qu’ ils seraient utilisés dans une zone spécifique. Etat, région, comté, ville – je ne sais pas. Je sais qu’il serait très difficile de cibler une zone plus petite qu’une ville, à la vue de l’altitude d’un avion commercial.

 

IMGP7284

 

Aussi j’ai travailler sur quelques projets dont l’intention était de développer un mélange qui ne se disperseraient pas très loin, et qui s’atténuait aussi vite que possible sans se répandre.

Nous avons l’usage du baryum dans plus d’un produit final. Cependant, pour l’ensemble de ces projets, nous avons mené des tests approfondis pour s’assurer que les produits chimiques se dissiperaient à des niveaux non toxiques, au moment où ils atteignent le niveau du sol. La Barytose (maladie dûe au Baryum) était une préoccupation majeure de nos contracteurs lors de l’élaboration de quoi que ce soit où le baryum était nécéssaire. La plupart de nos mélanges finaux qui utilisaient du baryum ont été conçus pour atteindre le niveau du sol à un niveau de concentration de une partie par million voire moins.

Je ne veux pas vous raconter n’importe quoi. J’ai été hors de l’entreprise pendant assez longtemps, au point où je me sens en sécurité, queand à la révélation de certains détails concernant mon emploi passé. Cela, et ce verre de scotch.

Raisons pour la pulvérisation : … Comme je l’ai dit, nous n’avons jamais connu les véritables intentions des contractants. Mais neuf fois sur dix, c’était assez évident parce que quand ils nous demandent de développer des composés chimiques, ils doivent aussi nous dire ce qu’ils veulent en faire. Pour en nommer quelques unes: La modification du climat, des suppresseurs d’émotions, des expectorants d’émotions, la modification de l’environnement. En outre, il est intéressant de noter que vous pouvez aussi mentionner « la maladie / les symptômes de la grippe » – bien que j’ai déjà dit que, avec 99% de nos produits, nous avons été spécifiquement chargé de veiller à leur non-toxicité, il y avait cependant quelques projets, sur lesquelles nous avons travaillé qui étaient destinés à créer des «symptômes», sans causer aucun dommage réel pour les sujets.

 

Nos mélanges n’ont jamais été breveté. Principalement parce que les brevets sont de notoriété publique. Mais les brevets peuvent toujours être gardé secret, nos mélanges n’ont jamais été brevetés dans le but d’un plausible déni et ainsi éviter tout trace sur papier. Gardez à l’esprit que presque tout ce qui nous a été confié de faire, n’était pas légale dans presque tous les sens du terme. Je peux, cependant, me souvenir d’un projet qui fut conçu pour fonctionner différemment en fonction de l’ensoleillement – c’était un projet de modification du climat.

 

IMGP7285

 

Je me sentirais bien, bien pire si la non-toxicité n’avait pas été une telle inquiétude comme ça l’a été. Mais même ainsi, j’ai du traité avec une grande quantité de regret, depuis ma retraite. Un problème d’alcool en à même surgit. Mais j’ai réussi à y venir à bout avec ces presque deux décennies de travail, et je suis prêt à accepter le sort qui m’attend.
Faites-vous allusion à la drogue “Midazolam” ? Tout ce que je sais, c’est que c’est une drogue assez controversée, mais en regardant la structure chimique, ce je peux dire c’est qu’elle partage certaines propriétés réactives avec des produits chimiques élaborés dans des projets ayant l’intention de modifier un état d’esprit.

Je vais essayer de résumer le projet sans être trop spécifique. Nous cherchions dans une famille spécifique de récepteurs “G” associées à des protéines que l’on ne trouvent que dans le tissu cérébral. Le progrès réalisé est que nous avons dévellopé un inhibiteur pour un récepteur spécifique dans cette famille. Ce récepteur spécifique est impliqué dans la création et le stockage de nouveaux souvenirs. En développant un composé qui se lie au récepteur et en bloquant la liaison du composé naturel créé, nous avons obtenu un succès mitigé dans l’inhibition de la création et du stockage de nouveaux souvenirs. Mais les tests des taux de mortalité étaient trop élevés, et le projet fut abandonné. Un des projets les plus intéressantes sur le quel nous ayons jamais eu à travailler, cependant.

 

Il est possible que certaines choses que nous avons créé interagissent avec des médicaments en vente libre ou sous ordonnace.. Lors du test de composés, nous avons vérifié les effets secondaires avec les médicaments les plus répandus, en vente libre et sur ordonnance (acétaminophène, ibuprofène, etc.) Mais il n’y avait aucun moyen possible pour nous de tester et vérifier les interactions avec tous les médicaments sur le marché.

 

IMGP7286

 

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 15 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :