RSS

Archives du 13 avril 2013

Haute-Garonne : elle risque un an de prison pour avoir sauvé un faucon!

 

En gardant son faucon chez elle, Marjorie Légier risque un an de prison et 15 000 euros d'amende

 

Marjorie Légier, une habitante de Castanet, en Haute-Garonne a cru bien faire en voulant sauver un faucon crécerelle d’une mort certaine. Malgré les soins apportés par un vétérinaire, l’oiseau ne vole plus. Mais aujourd’hui en le gardant chez elle, Marjorie Légier risque un an de prison et 15 000 euros d’amende selon une information de la Dépêche.fr. Pourtant cette amoureuse de la nature a tout fait pour lui trouver un refuge.

Elle a appelé Ligue protectrice des oiseaux, la SPA, le centre de soins de Millau, le Rocher des aigle…. Tous lui ont donné un seul et même conseil : l’euthanasier.

Le faucon crécerelle est une espèce assez répandue mais protégée et la législation à son sujet est très rigoureuse. Marjorie l’apprend à ses dépens quand elle sollicite la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement). «On m’a clairement dit que le fait de garder chez soi un animal protégé est passible d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende. J’ai eu un choc terrible.» confie-t-elle au journaliste de La Dépêche.

Marjorie Légier a décidé de passer outre la législation et de garder son animal, baptisé Gaïa, à la maison. Elle se dit prête à accepter toutes les contraintes que lui imposera l’admistration : passer un certificat de capacité (avec stage dans une animalerie), aménager une grande volière dans son jardin. Son conjoint, ses amis, ses voisins la soutiennent. Elle même décidé de lancer une pétition sur le site mesopinions.com sous la rubrique «Sauvez Gaïa de l’euthanasie».

 http://www.leparisien.fr/toulouse-31000/haute-garonne-elle-risque-un-an-de-prison-pour-avoir-sauve-un-faucon-13-04-2013-2723273.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 13 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de magnitude 6,3 dans l’ouest du Japon, 24 blessés….

 

Global view

 

 

Ampleur 6.3
Date-Heure
Emplacement 34.369 ° N, 134.831 ° E
Profondeur 14 km (8,7 miles)
Région PRÈS DE S. côte ouest de Honshu, au Japon
Distances 9 km (5 miles) au NO de Sumoto, Japon
20 km (12 miles) au NNE de Fukura, Japon
28 km (17 miles) SSW de Akashi, Japon
31 km (19 miles) au NE de Naruto, Japon

 

station MAJO (Matsushiro, Japan)

 

Un tremblement de terre de magnitude 6,3 a secoué l’ouest du Japon samedi près de la ville portuaire de Kobe. Il a fait au moins 24 blessés, ont annoncé l’agence de météorologie nippone et la police.

L’agence avait d’abord évalué la magnitude à 6, mais l’a revue ultérieurement à 6,3. Peu après les secousses, elle a indiqué qu’une légère élévation du niveau de la mer pouvait être observée par endroit, mais elle n’a pas déclenché d’alerte au tsunami.

La police a fait état d’au moins 24 blessés: une dame de 74 ans s’est notamment cassé le col du fémur dans la préfecture de Hyogo, où se trouvait l’épicentre, et une habitante de la préfecture de Fukui (côte de la mer du Japon) de 82 ans a eu la jambe cassée.

La télévision publique NHK a fait état de la rupture d’une canalisation d’eau dans la ville d’Awaji, sur l’île du même nom, et de l’effondrement d’un mur à Osaka.

Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a confirmé que ce séisme n’avait apparemment pas provoqué de dommage majeur. Une cellule de crise du bureau du Premier ministre a toutefois été activée peu après le tremblement de terre qui s’est produit samedi à 05h33 (vendredi à 22h33 en Suisse).

Fortement ressenti

Son hypocentre se situait à 10 kilomètres de profondeur sous la petite île d’Awaji en mer de Seto, près de la ville portuaire de Kobe, a précisé l’agence de météorologie.

Le séisme a fait trembler tout l’ouest de la grande île de Honshu, secouant les immeubles des métropoles de la région industrielle du Kansai, notamment Kobe et Osaka. Proche de la surface, il a été fortement ressenti par les habitants de la région souvent surpris dans leur sommeil.

Les services ferroviaires locaux ont été suspendus et les trains à grande vitesse Shinkansen ont circulé à vitesse réduite dans la région après la secousse initiale, avant que le trafic ne revienne progressivement à la normale en début de matinée.

Les opérations ont été momentanément interrompues à l’aéroport international du Kansai situé à proximité, ainsi qu’à celui d’Itami à Osaka, avant de reprendre assez rapidement. Afp

 

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 13 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :