RSS

Hanford, USA : au-delà des fuites radioactives, un risque d’explosion “à la Mayak” est possible

05 Avr

 

Le site nucléaire d'Hanford en 2011.

 

Il y a une quinzaine de jours, un minimum de 6 fuites avaient été constatées au niveau d’immenses citernes de stockage de déchets hautement radioactifs stockés depuis 1943 sur le site-poubelle nucléaire de Hanford, à l’extrême Nord-Ouest des Etats-Unis. D’après le Huffington Post d’hier, une commission de sécurité nucléaire a maintenant révélé que lesdites citernes pouvaient également exploser suite à des accumulations d’hydrogène, une menace continue pesant sur tout effluent radioactif.

La poubelle des atomistes du projet Manhattan est devenue celle du retraitement de combustible

Le site de Hanford avait été développé dès 1943 pour fabriquer le Plutonium nécessaire à la création de l’arsenal nucléaire des USA alors que l’Uranium était quant à lui isolé sur le site de Oak Ridge, à l’autre bout du pays. Le procédé d’isolation chimique et de raffinage du Plutonium étant extrêmement polluant et radiopolluant, les résidus hautement toxiques et radioactifs issus de cette fabrication furent – à défaut de meilleure réponse et vu le contexte “à marche forcée” de l’époque 1 – stockés de manière “provisoire” dans 177 immenses réservoirs localisées dans la zone “200” du site ; ces citernes renferment au total environ 50 millions de gallons (200.000 tonnes, édité le 4413) d’effluents toxiques et radioactifs.

Des réservoirs enterrés et qui s’enfonceraient peu à peu, histoire de compliquer un peu plus la dépollution / décontamination

Cette ferme de tanks est en outre enterrée plusieurs mètres sous terre et, de plus, les réservoirs se seraient a priori enfoncés plus profondément dans le sol au fil des années, deux phénomènes rendant très délicat une intervention satisfaisante. Bref, un beau merdier nucléaire.

2013-04-03_17h22_27

(1) La partie supérieure des réservoirs est située environ 5 m sous le sol (PNNL)

Environ 1/3 de ces réservoirs auraient déjà relâché plus de 40.000 tonnes d’effluents

Selon l’association Hanford Challenge, entre 4000 et 40.000 tonnes d’effluents radioactifs et toxiques (édité le 4413) se seraient déjà échappées de réservoirs qui n’avaient jamais été conçus à l’origine pour contenir ces déchets aussi longtemps. Des sources internes et anonymes à Hanford auraient notamment révélé que le réservoir BX-102 aurait à lui seul relâché 20 tonnes d’Uranium dans la nappe aquifère.

2013-04-03_17h38_36

(2) Au minimum 20 tonnes d’Uranium dans la nature, d’après des lanceurs d’alerte (Hanford Challenge)

………….

La suite ici:

http://gen4.fr/2013/04/hanford-usa-fuites-radioactives-explosion-possible.html

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 avril 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :