RSS

Archives du 14 mars 2013

Témoin d’un meurtre… l’expérience aux résultats pires que Milgram ?

image1

 

Dans cette vidéo, intitulée « L’expérience du meurtre dans l’ascenseur », on peut voir les réactions de plusieurs dizaines    de personnes en caméra cachée assistant à une simulation de meurtre dans un immeuble résidentiel de New York.

L’une tente d’assommer le meurtrier avec un sac à main, l’autre enclenche un    extincteur pour aveugler l’agresseur, un troisième tente d’appeler les secours. Mais dans la majorité des cas, les témoins repartent sans porter secours à la victime – certains gênés, d’autres en    courant – et laissent la fausse victime se faire assassiner.

A la fin de l’expérience, l’un des témoins prend même une photo de la scène, sans songer un seul instant à porter secours à la    victime. La vidéo, qui pourrait bientôt dépasser les 5 millions de visionnements sur Youtube, est un succès marketing incontesté. Utilisée à des fins promotionnelles, elle rappelle pourtant    plusieurs expériences réalisées en psychologie sociale autour de la responsabilité des témoins à la suite d’un dramatique fait divers.

En 1964, Gitty Genovese, une jeune femme de 29 ans, s’était    ainsi fait violer et assassiner en pleine rue aux Etats-Unis. Selon les journaux de l’époque, 38 personnes avaient entendu ses cris, mais aucune n’était venue à son secours. Ce fait divers a    également fait l’objet en mai 2012 d’une adaptation au cinéma, 38 témoins, réalisée par Lucas Belvaux.

 

 

De retour chez lui, il marche nonchalamment dans le hall de    son immeuble. Au bout du couloir, il appuie sur un bouton pour appeler l’ascenseur, ses sacs de course à la main. Les portes s’ouvrent. Face à lui, un homme au physique de malfrat est en train    d’étrangler sa victime. Il hésite quelques secondes sur l’attitude à adopter mais finit par repartir, gêné, aussi vite qu’il est arrivé.

Et vous, « que feriez vous si vous assistiez à un meurtre    ? » Tel est le concept de la vidéo virale mise en ligne par l’agence de communication Thinkmodo pour faire la promotion du film Dead Man Down, dont la sortie en France est prévue pour le 3 avril.

Source : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr

http://larmurerie.over-blog.com/article-temoin-d-un-meurtre-l-experience-aux-resultats-pire-que-milgram-116173452.html#from

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Vers la fin de l’armée française telle que nous la connaissons ?

Les armées se préparent en secret à une apocalypse budgétaire.

Le 19 mars prochain François Hollande, chef des armées, annoncera des choix financiers lors d’un conseil de défense, avant de les préciser le 26 mars.

 

Armée française

 

Fin décembre 2012, les problèmes pour maintenir les efforts de défense actuel (1,56 % du produit intérieur brut en 2013, pour un budget de 31 milliard d’euros) sont apparus lorsque les prévisions budgétaires sont devenues franchement inquiétantes.

Cependant, aujourd’hui, les deux projections préparées pour le conseil de défense de mardi prochain sont désastreuses pour la première, apocalyptique pour la seconde.

Lire également – Des officiers de l’armée française épinglent sévèrement la gestion de l’Armée

La première projection budgétaire, surnommée « hypothèse Y », qualifiée d’hypothèse « de survie », est terrible. Il s’agirait pour la défense de tenter de faire tout ce qu’elle fait aujourd’hui, mais avec beaucoup moins de personnels et de moyens. Cela impliquerait la perte de 30 000 emplois dans les armées et de 15 000 autres dans l’industrie de défense.

De plus, le maintien de la composante aérienne de la dissuasion est posée et de nombreux programmes d’équipements seraient retardés ou repoussés aux calendes grecques. Du côté de l’industrie de défense, il est clairement évoqué la disparition de l’industriel d’armement terrestre Nexter.

« On ne sait pas faire une telle réduction, qui vient après les 54 000 suppressions de poste du précédent quinquennat », dit un hiérarque connaissant le dossier. « Mais quand on en parle avec les gens du Budget, ils nous expliquent franchement que l’hypothèse Y n’est pas possible pour eux. Qu’il faut y aller plus fort ! »

Avant même de devoir trancher dans le vif , la Défense devra trouver un milliard d’euros d’économies pour 2014, et deux milliards en 2015. Ensuite, ce sera 10 % du budget annuel qui sauteront !

La seconde projection, surnommée « hypothèse Z », est celle que défend Bercy avec ardeur puisqu’elle serait la seule compatible avec la politique de rigueur décidée par le chef de l’État. Cette hypothèse implique 50 000 suppressions d’emploi dans les armées (l’équivalent de toute l’armée de l’air) et autant dans l’industrie de défense.

Dans cette hypothèse, ce serait la fin de l’armée française telle que nous la connaissons, alors même que le monde devient de plus en incertain. Certains évoquent la « mise sous cocon » du porte-avions Charles de Gaulle, ou sa vente au Brésil ou à l’Inde.

De plus, il faudra faire passer le budget de la défense d’environ 30 milliards à 20 milliards, de 1,5 % à 1,1 % du PIB national.

Il faudra également renoncer à l’avion-cargo A400M (ce qui condamnerait 10 000 emplois d’Airbus Military), aux programmes Scorpion des nouveaux blindés de l’armée de terre, aux commandes d’hélicoptères NH-90 et Tigre, ainsi que la fin de la série des Rafale, d’une grande partie des frégates FREMM, des sous-marins nucléaires d’attaque Barracuda et des nouveaux ravitailleurs aériens MRTT.

Enfin, on évoque la dissolution d’une trentaine de régiments.

Le Point / Le Journal du Siècle

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Comment on nourrit le monde ? Les Moissons du futur

Comment nourrir les 9 milliards d’habitants annoncés en 2050 ? Une émission de télévision a convaincu Marie-Monique Robin de poursuivre ses investigations sur l’urgence de produire autrement.

Président de l’Association nationale de l’industrie agro-alimentaire, Jean-René Buisson y affirmait qu’aucune alternative aux pesticides n’était possible et qu’une agriculture bio entraînerait une baisse de la production de 40 % pour une hausse des prix de 50 %. Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, Olivier de Schutter, lui, prétend exactement le contraire. Qui croire ? Enquêtant aux quatre coins du globe, la journaliste a rencontré des paysans qui ont renoncé à ces insecticides et pesticides dont les coûts indirects colossaux — pollution, énergie et santé publique — ne sont jamais pris en compte.

 

http://www.doc-decouvertes.com/documentaires/categories/societe-environnement-sante/videos/comment-on-nourrit-le-monde-les-moissons-du-futur.html

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les tests des constructeurs automobiles, un leurre?

Les constructeurs automobiles manipulent les tests officiels de mesure de la consommation de carburant des voitures. « Les consommations de carburant publiées par les constructeurs sont, en moyenne, 23% plus basses que les consommations en conditions réelles », selon un rapport publié mercredi par la fédération européenne Transport and Environment (T&E), relayé jeudi par Inter-Environnement Wallonie et Greenpeace.

 

 

Selon le rapport, les constructeurs disposent d’une vingtaine de manières leur permettant, avec un peu de créativité, d’interpréter à leur avantage les procédures de test afin d’améliorer l’image « verte » de leurs véhicules. « A titre d’exemples, pointons l’application de bandes adhésives pour fermer les fentes autour des portières, le surgonflage des pneus, la diminution du poids du véhicule ou encore la réalisation des tests en altitude à des températures élevées et sur des pistes à la surface impeccablement lisse », détaille les associations.

Lorsque les mêmes tests sont effectués par un laboratoire indépendant sur des voitures standard directement issues des chaînes de fabrication, et sans chercher à exploiter les flexibilités, l’écart entre les consommations et émissions de CO2 annoncées et réelles augmente, en moyenne, de 23%.

« Ceci démontre que les constructeurs trompent les consommateurs et les législateurs, vu que les objectifs fixés par les règlements européens visant à abaisser les émissions de CO2 ne sont, in fine, pas respectés sur la route. La seule manière de rétablir la confiance et d’atteindre les réductions de CO2 imposées est de fermer les échappatoires dans les procédures de test », commente le chargé de mission Mobilité chez Inter-Environnement Wallonie, Pierre Courbe.

Depuis 2006, T&E demande vainement qu’un nouveau cycle de test soit introduit et que des contrôles soient réalisés sur les véhicules neufs afin de vérifier que leurs performances sont conformes aux résultats des tests des constructeurs.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1783/Usines-d-auto/article/detail/1596265/2013/03/14/Les-tests-des-constructeurs-automobiles-un-leurre.dhtml

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Quelque 10.000 manifestants contre l’austérité à Bruxelles

Quelque 10.000 manifestants, selon les syndicats, se sont rassemblés jeudi en début d’après-midi dans le parc du Cinquantenaire et dans le quartier européen, à Bruxelles, dans le cadre d’une action contre l’austérité organisée à l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES), en marge du sommet européen. La police a estimé le nombre de manifestants entre 6.000 et 7.000.

 

 

Les syndicats CSC, FGTB et CGSLB entendaient faire passer le message que les mesures d’économies ne sont pas une solution.

Durant cette journée d’action, les syndicats ont plaidé pour une politique européenne qui se focalise davantage sur les investissements, les emplois et la croissance.

Les syndicats ont appuyé leur revendication à l’aide de toutes sortes de chiffres: un jeune sur quatre en Europe n’a pas de travail, 120 millions d’européens vivent dans la précarité, 26 millions de personnes en Europe cherchent un emploi.

Austérité « désastreuse »
Des délégations de différents pays européens étaient présentes « pour exiger un changement de cap ».

« L’austérité doit être abandonnée pour les effets désastreux qu’elle cause sur l’économie. C’est l’emploi et notamment l’emploi des jeunes qui est la priorité », selon la CES.

 

 

http://www.7sur7.be/7s7/fr/3007/Bruxelles/article/detail/1596392/2013/03/14/Quelque-10-000-manifestants-contre-l-austerite-a-Bruxelles.dhtml

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Selon une étude de Cochrane Collaboration, aucun vaccin antigrippal n’a de valeur….

Cette étude est accablante pour l’industrie pharmaceutique entière et ses sbires, l’industrie de test des médicaments et le système médical qui dépendent d’elle et font sa promotion. Les vaccins antigrippaux n’ont aucun intérêt et entraînent de graves préjudices.

 

 

Publiée dans Cochrane Library, une étude remarquable n’a constaté aucune évidence de l’utilité des vaccins contre la grippe. Elle éreinte aussi la qualité des études sur ces vaccins, en disant que la grande majorité des essais sont lacunaires. D’après les auteurs, les seules études montrant des avantages sont financées par l’industrie. Ils ont aussi fait remarquer que ces études financées par l’industrie sont plus susceptibles d’être publiées dans les revues les plus prestigieuses… et une autre chose : Ils ont découvert des cas de graves dommages dus aux vaccins, malgré les carences en matière de couverture des effets indésirables.

L’étude, Vaccines for preventing influenza in healthy adults [Vaccins préventifs de la grippe chez l’adulte en bonne santé], est accablante pour la totalité de l’industrie pharmaceutique et ses sbires : l’industrie de test des médicaments et le système médical qui dépendent d’elle et font sa promotion.

Dans le style euphémique habituel de la revue scientifique, les auteurs concluent : Les conclusions de cet examen semblent décourager le recours au vaccin antigrippal chez l’adulte en bonne santé, au titre de mesure de santé publique routinière. Du fait que les adultes en bonne santé ont un faible risque de complications dues aux maladies respiratoires, l’usage du vaccin peut être conseillé uniquement dans des cas spécifiques, comme mesure de protection individuelle contre les symptômes. L’étude

Les auteurs ont tenté de retrouver et d’analyser toutes les études d’évaluation des effets des vaccins antigrippaux chez les adultes en bonne santé âgés de 18 à 65 ans. Pour ce faire, ils « ont fait des recherches dans le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (Cochrane Library, 2010, numéro 2), dans la MEDLINE (de janvier 1966 à juin 2010) et dans EMBASE (de 1990 à juin 2010). » Ces bases de données comprenaient 50 rapports. Quarante d’entre eux étaient des essais cliniques comptant au total plus de 70.000 personnes. Deux, qui ne signalaient que les effets délétères, n’ont pas été inclus dans cette méta-analyse. Des études de tous les types de vaccins antigrippaux ont été incluses : vaccins avec virus vivants, atténués et tués – ou fractions de virus tués.

Les auteurs de la méta-étude ont cherché en premier le nombre de cas et la gravité de la grippe et des maladies de type grippal. Ils ont aussi examiné le nombre et la gravité des dommages consécutifs aux vaccins. Ils ont tenté de rassembler les données manquantes en écrivant personnellement aux auteurs des études. Ils décrivent les réponses comme « décevantes ». En fin de compte, ils ont gardé 50 études et en ont écarté 92, à cause surtout de très graves défauts, du genre : usage de contrôles inadéquats, essais de contrôle non randomisés, données présentées incohérentes, plan d’étude manquant, définitions imprécises, compte-rendu inconsistant, absence des données brutes, et absence de placebo.

Ce que les auteurs ont constaté : Les vaccins administrés par voie parentérale, c’est-à-dire, autrement que par voie digestive – généralement par injection – réduisent les symptômes de type grippal d’à peine 4%. Ils n’ont trouvé aucune preuve que la vaccination empêche la transmission du virus chez les adultes sains ! (Adieu l’argument de l’immunité collective !) C’est particulièrement important parce que, comme l’ont noté les études, on sait que les vaccins inactivés marchent mieux chez les adultes en bonne santé. Ils n’ont pas trouvé non plus de preuve montrant que les vaccins contre la grippe évitent les complications. Ils ont tenté de déterminer la gravité des complications, et, bien qu’elles en aient rapporté certaines, la plupart des études ont tout simplement oublié la question ou l’ont abordée de manière inadéquate.

………..

Article complet trouvé sur les brinsdherbe

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/10/09/selon-une-etude-de-cochrane-collaboration-aucun-vaccin-antigrippal-na-de-valeur/

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Une baisse de pouvoir d’achat annoncée pour les 11 millions de retraités

Les partenaires sociaux ont finalement trouvé un accord qui redressera les caisses des régimes de retraite complémentaire, spécialement les régimes Arrco et Agirc. Ce protocole d’accord annonce inévitablement la baisse du pouvoir d’achat des retraités et des salariés, mais aussi une hausse des prélèvements au niveau des entreprises.

 

© jean-paul CHASSENET

 

Que comprendre de cet accord ?

Afin d’assainir la situation financière délicate des régimes de retraite complémentaire, les syndicats et le patronat ont trouvé une solution.

La principale information concerne les retraités, dont 11 millions verront leur pouvoir d’achat baisser. Durant les trois prochaines années, leur pension ne dépendra plus du rythme de l’inflation, mais elle sera inférieure d’un point à celle-ci.

Par conséquent, Le Figaro.fr rapporte qu’au 1er avril 2013, la revalorisation sera de 0,8% à l’Arrco et 0,5% à l’Agirc, face à une prévision de 1,75% de hausse des prix.

La baisse du pouvoir d’achat est donc inévitable

Les entreprises et les salariés devront également contribuer respectivement à hauteur de 60% et 40% à la hausse des cotisations. En effet, le taux de cotisation sera augmenté de 0,1 point en 2014 et de 0,1 point supplémentaire en 2015.

Le déficit sera réduit de 3 milliards d’euros

Sans pour autant sauver ces régimes complémentaires, les mesures annoncées réduiront le déficit (8,6 milliards) d’environ 3 milliards d’euros afin de redresser les comptes.
Le protocole d’accord devra être approuvé formellement par les syndicats avant sa mise en application.

http://www.radins.com

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :