RSS

Menaces et grandes manoeuvres sur la péninsule coréenne

10 Mar

 

La péninsule coréenne va virtuellement se transformer à partir de lundi en champ de bataille lorsque les deux Corée engageront des manoeuvres militaires séparées de grande envergure, dans une logique d’escalade qui fait craindre une confrontation à haut risque.

Nous nous attendons à une provocation nord-coréenne dans les semaines à venir, s’alarme Victor Cha, titulaire de la chaire d’études coréennes au Center for Strategic and International Studies (CSIS) de Washington.

Menaces, bravades et démonstrations de force sont habituelles de part et d’autre de la ligne de démarcation coréenne depuis la fin
de la guerre fratricide en 1953, mais certains observateurs jugent la situation si tendue que le moindre incident pourrait avoir des conséquences graves.

Aux sources de ce contexte explosif, le tir réussi en décembre d’une fusée considérée par Séoul et ses alliés comme un missile balistique, suivi d’un troisième essai nucléaire en février puis de nouvelles sanctions votées cette semaine par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Pyongyang a menacé de dénoncer dès lundi l’accord d’armistice mettant fin à la guerre de Corée en 1953, brandi la menace d’une guerre thermonucléaire et averti les Etats-Unis qu’ils s’exposaient à une frappe nucléaire préventive.

Vendredi, le régime a fait savoir, quelques heures après le vote du Conseil de sécurité, qu’il considérait désormais comme nuls et non avenus tous les accords de non-agression entre le Nord et le Sud.

La Corée du Sud a promis de répondre à la première occasion.

L’armée sud-coréenne a récemment diffusé des images vidéo d’un nouveau missile de croisière capable, selon Séoul, de mener des frappes chirurgicales sur des centres de commandement n’importe où en Corée du Nord.

Lundi, la Corée du Sud et les Etats-Unis –qui comptent 28.500 soldats sur le territoire sud-coréen– lanceront leurs manoeuvres annuelles, baptisées Key Resolve.
Celles-ci sont majoritairement virtuelles tout en mobilisant des milliers de soldats.

La Corée du Nord y est particulièrement sensible parce que l’exercice simule le débarquement d’importantes forces américaines sur la péninsule coréenne en cas de conflit.

De son côté le régime nord-coréen semble se préparer pour de vastes manoeuvres interarmes prévues elles aussi dans les prochains jours.

Enhardie par le tir réussi de sa fusée en décembre et son troisième essai nucléaire, la Corée du Nord fait monter la pression,
affirme Yoo Ho-Yeol, politologue à la Korea University de Séoul.

Le chercheur estime qu’il existe un risque significatif de confrontation, en particulier près de la ligne de séparation maritime en mer Jaune, contestée par Pyongyang, où deux incidents meurtriers ont eu lieu en 2010.

Pour Bruce Klingner, expert de la Corée au centre d’études conservateur Heritage Foundation, à Washington, le risque de malentendu et d’escalade est d’autant plus important que les dirigeants des deux Etats antagonistes sont aux affaires depuis peu.

Le Nord-coréen Kim Jong-Un, qui serait âgé de moins de trente ans, a succédé à son père Kim Jong-Il à la mort de ce dernier il y a un peu plus d’un an. Kim Jong-un manque d’expérience et il pourrait franchir des limites que ses prédécesseurs savaient devoir respecter, estime Bruce Klingner.

La présidente sud-coréenne Park Geun-Hye est en fonction depuis deux semaines à peine. En raison d’un blocage au Parlement, elle ne dispose toujours pas d’un gouvernement en ordre de marche.

Or les recherches montrent que, depuis 1992, le Nord procède à une provocation militaire dans les semaines qui suivent
l’investiture d’un président sud-coréen, observe Victor Cha.

La Corée du Nord, qui revendique son statut de puissance nucléaire, est soupçonnée de détenir plusieurs bombes nucléaires et de procéder à des essais atomiques afin de parvenir à les miniaturiser.

Afp

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 10 mars 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

5 réponses à “Menaces et grandes manoeuvres sur la péninsule coréenne

  1. Julien

    10 mars 2013 at 15 h 39 min

    Souhaitons que cete guerre arrive au plus vite..Le peuple nord koréen est prisonier d’une dicature de fou et des milliers de gens meurent, torturé,crevant de faim dans ce foutu pays de cons.Si il faut une guerre pour faire tomber ce régime alors qu’elle arrive.Des milliers de gens vont mourrir mais la libeté a un prix.

     
    • Lily

      10 mars 2013 at 18 h 07 min

      Entièrement d’accord avec vous Julien!

       
    • bachir bou zouk

      10 mars 2013 at 18 h 17 min

      j’espère de tout cœur que tu seras le premier à en payer le prix.

      très sincèrement.

       
  2. Julien

    10 mars 2013 at 21 h 13 min

    Patrouille du cosmos ca vous dit rien??? Spock..le Vulcain, disait toujours: ce qui est utile a beaucoup doit l’emporter sur le petit nombre… ET IL avit raison.La corée du nord martyrisera son peuple tant que cette guerre n’aura pas lieu pour le libéré… Arretter de vouloir négocier par la diplomatie.Un régime de terreur c’est un régime de terreur et il doit périr par les armes non par la négociation, car ceci est impossible.Assez les ZEN.. un peu de courage…

     
    • realinfos

      10 mars 2013 at 21 h 26 min

      Il ne se passera rien,ce ne sont que propagande et gesticulation des 2 côtés et ça fait des années que cela dure…. Pour le reste,les  » lumières » oeuvres dans les ténèbres,la démocratie,la république,tout cela n’est que dictature déguisée,même panier de crabes…!

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :