RSS

L’échinacée une plante médicinale indispensable à avoir dans notre jardin de survie.

25 Fév

 

 

Détail d’une fleur avec son capitule piquant comme un hérisson qui à donné son nom à la plante.


Quelles sont les raisons de cultiver l’échinacée ?

L’échinacée au même titre que d’autres médicinales, mérite une place particulière dans notre jardin pour pourvoir à notre autonomie en remède médical.

Cette plante est très facile à cultiver, elle n’est pas sensible aux maladies et ne demande aucun soin particulier une fois bien installée. Cela ne gâche rien, la plante est aussi un plaisir pour les yeux et elle attire beaucoup les papillons et autres insectes pollinisateurs.

J’ai plusieurs années d’expériences de culture et d’utilisation de l’échinacée, et elle a déjà su me rendre de grands services pour soigner ma petite famille.

Sa culture est facile, car c’est une plante vivace (qui reste en place plusieurs années), qui donc n’a pas besoin d’être ressemée tous les ans. Elle s’adapte à tous les sols, mes plantes sont passées successivement de la terre calcaire de mon ancien jardin en région parisienne à la terre acide de la Bretagne sans le moindre problème.

Il faut la planter à exposition plein soleil et une fois bien en place, elle tolère très bien des périodes de sécheresses, elle n’est donc pas exigeante en eau. Elle résiste à des hivers vigoureux car elle est originaire d’Amérique du nord.

Enfin, elle fleurie de Juin jusqu’à l’automne pour disparaître complètement l’hiver ne restant présente que par ces racines pour repousser dès le printemps, c’est le même cycle de beaucoup de plantes vivaces de nos jardin.

A l’origine elle était utilisée depuis plusieurs siècle par les indiens d’Amérique, pour soigner les morsures de serpents et comme vulnéraire (cicatrisant), pour les maux de dents aussi.

On retrouve comme toujours chez les médicinales de multiples propriétés due à la complexité de leurs compositions, mais c’est son action sur le système immunitaire qui mérite d’être reconnue et utilisée.

En cas de crise économique majeure, quand le système actuel s’effondre, il n’est pas difficile de prévoir que les maladies infectieuses poseront rapidement des problèmes qu’il sera difficile de résorber en l’absence de médicament issu de la chimie.

Du moindre rhume à la plus petite bronchite non soignée, tous ces petits maux prendrons rapidement une autre dimension qui pourraient être dramatiques sans la béquilles données par notre coûteux système de « santé » au service l’industrie pharmaceutique.

Les maladies infectieuses virales et bactériennes de toutes sortes feront une hécatombe parmis nos contemporains.

C’est pour ça qu’il est important d’avoir une telle plante à disposition (au même titre que l’argent colloïdal, le chlorure de magnésium etc) car l’échinacée est très connue pour soigner les refroidissements, rhume et grippe, c’est la plante spécifique de l’immunité ayant une affinité pour les voies respiratoires (poumon, gorge, nez). Elle serait aussi utile dans les affections urinaires et pour soigner les blessures difficiles à cicatriser, je n’ai pas d’expérience concrète sur ces autres usages mais il est bien de le savoir . A vous d’essayer!

Quand je parle d’ échinacée, il s’agit de L’Echinacea purpurea (l’échinacée à fleurs pourpre) mais les autres espèces d’équinacée présentent les mêmes propriétés et peuvent être utilisées de la même manière.

On trouve aussi l’Echinacea angustifolia, l’Echinacea pallida…

Toutes les expérimentations de cette plante (dont beaucoup ont été menées en Allemagne), ont confirmé qu’elle augmente le nombre de globules blancs, stimule les macrophages et possède une activité qui fait augmenter significativement l’ immunité global non spécifique.

C’est donc une plante à propriété immunostimulante que l’on peut utiliser dans tous les cas ou il y a une faiblesse du système immunitaire. Il y avantage à l’utiliser en prévention pour booster les défenses et éviter de tomber malade dans les périodes à risque épidémique par exemple ou de faiblesse.

Bien sûr on peut aussi l’utiliser en curatif dans toutes les maladies ou lors des convalescences. Elle se montre utile dans les affections virales (grippe, herpes) aussi bien que bactériennes et peut très bien s’associer avec d’autres traitements.

Il faut savoir qu’elle été utilisé aux USA jusqu’à l’arrivée des antibiotiques qui l’ont détrôné.
De 1916 à la seconde guerre mondiale elle était inscrite sur la liste du codex pharmaceutique des États Unie tout comme l’Eupathorium perforatum (utile pour les fièvres grippales).

Une Histoire qui ressemble fort à celle de l’argent colloïdal détrôné également par les antibiotiques.
On en retrouve le même usage en homéopathie comme remède de renforcement du système immunitaire.

La racine de la plante est utilisée mais aussi les fleurs. Je n’ai utilisé pour ma part que les fleurs car la récolte des racines détruirait la plante, ce qui n’est évidement pas mon but.

Je l’ai toujours utilisé avec succès pour soigner rapidement les rhumes en un temps record. Je peux vous assurer qu’après une journée de sont usage intensif, lors de la phase très pénible de la congestion du nez et des yeux, oreille, tête prise (sphère ORL), dès le lendemain cela va déjà beaucoup mieux.

Je l’utilise dans ce cas sous forme de teinture alcoolique de fleurs, de fabrication maison, une cuillère à café par heure dans un peu d’eau puis j’espace les prises en fonction de l’amélioration.

Les angines se trouvent également soulagées par l’usage de gargarisme de la même teinture d’échinacée.

Ma femme qui est sujette aux maux de dents (dents de sagesse ou aux gingivite) a toujours jusqu’à présent fait passer rapidement des épisodes douloureux par la prise répétée de teinture d’échinacée.

On est bien d’accord que cela n’empêche pas de voir un dentiste !

Préparation de la teinture d’échinacée :

Jusqu’à présent, je vous parle de teinture alcoolique de fleurs, qu’il est très facile de préparer soit même, à la belle saison afin de s’en constituer une réserve pour l’hiver.

Elle se prépare avec des fleurs fraîches cueillies en pleine épanouissement.

Pour vous convaincre de la puissance de ce remède, vous pouvez croquer dans une fleur puis recracher, quelque instant après vous ressentirez une sensation d’anesthésie dans la bouche.

Pour préparer cette teinture on prendra des fleurs fraîchement cueillit que l’on hachera grossièrement dans un bocal en verre (du style bocal de confiture ou autre) puis on noiera les fleurs dans de l’alcool à 45 % (alcool éthylique à 90% non dénaturé coupé d’eau pour moitié) on laissera macérer durant 3 semaines en remuant de temps en temps, puis on filtrera la préparation avec une passoire fine, un chinois à passer le thé fait très bien l’affaire. On peut aussi passer dans un linge ce qui permettra d’essorer (presser) les plantes et dans extirper le jus jusqu’à la dernière goutte.

L’alcool est appelé un véhicule car il permet de s’approprier le principe actif de la plante et de le dissoudre. En préparation galénique on parle de teinture normalisée au 1/5 ce qui signifie une part de plante pour 5 d’alcool.

On peut respecter cette norme à la lettre en pesant les plantes fraîches et en respectant les proportions mais pour un usage domestique, je me suis toujours très bien trouvé de procéder à « l’œil » de façon empirique. Je vous assure que cela fonctionne très bien aussi, car le but est avant tous d’atteindre à l’autonomie et de mettre des remèdes simples, efficaces et sans danger à la porté de tous.

Dans le même ordre d’idées, on peu imaginer dans la perspective d’une pénurie, d’ utiliser toutes sortes d’alcool forts pour réaliser des teintures alcooliques de plantes, car en cas de désordre de la société il se pourrait que l’ on ne puisse plus avoir accès aux pharmacies.

Donc on pourrait utiliser en substitution tout alcool fort tel, la Vodka, du Rhum, de l’Eau de Vie de fruit, de l’alcool pour fruit… Il serait bien, dès à présent d’en constituer une réserve suffisante, qui pourrait également servir pour le troc (une valeur sure!).

De plus la distribution actuelle dans les pharmacies, d’alcool non dénaturé est soumise à des taxes et les quantités distribuées limitées. Taxés sur l’alcool à 90°, les pharmaciens ont la gueule de bois., ICI

Je développerai dans un prochain article, les possibilités pour fabriquer soit même de l’alcool et pouvoir être auto suffisant pour nos besoins en ce précieux produit qui ne sert pas qu’à s’enivrer !

La préparation sera mise en flacon et étiquetée puis rangée hors de porté des enfants à l’abri de la lumière. Elle peu dans ces conditions se conserver facilement deux ans mais il est préférable de renouveler la fabrication tous les ans en fonction de ses besoins familiaux en teinture. Je trouve l’utilisation de la teinture très pratique pour le stockage, la conservation, la facilité de mise en œuvre.

Mise en garde :

Est il utile de rappeler des règles et usages de bon sens ?

– La teinture étant de l’alcool on ne donnera pas aux personnes alcooliques sevrées, femmes enceintes, ni aux jeunes enfants.

– On utilisera uniquement de l’alcool éthylique non dénaturé et on n’utilisera pas l’alcool à brûler, ni l’alcool ménager issu de la distillation du bois (danger d’empoisonnement).

– Il faudra se méfier lors d’un premier usage, de la susceptibilité personnel à la plante. Dans ma famille il n’y a pas d’allergie, cependant il faut toujours tester avec précaution la première fois en en mettant sur la peau du plis du coude par exemple et en commençant avec une goutte pour voir.

Ces mises en gardes passées, j’en appel à la responsabilité de chacun de ne pas faire n’importe quoi car cette plante qui est très active ne devrait être utiliser que en conscience et non à tort et à travers et je pense qu’il ne faudrait pas en prolonger l’usage trop longtemps (2 semaine max). Je n’ai jamais observé d’effets indésirables mais il convient toujours d’être prudent.

Culture à partir des graines.

Les graines se récoltent à leur maturité sur les « hérisson » capitules de la fleur séchée à la fin de l’été (en Grec echino veut dire hérisson). Ces graines contiennent également les principes actifs de la plante.

Echinacée purpurerea :
 
 
 
 
 
Echinacée pallida :


 

Pour germer, les graines doivent avoir subit l’hiver comme en conditions naturelles, on dit qu’elles doivent être mises à stratifier.

On peut par exemple les mettre dans le bas du réfrigérateur un mois et demi avant de les semer, ou les laisser l’hiver en extérieur par exemple dans un pot avec du sable protégé par un filet ou une grille.

A l’issue de ce passage obligé par le froid qu’est la stratification, on mettra ces graines à germer dans une caissette comme on le fait pour les autres plantes. J’utilise quand à moi une serre de ma fabrication faite en liteau de bois et en plastique polycarbonate de récupération, sans chauffage. Je l’ai adossé contre un mur en plein soleil et j’y produit chaque année entre autre, mes plants de tomates et mes fleurs.

Les échinacées mettront environs deux semaines pour germer à environ 20°.

On attendra le stade des deux vraies feuilles pour les repiquer en godet individuel (pots de yaourt percés par exemple). La mise en place dans le jardin se fera au printemps suivant. On veillera à bien désherber, sarcler et arroser pour cette première année qui verra en fin de saison (fin août début septembre) une ou deux premières fleures.

L’année suivante verra un développement important de la plante et une vraie floraison continue durant tout l’été et l’on pourra envisager de récolter des fleurs pour notre usage personnel. »

Louis.

Livre proposé : « …Ce livre est d’une lecture savoureuse, simple, plaine d’anecdote, de truc et d’astuce. Il ne parle pas de l’echinacée mais d’autre plante très utile : il parle de la presle (plante à silice) pour aider à ressouder les os ou nettoyer les casseroles sans tempon jex!. De la consoude (symphitum), et de plein d’autre herbes bien de chez nous, comme l’armoise commune herbe vermifuge, des histoires de plantes de bohémiens… »
 
 

 

N.B : L´auteur, se laisse le droit d´apporter des idées de livres utiles ainsi que d´adresses pour l´achat de graines de qualité, dont Kokopelli, Biaux germe, ou le Conservatoire national des plantes médicinales de Milly la Foret.

La responsabilité de l´auteur ou des teneurs du blog ne seraient en aucun cas être engagée en cas de mauvaise utilisation/compréhension/usage.

Il appartient au lecteur de demander conseil et avis auprès d´un pharmacien, d´un médecin.

http://attention-crash-mondial.blogspot.fr/2012/07/lechinacee-une-plante-medicinale.html?spref=fb

 
3 Commentaires

Publié par le 25 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

3 réponses à “L’échinacée une plante médicinale indispensable à avoir dans notre jardin de survie.

  1. ze

    27 février 2013 at 20 h 16 min

    je ne connaissais pas cette plante, merci, je me permets de laisser un lien pour ceux qui ont ou auront des problèmes d’otites, surtout les petits., ça marche !..
    http://lejardindejulie.unblog.fr/2008/06/21/soigner-naturellement-les-otites-cest-possible/

     
  2. Claude De Besnou

    18 mars 2013 at 0 h 47 min

    merci Ze,
    l’echinacea augustifolia en TM, 125 ml , dans toutes les pharmacies,
    Mon fils à 3 ans, je vous donne un traitement naturel pour toutes les toux, grippes, fièvres, rhum:
    1) PERTUDORON WELEDA: (Toux)
     8 gouttes 3 fois/jour dans un peu d’eau –
    o Pendant 1 mois

    2) ECHINACEA ANGUSTIFOLIA TM – 125 ml – Boiron
    (antivirale & anti bactérienne)
     20 gouttes 3 fois/jour dans un peu d’eau,
    o pendant 1 semaine par mois
    Dans les troubles aigus :
     20 gouttes toutes les 3 heures
    o pendant les 2 premiers jours, puis on espace les prises.

    3) POLYGALA SENEGA TM -125ml
    (toux grasse)
    20 gouttes 3 fois par jour dans un peu d’eau
    o pendant 1 semaine

    4) MELANGE SPECIAL POUR BOIRE: « TOUXBOIR »
    (Pharyngite – rhum grippe)
    Dans 50 ml : 4 fois les doses ci-dessous plus remplir d’amande douce ou de jus de citron

    – Cannelle de Ceylan
    o 3 gouttes
    – Eucalyptus radié
    o 2 gouttes
    – Laurier noble
    o 2 gouttes
    – Origan compact
    o 3 gouttes
    – Ravintsara
    o 5 gouttes
    – Pin sylvestre
    o 1 goutte
    – Niaouli
    o 1 goutte
    – Estragon
    o 1 goutte
    – Tea tree
    o 2 gouttes

     Utiliser avec parcimonie chez l’enfant entre 3 & 6ans:
    o Avaler avec un peu d’eau 2 gouttes du mélange 3fois par jour
     Si bien accepté :
    4 gouttes 3x/j dans un peu d’eau
    o pendant 1 semaine

    5) MELANGE SPECIAL POUR MASSER -STERNUM –GORGE – DOS : « TOUXMASS »
     HE Cajeput : 1g—————————- 3gouttes
     HE Pin : 1g ———————————3 goutes
     HE Niaouli : 1g —————————-3 gouttes
     HE Eucalyptus radiata :1g —————3 gouttes
     HE Tea tree : 1g —————————3 gouttes
     HV huile d’amande : 10 ml
    Masser 5 gouttes sur la poitrine, la gorge, et 5 gouttes sur le dos
    ******************************************
    En cas de continuité après 4 jours:
    Argent colloïdal: 1 cuillère à café 3/j pendant 2 jours
    puis 2/j pendant 2 jours
    tout en continuant le traitement complet.
    {ceci n’est donné qu’à titre indicatif et ne dispense pas d’aller voir son médecin traitant si vous en sentez le besoin}

     
  3. ze

    30 avril 2013 at 18 h 36 min

    avec beaucoup de retard merci !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :