RSS

Après Doux, les abattoirs Gad vont déposer leur bilan

14 Fév

Le redressement judiciaire sera demandé la semaine prochaine. 1.700 salariés sont concernés

 

 

Nouveau coup de tonnerre pour l’industrie agro-alimentaire française. Gad SAS , un des grands groupes d’abattage porcin va dès la semaine prochaine déposer le bilan auprès du tribunal de commerce de Brest. Son actionnaire majoritaire tentait depuis deux ans de vendre l’entreprise avec le soutien du comité interministériel aux restructurations industrielles et espérait rétablir l’équilibre pour préserver les 1700 emplois. Sans espoir aujourd’hui d’inverser la tendance, le groupe a convoqué un comité central d’entreprise extraordinaire. « Nos activités sont de l’ordre de la moitié des capacités de production, on savait que notre actionnaire ne pouvait pas tenir très longtemps », avance Olivier Le Bras, le délégué syndical FO.

La nouvelle est un nouveau coup de tonnerre pour la région après les difficultés du groupe Doux. Quatre sites sont concernés par ce dépôt de bilan : d’abord le siège social de Gad SAS situé à Saint-Martin-des-Champs près de Morlaix, ensuite les abattoirs de Lampaul-Guimiliau dans le Finistère et de Josselin dans le Morbihan. L’usine de découpe installée à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique sera également concernes. Par contre les autres filiales de Cecab appartenant à sa division viandes ne sont pas touchées. Il s’agit de la salaisonnerie Aubret SAS, de Cedro SAS pour le négoce de viandes à l’exportation et Clavières Viandes SAS pour le commerce de gros. Une première période de redressement judiciaire devrait être décidée, mais la liquidation immédiate paraissait hier improbable.

Gad SAS a réalisé un chiffre d’affaires de 453 millions d’euros en 2012 pour l’abattage de 2,4 millions de porcs. Une partie est fournie par le groupement de production Prestor, actionnaire à hauteur de 35% de Gad contre 65% pour Cecab qui a pris le contrôle de cette entreprise en 2011.

La perte cumulée de l’entreprise atteindrait environ 20 millions d’euros. Une situation intenable pour son actionnaire principal qui n’entend pas mettre en péril l’ensemble de ses autres activités. Le groupe coopératif breton réalise 2 milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel et emploie 7.000 salariés. Il est également engagé dans la filière légumes avec les conserves de la marque d’Aucy tout en étant également un spécialiste de la fabrication d’omelettes surgelées.

Le dépôt de bilan de GAD se situe dans un contexte de grande difficulté pour la filière porcine. Outre la concurrence accrue de l’Allemagne qui dispose d’élevages et de centres d’abattage beaucoup plus grands, la filière française doit affronter une forte hausse du prix des porcs vendus en vif et une baisse des volumes de 2 à 3% par an. De nombreux élevages porcins n’arrivent pas à respecter les nouvelles règles environnementales et de bien être des animaux.

Les Echos

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 14 février 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Une réponse à “Après Doux, les abattoirs Gad vont déposer leur bilan

  1. tatielily

    14 février 2013 at 10 h 13 min

    où est la vérité sur cette nouvelle faillite ? est-il crédible de penser que la faillite n’est pas parce que les actionnaires sont trop gourmands dans leurs dividents ?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :