RSS

Silence élyséen sur l’huile de palme,les entreprises font-elles la loi au Cameroun ?

31 Jan

 

Par Sophie Chapelle (31 janvier 2013)

Paul Biya, à la tête du Cameroun depuis 1982, était à l’Elysée le 30 janvier. L’occasion pour plusieurs organisations écologistes de dénoncer le silence du gouvernement camerounais sur le projet d’Herakles Farms. Ou comment raser plus de 73 000 hectares de forêts pour les convertir en une gigantesque plantation industrielle de palmiers à huile. 25 000 camerounais risquent d’être dépossédés de leurs terres, à cause de ce projet de la société SG Sustainable Oils Cameroon PLC (SGSOC), filiale du groupe américain Herakles Farms. La région concernée, dans le sud-ouest du pays, est considérée comme cruciale pour la biodiversité de la planète. Le contrat, signé en 2009 entre le gouvernement et la compagnie, accorde un bail foncier de… 99 ans !

Malgré les nombreuses irrégularités relevées dans l’étude d’impact environnemental, la destruction de la forêt a déjà commencé. Alors même que le chef de l’État n’a pas signé l’autorisation d’exploitation. Perte des moyens de subsistance, bénéfices limités pour les communautés locales, déforestation massive, sont autant d’effets négatifs pointés par un rapport de l’Institut Oakland, mené en collaboration avec Greenpeace. « Les villageois et la société civile se mobilisent contre Herakles mais ils n’ont droit qu’à intimidations, répression, voire emprisonnement », souligne Fréderic Amiel, chargé de campagne Forêts pour Greenpeace France.

« La convention d’établissement, passée entre le gouvernement et la compagnie, viole les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme », relèvent le Centre pour l’environnement et le développement (CED) et le Réseau de lutte contre la faim (RELUFA) [1]. La convention passe au-dessus des lois nationales, pointent ces associations camerounaises. Et d’ajouter que « le soutien à l’agriculture familiale permettrait de lutter plus efficacement contre la pauvreté rurale et de renforcer la souveraineté alimentaire nationale ». Greenpeace organise le 2 février à Paris un événement pour mobiliser contre ce projet d’Herakles Farms. Un projet similaire de plantations d’huile de palme au Libéria, provoquant accaparement des terres, a été révélé par une enquête de Basta !lire ici).

Notes

[1] Lire le rapport Le treizième travail d’Héraklès ?

BASTAMAG

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

2 réponses à “Silence élyséen sur l’huile de palme,les entreprises font-elles la loi au Cameroun ?

  1. yjacquot

    9 février 2013 at 13 h 10 min

    partout la déforestation est en marche à grande échelle au mépris des habitants ,de la biodiversité et de l’équilibre,est tout ceci avec l’appui des pays les plus riches,je ne vois hélas pas de prise de conscience chez mes concitoyens qui continuent à consommer toujours plus sans se soucier des conséquences engoncés dans leur égocentrisme.

     
    • realinfos

      9 février 2013 at 13 h 26 min

      Leur égocentrisme risque d’être mis à mal le jour ou comme les Grecs leurs seront ôtés 30% de leur paie et c’est pour bientôt,n’en déplaisent aux moutons qui n’y croient pas….

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :