RSS

Archives du 31 janvier 2013

Témoignage d’un Américain élevé par deux lesbiennes….

 

Dans une vidéo postée dimanche [20 janvier, ndlr] sur YouTube, cet internaute nord-américain met en cause le nombre, le sérieux et la neutralité des études citées par Najat Vallaud-Belkacem à l’appui de l’« homoparentalité » ou de l’« homoéducation » sur le plateau de « Mots croisés » le 14 janvier dernier.

Il témoigne de la difficulté d’être élevé par deux lesbiennes, comme il le fut entre deux ans et dix-neuf ans. « Une décision injuste », dénonce-t-il aujourd’hui. « Il faut avoir plus de précautions », juge l’internaute au regard de la décision grave que s’apprêtent à prendre les pouvoirs législatif et exécutif français. Se rendant dans notre pays en mars 2013, il se dit prêt à rencontrer la ministre française des Droits des femmes pour examiner ensemble des études qu’il semble bien connaître et discuter du « mariage » homosexuel.

À diffuser !

 

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Temoignage-d-un-Americain-eleve-par-deux-lesbiennes-16183.html

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Israël avoue avoir stérilisé des femmes éthiopiennes….

 

Après avoir nié, le ministre de la santé israélien, saisi par une association de défenses des droits civiques israélienne, a été obligé d’admettre que les femmes d’origine éthiopienne arrivées dans le pays à la demande d’Israël, se voyaient administrer, sans explications ni consentement éclairé, le contraceptif injectable Depo-Provera.

Depo-Provera est un contraceptif ne contenant qu’un progestatif, l’acétate de médroxyprogestérone, administrable par injection intramusculaire une fois tous les trois mois. Le retour à la fertilité à l’arrêt du traitement est souvent très long, ce qui fait que les groupes féministes israéliens opposés à ces pratiques scandaleuses sur les immigrantes éthiopiennes ont pu à bon droit parler de « stérilisation masquée ».
Le médicament est en outre associé à une nette élévation du risque d’ostéoporose. Le directeur général de la santé, Roni Gamzu aurait transmis des instructions pour faire cesser cette pratique « dans les cas où les femmes concernées ne seraient pas conscientes de ses implications », indique le journal israélien Haaretz. Cette fameuse pratique a été dénoncée il y a 5 ans déjà, mais le gouvernement israélien avait fait la sourde oreille.
C’est l’association des droits civiques israélienne ACRI qui a envoyé un ultimatum au gouvernement en exigeant que cessent ces injections et qu’une enquête soit ouverte à ce sujet, les statistiques montrant que des milliers de femmes ont été traitées de la sorte.
Il y a un mois et demi, l’affaire avait éclaté au grand jour après que la journaliste Gal Gabbay, eut révélé les résultats de ses interviews avec 35 juives éthiopiennes vivant en israël. On comprenait alors comment le taux de fécondité avait chuté de 50 % sur 10 ans dans la communauté éthiopienne.
L’émission télévisée montrait que les femmes éthiopiennes étaient menacées et intimidées alors qu’elles se trouvaient encore dans les camps de transit en Ethiopie, afin d’accepter ces injections trimestrielles, même quand elles ne le souhaitaient pas. On leur mentait souvent en leur disant que ces piqures avaient pour but de diminuer la souffrance lors des accouchements.
Le documentaire montre aussi une infirmière déclarant devant une caméra cachée que les femmes éthiopiennes ont reçu du Depo-Provera parce qu’elles « ne comprennent rien » et oublient de prendre la pilule contraceptive.
Et certains viendront prétendre qu’Israël n’est pas un Etat raciste ?
 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag 6.0 dans le Sud de l’Alaska

 

Ampleur 6.0
Date-Heure
Emplacement 55.584 ° N, 134.745 ° W
Profondeur 9.7 km (6,0 miles)
Région SUD-EST DE L’ALASKA
Distances 101 km (62 miles) de W Craig, Alaska

303 ​​km (188 miles) S de Juneau, en Alaska,

316 km (196 miles) WNW de Prince Rupert, Canada

409 km (254 miles) WNW de Terrace, Canada

 

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Silence élyséen sur l’huile de palme,les entreprises font-elles la loi au Cameroun ?

 

Par Sophie Chapelle (31 janvier 2013)

Paul Biya, à la tête du Cameroun depuis 1982, était à l’Elysée le 30 janvier. L’occasion pour plusieurs organisations écologistes de dénoncer le silence du gouvernement camerounais sur le projet d’Herakles Farms. Ou comment raser plus de 73 000 hectares de forêts pour les convertir en une gigantesque plantation industrielle de palmiers à huile. 25 000 camerounais risquent d’être dépossédés de leurs terres, à cause de ce projet de la société SG Sustainable Oils Cameroon PLC (SGSOC), filiale du groupe américain Herakles Farms. La région concernée, dans le sud-ouest du pays, est considérée comme cruciale pour la biodiversité de la planète. Le contrat, signé en 2009 entre le gouvernement et la compagnie, accorde un bail foncier de… 99 ans !

Malgré les nombreuses irrégularités relevées dans l’étude d’impact environnemental, la destruction de la forêt a déjà commencé. Alors même que le chef de l’État n’a pas signé l’autorisation d’exploitation. Perte des moyens de subsistance, bénéfices limités pour les communautés locales, déforestation massive, sont autant d’effets négatifs pointés par un rapport de l’Institut Oakland, mené en collaboration avec Greenpeace. « Les villageois et la société civile se mobilisent contre Herakles mais ils n’ont droit qu’à intimidations, répression, voire emprisonnement », souligne Fréderic Amiel, chargé de campagne Forêts pour Greenpeace France.

« La convention d’établissement, passée entre le gouvernement et la compagnie, viole les conventions internationales relatives aux droits de l’Homme », relèvent le Centre pour l’environnement et le développement (CED) et le Réseau de lutte contre la faim (RELUFA) [1]. La convention passe au-dessus des lois nationales, pointent ces associations camerounaises. Et d’ajouter que « le soutien à l’agriculture familiale permettrait de lutter plus efficacement contre la pauvreté rurale et de renforcer la souveraineté alimentaire nationale ». Greenpeace organise le 2 février à Paris un événement pour mobiliser contre ce projet d’Herakles Farms. Un projet similaire de plantations d’huile de palme au Libéria, provoquant accaparement des terres, a été révélé par une enquête de Basta !lire ici).

Notes

[1] Lire le rapport Le treizième travail d’Héraklès ?

BASTAMAG

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

nouveaux radars embarqués: machine à verbalisation massive,le cadeau de Flamby pour cet Été

 

 

Pétition: http://www.liguedesconducteurs.org/petition-radars-mobiles-embarques.html

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

En bon petit soldat du système,Nicolas Doze nous explique que la France n’est pas en faillite ?!

Et après il se demande pourquoi nous en avons tous après les médiamenteurs de son espèce…!

Pour preuve ce petit échange de tweets avec lui hier soir:

Nicolas DOZE – BFM@NicolasDOZE

Piqure de rappel : Pour le news 100% éco c’est BFM Business (le média éco télé-radio). Pour l’information générale tout sujet c’est BFMTV.

Antherot@Antherot

@NicolasDOZE Désolé,je n’ai jamais fait la différence,on y raconte la même désinfo…..!

Nicolas DOZE – BFM@NicolasDOZE

Tous ces tweets qui interprètent les choses par le tamis d’un prisme personnel émanent de gens qui aimeraient vivre le monde qu’ils rêvent.

Antherot@Antherot12 h

@NicolasDOZE On aimerait surtout se débarrasser des cloportes qui nous mènent à l’esclavage et vous en êtes leur relayeur!mm panier de crabes

Nicolas DOZE – BFM@NicolasDOZE

Pourquoi tout ceux qui considèrent que les médias disent n’importe quoi et désinforment continuent à les consommer avec avidité ?

Antherot@Antherot

@NicolasDOZE Contrairement à  vous nous ne pratiquons pas la pensée unique,séparer le bon grain de l’ivraie,le bon grain rarement chez vous!

Ensuite,voyant que je devenais plus précis quand à ceux qui nous ont mis dans cette merdasse et pourquoi nous nous méfions tant des médias meanstream ,il a supprimé plusieurs de ses questions,mais voici les réponses:

Antherot@Antherot

@NicolasDOZE Pourquoi vous me posez la question,alors que vous connaissez la réponse…tout sauf les médias « mainstream » aux ordres…!

Antherot@Antherot

@NicolasDOZE Aux ordres des lobbies,des pontes du CAC et des grands « Bankters »…etc… Allez,je vous aide un peu….! http://oua.be/s1z

Antherot@Antherot

@Antherot @NicolasDOZE Aujourd’hui, les merdias c’est un peu le fast food de l’info. Ca sort du four et tu l’avales.Gavés! Mais incultes!

Et le meilleur pour la fin:

Antherot@Antherot

@NicolasDOZE  BFM,pro sioniste?!http://www.youtube.com/watch?v=S-B4K0-wlVE …

Fin de la discussion………………………………….

 
3 Commentaires

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Pays basque : une monnaie locale pour un changement global

Par Rémi Rivière (31 janvier 2013)

C’est l’une des plus importantes monnaies locales en France, avec le Sol Violette à Toulouse : l’eusko vient d’être lancé à Bayonne. Quel intérêt face à l’euro ? Favoriser l’économie locale, soutenir les circuits courts, plus écologiques, développer les entreprises éthiques et contribuer au progrès social. Des dizaines de commerçants, d’artisans et d’associations s’y sont déjà convertis. Reportage au Pays basque, qui entre dans la zone eusko.

« C’est la première fois que je vois une Assemblée générale se terminer à l’heure », s’emballe le jeune directeur d’une petite entreprise, coup d’œil furtif sur sa montre, avant de noyer cette synthèse mémorable dans une joyeuse gorgée de cidre basque. La démonstration de l’association Euskal Moneta (Monnaie basque), le 23 janvier à Ustaritz, était irréprochable, comme il se doit lorsque l’on met au vote la création d’une monnaie locale et que l’on ambitionne d’y associer des valeurs éthiques d’économie solidaire, sociale ou écologique.

En moins de trois heures, les questions les plus pointues ont reçu les réponses les plus simples et les infographies menaçantes ont fini par esquisser des issues prometteuses. Avec la même sérénité appliquée et après un an et demi de travail, les créateurs bénévoles de « l’Eusko » (variante du mot « basque ») ont proclamé, devant une centaine d’adhérents au projet, le lancement de la monnaie basque alternative. Et ont assuré qu’elle deviendrait la plus importante de l’hexagone. Un serment déjà à moitié tenu, avant même que ne circulent les nouvelles coupures dans les commerces du Pays basque.

Sol Violette à Toulouse, Eusko à Bayonne

En quelques semaines, près de 190 entreprises, commerçants, artisans et associations ont été rejoints par plus de 600 particuliers. Un nombre qui devrait progresser rapidement dès les premières transactions et l’ouverture des bureaux de change, le 31 janvier. Un résultat exceptionnel, à comparer aux 70 structures qui utilisent la monnaie complémentaire de Toulouse, le Sol violette, durant son expérimentation, entre mai et décembre 2011.

« A notre connaissance, le Sol violette est la monnaie locale la plus forte de l’hexagone et compte près d’un millier d’utilisateurs », indique Txetx Etcheverry, trésorier de l’association Euskal Moneta. 2 500 systèmes de monnaies locales et solidaires sont recensés à travers le monde, dont une quinzaine en France. Le Pays basque possède naturellement des atouts majeurs grâce à une identité forte, des outils de relocalisation de l’économie et un tissu militant extrêmement vigoureux.

Une monnaie solidaire pour une économie locale

A Villeneuve-sur-Lot, les créateurs de la monnaie complémentaire « l’abeille », lancée il y a près de trois ans, ne s’y sont pas trompés. Ils ont reçu les basques pour un cours pratique en estimant que ce territoire possédait toutes les garanties du succès. Il fallait voir, ce 19 janvier, les premiers adhérents de la monnaie basque se procurer avec empressement des coupures de 1, 2, 5, 10 et 20 euskos pour leur équivalent euros (1 eusko est égal à 1 euro). Les liasses multicolores, bleues, vertes, jaunes ou mauves pâles, encore pleines de relents d’encres, figurant la culture basque en verso, et son économie en recto, disparaissaient dans les poches.

Ce jour-là, au siège de la Chambre d’agriculture alternative [1], 6 500 euros ont été changés en autant d’euskos durant l’Assemblée générale de l’association agricole. Et pas besoin de grands discours. Au cœur d’une structure qui défend déjà une autre économie agricole, l’intérêt d’une monnaie locale et solidaire va de soi. Ainsi, les paysans basques sont en train de réintroduire le blé panifiable (utilisé pour le pain), disparu du paysage il y a plus d’un demi siècle. Dans quelques mois, les boulangers basques pourront se procurer de la farine fabriquée localement.

……….

La suite sur BASTAMAG

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séismes de mag 6.0 et 6.2 Îles Santra Cruz,archipel des Salomon

globe showing location of 10-degree map

 

10-degree map showing recent earthquakes

Ampleur 6.0 / 6,2
Date-Heure
Emplacement 10,628 ° S, 166,382 ° E
Profondeur 9.2 km (5,7 miles)
Région SANTA CRUZ ILES
Distances 60 km (37 miles) E de Lata, Îles Salomon
544 km (338 miles) N de Luganville, Vanuatu
717 km (445 miles) ESE de Honiara, Îles Salomon
809 km (502 miles) NNO de Port-Vila, Vanuatu

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 31 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :