RSS

L’industrie du gaz de schiste fait aussi dans la novlangue: ne dites plus « fracturation », mais « massage de la roche »!

24 Jan

Voilà comment,tout comme nos politicomenteurs l’on essaie par manipulation de l’esprit de vous faire accepter l’inacceptable ou dans le cas présent de vous suggérer un effet moins néfaste de l’action menée sur la roche dans le but avérer d’éviter la critique et ainsi de mener leurs méfaits à bien!

 

 

Pour remporter une bataille politique, il faut d’abord prendre l’avantage sur le terrain intellectuel. Gagner la guerre des mots. Les industriels du pétrole n’ont pas tous lu Gramsci. Mais ils mettent en pratique les analyses du théoricien communiste italien. Témoin, leurs réflexions actuelles autour du gaz de schiste. En France, l’exploitation de cet hydrocarbure non conventionnel est aujourd’hui interdite par la loi. En changeant le vocabulaire utilisé dans ce débat, est-il possible de sortir à terme du blocage ? Notamment en ne parlant plus de la très controversée « fracturation hydraulique », seule technique disponible pour extraire cette source d’énergie.

Christophe de Margerie, le PDG de Total, se pose la question. « Je suis fasciné par la manière dont le terme de « fracturation » a cristallisé les clivages. Aux Etats-Unis, on parle de massaging de la roche. C’est peut-être une idée ? », s’interrogeait-il dans un entretien au Monde, le 11 janvier.

« Le mot fracturation ne suffit pas à décrire toutes les technologies possibles, ajoutait quelques jours plus tard son homologue de GDF-Suez, Gérard Mestrallet, devant la presse. Parler de « stimulation » de la roche, c’est déjà moins violent. » Et de suggérer d’autres termes encore, comme « brumisation », dans l’espoir que le dossier soit réouvert…

En 2012, une étude publiée par l’université de Louisiane a effectivement montré que l’opposition à ces techniques était plus faible lorsque le mot « fracturation » était remplacé dans les sondages par des termes comme « injection à haute pression ».

EUPHÉMISMES

Un casse-tête pour les hommes de communication chargés de promouvoir les gaz de schiste. Fracturation, cela fait peur. « On pense à une jambe cassée, et on a l’impression qu’on crée de profondes failles dans la roche », résume Yves-Marie Dalibard, le directeur de la communication de l’Union française des industries du pétrole. Or pour extraire le gaz piégé dans des roches imperméables, les pétroliers n’y créent que des fissures d’une largeur « équivalente à celle d’un grain de sable », plaide ExxonMobil.

«  »Fissuration » serait donc un mot plus adapté, juge Roland Vially, géologue à IFP Energies nouvelles. Mais c’est celui de « fracturation » qui est employé par tout le monde depuis plus de cinquante ans, notamment aux Etats-Unis. Changer le vocabulaire risque de compliquer les choses. »

Quant aux autres mots proposés, ils ne paraissent guère adéquats. « Massage » et « stimulation » ont des connotations érotiques gênantes. Et « brumisation » semble un euphémisme vraiment trop « soft ».

« Je comprends que les pétroliers tentent de rendre la fracturation acceptable, comme lorsqu’Areva a parlé de recyclage des déchets nucléaires au lieu de retraitement, pour donner l’illusion qu’une solution avait été trouvée au problème, commente Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie-Les Verts. Mais la réalité, c’est bien que cette technologie casse la roche ! » Même tonalité chez Greenpeace : « N’entrons pas dans le débat sémantique, ni même dans celui sur la technique, recommande Anne Valette, chargée de campagne Climat pour l’organisation. Pour éviter le réchauffement du climat, il faut surtout ne pas exploiter de nouvelles réserves fossiles. »

Pour les pétroliers, la bataille des mots n’est pas gagnée.

Denis Cosnard

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/01/22/gaz-de-schiste-ne-dites-plus-fracturation-mais-massage-de-la-roche_1820407_3244.html

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 24 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

7 réponses à “L’industrie du gaz de schiste fait aussi dans la novlangue: ne dites plus « fracturation », mais « massage de la roche »!

  1. realinfos

    24 janvier 2013 at 19 h 37 min

    La malédiction du gaz de schiste

    De la Pologne à la Pennsylvanie, Lech Kowalski met à jour le fossé entre le discours des industriels et la réalité de l’exploitation du gaz de schiste. Un film coup de poing.

    La malédiction du gaz de schiste
    mardi, 29 janvier 2013 à 20:50
    Rediffusion samedi 2 février à 10H25 et mercredi 13 février à 09H55
    (France, 2012, 75mn)
    ARTE

     
  2. Mundus

    24 janvier 2013 at 21 h 04 min

    Merci, j’ai beaucoup ri….bientôt le massage thaïlandais de la roche ou la petite gaterie de la roche….j’arrête sinon ça va devenir obscène !!!
    déjà à l’époque j’avais remarqué qu’ils avaient remplacé Fracturation par stimulation mais là ils font vraiment fort et pitoyable..à ce train, ils vont épuiser tout le vocabulaire français pour nous CON-vaincre ou pour se convaincre des fois…..

     
    • realinfos

      24 janvier 2013 at 22 h 05 min

      La fin justifie les moyens…! 🙂

       
  3. myvong

    25 janvier 2013 at 15 h 26 min

    Donc moi j’ai eu comme cadeau une fracturation du corps!! c’est bien ce qui me semblait…. tout le monde en vante les mérites……… maintenant je comprends pourquoi j’ai des doutes🙂

     
    • realinfos

      25 janvier 2013 at 15 h 33 min

      Ben moi,on m’a fracturé le sex,alors imagines…. :o() 🙂

       
  4. myvong

    25 janvier 2013 at 16 h 41 min

    heureusement que tu n’as pas eu droit au plâtre ha ha ha ha

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :