RSS

Archives du 15 janvier 2013

Air Berlin supprime 900 postes….

 

Air Berlin va supprimer près de 10% de ses effectifs dans le cadre de son nouveau plan d’économies de coûts dévoilé en octobre. Le second transporteur allemand qui souhaite économiser 400 ME par an devrait au total éliminer 900 emplois. En plus de la diminution de sa force de travail, le groupe détenu à 30% par Etihad entend également concentrer ses vols sur les routes les plus rentables, telles celles vers Majorque. La compagnie va ramener sa flotte à 142 avions cette année, contre 158 à fin septembre 2012. La seconde compagnie allemande, qui n’a pas enregistré de profit opérationnel en année pleine depuis 2007 a déjà coupé ses capacités, fermé des routes non rentables et reporté des commandes d’avions afin de redresser la barre.

http://www.boursier.com/actions/actualites/news/air-berlin-va-supprimer-10-de-ses-effectifs-514172.html

 
1 commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le gaz coupé à une vieille dame aveugle….

Gérard Cayrol, le propriétaire du logement met en place le chauffage d'appoint./Photo DDM - A.M. ()

 

Gérard Cayrol le logeur de Jeanne Fajardeau ne décolère pas. Le mardi 8 janvier les services du gaz sont venus au 48 rue Nationale à Montréjeau pour couper le gaz laissant Jeanne Fajardeau sans chauffage. La cliente n’a pu payer le montant de sa facture qui s’élève à 1 423€.

Âgée de 86 ans Jeanne Fajardeau est aveugle, diabétique et malentendante. Sans famille elle est accompagnée par une aide ménagère. Il semblerait que le montant élevé de la facture soit dû à un réajustement de relevé de gaz correspondant à 3 000 m3.

Ce réajustement ferait suite au changement de fournisseur de gaz, nous indique Gérard Cayrol.

Alerté, le propriétaire est venu apporter un chauffage d’appoint. «N’ayant pu trouver d’assistante sociale j’ai fait appel mercredi 9 janvier au service du conseil général pour signaler les faits», expliquet Gérard Cayrol. Le conseil général devait rappeler depuis plus rien.

Éric Miquel le maire de Montréjeau a été également alerté, il doit faire agir les services sociaux de la commune, vraisemblablement qu’une partie de la facture sera payée. Souhaitons que très rapidement le gaz soit rétabli. La vielle dame habite un logement composé de quatre pièces, rez-de-chaussée et étage. Son chauffage central est récent, la chaudière à moins de 3 ans.

Le maire réagit

Éric Miquel maire de Montréjeau que nous avons rencontré, nous a affirmé avoir pris contact avec les services concernés du conseil général et de Gaz de France dès qu’il a été alerté vendredi.

«Le CCAS de Montréjeau est saisi du dossier, une solution sera rapidement trouvée. Jeanne Fajardeau n’a jamais fait parler d’elle, effectivement elle est âgée et endure divers handicaps, une solution d’accompagnement serait peut-être souhaitable», indique le maire. «Je suis en rapport avec le propriétaire du logement, tout le monde est mobilisé pour trouver une solution rapide» précise ce dernier.

http://www.ladepeche.fr/article/2013/01/15/1535981-montrejeau-a-86-ans-on-lui-coupe-le-gaz.html

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Renault prévoit de supprimer 7500 postes en France d’ici fin 2016

 

La direction de Renault a annoncé mardi aux syndicats qu’elle prévoyait de supprimer 7500 postes en France d’ici à fin 2016, avec notamment 5700 départs naturels (retraite), soit plus de 15% des effectifs actuels, a indiqué à l’AFP une porte-parole du constructeur.

Outre les 5700 départs naturels non renouvelés prévus entre 2013 et 2016, la direction envisage 1800 départs supplémentaires en prolongeant et élargissant le dispositif sur les carrières spécifiques, mais elle le soumet à un accord préalable avec les syndicats, selon la porte-parole de Renault.

La direction indique qu’elle prévoit ainsi d’élargir la dispense d’activité des carrières spécifiques (DACS), qui accompagne certains salariés en fin de carrière, à tous les collaborateurs, quel que soit leur statut et sans critère de pénibilité.

Jusqu’à présent ce dispositif de retraite anticipée était soumis à des critères d’âge (trois ans avant la date légale de départ à la retraite), de pénibilité et de métiers. Il prévoit une suspension de contrat rémunérée à 75% du salaire.

« Si un accord était signé avec les organisations syndicales, ce redéploiement des effectifs ne nécessiterait ni fermeture de site, ni plan de sauvegarde de l’emploi, ni plan de départ volontaire », a indiqué Gérard Leclercq, directeur des opérations France, à l’issue d’une nouvelle réunion avec les syndicats sur la compétitivité.

Ces redéploiements permettraient de « réaliser des recrutements sur les compétences critiques », indique Renault dans un communiqué sans chiffrer le nombre d’embauches envisagées.

« Dans la perspective d’une restauration progressive du marché européen, la mise en place d’un tel accord permettrait ainsi d’avoir une croissance de la production en France plus soutenue que celle du marché européen », explique Renault dans un communiqué.

La baisse des effectifs, qui sont aujourd’hui de 44’642 en France, contribuerait à une économie sur les frais fixes de l’ordre de 400 millions d’euros, selon Renault, et lui permettrait de « retrouver des marges de manoeuvre pour investir et développer ses activités », ajoute la direction.

Renault, qui vient de signer un accord de compétitivité majeur en Espagne, espère sceller un accord similaire en France dans les prochaines semaines. Ces accords censés ajuster travail et salaires à la conjoncture en contrepartie du maintien de l’emploi se multiplient dans l’automobile dont les ventes sont en berne en Europe de l’Ouest.

Afp

 

 
1 commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Contrôle des armes à feu: New York devient l’un des États les plus stricts

Le gouverneur de l'État de New York Andrew... (PHOTO PHILIP KAMRASS, REUTERS)

 

Les dirigeants de l’État de New York adopteront mardi une des lois de contrôle des armes à feu les plus sévères en vigueur aux États-Unis.

La loi a été adoptée par un vote de 43-18 lundi soir au sénat de l’État. L’assemblée – qui est contrôlée par les démocrates du gouverneur Andrew Cuomo – a mis fin à ses travaux vers minuit et se penchera de nouveau sur la question à compter de 10 h, mardi.

L’adoption finale de la loi est vue comme une formalité.

La nouvelle loi stipule qu’une arme qui présente une seule caractéristique militaire sera dorénavant considérée comme étant un fusil d’assaut, alors que la version précédente de la loi demandait la présence de deux caractéristiques.

Les ventes privées d’un fusil d’assaut devront faire l’objet d’une vérification d’antécédents, sauf si la vente se fait entre deux membres d’une même famille. Les ventes de fusils d’assaut par Internet seront interdites, et l’entreposage non sécuritaire d’une arme à feu pourra se traduire par des accusations criminelles.

Les chargeurs ne pourront plus contenir que sept balles, contre 10 présentement, et les propriétaires actuels de chargeurs grande capacité auront un an pour les vendre à quelqu’un à l’extérieur de l’État de New York. Un individu trouvé en possession d’un chargeur contenant huit balles ou plus pourra faire l’objet d’accusations.

De plus, un thérapeute qui croit qu’un patient traité pour des problèmes de santé mentale a l’intention d’utiliser une arme pour commettre un crime devra le dénoncer à son supérieur, qui en informera le département des Services de justice criminelle. L’arme d’un patient pourrait aussi lui être confisquée.

Les peines prévues pour l’assassinat par balle d’un premier répondant sont alourdies. Cette mesure a été adoptée après que deux pompiers qui répondaient à un appel aient été abattus le mois dernier.

Il y aurait 300 millions d’armes en circulation aux États-Unis, et 45 % des foyers en posséderaient au moins une.

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201301/15/01-4611328-controle-des-armes-a-feu-new-york-devient-lun-des-etats-les-plus-stricts.php

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche ce Mardi 15 Janvier 2013.

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Regain d’activité du volcan Stromboli

Regain d'activité du volcan Stromboli

Le volcan italien Stromboli enregistre un regain d’activité depuis quatre jours. Un énorme nuage couronne cette île touristique des Eoliennes, au large de la Calabre, a-t-on appris lundi auprès de l’Institut national de géophysique italien.

Stromboli fait partie d’un archipel de sept îles au nord de l’extrémité orientale de la Sicile. Ce volcan est en activité permanente, avec de fréquentes projections incandescentes, mais lundi vers 04h00, une violente explosion y a été enregistrée, laissant s’échapper une coulée de lave en mer.

Huit heures plus tard, un gigantesque nuage est apparu, accompagnant une nouvelle coulée. Plus de 23 mouvements sismiques ont été enregistrés dans les dernières heures. Une brume s’est élevée aussi sur la mer, en raison du réchauffement de l’eau.

Le maire de Stromboli Marco Giorgianni a assuré aux quelque 500 habitants que la situation était sous contrôle et qu’ils ne couraient aucun risque. L’Institut national de géophysique et de vulcanologie surveille de près la situation. Des experts de la protection civile italienne doivent y débarquer dans les prochains jours pour suivre l’évolution du volcan.

Ats

Webcams:

http://www.ct.ingv.it/index.php?option=com_wrapper&view=wrapper&Itemid=214

 

 

Stromboli-14-janvier

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nucléaire : Comment Areva laisse mourir ses travailleurs au Niger….

Par Emmanuel Haddad (14 janvier 2013)

Les Français s’éclairent et se chauffent grâce à leur travail : ces centaines de mineurs nigériens qui ont passé 20 ou 30 années de leur vie à extraire de l’uranium pour Areva. De l’uranium qui, importé en France, alimente ensuite nos 58 réacteurs nucléaires. Souvent victimes des effets des radiations, ils souffrent et meurent aujourd’hui dans l’indifférence. Pas question de reconnaître leurs maladies professionnelles. Combien de temps le leader français du nucléaire continuera-t-il à les mépriser ? Reportage.

 

 

L’extraction minière d’uranium au Niger serait-elle l’une des activité les plus sûres au monde ? Le leader français du nucléaire y exploite deux mines depuis le début des années 1970, et emploie aujourd’hui 2 600 personnes. Or, en un demi-siècle, seuls sept dossiers de maladies professionnelles d’employés travaillant dans les mines d’uranium d’Arlit et Akokan, dans le Nord-Niger [1], ont été validés par la sécurité sociale nigérienne. Et sur les sept travailleurs victimes de pathologies professionnelles, cinq sont des expatriés français, indique Ousmane Zakary, du Centre de sécurité sociale de Niamey. Seuls deux mineurs nigériens sont concernés, alors que le personnel nigérien constitue 98% des employés d’Areva sur place. Une performance sanitaire !

L’extraction d’uranium ne serait-elle pas plus dangereuses pour la santé des travailleurs que la culture d’oignon ou de mil ? Les Français, dont une large part de l’électricité est produite grâce au minerai nigérien – qui alimente un tiers des 58 réacteurs nucléaires – doivent-ils se réjouir de l’attention portée par Areva à la santé de ses salariés ?« Les mineurs d’uranium sont exposés à des radiations ionisantes tant par irradiation externe qu’interne. Ils sont exposés dans les carrières d’uranium, les mines souterraines, les usines d’extraction de l’uranium, mais aussi à leur domicile et en ville », décrit pourtant Bruno Chareyron, directeur du laboratoire de la Commission d’information et de recherche indépendantes sur la radioactivité (Criirad). L’organisme a réalisé de nombreuses analyses sur la présence de gaz radioactifs dans l’air, l’eau et l’alimentation à Arlit. Dans cette zone, 35 millions de tonnes de déchets radioactifs sont empilés à l’air libre depuis le début de l’exploitation. Au gré du vent, du gaz radon et ses dérivés s’en échappent. Des substances « classées cancérigènes pour l’homme par l’IARC [Centre international de recherche sur le cancer] dès 1988 », précise l’ingénieur en physique nucléaire.

Pas de suivi médical pour les anciens mineurs

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de maladies professionnelles déclarées ? Soit Areva est effectivement exemplaire, soit ces maladies professionnelles sont dissimulées, écartées des études et des statistiques. Au Centre de sécurité sociale de Niamey, la capitale nigérienne, Ousmane Zakary esquisse une réponse. C’est le médecin des filiales d’Areva en charge de l’extracion (la Somaïr et la Cominak) qui doit alerter la sécurité sociale de l’existence d’une maladie professionnelle au sein de son personnel. Puis un médecin du travail mène une contre-expertise. Or « de nombreux ouvriers se plaignent que le médecin de la Cominak leur pose des problèmes pour déclarer leur maladie professionnelle. On essaye de leur cacher leur situation de santé », témoigne Ousmane.

Pire : seuls les mineurs en activité peuvent recevoir une prise en charge sanitaire de l’État nigérien. « Il n’y a pas de suivi médical pour les anciens mineurs. Pourtant les maladies liées à la radiation se déclarent souvent des années plus tard, décrit Ousmane. « Il y a quatre ans, le directeur adjoint d’Areva au Niger et son DRH sont venus pour en savoir plus sur la situation des anciens mineurs ». Cette visite n’a rien changé : les anciens travailleurs des mines d’uranium du Niger ne sont toujours pas couverts par leur ancienne entreprise ou par l’État.

« Ils sont tous morts ! »

Pourtant, les témoignages de malades ou de familles d’anciens mineurs décédés affluent.« Mon mari faisait partie des premiers agents de la Somaïr. Tous ses collègues sont morts, de cancers, de problèmes de reins, de foie… Parmi ceux qui sont restés, beaucoup sont malades ou paralysés. Mais on ne peut pas dire que c’est lié directement à l’irradiation, il aurait fallu faire des études ! », se désole Hamsatou Adamou, sage-femme, responsable de la maternité du centre médical d’Arlit, puis de la Cominak.

Elle participe chaque semaine à la réunion de l’Association des anciens travailleurs du secteur minier et leur famille (ATMSF), créée en 2009 par Boureima Hamidou. Cet ancien échantillonneur de la Cominak, victime de ce qu’il considère comme un licenciement abusif, cinq ans avant sa retraite, a décidé de se mobiliser pour les mineurs. Dans le local exiguë de l’association, des sexagénaires patientent, tous atteints de paralysie, souffrant d’insuffisance rénale ou de troubles pulmonaires. Des survivants. La plupart des mineurs d’Arlit et Akokan qui ont travaillé entre les années 1970 et 1990 pour le compte d’Areva ne sont plus là pour témoigner. « Ceux qui ont pris leur retraite début 1990 n’ont pas tenu deux ans. Ils sont tous morts ! C’était comme une épidémie ! », décrit Cissé Amadou, qui a travaillé vingt ans comme cadre pour la Somaïr à Arlit.

(….)

La suite sur Bastamag

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 15 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :