RSS

Archives du 11 janvier 2013

Prix du gaz : vers une nouvelle hausse rétroactive de 30 euros par foyer !

Les récents recours devant le Conseil d’Etat contre les dernières hausses du prix du gaz, estimées insuffisantes, pourraient, selon Gérard Mestrallet, aboutir à une facturation supplémentaire de 30 euros.

 

 

 

Le dossier des prix du gaz devient de plus en plus épineux. Les recours devant le conseil d’Etat pour attaquer les hausses de prix limitées par l’Etat se multiplient. Après un première annulation d’arrêtés tarifaires au printemps dernier, une prochaine décision est attendue dans les quinze jours. En cas de nouvelle victoire des fournisseurs de gaz contre l’Etat, la facture rétroactive serait limitée à 30 euros par foyer, a déclaré vendredi Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez.

Peu de suspense Le suspense est en effet très mince. Le Conseil d’Etat a examiné cette semaine des recours de GDF Suez et de ses concurrents contre les hausses de 2% en juillet et en octobre dernier. Le rapporteur public, dont les conclusions sont généralement suivies par le Conseil, a recommandé l’annulation des arrêtés en question, selon une source au fait des procédures.

Une surfacturation étalée sur 18 mois « Si ces arrêtés sont annulés, nous sommes déjà convenus entre (la ministre de l’Energie) Delphine Batho et GDF Suez que la récupération sera étalée sur 18 mois, comme cela s’est passé après l’annulation de l’arrêté Fillon », qui avait gelé les tarifs du gaz fin 2011 avant d’être retoqué l’été dernier par le Conseil d’Etat, a-t-il expliqué. Cette précédente annulation s’était soldée par à un complément de facture moyen de 38 € pour un foyer se chauffant au gaz et de 5,1  pour un foyer utilisant l’eau chaude sanitaire au gaz.

Au 1er février : plus ou moins 1% ? Par ailleurs, les tarifs réglementés du gaz devraient être de nouveau modifiés le 1er février, conformément à la réforme présentée début décembre qui prévoit une évolution mensuelle et non plus trimestrielle des prix. Dans tous les cas, la révision devrait être très faible et inférieure à 1%, a laissé entendre Gérard Mestrallet, sans vouloir indiquer s’il s’agira d’une hausse ou d’une baisse.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20130111trib000742037/prix-du-gaz-vers-une-nouvelle-hausse-retroactive-de-30-euros-par-foyer.html

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 11 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce:Nouvelle hausse d’impôts à l’encontre des salariés et professions libérales….!

 

Le parlement grec doit se prononcer dans la nuit de vendredi à samedi sur un projet de loi visant à durcir le régime d’imposition des salariés et professions libérales, a-t-on appris de source parlementaire.

La loi, dont le vote est a priori assuré par la majorité du gouvernement de coalition rassemblant 163 députés sur 300, est une condition préalable pour la poursuite des versements des prêts au pays endetté par l’UE et le FMI.

En prélude d’une grande réforme fiscale prévue par le gouvernement en avril, cette loi vise à renflouer les caisses de l’Etat en engrangeant 2,3 milliards d’euros de recettes fiscales en 2013.

Cette somme doit permettre d’atteindre l’objectif d’économie de 11,5 milliards d’euros sur le budget 2013 que la Grèce a accepté –malgré d’importantes manifestations– en échange des prêts financiers consentis par la zone euro et du Fonds monétaire international pour éviter la faillite du pays.

La Grèce en est à son quatrième budget d’austérité drastique consécutif pour redresser ses finances publiques. En 2013, plus de 9 milliards d’économies doivent être dégagés via des coupes sur les dépenses (salaires de la
fonction publique, retraites, etc..).

Jugeant que la loi allait contribuer à rétablir plus de justice fiscale, et à mieux lutter contre la
fraude, très répandue dans le pays, le ministre des Finances Yannis Stournaras a toutefois reconnu jeudi au parlement, que le projet était surtout une loi de nécessité budgétaire.

Chaque euro que nous allons prendre avec cette loi est un euro de moins à soustraire aux salaires et retraites. Sans ce texte, les 2,3 milliards d’euros que nous allons économiser auraient du être trouvées dans des coupes supplémentaires, a souligné le ministre.

Le gouvernement qui peine à lutter contre la fraude fiscale mise sur l’augmentation de ses recettes via la hausse de l’imposition des professions libérales, champions de l’évasion fiscale, et des salariés au revenu supérieur à 21.000 euros annuels.

Selon la presse, la nouvelle imposition va étrangler la classe moyenne, frappée déjà de plein fouet par les mesures de rigueur imposées depuis trois ans et ayant conduit à une réduction importante des salaires et des
retraites.

M. Stournaras a souligné l’importance de la poursuite des versements des prêts internationaux, qui ont repris en décembre.

La Grèce attend le feu vert lundi des ministres des Finances et du FMI lors d’une réunion de l’Eurogroupe pour le versement de la prochaine tranche portant sur 9,2 milliards d’ici fin janvier, et conditionné au vote de la loi fiscale.

Afp

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Moody’s abaisse la note de Chypre de trois crans

 

L’agence de notation Moody’s a révisé jeudi la note de la dette de Chypre, l’enfonçant encore un peu plus en catégorie spéculative en l’abaissant de trois crans, de B3 à Caa3.

Selon Moody’s, la situation du pays pourrait se détériorer nettement au cours des 12 à 18 prochains mois et le risque que le gouvernement chypriote fasse défaut sur sa dette a augmenté de façon significative, notamment en raison des difficultés du secteur bancaire.

L’agence, qui indique conclure ainsi un processus de révision engagé à la mi-novembre, place la note de solvabilité financière de Chypre sous une perspective négative, ce qui signifie qu’elle pourrait rapidement l’abaisser à nouveau.

Le principal facteur ayant conduit Moody’s à abaisser de trois crans la note des emprunts du gouvernement chypriote est le soutien accru que les banques chypriotes vont vraisemblablement lui demander dans l’année qui vient, indique l’agence de notation dans un communiqué.

En outre, l’issue des négociations avec la troïka, qui regroupe le Fonds monétaire international (FMI), l’Union européenne (UE) et la banque centrale européenne (BCE), reste incertaine, note-t-elle.

Moody’s, qui attribue la note Caa3 aux émetteurs de qualité médiocre présentant un vrai risque de non-remboursement, avait déjà abaissé le 8 octobre de trois crans la note de Chypre, lorsqu’elle l’avait portée à B3.

Afp

 

Lire aussi:

Chypre : Pas d’accord sur le sauvetage en janvier-Juncker

Chypre se dit victime de la restructuration de la dette grecque Merkel juge problématique un sauvetage de Nicosie.

http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/chypre-pas-d-accord-sur-le-sauvetage-en-janvier-juncker-839962.php

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

American Express annonce la suppression de 5400 emplois

Le groupe de cartes de crédit American Express a annoncé jeudi la suppression... (PHOTO ARCHIVES AP)

 

Le groupe de cartes de crédit American Express a annoncé jeudi la suppression de 5400 emplois pour «s’adapter à la révolution numérique» et alléger ses coûts, même s’il a parallèlement annoncé un bénéfice trimestriel meilleur qu’attendu.

Ces 5400 suppressions d’emploi, qui auront lieu «proportionnellement» aux revenus du groupe aux États-Unis et à l’international, représentent 8,5 % des effectifs actuels du groupe, qui s’élèvent à 63 500 personnes.

Amex prévoit toutefois qu’elles seront partiellement compensées par des créations de postes dans d’autres secteurs du groupe et il a précisé dans un communiqué s’attendre en fin d’année à des effectifs de «4 à 6 % inférieurs à leurs niveaux actuels».

«L’environnement économique reste difficile et nous avons besoin d’adapter nos activités», «d’alléger notre structure et de la rendre plus efficace» pour «réaliser tout notre potentiel», a justifié le PDG Ken Chenault lors d’une conférence d’analystes.

Pendant «les deux années à venir notre but est de maintenir la hausse de nos dépenses opérationnelles sous 3 %», a-t-il ajouté.

Les réductions de postes auront lieu graduellement tout au long de 2013 et les économies qui en découleront seront ressenties en partie cette année, mais essentiellement l’an prochain.

Le secteur des voyages «évolue», en particulier «le voyage d’affaires», et cette division sera donc la plus touchée et va être dotée d’une plus grande automatisation, sur internet et sur les appareils mobiles, a détaillé M. Chenault.

Le groupe veut aussi généralement «réduire la taille de (ses) effectifs tout en concentrant la bonne part de nos ressources au risque et au contrôle des activités», et «éliminer les doublons pour plus d’efficacité».

Les indemnités de licenciement représentent l’essentiel d’une lourde charge de restructuration de 400 millions de dollars qui sera passée au quatrième trimestre.

Amex a passé une autre charge de 342 millions de dollars correspondant à l’amélioration des systèmes de prévisions des futures primes de fidélité pour ses membres, alors que ces programmes coûtent de plus en plus cher au groupe.

Enfin, 153 millions de dollars sont liés à des remboursements à des clients utilisateurs de «diverses transactions remontant à plusieurs années», y compris des coûts de règlements liés à des litiges, précise le communiqué d’Amex.

Les charges exceptionnelles s’élèvent donc au total à 895 millions de dollars. En les prenant en compte, le bénéfice net du quatrième trimestre ressort à 637 millions de dollars contre 1,2 milliard de dollars un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels et par action, le bénéfice s’élève à 1,09 dollar alors que les analystes tablaient sur 1,06 dollar en moyenne.

Le chiffre d’affaires du quatrième trimestre net de dépenses d’intérêts s’est élevé à 8,1 milliards de dollars, en hausse de 5 % sur un an, conforme aux prévisions moyennes de Wall Street (8,12 milliards de dollars).

Les dépenses des clients détenteurs de cartes étaient 8 % supérieures à celles de l’an dernier, malgré un bref repli fin octobre/début novembre à cause de l’ouragan qui a ralenti les dépenses des consommateurs et des entreprises dans le nord-est des États-Unis, poursuit American Express.

L’action reculait de 0,72 % à 60,35 dollars vers17 h lors des échanges électroniques suivant la clôture de la séance officielle.

Le groupe publiera comme prévu l’intégralité de ses résultats pour le quatrième trimestre et l’année 2012 le 17 janvier.

http://affaires.lapresse.ca/economie/services-financiers/201301/10/01-4610187-american-express-annonce-la-suppression-de-5400-emplois.php

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :