RSS

Étienne de La Boétie: « Discours de la servitude volontaire ou le Contr’un « 

04 Jan

 

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr’un est un ouvrage rédigé en 1549 par Étienne de La Boétie à l’âge de 18 ans. Sa première publication date exactement de 1574.

Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l’absolutisme qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu’il a été rédigé par un jeune homme d’à peine 18 ans. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaye d’analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

Lorsqu’il écrit ce texte, vers 1548, Etienne de La Boétie est un étudiant en droit de 18 ans, à l’université d’Orléans, qui se prépare à une carrière dans la magistrature. Sans doute marqué par la brutalité de la répression d’une révolte anti-fiscale en Guyenne en 1548, il traduit le désarroi de l’élite cultivée devant la réalité de l’absolutisme. Le Discours de la servitude volontaire constitue une remise en cause de la légitimité des gouvernants, que La Boétie appelle « maîtres » ou « tyrans ». Quelle que soit la manière dont un tyran s’est hissé au pouvoir (élections, violence, succession), ce n’est jamais son bon gouvernement qui explique sa domination et le fait que celle-ci perdure. Pour La Boétie, les gouvernants ont plutôt tendance à se distinguer par leur impéritie. Plus que la peur de la sanction, c’est d’abord l’habitude qu’a le peuple de la servitude qui explique que la domination du maître perdure. Ensuite viennent la religion et les superstitions. Mais ces deux moyens ne permettent de dominer que les ignorants. Vient le « secret de toute domination » : faire participer les dominés à leur domination. Ainsi, le tyran jette des miettes aux courtisans. Si le peuple est contraint d’obéir, les courtisans ne doivent pas se contenter d’obéir mais doivent aussi devancer les désirs du tyran. Aussi, ils sont encore moins libres que le peuple lui-même, et choisissent volontairement la servitude. Ainsi s’instaure une pyramide du pouvoir : le tyran en domine cinq, qui en dominent cent, qui eux-mêmes en dominent mille… Cette pyramide s’effondre dès lors que les courtisans cessent de se donner corps et âme au tyran. Alors celui-ci perd tout pouvoir acquis.

Dans ce texte majeur de la philosophie politique, repris à travers les âges par des partis de colorations diverses, La Boétie oppose l’équilibre de la terreur qui s’instaure entre bandits, égaux par leur puissance et qui se partagent à ce titre le butin des brigandages, à l’amitié qui seule permet de vivre libre. Le tyran, quant à lui, vit dans la crainte permanente : n’ayant pas d’égaux, tous le craignent, et par conséquent, il risque à chaque instant l’assassinat. Elias Canetti fera une peinture similaire du « despote paranoïaque » dans son chef d’œuvre, Masse et puissance.

Si La Boétie est toujours resté, par ses fonctions, serviteur fidèle de l’ordre public, il est cependant considéré par beaucoup comme un précurseur intellectuel de l’anarchisme et de la désobéissance civile. Également, et surtout, comme l’un des tout premiers théoriciens de l’aliénation.

……….

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tienne_de_La_Bo%C3%A9tie

 

 

Extrait:

« Pour le moment, je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d’hommes,

tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance

que celle qu’ils lui donnent, qui n’a pouvoir de leur nuire qu’autant qu’ils veulent bien

l’endurer, et qui ne pourrait leur faire aucun mal s’ils n’aimaient mieux tout souffrir de lui que

de le contredire. Chose vraiment étonnante — et pourtant si commune qu’il faut plutôt en gémir

que s’en ébahir -, de voir un million d’hommes misérablement asservis, la tête sous le joug, non

qu’ils y soient contraints par une force majeure, mais parce qu’ils sont fascinés et pour ainsi dire

ensorcelés par le seul nom d’un, qu’ils ne devraient pas redouter — puisqu’il est seul — ni aimer

— puisqu’il est envers eux tous inhumain et cruel. Telle est pourtant la faiblesse des hommes :

contraints à l’obéissance, obligés de temporiser, ils ne peuvent pas être toujours les plus forts. Si

donc une nation, contrainte par la force des armes, est soumise au pouvoir d’un seul — comme

la cité d’Athènes le fut à la domination des trente tyrans —, il ne faut pas s’étonner qu’elle serve,

mais bien le déplorer. Ou plutôt, ne s’en étonner ni ne s’en plaindre, mais supporter le malheur

avec patience, et se réserver pour un avenir meilleur.

Nous sommes ainsi faits que les devoirs communs de l’amitié absorbent une bonne part de

notre vie. Il est raisonnable d’aimer la vertu, d’estimer les belles actions, d’être reconnaissants

pour les bienfaits reçus, et de réduire souvent notre propre bien-être pour accroître l’honneur et

l’avantage de ceux que nous aimons, et qui méritent d’être aimés. Si donc les habitants d’un pays

trouvent parmi eux un de ces hommes rares qui leur ait donné des preuves d’une grande prévoyance

pour les sauvegarder, d’une grande hardiesse pour les défendre, d’une grande prudence pour les

gouverner ; s’ils s’habituent à la longue à lui obéir et à se fier à lui jusqu’à lui accorder une certaine

suprématie, je ne sais s’il serait sage de l’enlever de là où il faisait bien pour le placer là où il pourra

faire mal ; il semble, en effet, naturel d’avoir de la bonté pour celui qui nous a procuré du bien, et

de ne pas en craindre un mal.

Mais, ô grand Dieu, qu’est donc cela ? Comment appellerons-nous ce malheur ? Quel est ce

vice, ce vice horrible, de voir un nombre infini d’hommes, non seulement obéir, mais servir, non

pas être gouvernés, mais être tyrannisés, n’ayant ni biens, ni parents, ni enfants, ni leur vie même

qui soient à eux ? De les voir souffrir les rapines, les paillardises, les cruautés, non d’une armée,

non d’un camp barbare contre lesquels chacun devrait défendre son sang et sa vie, mais d’un seul !

Non d’un Hercule ou d’un Samson, mais d’un hommelet souvent le plus lâche, le plus efféminé de

la nation, qui n’a jamais flairé la poudre des batailles ni guère foulé le sable des tournois, qui n’est

pas seulement inapte à commander aux hommes, mais encore à satisfaire la moindre femmelette !

Nommerons-nous cela lâcheté ? Appellerons-nous vils et couards ces hommes soumis ? Si deux,

si trois, si quatre cèdent à un seul, c’est étrange, mais toutefois possible ; on pourrait peut-être dire

avec raison : c’est faute de coeur. Mais si cent, si mille souffrent l’oppression d’un seul, dira-ton

encore qu’ils n’osent pas s’en prendre à lui, ou qu’ils ne le veulent pas, et que ce n’est pas

couardise, mais plutôt mépris ou dédain ?

Enfin, si l’on voit non pas cent, non pas mille hommes, mais cent pays, mille villes, un million

d’hommes ne pas assaillir celui qui les traite tous comme autant de serfs et d’esclaves, comment

qualifierons-nous cela ? Est-ce lâcheté ? Mais tous les vices ont des bornes qu’ils ne peuvent pas

dépasser. Deux hommes, et même dix, peuvent bien en craindre un ; mais que mille, un million,

mille villes ne se défendent pas contre un seul homme, cela n’est pas couardise : elle ne va pas

jusque-là, de même que la vaillance n’exige pas qu’un seul homme escalade une forteresse, attaque

une armée, conquière un royaume. Quel vice monstrueux est donc celui-ci, qui ne mérite pas même

le titre de couardise, qui ne trouve pas de nom assez laid, que la nature désavoue et que la langue

refuse de nommer ?. ..

Qu’on mette face à face cinquante mille hommes en armes ; qu’on les range en bataille, qu’ils

en viennent aux mains ; les uns, libres, combattent pour leur liberté, les autres combattent pour la

leur ravir. Auxquels promettrez-vous la victoire ? Lesquels iront le plus courageusement au combat

: ceux qui espèrent pour récompense le maintien de leur liberté, ou ceux qui n’attendent pour

salaire des coups qu’il donnent et qu’ils reçoivent que la servitude d’autrui ? Les uns ont toujours

devant les yeux le bonheur de leur vie passée et l’attente d’un bien-être égal pour l’avenir.

Ils pensent moins à ce qu’ils endurent le temps d’une bataille qu’à ce qu’ils endureraient, vaincus,

eux, leurs enfants et toute leur postérité. Les autres n’ont pour aiguillon qu’une petite pointe

de convoitise qui s’émousse soudain contre le danger, et dont l’ardeur s’éteint dans le sang de

leur première blessure. Aux batailles si renommées de Miltiade, de Léonidas, de Thémistocle, qui

datent de deux mille ans et qui vivent encore aujourd’hui aussi fraîches dans la mémoire des livres

et des hommes que si elles venaient d’être livrées hier, en Grèce, pour le bien des Grecs et pour

l’exemple du monde entier, qu’est-ce qui donna à un si petit nombre de Grecs, non pas le pouvoir,

mais le courage de supporter la force de tant de navires que la mer elle-même en débordait, de

vaincre des nations si nombreuses que tous les soldats grecs, pris ensemble, n’auraient pas fourni

assez de capitaines aux armées ennemies ? Dans ces journces glorieuses, c’était moins la bataille

des Grecs contre les Perses que la victoire de la liberté sur la domination, de l’affranchissement sur

la convoitise.

Ils sont vraiment extraordinaires, les récits de la vaillance que la liberté met au coeur de ceux

qui la défendent ! Mais ce qui arrive, partout et tous les jours : qu’un homme seul en opprime cent

mille et les prive de leur liberté, qui pourrait le croire, s’il ne faisait que l’entendre et non le voir ?

Et si cela n’arrivait que dans des pays étrangers, des terres lointaines et qu’on vînt nous le raconter,

qui ne croirait ce récit purement inventé ?  »

……….

 

La suite ici

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 4 janvier 2013 dans BILLET D'HUMEUR

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :