RSS

L’Europe contre l’austérité, grève générale en Espagne et au Portugal

14 Nov

L’Europe était mobilisée mercredi contre l’austérité lors d’une journée marquée par des grèves générales en Espagne et au Portugal, deux des pays les plus fragiles de la région, où la riposte populaire grandit contre le chômage et la précarité.

Des arrêts de travail étaient aussi annoncés en Italie et en Grèce, ainsi que des manifestations dans plusieurs autres pays dont la France et l’Allemagne.

« Cette journée sera une étape dans l’histoire du syndicalisme européen », a lancé à Madrid le secrétaire général de CCOO, Ignacio Fernandez Toxo, appelant à la grève contre « le gouvernement du chômage et de la misère ».

« À semer l’austérité, on récolte la récession, l’augmentation de la pauvreté et l’angoisse sociale », a déclaré Bernadette Ségol, secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES) qui coordonne la mobilisation. Et d’ajouter, « dans certains pays, l’exaspération atteint son comble. Des solutions urgentes doivent être prises pour relancer l’économie et non l’asphyxier par l’austérité. »

L’Espagne, quatrième économie de la zone euro, étranglée par un chômage qui frappe un quart des actifs, vivait au ralenti pour sa deuxième mobilisation générale depuis l’arrivée au pouvoir, il y a près d’un an, du gouvernement conservateur de Mariano Rajoy.

Dans la nuit, des piquets de grève agitant les drapeaux rouges des syndicats UGT et CCOO ont envahi Madrid et d’autres grandes villes, prenant position aux portes des usines, des commerces, des marchés de gros ou des gares.

Dans la capitale, des manifestants ont déployé de larges banderoles portant le slogan de cette journée: « Ils nous privent de notre avenir, il y a des coupables, il y a des solutions ». « Grève générale. Ils nous laissent sans avenir », affirmait aussi une banderole barrant l’entrée de l’usine Volkswagen à Pampelune dans le nord de l’Espagne.

« Nous sommes en grève contre la réforme du travail, contre les coupes budgétaires dans tout, contre les hausses d’impôts. On est en train de perdre tout ce que l’on avait obtenu grâce à beaucoup de travail et d’efforts », résumait Rocio Blanco, une gréviste de 48 ans près de la gare d’Atocha à Madrid.

Depuis la dernière grève du 29 mars, les manifestations se succèdent contre la politique d’austérité menée par l’exécutif qui prévoit 150 milliards d’euros d’économies d’ici à 2014 et frappe durement les plus modestes.

L’impact du mouvement était cependant limité par le service minimum en cours en Espagne en pareil cas. Dans les transports en commun, les Madrilènes se résignaient à attendre un peu plus longtemps que d’habitude.

Désabusée, Soledad Jimenez, une dessinatrice de 30 ans, disait ne pas croire que la grève « soit la manière la plus adaptée de protester ». « Il y a des gens qui ne peuvent pas se permettre de perdre une journée de salaire », remarque-t-elle. « J’essaierai d’aller à la manifestation cet après-midi ».

Deux manifestations sont prévues à Madrid, l’une à l’appel des syndicats et l’autre de la mouvance des indignés.

« Cette première grève ibérique » est « un signal fort de mécontentement et un avertissement aux autorités européennes », a estimé Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, le principal syndicat portugais.

Au Portugal, trains et métros étaient à l’arrêt, et de nombreux avions cloués au sol. A Lisbonne, de nombreuses banderoles accrochées aux réverbères appelaient à participer au mouvement.

« La « troïka » dehors », clamaient d’autres affiches demandant le départ du pays des créanciers qui évaluent actuellement les mesures d’austérité mises en oeuvre par le gouvernement en échange de l’aide internationale de 78 milliards d’euros, accordée au pays en mai 2011.

Alors que la croissance dans la zone euro devrait rester au point mort (+0,1%) en 2013, selon la Commission européenne, le Fonds monétaire international a lui-même averti que les politiques de rigueur risquaient de devenir « politiquement et socialement intenables ».

« Nous allons manifester parce qu’ils ignorent les droits du peuple. Des gens sont expulsés de chez eux, et ils augmentent nos impôts », s’indigne Sandra Gonzalez, étudiante de 19 ans à l’université Complutense de Madrid. La journée de mobilisation devrait culminer en fin d’après-midi à Madrid, où une manifestation est programmée.

Le président de la confédération allemande des syndicats (DGB), Michael Sommer s’est dit solidaire avec les pays de l’Europe du sud. « En Grèce, en Espagne, au Portugal, est pratiquée une politique d’austérité sur le dos des gens (…) On détruit ces pays à coup d’économies. (…) C’est pour cela qu’il y a cette résistance, cette révolte », a-t-il souligné, rappelant que des rassemblements étaient organisés dans plusieurs villes d’Allemagne.

Avec Afp

Ici,la carte de toutes les actions menées à travers l’Europe:

http://www.etuc.org/r/1897

La liste des actions indiquées sur cette carte n’est pas définitive. La carte sera actualisée régulièrement.

En direct vidéo:

http://www.livestream.com/globalrevolution

http://rt.com/on-air/pan-european-anger-protests-live/

Madrid

http://elpais.com/especiales/2012/huelga-general/

http://www.livestream.com/spanishrevolutionsol

Athénes

http://www.livestream.com/stopcarteltvgr

http://www.zougla.gr/live

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 14 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

3 réponses à “L’Europe contre l’austérité, grève générale en Espagne et au Portugal

  1. Realinfos

    14 novembre 2012 at 13 h 36 min

    Entre 1.400 et 5.000 manifestants à Bordeaux pour une Europe sociale

    BORDEAUX (Sipa) — Cinq mille manifestants selon les organisateurs, 1.400 selon la police, ont défilé mercredi matin à Bordeaux, entre la place de la République à la place de la Comédie. L’intersyndicale avançait derrière la banderole « solidarité des peuples européens contre l’austérité, pour l’Europe sociale » tandis que plusieurs militants de partis de gauche et anarchistes clôturaient le cortège.

    « Nous demandons une relance économique européenne et une harmonisation sociale », a déclaré à Sipa Bernard Benquet, secrétaire de l’union départementale CFDT de la Gironde. « Il n’y a par exemple pas de salaire minimum en Allemagne, qui peut afficher le plein emploi mais avec des salaires de misère », a-t-il affirmé.

    En tête de cortège, des salariés de Labso Chimie Fine, filiale du laboratoire pharmaceutique allemand, Boehringer Ingelheim, ont protesté contre la fermeture annoncée de l’usine de Blanquefort (Gironde), qui emploie 53 personnes. « L’entreprise fait 1,4 milliard d’euros de bénéfices, et veut délocaliser en Espagne, on ne va pas se laisser faire », a expliqué à Sipa Claude Vincent, délégué syndical CGT.

     
  2. Realinfos

    14 novembre 2012 at 13 h 41 min

    Manifestation européenne anti austérité le 14/11/2012 à Niort

     
  3. yjacquot

    14 novembre 2012 at 23 h 32 min

    vu la baisse du niveau de vie et le recul de l’emploi dans toute l’europe il ne faut pas être surpris que des grèves ou autre mouvement de protestation éclatent,par contre la réponse amenée jusqu’à présent par les politiques est consternante de froideur et d’inhumanité

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :