RSS

Archives du 5 novembre 2012

Réguler le CO2 pour réguler le climat ? Pure absurdité…

 

Il est quand même rassurant de savoir que seuls 19 % des météorologues croient à un changement climatique causé par l’homme. Malheureusement, ce ne sont pas ceux-là que les gouvernements écoutent pour imposer des taxes… Taxes réclamées entre autres par Al Gore, qui a sauté sur l’occasion de Sandy pour en rajouter une couche, voir à la fin de cet article.

Un physicien allemand dit qu’un changement climatique dû aux effets du CO2 humain n’est que  »pure absurdité »

Susanne Posel (mai 2012)

Un article publié dans The Holocene montre qu’il y a 3200 ans  »sécheresses et inondations extraordinaires faisaient partie d’une variabilité entièrement naturelle du climat de la région nord-ouest de la Chine ». Cela se passait pendant l’optimum climatique du moyen-holocène. Cela prouve qu’avec des niveaux « sains » de CO2, le climat terrestre était erratique ; juste comme aujourd’hui.
Les météorologues modernes nient de plus en plus la supposée preuve par les alarmistes d’un réchauffement climatique. Seuls 19 % des météorologues professionnels croient en un changement climatique causé par l’homme.
Klaus-Ekart Puls, physicien et météorologue, est l’un de ces professionnels peu convaincu. Fin 2011, Puls a fait une conférence sur les niveaux marins lors du 4ème symposium sur le climat à Munich.
Il s’est avancé à dire que l’affirmation du panel international des Nations-Unies sur le changement climatique (le GIEC en français, Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat, créé par l’ONU en 1988) comme quoi une régulation du CO2 pourrait  »réguler » le climat, est une  »pure absurdité ».
Puls rappelle qu’il avait l’habitude de répéter comme un perroquet ce que le GIEC lui disait, mais qu’en enquêtant sur les faits derrière leurs revendications, il avait découvert qu’il n’y avait aucune donnée scientifique qui soutenait que le CO2 ou les humains étaient responsables d’un changement climatique.
Puls disait :  »J’ai commencé un jour à contrôler les faits et les données – j’ai démarré avec un sentiment de doute mais j’ai ensuite été outré en découvrant qu’une majorité de ce que le GIEC et les médias nous disaient était une pure absurdité et ne s’appuyait même pas sur des faits scientifiques et des mesures. »
Selon Puls, le changement climatique est normal car la planète passe par des phases de réchauffement,  »il y en avait même beaucoup qui dépassaient de loin l’étendue que nous observons aujourd’hui. Mais il n’y a pas eu de réchauffement depuis 1998. En fait les données fournies par le GIEC montrent même un léger refroidissement. »
Le GIEC prétend que leurs modèles de projection indiquent qu’il y aura une tendance à un réchauffement de 0,2°C tous les dix ans avec une culmination de 2 à 4°C en 2100.
Puls dit que cette assertion est basée sur  »des modèles de projection spéculatifs, soi-disant des scénarios – et non des pronostics. En raison de la forte complexité du climat, des pronostics fiables ne sont juste pas possibles. »
Alors que le débat sur le CO2 manque de réelles données mondiales dans les modèles de projection, le GIEC suppose que le réchauffement climatique n’est basé que sur des  »mécanismes d’amplification spéculatifs » qui ne prennent pas en compte des données empiriques réelles.
Les niveaux de CO2 ont augmenté et pourtant la terre est dans une phase de refroidissement.
Puls est d’accord que les niveaux marins se sont élevés,  »il est pourtant important de se souvenir que le niveau de la mer est une magnitude calculée et non mesurée. Il existe un grand nombre de facteurs qui influencent le niveau de la mer, par exemple les processus tectoniques, le déplacement des continents, les flux de vents, et les volcans. Le changement climatique n’est qu’un seul facteur sur une dizaine. »
Le GIEC dit que les glaciers fondent à cause du changement climatique. Puls présente des observations scientifiques qui contredisent leurs affirmations. »…La couche de glace de l’Antarctique a augmenté aussi bien en surface qu’en volume sur les 30 dernières années et les températures ont chuté. Cette tendance sur 30 ans est facile à voir. La station américaine Amundsen Scott montre une température en déclin depuis 1957. 90 % de la glace terrestre est emmagasinée en Antarctique, une fois et demi plus grande que l’Europe. »

Puls souligne que lorsque les alarmistes parlent du changement climatique ils citent l’effondrement de la corniche de Wilkins (en Antarctique), mais négligent de mentionner que c’est une zone séparée de la péninsule. La zone totalise moins de 1 % de l’Antarctique toute entière. Il y a également de très forts vents d’ouest qui attaquent cette région. C’est le lieu de quelques-unes des plus violentes tempêtes du globe.
Les cycles planétaires font que les couches de glace se défont et se reforment naturellement.
La glace arctique a été mesurée fondre et se reformer depuis les 30 dernières années. Son point le plus bas était en 2007 et les niveaux de la mer n’ont pas été sévèrement affectés, comme voudraient nous le faire croire les alarmistes.
Puls note aussi que les déserts ne s’agrandissent pas, mais qu’en réalité le Sahara a reculé d’une taille grande comme l’Allemagne dans sa partie nord.
Alors qu’il y a eu une famine dévastatrice en Somalie, au Kenya et en Éthiopie, la cause en est une usurpation des terres par des sociétés en vue de cultiver des céréales pour du carburant écolo en Europe. Des factions en guerre pour le contrôle du territoire y ont également joué un rôle important.
Quand des gouvernements et des sociétés multinationales détruisent la terre, il est facile d’accuser le réchauffement climatique pour la destruction qu’ils ont causé.
Quand on lui a demandé s’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour le changement climatique, Puls a dit :  »On ne peut rien faire pour le stopper. Au plan scientifique c’est une complète absurdité de penser que nous pourrions avoir un climat agréable en tournant le bouton de réglage du CO2. Beaucoup confondent protection de l’environnement et protection du climat. Il est impossible de protéger le climat, mais nous pouvons protéger l’environnement et notre eau de boisson. Sur le débat concernant les énergies alternatives, qui est raisonnable, celui-ci dérive souvent vers un débat irrationnel sur le climat. L’un n’a rien à voir avec l’autre. »

SOURCE

Traduit par Hélios

 

 

Comme je l’annonçais plus haut,  »L’apôtre » du réchauffement climatique, Al Gore, n’a pas loupé l’occasion :

Al Gore rend le  »réchauffement climatique » responsable de l’ouragan Sandy

Bien qu’on n’ait pas eu longtemps à attendre, on s’y attendait. L’ancien vice-président Al Gore a posté mardi sur son blog que l’intensité de l’ouragan Sandy provenait d’une  » pollution par le réchauffement climatique » :

 »Les images des inondations occasionnées par Sandy ont remis en mémoire un événement semblable – quoique d’une échelle plus petite – à Nashville il y a juste deux ans. Une pluie sans précédent y avait provoqué une inondation très étendue, infligeant des dégâts et submergeant des parties de ma cité. Pour moi, l’inondation de Nashville était un jalon. Pour beaucoup l’ouragan Sandy peut se révéler un événement similaire : une époque où la crise climatique – souvent reléguée au fin fond de notre conscience quotidienne – est devenue une réalité.

Alors que la tempête qui a secoué Nashville n’était pas un cyclone tropical comme Sandy, les deux tempêtes ont été renforcées par la crise climatique. Les scientifiques nous disent qu’en déversant chaque jour 90 millions de tonnes de pollution par le réchauffement climatique, nous changeons l’environnement dans lequel se développent toutes les tempêtes. Comme les océans et l’atmosphère continuent de se réchauffer, les tempêtes gagnent en énergie et en intensité. L’ouragan Sandy et l’inondation de Nashville n’en sont que des rappels. D’autres catastrophes reliées au climat autour du monde ont porté le même message à des centaines de millions de gens. »

Gore concluait à la fin de son blog que  »une énergie polluée donnait une météo sale » :

« L’ouragan Sandy est un signe perturbant des choses qui arrivent. Nous devons prendre garde à cet avertissement et agir rapidement pour résoudre la crise climatique. Une énergie polluée donne une météo sale. »

New York et la Nouvelle-Angleterre ont été touchés par de puissants ouragans en 1821 et 1938. En 1821, l’ouragan fut nommé  »la grande tempête de septembre ». En 1938, l’ouragan, nommé à propos  »l’express de Long Island », a frappé New York et la Nouvelle-Angleterre avec des vents supérieurs à 190 km/h. Un site fait la liste d’autres ouragans et tempêtes tropicales ayant touché la côte est qui remontent à 1635. M. Gore dit-il que ces ouragans massifs ont été causés par une quelconque forme de réchauffement climatique réellement engendrée par l’homme ? S’il vous plaît, dites-nous.

SOURCE

Traduit par Hélios du Bistro Bar Blog

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Marie France Garaud FR3 23 octobre 2012: »nous n’avons plus d’Etat, il va falloir que l’Europe éclate, ce système n’est pas viable,nous sommes dans un climat révolutionnaire. »

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: Nouvelle vague de grèves pendant une semaine en vue du vote crucial sur la rigueur….

 

La Grèce va traverser encore une semaine cruciale avec une vague de grèves dès lundi dans les secteurs public et privé, en vue du vote crucial mercredi sur de nouvelles mesures de rigueur réclamées par l’UE et le FMI.

Les transports en commun sont les plus touchés. Les employés du métro et du tramway à Athènes ainsi que les taxis ont ouvert le bal lundi, selon des communiqué de leurs syndicats respectifs.

Les journalistes de tous les médias, écrit, radiotélévisé ou électronique sont en grève pour 24 heures. Le syndicat de la société publique d’électricité (Dei) a annoncé des grèves reconductibles de 48 heures à partir de lundi soir.

Les hôpitaux ont également tourné au ralenti lundi ne fonctionnant qu’avec du personnel d’astreinte.

Le mobilisation prendra de l’ampleur mardi et mercredi en raison d’une grève générale de 48 heures à l’appel de deux syndicats du privé et du public, GSEE et Adedy respectivement. Outre des arrêts de travail dans le métro, aucun bus et trolley ne circulera à Athènes tandis les dessertes maritimes vers les îles seront annulées pour cause de la grève de 48 heures du syndicat des marins, Pno.

Un arrêt de travail de trois heures des contrôleurs aériens mardi en fin matinée devrait perturber les lignes aériennes.

Des manifestations sont également prévues par les syndicats mardi et mercredi dans le centre d’Athènes.

Les syndicats protestent contre un projet de loi sur un nouveau tour de vis de rigueur prévoyant des économies de 18,5 milliards d’ici 2016, qui doit être déposé mercredi après-midi au parlement par le ministère des Finances.

Il sera discuté en procédure d’urgence et le vote est prévu pour mercredi soir, un test sur cohésion du gouvernement de coalition droite-gauche, dirigé par le Premier ministre conservateur Antonis Samaras.

Les nouvelles économies prévoient des coupes dans salaires et retraites, la réduction du nombre des fonctionnaires et plus de mesures sur la dérégulation du marché de travail. Elles viennent s’ajouter à trois lois depuis 2010, qui avaient soumis le pays à une austérité sévère, en échange des prêts UE-FMI pour lui éviter la faillite.

Ce train de mesures est une condition préalable pour la poursuite des versements des prêts à la Grèce et plus particulièrement pour le versement d’une tranche de 31,2 milliards d’euros retardée depuis juin et vitale pour le pays dont les caisses sont vides.

Afp

 

 

 
5 Commentaires

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Mauvaises récoltes ou spéculation à outrance sur les produits agricoles et les matières premières…?!

L’ONU prévoit une crise alimentaire mondiale en 2013

 

L’ONU a mis en garde la communauté internationale contre l’imminence d’une crise alimentaire mondiale en 2013, écrit le quotidien britannique The Guardian. Les réserves mondiales de céréales ont atteint des niveaux de production dangereusement bas. Par ailleurs, la sécheresse qui a sévi cet été aux Etats-Unis, la pire depuis plus de 50 ans, a favorisé la hausse des cours du maïs et du soja ces derniers mois et le manque de précipitations en Russie et dans la région de la mer Noire ravive les craintes d’une nouvelle crise alimentaire. Cette hausse si elle se poursuit pourrait provoquer des troubles et des conflits armés dans plusieurs endroits du monde, avertit encore l’’ONU.

« Les réserves mondiales de céréales sont si dangereusement basses que les phénomènes météorologiques les plus extrêmes des États-Unis ou d’autres pays exportateurs d’aliments pourraient déclencher une crise alimentaire majeure au cours de l’année prochaine ». Ce niveau n’avait jamais été aussi bas depuis 1974, a expliqué Abdolreza Abbassian, économiste senior de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« Nous avons moins produit que ce que nous consommons. C’est pourquoi les stocks sont en cours diminuent ». « Les approvisionnements et les réserves à travers le monde sont à un niveau très bas, ce qui ne laissera aucune place pour les imprévus l’année prochaine», a déclaré Abdolreza Abbassian. Par ailleurs, la FAO avertit qu’en 2012, plus de 870 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. La crise alimentaire au Moyen Orient et en Afrique s’aggrave de plus en plus.

Lester Brown, président du Earth Policy Institute, estime que l’on ne peut plus se fier au climat, et que la demande de nourriture croît tellement vite que la rupture est inévitable, à moins que des mesures urgentes ne soient prises immédiatement. « Les pénuries alimentaires ont détruit des civilisations antérieures. Nous sommes sur la même voie. Chaque pays devra maintenant se débrouiller par lui-même. Le monde vit chaque année comme s’il s’agissait de la dernière », écrit-il dans un nouveau livre « Full Planet, Empty Plates ».

Cette année, pour la sixième fois en 11 ans, le monde a consommé plus de nourriture qu’il n’en produite, principalement en raison de conditions météorologiques extrêmes aux États-Unis et d’autres grands pays exportateurs d’aliments. Oxfam a déclaré la semaine dernière que les prix des denrées de base, notamment le blé et le maïs, pourraient doubler dans les 20 prochaines années, entrainant des conséquences désastreuses pour les populations pauvres qui consacrent une part importante de leur revenu à l’alimentation.

« Nous entrons dans une nouvelle ère de hausse continue des prix alimentaires et la faim dans le monde va se propager ». « La géopolitique de la nourriture éclipse maintenant la géopolitique du pétrole », explique encore Brown qui conclut de la sorte : « Les menaces les plus urgentes de ce siècle sont le changement climatique, la croissance démographique, la pénurie d’eau et la hausse des prix des aliments ».

http://www.express.be/business/fr/economy/lonu-prevoit-une-crise-alimentaire-mondiale-en-2013/179173.htm

 

En un an, le prix de la pomme de terre a explosé… de 81,3%

Copyright Reuters

 

C’est la conséquence des mauvaises récoltes en Europe du Nord-Ouest. Globalement, les prix de production des produits agricoles ont augmenté de 3,6% entre août et septembre selon l’Insee. Sur un an, ils affichent une croissance de 10,7%. Ils ont bondi de 43% depuis 2005.

C’est une mauvaise nouvelle pour le portefeuille des ménages. Alors que le pouvoir d’achat des Français devrait reculer de 0,5% cette année selon les calculs de l’Insee, l’Institut évalue à 10,7% l’augmentation globale des prix agricole à la production en septembre sur un an. Sur la seule période comprise en août et septembre, ils ont affiché une hausse de 3,6%. Depuis 2005, l’indice des prix agricole à la production (IPPAP) a progressé de 43%! Parmi les produits ayant vu leurs tarifs progresser le plus fortement, on peut citer la pomme de terre. Conséquence des mauvaises récoltes en Europe du Nord-Ouest, le tubercule a vu son prix exploser de 81,3% en septembre sur un an.

Peu de produits ont vu leurs prix baisser

Le blé tendre (+30,3%), les céréales dans leur ensemble (+22,2%), les oléagineux (+18,3%), les légumes (+16,4%) et les fruits frais (+16,2%) ont également vu leurs prix flamber. Dans la production animale, on peut noter la brutale augmentation des prix des porcins (+31,1%) en septembre sur un an, ainsi que celle de gros bovins (+16,3%). Le prix des oeufs a bondi de 18,8% sur la période.

Sur un an, les seules baisses de prix notables sont celles des «autres vins», c’est-à-dire de qualité variable (-7,2%), des produits de l’horticulture (-1%), des veaux (-0,7%) et du lait (-8,5%, dont -9% pour le lait de vache).

Les mauvaises récoltes ne sont pas les seules explications à cette flambée des prix. Tirés par la hausse des prix des consommations intermédiaires et de l’énergie, le prix d’achat des moyens de production agricole augmente de 4,7% sur un an en septembre.

http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20121102trib000728694/en-un-an-le-prix-de-la-pomme-de-terre-a-explose-de-813.html

 

Hausse du prix des matières premières : L’ARIA Alsace tire la sonnette d’alarme !

 

Quand la hausse des cours du cuivre plombe RFF et la SNCF

 

 

 
4 Commentaires

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Netanyahou a demandé en 2010 de préparer une attaque contre l’Iran ….

 

 

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le ministre de la Défense Ehud Barak ont donné en 2010 ordre à l’armée de préparer une attaque contre des installations nucléaires iraniennes. Mais elle a finalement été annulée, a indiqué dimanche une télévision israélienne.

Selon la deuxième chaîne de télévision privée, la « 2 », cet ordre n’a pas été appliqué en raison de l’opposition du chef d’état-major de l’époque, le général Gaby Ashkenazi et du chef du Mossad en poste Meïr Dagan.

A la fin d’une réunion rassemblant le « Forum des sept », une instance regroupant les sept plus importants ministres et à laquelle participaient le général Ashkenazi et Meïr Daga, M. Netanyahou a ordonné d’élever le niveau de préparation de l’armée à « P plus ». Ce code signifie que les militaires doivent être prêts à passer à l’action.

Mais Meïr Dagan s’est opposé à cette initiative, selon la télévision. Le chef d’état-major a pour sa part exprimé la crainte que l’élévation du niveau d’alerte risquait de « créer de nouveaux faits sur le terrain », a ajouté la « 2 ».

Armée pas prête

M. Barak, interviewé par la chaîne, a affirmé que le chef d’état-major avait répondu à M. Netanyahou que l’armée n’était pas prête car elle ne disposait pas des moyens opérationnels de mener une attaque contre l’Iran. Selon M. Barak, la décision d’élever le niveau d’alerte « ne signifiait pas nécessairement une guerre ». Finalement, le projet d’attaque a été abandonné.

Le site Internet du quotidien Haaretz a pour sa part rapporté que le général Ashkenazi, après avoir quitté ses fonctions, avait affirmé à des proches que l’armée était prête pour une attaque mais qu’il était convaincu qu’une telle option constituerait une « erreur stratégique ». Meïr Dagan, après avoir quitté le Mossad, a publiquement qualifié de « stupide » l’idée d’une attaque contre l’Iran.

Le programme nucléaire iranien inquiète Israël et les pays occidentaux qui redoutent malgré les démentis de Téhéran qu’il dissimule un volet militaire, ce que l’Etat hébreu considère comme une menace pour sa propre existence. Israël n’a jamais reconnu posséder des armes atomiques, mais les experts estiment que l’Etat hébreu possède au moins 200 ogives nucléaires.

Ats

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Nouveau séisme de mag 5.7 au large de Fukushima + vidéo

 

globe showing location of 10-degree map

 

 

10-degree map showing recent earthquakes

Ampleur 5,7
Date-Heure
Emplacement 37.783 ° N, 143.651 ° E
Profondeur 15.9 km (9,9 miles)
Région LARGE DE LA CÔTE EST DE Honshu, au Japon
Distances 217 km (134 miles) ESE de Ishinomaki, Japon
221 km (137 miles) au SE de Ofunato, Japon
225 km (139 miles) au SE de Kamaishi, Japan
225 km (139 miles) ESE de Miyamoto, le Japon

 

Le séisme de magnitude 5,7 qui à frappé au large de la centrale de Fukushima à quand même fait trembler la webcam live comme on le voit sur ces images en accélérées, débuter la lecture à 1,30 au time code la secousse est visible à 1,33

 

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 5 novembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :