RSS

Marée noire due au naufrage de l’Erika : Total définitivement condamné, préjudice écologique reconnu

26 Sep

Erika_naufrage

 

Décembre 1999, un pétrolier, l’Erika, se brisait en deux au large de la Bretagne entrainant une marée noire catastrophique sur plus de 400 km de littoral. Depuis, des associations de protection de la nature et des collectivités territoriales se battent pour que Total, quatrième groupe pétrolier et gazier mondial, soit condamné et que le préjudice écologique soit enfin reconnu. Retour une catastrophe écologique qui a failli se doubler d’une catastrophe juridique.

Décembre 1999 : naufrage de l’Erika

Le 11 décembre 1999, le pétrolier maltais l’Erika , chargé de 31 000 tonnes de fioul lourd, signalait une avarie structurelle. Le 12 décembre, le navire se cassait en deux à environ 55 km de la pointe de Penmarc’h (sud Finistère). Les deux morceaux de l’épave, distants de 10 km, coulaient par 120 mètres de fond et près de 20 000 tonnes de fioul se répandaient en mer. Le 14 décembre, le premier oiseau mazouté était retrouvé à Lesconil (Finistère sud), près de 75 000 seront ramassés mais seulement 2200 seront sauvés par le travail remarquable des associations de protection de la nature. Au total, la LPO estime qu’environ 150 000 oiseaux sont morts dans cette catastrophe.

Plus de 400 km de côtes ont été souillées par cette marée noire, de la pointe de Penmarc’h (Finistère) à l’Ile de Ré (Charente-Maritime). 230 000 tonnes de déchets mazoutés ont été collectés non sans conséquence sur les écosystèmes qui ont été durablement modifiés et artificialisés.

Début 2002 : la LPO porte plainte, suivie par de nombreuses collectivités territoriales

Fin janvier 2002, deux ans après le naufrage du pétrolier maltais et après des mois de participation au sauvetage des 36 000 oiseaux mazoutés ramassés encore vivants, la LPO déposait plainte auprès du Parquet de Paris pour que soient établies les responsabilités pénales imputables aux différents acteurs du naufrage et reconnus trois chefs de préjudice :

  • le préjudice moral, par référence à l’objet statutaire de cette dernière, qui est la protection des oiseaux et des écosystèmes dont ils dépendent, et au titre des dommages et intérêts ;
  • le préjudice économique, lié notamment aux dépenses de l’association pour toutes les actions engagées en faveur des oiseaux mazoutés ;
  • le préjudice écologique relatif à la destruction d’espèces protégées.

……..

 

La suite sur Notre-planéte.info

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 26 septembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Une réponse à “Marée noire due au naufrage de l’Erika : Total définitivement condamné, préjudice écologique reconnu

  1. Chapes

    29 septembre 2012 at 20 h 01 min

    OK, Total est condamné à payer coua, lui est ses cons frères dans le monde, pétrôliers ou non sont avertis de quoi, sinon, ils risquent coua ?

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :