RSS

Escadrons De La Mort: L’Ecole Française

04 Sep

Expérimentée en Algérie, la guerre subversive fut ensuite enseignée au monde entier. Du Viêt-nam à l’Argentine en passant par le Chili, enquête sur l’école française et ses méthodes qui firent des milliers de victimes. Un documentaire bienvenu sur un sujet peu abordé.
Ce fut une première dans l’histoire de l’humanité : en 1975, les gouvernements dictatoriaux du cône sud de l’Amérique créent une organisation criminelle supranationale, l’Opération Condor, dont la mission est d’éliminer leurs opposants politiques, dans leurs pays mais aussi à l’étranger. Que la CIA ait soutenu l’Opération Condor est un secret de Polichinelle. Ce que l’on sait moins, c’est que certains militaires français ont joué un rôle dans la genèse de cette campagne meurtrière de grande envergure.
Les méthodes employées par les responsables de l’Opération Condor sont précisément celles inventées par les militaires français après la défaite de Diên Biên Phu. Testées en Algérie, les techniques de la guerre subversive frappèrent par leur cruauté, mais aussi par leur efficacité dans la répression. Après la guerre d’Algérie, des vétérans comme le général Aussaresses ou le colonel Servent mirent leur expérience au service de militaires argentins, brésiliens, israéliens, portugais… À l’École des Amériques de Panama, pas moins de 60 000 officiers furent entraînés par les « experts » français. On retrouve même certains de ces instructeurs à Fort Bragg, aux États-Unis, quelques années avant la guerre du Viêt-nam. Leur modèle : la bataille d’Alger. Leur bible : La guerre moderne du colonel Trinquier. Leurs méthodes : escadrons de la mort, torture et disparitions.
Sur fond de témoignages aussi précieux que révoltants (des officiers qui avouent mais ne regrettent rien) et de preuves accablantes (des noms, des dates, des faits noir sur blanc), le documentaire nous apprend comment des Français ont enseigné la guerre subversive au reste du monde dès 1959. Les 30 000 Argentins disparus et les 20 000 civils tués au cours de l’opération Phoenix au Viêt-nam furent directement victimes de leurs méthodes. « C’est une réalité, ce fut peut-être une erreur », admet le général Eduardo Albano Harguindeguy, premier ministre de l’Intérieur pendant la dictature en Argentine.

El Estado Mayor argentino propuso en 1959 un acuerdo para que expertos franceses en la llamada « guerra antisubversiva » dictaran cursos y fueran asesores pagados por el Ejército Argentino. La misión militar francesa permanente en Buenos Aires, compuesta por veteranos de la guerra colonial en Argel (1954-1962), se mantuvo hasta 1981, con el apoyo de los gobiernos de la Argentina y Francia. Los métodos de la denominada batalla de Argel fueron exportados a la Escuela de Guerra de Buenos Aires, importando la concepción del enemigo interno, que era la base de la doctrina francesa, por su experiencia en la lucha contra un enemigo en un medio urbano: un enemigo interior.
Hasta la llegada de los franceses, para los militares argentinos el enemigo provenía del exterior, Chile o Paraguay, pero con esta nueva concepción el enemigo podía ser un vecino, un maestro, un peronista o un militante de izquierda que ponía en peligro los valores occidentales. Y para derrotar a ese enemigo escondido, entremezclado en la población, que no tiene uniforme, se necesitaba recabar información en la doctrina o escuela francesa. « La inteligencia es fundamental: quien dice inteligencia dice interrogatorio, y entonces tortura (para sacar información) y luego, para deshacerse de los torturados, los hace desaparecer ».
Cuando en la década del ´70 se llevó a cabo la Operación Cóndor, pocos sabían sobre la influencia del ejército francés en las técnicas represivas que se aplicaron en América Latina. Por primera vez, los militares argentinos que participaron en la operación hablan de los métodos aprendidos de los instructores franceses, explican las técnicas de tortura y describen los vuelos de la muerte sobre el Océano Atlántico.

http://www.arte.tv/fr/627476,CmC=627480.html

Publiée le 9 mars 2012 par    

 
5 Commentaires

Publié par le 4 septembre 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

5 réponses à “Escadrons De La Mort: L’Ecole Française

  1. Chapes

    5 mars 2013 at 13 h 09 min

    Hello Real, pourriez, vous me récupérer la vidéo active : « Les escadrons de la mort, l’école française  » Laquelle a été bloquée. Je souhaite, suite à Thalassa de vendredi dernier, faire savoir à mes correspondants, jusqu’où une certaine France, tj la même, a été impliquée dans la formation des tueurs de la junte argentine.

     
  2. Chapes

    5 mars 2013 at 18 h 22 min

    Merci Réal. Pablo

     
  3. Chapes

    5 mars 2013 at 19 h 48 min

    Le passé explique pour une bonne part le présent.
    Cela me fait bondir quand j’entends que les Algériens ne sont pas capables de s’en sortir, sans que soit pris en compte, et pour causes, le fait indéniable, selon lequel la plupart de leurs cadres principaux pendant la guerre d’Algérie, ont été éliminés, torturés et assassinés entre autres, par les Escadrons de la mort.
    Vidéo à ne pas manquer. Pablo Chapes

     
  4. Chapes

    5 mars 2013 at 19 h 52 min

    Ceux qui ont regardé l’émission Thalassa vendredi dernier, ont accédé à un aspect de la situation dramatique en argentine dans les années 1970, celui de la précipitation en mer, à partir d’hélicoptères, de milliers de personnes, victimes préalablement de la torture. La vidéo jointe dans le lien ci-dessous : « Escadron de la mort, l’école française », va plus loin, elle révèle que les dirigeants de la France, ont fourni leurs cadres très spéciaux à la junte argentine, pour la formation de ses assassins : Des cadres rompus à des pratiques barbares* parfaitement étudiées, acquises et peaufinées au cours de la guerre d’Algérie. Ces actes terroristes ont été, et ils sont toujours couverts et accompagnés de nos jours, par les aréopages politiques de droite comme de gauche**, leurs variantes et extrêmes comprises. L’émission Thalassa du 1er mars, a eu le grand mérite de levé un coin du voile.

    * Ces pratiques barbares sont celles du capitalisme, duquel les peuples n’ont dans pratiquement tous les domaines, que le pire à attendre. ** Ces aréopages conduisent avec célérité notre pays et son peuple à la ruine, en accompagnant leurs homologues dans le monde pour le pire, en cours accéléré.

    Un autre monde existe….

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :