RSS

Israël teste une alerte SMS en cas d’attaque de missiles

13 Août

 

Selon les médias locaux, le projet serait lié à de futures frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

 L’armée israélienne a annoncé le lancement dimanche d’un test à l’échelle du pays d’un système d’alerte par le biais de messages SMS destinés à prévenir la population civile en cas d’attaques de missiles. Des messages SMS en hébreu, en arabe, en anglais et en russe doivent être envoyés sur les téléphones portables personnels des habitants de différentes régions dont celles de Jérusalem, de Tel Aviv, Haïfa.

Le message envoyé sera le suivant: «le commandement de la défense passive, test du système d’alerte mobile», a précisé un communiqué du porte-parole de l’armée. L’exercice doit se dérouler entre 08h00 et 18h00. Il durera jusqu’à jeudi, jour où le système sera testé à l’échelle de tout le pays.

Selon les médias, cet exercice est destiné à préparer la défense de la population civile à d’éventuels tirs de missiles ou de roquettes de la part de l’Iran ou du Hezbollah libanais, qui pourraient suivre une attaque israélienne contre les installations nucléaires iraniennes.

Ce scénario continuait à faire dimanche les gros titres d’une partie de la presse israélienne. Le quotidien Yediot Aharonot titre ainsi en une sur le fait qu’Israël «n’est pas prêt» à une guerre avec l’Iran en relevant notamment que «la moitié des Israéliens n’ont pas de masques à gaz» ou que «les travaux de protection des bâtiments abritant les hôpitaux ne seront achevés que dans trois ans». Le journal Haaretz cite pour sa part en un «haut responsable israélien» affirmant que l’Iran «a fait des progrès pour la production et l’adaptation de têtes nucléaires» sur des missiles capables d’atteindre le territoire israélien.

Israël, seule puissance nucléaire -officieuse- de la région, estime que son existence serait menacée si Téhéran disposait de la bombe atomique. L’Iran, lui, nie que son programme nucléaire ait des visées militaires, comme l’en accusent également les Occidentaux. Les Etats-Unis, à l’approche de la présidentielle, privilégient le renforcement des sanctions contre Téhéran et de récentes visites de responsables américains dans l’Etat hébreu avait pour but de dissuader Israël de lancer une attaque contre l’Iran.

(AFP)

 

Israël : cinq raisons pour avoir peur d’attaquer l’Iran ! (presse US)

Selon la révue américaine, « Atlantic », qui publie un article signé Jeffry Goldberg, Israël doit, à tout prix, éviter de lancer des frappes contre les installations nucléaires iraniennes, et il existe 5 raisons, pour éviter de commettre une telle folie :  

1- Une riposte iranienne sera cinglante et finira par côuter la vie à des centaines d’Israéliens 2- l’aviation israélienne n’a pas la capacité de porter atteinte, de façon sérieuse, aux installations nucléaires iraniennes. Les avions d’Israël ne pourraient bombarder ces installations qu’une fois, et il est fort probable qu’Israël perde ses pilotes, au cours de ces frappes. 3- les frappes ne feront que retarder, « un peu », le programme nucléaire iranien et non l’arrêter, totalement. il va susciter la sympathie et la solidarité de l’opinion musulmane et sunnite, surtout, alors que celle-ci est, actuellement, hostile à l’Iran, pour son soutien à Assad.4- Les frappes anti-iraniennes seront catastrophiques, pour les relations entre Tel-Aviv et Washington. Les soldats US ne se sont jamais faits tuer pour Israël et aucun président US ne s’est engagé, directement, dans la guerre, pour soutenir Israël, le fait de l’obliger à le faire ternira les relations, de part et d’autre. 5- des frappes anti-iraniennes d’Israël affaibliront la position d’Obama, face à Téhéran, et accélèreront les activités nuclaéires iraniennes.

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/206080-israël-cinq-raisons-pour-avoir-peur-d-attaquer-l-iran-presse-us

 

 

 

 
6 Commentaires

Publié par le 13 août 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

6 réponses à “Israël teste une alerte SMS en cas d’attaque de missiles

  1. Chapes

    13 août 2012 at 11 h 52 min

    Peuh ! Les dirigeants* américains dont O’ bamoi, et israéliens sont cul et chemise pour le Pire, mes sœurs et frères de combats gagnants bien sûr !
    * A ne pas confondre avec leurs peuples qui doivent balancer leur grande racaille, comme partout, brrr, quelle immonde pourriture !
    Pas vrai Real ?

     
  2. realinfos

    13 août 2012 at 12 h 17 min

    Ce que je pense,c’est que tout est déjà planifié et qu’ils n’attendent que la chute d’ Assad pour débuter les hostilités avec l’Iran…problème,Assad n’est pas prêt à lâcher l’affaire et cela a tendance à énerver les Sionistes qui voudraient bien que les choses s’accélèrent….

     
  3. julesans-s@gmail.com

    13 août 2012 at 15 h 36 min

     
  4. realinfos

    13 août 2012 at 16 h 22 min

    On est d’accord Jule sur le fait que c’est innommable et dégueulasse et que ça ne devrait pas exister,mais n’oublie pas que toutes les magouilles bancaires des juifs font des milliers de morts par ans par la dette! C’est sûr,c’est moins sanglant,mais c’est tout aussi innommable et dégueulasse!

     
  5. julesans-s@gmail.com

    13 août 2012 at 20 h 37 min

    Tiens, tu ne parles jamais de musulmans qui tuent des musulmans, qui volent des musulmans, qui sèment la terreur etc, et, des lobbies islamistes? Pourquoi?

    Personnellement je suis contre les dictatures religieuses, financières, ça ne me gêne pas de dire que les ultras juifs sont aussi dangereux que les islamistes, ou que les chrétiens orthodoxes ont pillé la Grèce, que les chinois communistes ont fait des millions de morts et mis en esclavage la plus grande partie du peuple etc, etc…? Même chose pour les cocos Russes.

    Ça ne me gêne pas de dire que les USA actuellement sont aussi dangereux que des islamistes avec leurs croyances pourraves etc, etc…

    Les juifs sont quinze millions dans le monde et Israël est grand comme deux départements Français nous sommes plus de sept milliards dont 1,5 milliards de musulmans et dont la majorité est prête à en découdre avec l’occident. C’est écrit et dit. Cela est aussi inquiétant pour notre avenir; -il me semble.

    Tu as vus cette grosse merdasse saoudienne aux jeux olympiques? Mais ou va-t-on?

     
  6. Abrahms

    21 septembre 2012 at 8 h 24 min

    Nucléaire iranien Comment la CIA avait été arnaqué par les Iraniens

    La CIA décapitée en Iran… .

    Selon un décompte réalisé par deux experts internationalement reconnus Robert S. Noris et Hans M. Kristensen dans le Bulletin of American Scientists, les 9 puissances nucléaires (Etats-Unis, Russie, France, Royaume-Uni, Chine, Israël, Inde, Pakistan, Corée du Nord) disposent d’un arsenal proche de 22 400 ogives nucléaires. 95 % de ces armes de destructions massives sont américaines et russes. Rassurant ou non, seulement 1882 ogives sont à des niveaux d’état d’alertes et prêtes à être utilisées contre les Etats menaçant : 960 en Russie, 810 aux USA, 64 en France, 48 au Royaume-Uni.
    supplémentaire, tenue par des mains qu’on taxe d’irresponsables, constitue une menace incontestable, les grands medias, souvent alignés et dominants, ne nous disent pas tout sur les circonstances qui ont engendré cette menace atomique. Ils passent sous silence le fait que c’est la CIA qui a livré, suite à une succession d’erreurs, la « bombe atomique » à l’Iran. Parallèlement, les stratèges occidentaux en désinformation abusent de cette formule de manipulation qui consiste à décrire et insister uniquement sur l’imminence de la menace iranienne, misant sur la peur, sans égard à ce qui a rendu cette menace nucléaire effective.
    La CIA, par sa propre faute, a fait sauter sa cellule d’espionnage en Iran en l’an 2000. En effet, une agente de la CIA travaillant au siège de l’agence à Langley a envoyé [par inadvertance ?] des informations ultrasecrètes à une personne qu’il ne fallait pas : un iranien travaillant pour la CIA à Téhéran mais qui se trouve être aussi un agent double. C’est-à-dire travaillant aussi pour le service de renseignement iranien. Ces informations secrètes concernent l’organigramme de la cellule de la CIA opérant en Iran.

    Après réception de l’information sensible, le double agent iranien balance la manne à ses vrais employeurs : le service secret iranien. La cellule de la CIA opérant à Téhéran fut démasquée, ses éléments arrêtés et portés disparus. Voilà comment les américains, par leurs propres fautes, ont perdu les derniers hommes qui pouvaient leur donner, depuis l’Iran, des bribes d’informations relativement sûres concernant le projet atomique iranien et l’avancement des travaux sur le terrain. En perdant la cellule de la CIA de Téhéran, les Américains ont perdu les oreilles qui écoutaient l’Iran. C’est une première erreur très grave qu’il fallait corriger : la CIA lance l’Opération Merlin.

    L’échec de l’Opération Merlin

    La CIA a perdu ses oreilles et n’écoute plus l’Iran. Il fallait rapidement faire quelque chose avant que la situation ne devienne hors de contrôle. La tâche est très ardue car il est pratiquement impossible de reconstituer une antenne entièrement nouvelle avant de nombreuses années, tant le pays des mollahs est verrouillé.

    La CIA envisage donc de retarder par la ruse le développement de la bombe atomique iranienne. L’Opération Merlin est née. En fait, c’est une manœuvre classique d’intoxication consistant à envoyer aux iraniens un plan de la bombe atomique dans lequel les scientifiques de l’armée américaine dissémineraient préalablement des erreurs indétectables aux yeux d’un expert atomiste moyen ou des experts Iraniens.

    Les américains avaient misé sur le fait que les iraniens seraient incapables de s’apercevoir des pièges saupoudrés dans le plan de l’arme nucléaire. Si les Iraniens mordent à l’hameçon en utilisant le plan piégé, ils seront obligés de recommencer tout le processus de fabrication de la bombe. Les Iraniens accuseront ainsi plusieurs années de retard s’ils n’abandonnent pas le projet. Ce qui donnerait un temps précieux aux américains pour reconstruire leurs cellules ou trouver une solution au cas Iranien. Il reste maintenant de trouver le bon transfuge qui remettra le plan pipé de l’arme nucléaire aux Iraniens. Les Américains font appel à un russe. Un choix qui se révélera être l’erreur fatale.

    Le transfuge russe et le détonateur de l’arme atomique

    Une fois le plan de la bombe atomique piégé de manière prétendument indétectable par les experts de l’armée américaine, la CIA se tourne vers un ex-transfuge, un ingénieur atomiste russe passé à l’Ouest depuis plusieurs années. Elle demande à l’ingénieur russe de se faire passer pour un scientifique avide d’argent prêt à vendre le système de détonation de l’arme atomique à tout acheteur qui paie le plus.

    Dès que la CIA présente le plan de la bombe à l’ingénieur russe, sans lui expliquer que c’est un plan piégé, le transfuge russe, prenant connaissance du plan, déclara après un bref examen : «Ce n’est pas exact, il y a une erreur».

    L’officier de la CIA en contact avec le russe rapporta les propos du russe à ses supérieurs et fit remarquer que l’ingénieur russe n’était pas censé découvrir les erreurs dans le plan. Les patrons font sourdes oreilles. La CIA envoie quand même l’ingénieur russe à Vienne pour remettre le plan de la bombe atomique aux iraniens.

    Opération iranienne à Vienne …

    Une fois à Vienne, l’ingénieur atomiste russe redoute que ses homologues iraniens découvrent comme lui les erreurs disséminées dans le plan. Il s’est imaginé que si c’est le cas, il se retrouverait dans la posture d’un escroc démasqué et serait seul face à l’armada impitoyable des services secrets iraniens. De plus, le russe craint d’être accusé de tentative d’espionnage visant à établir la preuve de l’intention iranienne à acquérir l’arme nucléaire à usage militaire.

    Devant toutes ces idées peu flatteuses, le russe perd son sang froid dans les rues de Vienne. Plutôt que d’aller au rendez-vous indiqué par la CIA, il choisit de remettre le plan de la bombe dans une boite aux lettres à une adresse proche de l’hôtel Am Augarten sur l’avenue Heinstrasse. Il met le plan de la bombe atomique dans une boite à lettre et s’en va mais il ya pire. L’atomiste russe joue la transparence et prend le soin d’insérer une note personnelle indiquant qu’il ya des erreurs dans le plan du système de détonation de l’arme atomique. Il offre ses services pour corriger le plan avant son utilisation.

    N’est-ce pas surprenant et inexplicable l’amateurisme de la CIA dans cette opération ? Comprenez-vous maintenant pourquoi on raconte dans le milieu des renseignements que l’« Opération Merlin» est peut-être le plus grand échec de l’histoire de la CIA ?

    Bien qu’astucieuse et osée, l’«opération Merlin» ne pouvait pas réussir pour plusieurs raisons : Les ingénieurs atomistes iraniens, majoritairement formés aux États-Unis, précisément au MIT (Massachussetts Institute of Technology), et qui collaboraient beaucoup avec leurs homologues russes, avaient montré des preuves de très bonne compétence. Il n’ya donc pas de raison de douter de leur capacité à déceler le plan truqué. Il n’a suffit que de quelques minutes à l’ingénieur russe pour se rendre compte que le plan contient des erreurs. Au pire des cas, quelques jours suffiraient aux experts atomiques iraniens pour découvrir les mêmes erreurs et les corrigées mais nous ne le pensons même pas. Et même si les Iraniens ne parvenaient pas à identifier tous les pièges, ils pouvaient tirer un maximum d’informations bénéfiques à leur projet car le plan n’était pas complètement faux mais tout simplement piégé.

    De toute façon, les iraniens possédaient déjà le plan de l’arme nucléaire fourni par le père de la bombe atomique pakistanaise Abdul Qadeer Khan*. C’est dire qu’ils étaient en possession d’un élément de comparaison très intéressant. Ils pouvaient donc exploiter les deux plans à leurs avantages pour progresser rapidement dans leur marche à cueillir le fruit des adultes des peuples adultes : l’arme nucléaire.

    Décidemment, cette manœuvre d’intoxication classique de la CIA est une opération mal ficelée ayant lamentablement échouée. C’est ainsi que les iraniens se sont presque retrouvés avec une « bombe atomique » livrée par les américains. Ça, personne ne veut en parler. La presse en occident n’est pas très bavarde là-dessus. Il a fallu que nous parcourions les archives et les livres pour retrouver les traces de cette bourde de la CIA dans l’affaire du nucléaire iranien.

    Notes: *Abdul Qadeer Khan est un scientifique pakistanais, né en 1935 à Bhopal (Inde), plus connu comme l’inventeur de la bombe atomique au Pakistan et surnommé « Dr. A.Q. ». Issu des classes moyennes indiennes, Abdul Qadeer Khan devient ingénieur à l’université de Karachi avant d’obtenir le diplôme de doctorat de l’université catholique de Louvain (Belgique). Il a reconnu, en janvier 2004, avoir participé à un trafic d’armes nucléaires à destination de la Corée du Nord, de la Libye et de l’Iran contribuant à la prolifération nucléaire depuis les années 1980.
    Le réseau Khan, selon un rapport de juin 2008 de l’ancien inspecteur de l’AIEA et chercheur à l’ISIS David Albright, aurait notamment vendu des plans d’armes nucléaire compactes parfaitement adaptées aux vecteurs balistiques développés par des pays tels que l’Iran
    Source :
    Dans ce domaine rien n’est sûr à 100%, cependant, cette comptabilité repose de plus en plus sur des déclarations et la publication de chiffres dans le cadre de gestes de transparence réalisés sur les sites internet, sur les débats, sur la presse par les ONG etc. Le second moyen de compter est de se référer aux traités de contrôle des armements, qui délivrent des chiffres fiables. Pour les puissances non reconnues par le TNP, les estimations se basent à la fois sur des déclarations (souvent non-officielles). Nos déclarations et nos se rapprochent de la réalité mais ne sont pas officiels.
    Par : Y.Mérabet
    – Journaliste indépendant

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :