RSS

Les hôpitaux britanniques laissent des patients mourir pour économiser de l’argent

10 Juil

J’ai vu cet article en lien sur le blog de Pierre Jovanovic, et cela m’a choqué. Comme vous le savez, les Britanniques ont choisi de faire la part belle à la finance et au capital. Regardez le résultat, ils sont bien avancés, et ce n’est qu’un exemple… (informations complémentaires).

 

 

Des dizaines de milliers de patients atteints de maladies incurables sont placés sur une « voie de la mort » pour les aider à mourir chaque année. Cependant, dans une lettre au Daily Telegraph, six médecins mettent en garde que les hôpitaux peuvent utiliser le projet controversé de réduire les accords sur les ressources hospitalières.

Les partisans de l’accès aux soins de Liverpool, qui permet au personnel médical de cacher des fluides et des drogues dans les derniers jours d’un patient, affirment que c’est la meilleure façon de les laisser partir. Mais les experts disent dans leur lettre que les décès naturels sont souvent plus libres de douleur et de détresse.

Le consentement éclairé n’est pas toujours recherché par les médecins, qui ne parviennent pas à demander aux patients leurs souhaits pendant qu’ils ont encore le contrôle de leurs facultés, ont averti les six médecins. Cela a conduit à une augmentation de patients portant des cartes qui informent les médecins qu’ils ne souhaitent pas être mis sur « la voie » dans les derniers jours de leur vie.

Les six médecins sont des experts en matière de soins aux personnes âgées et ils on écrit la lettre en collaboration avec le « Medical Alliance Ethique », une organisation chrétienne médicale. Ils disent que de nombreux membres du public les ont contacté avec des exemples de l’utilisation inappropriée de « la voie », qui est mise en œuvre dans près de 29 pour cent des décès en milieu hospitalier.

«  Il avertissent qu’il n’y a pas « de manière scientifique » de diagnostiquer une mort imminente ». Ils écrivent : « Il s’agit essentiellement d’une prédiction, et il est possible que d’autres considérations puissent entrer en ligne de compte pour en arriver à cette décision, sans exclure la disponibilité des ressources. »

Le parcours de soins de Liverpool, est ainsi appelé parce qu’il a été développé à l’Hôpital Royal de Liverpool dans les années 1990. Il vise à s’assurer que les patients qui sont proches de la mort peuvent mourir sans être soumis à des entraves inutiles par le personnel. En outre du retrait des liquides et des médicaments, les patients peuvent être placés sous sédation jusqu’à ce qu’ils meurent.

Le Dr Gillian Craig, un gériatre à la retraite et ancien vice-président de l’Alliance de l’éthique médicale, est l’un des six signataires de la lettre au Daily Telegraph.

« Si vous êtes cynique à ce sujet, comme je le suis, vous pouvez le voir comme une mesure de réduction des coûts, si vous ne voulez pas que vos lits soit remplis avec des personnes âgées», dit-elle. Elle a indiqué que ceux qui ne veulent pas être mis sur « la voie » devraient porter des cartes faites par le Dr Rosalind Bearcroft, un psychiatre consultant de Kent, et un autre signataire.

L’année dernière, le Daily Telegraph a rapporté que le nombres des personnes étant mises sur « la voie » avait doublé en seulement deux ans, avec des dizaines de milliers de patients qui y participent maintenant. Le rapport par le Collège royal des médecins a trouvé que jusqu’à la moitié des familles ne sont pas informées de la décision des cliniciens de mettre un parent sur « la voie ». Les partisans soulignent que le parcours de soins à Liverpool a été approuvé par l’Institut national de la santé et l’excellence clinique (Nice) qui est soutenu par le ministère de la Santé.

Un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré : « Les gens qui arrivent à la fin de leur vie devraient avoir un droit de haute qualité, de compassion et de dignité. »

« Le Liverpool Soins Pathway (LCP) n’est pas là pour faire des économies. Il est un outil établi et respecté qui est recommandé par le NICE et il a l’appui massif des cliniciens en Grande-Bretagne et à l’étranger »

« La décision d’utiliser « la voie » devrait associer les patients et les membres de la famille, et l’état du patient doit être étroitement surveillé. Si, comme cela arrive parfois, l’état d’un patient s’améliore, il doit être retiré de la LCP et il doit avoir le traitement qui convient le mieux à ses nouveaux besoins. Pour s’assurer que la LCP est utilisée correctement, il est important que le personnel reçoive la formation et le soutien appropriés. »

Telegraph.co.uk, Blog de l’Apocalypse

Traduction : Folamour, Reproduction libre à condition de citer la source et la source de la traduction.

Krashdebug

 

 
5 Commentaires

Publié par le 10 juillet 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

5 réponses à “Les hôpitaux britanniques laissent des patients mourir pour économiser de l’argent

  1. Pax Quatre

    10 juillet 2012 at 21 h 19 min

    Sur : http://www.jovanovic.com concernant http://www.telegraph.co.uk/health/healthnews/9385674/Hospitals-letting-patients-die-to-save-money.html

    « AU SECOURS: LES HOPITAUX ANGLAIS TUENT LES VIEUX POUR CAUSE DE CRISE ECONOMIQUE
    du 9 au 13 juillet 2012 : Non, non, je ne délire pas, lisez bien cet article du Telegraph DE CE LUNDI « Hospitals letting patients die to save money. Hospitals may be depriving elderly patients of food and drink to hasten their deaths as part of cost-cutting measures to free up bed space, leading doctors warn », autrement dit les patients en fin de parcours sont privés de nourriture pour accélrer leur « départ » vers l’au-delà. Et cela pour alléger le budget réduit par la crise… Cool… Chers Lecteurs, on vient de franchir un nouveau cap dans cette crise, et vous voyez que le pire se passe sous nos yeux… Et dire qu’en 2008 je recevais déjà des menaces de mort… Finalement, tout est relatif… Là on s’approche juste du livre et film « Soleil Vert » où on donne les morts comme nourriture aux vivants. Bon appétit…  »

    Plus explicite, notamment concernant la pprivation de nourriture et de boisson = rien de médical , de la barbarie …

    J'aime

     
  2. Pax Quatre

    10 juillet 2012 at 21 h 32 min

    Mauvaise nouvelle, en France, c’est pratiqué au quotidien depuis des années, en fait depuis la directive Léonetti.
    Dans l’article il est fait mention de « fluids and drugs », car cela fait référence à l’hydratation via voie parentérale (les perfusions) ainsi que via la voie entérale (les poches de solutés nutritifs) concernant les patients incapables de se nourrir seuls.
    Quand aux drugs, cela concerne tous les traitements (d’ailleurs, techniquement parlant les poches de nutrition rentrent par définition dans cette catégorie, comme médicament à part entière selon le Code de la Santé Publique).

    Bref, lorsqu’en France on propose à une famille d’arrêter tout traitement sous prétexte de ne pas tomber dans l’acharnement thérapeutique, dans 95% des cas on laisse tout bonnement les patients mourir de faim et de soif.
    Evidemment, les médecins et le personnel soignant se garde bien de mettre les familles au courant de ces sordides détails.

    Honte sur nous, honte sur l’Angleterre, honte sur tous les pays qui oeuvrent pour une soit-disante mort « digne ».

    J'aime

     

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :