RSS

Archives du 12 juin 2012

Moody’s abaisse d’un cran les notes de deux banques de Chypre

 

 

 

L’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé mardi les notes de deux banques chypriotes, invoquant le risque accru de sortie de la Grèce de la zone euro.

Ces notes ont toutes deux été abaissées d’un cran, à B2 pour Bank of Cyprus et à B1 pour Hellenic Bank.

La note d’une troisième banque, Cyprus Popular Bank (actuellement à B3) a été mise sous surveillance en vue d’un éventuel abaissement.

Toutes ces notes sont dans la catégorie spéculative, et correspondent à des emprunteurs peu fiables.

Ces trois banques ont pour point commun des activités importantes en Grèce, où BoC a 34% de ses prêts, Hellenic 17%, et CPB 42%.

Même si une sortie de la Grèce n’est pas l’hypothèse centrale de Moody’s, l’agence considère ce risque comme substantiel et reconnaît que la probabilité d’une telle issue pourrait encore s’accroître à la suite des élections législatives du 17 juin.

Or, le risque accru d’une sortie de la zone euro pourrait provoquer une accélération des retraits de dépôts depuis les succursales grecques des banques chypriotes, mettant la pression sur les liquidités de ces trois banques, a ajouté Moody’s dans un communiqué.

En quinze mois, a rappelé l’agence, les dépôts en Grèce des banques chypriotes notées par Moody’s ont fondu de 27%, à peu près au même rythme que les autres banques présentes dans le pays, grecques ou étrangères.

Selon l’agence, si la Grèce devait abandonner l’euro, cela induirait une redéfinition de la monnaie de référence, un probable défaut de paiement de l’Etat et de vastes tensions économiques qui affaibliraient sensiblement la solvabilité de ces banques.

Afp

 
3 Commentaires

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne: Fitch dégrade 18 autres banques après BBVA et Santander

 

 

 L’agence d’évaluation financière Fitch a dégradé mardi 18 banques espagnoles, après l’abaissement la veille des deux plus grandes, Santander et BBVA, et de la note de l’Espagne la semaine dernière de trois crans, à BBB.

Cette décision a été prise en raison de portefeuilles de crédits de certaines banques qui pourraient encore se dégrader, précise l’agence dans un communiqué.

Cela est particulièrment vrai pour les banques dont les crédits accordés sont très exposés au secteur de la construction ou qui ont une base peu solide, ajoute le communiqué.

Parmi les 18 banques concernées, figure CaixaBank, troisième banque du pays en termes de capitalisation, qui perd deux crans, à BBB.

Banco Popular, quatrième banque par capitalisation, perd un cran, à BBB-.

Quant à Bankia, qui fait l’objet d’un sauvetage public de 23,5 milliards d’euros, est elle également dégradée d’un cran, à BBB.

Lundi, Fitch avait annoncé la dégradation de Santander et BBVA, soulignant qu’il était exceptionnel pour des banques d’être notées au-dessus de la note de leur pays d’origine.

Cette dégradation des banques répond à la baisse de trois crans de la note souveraine de l’Espagne, prononcée le 7 juin.

Elle ne fait pas suite au plan d’aide européen en faveur des banques espagnoles, annoncé samedi et qui pourra s’élever jusqu’à 100 milliards d’euros.

Afp

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Espagne: le taux à 10 ans au plus haut depuis la création de l’euro

 

 

 

 Le taux à 10 ans de l’Espagne a atteint un plus haut depuis la création de la zone euro mardi en milieu d’après-midi, la méfiance des marchés à l’égard de la dette du pays s’accentuant malgré l’annonce du plan de sauvetage des banques.

Vers 16H10 (14H10 GMT), le rendement espagnol se tendait à 6,81% contre 6,487% lundi soir. La situation de l’Espagne est pire que la semaine dernière, a estimé un opérateur pour qui le plan annoncé samedi n’a pas apaisé les craintes sur la situation du pays.

afp

 

Portugal:  10.61%

Italie:  6.29%

 

Tout les taux ici:

http://www.pigbonds.info/

 

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Olivier Delamarche ce jour 12 juin 2012

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Crise : les retraits d’argent pourraient être plafonnés…!

En cas d’événement extrême, telle une sortie de la Grèce de la zone euro, les dirigeants européens envisagent de limiter les retraits d’argent «au moins en Grèce». Les accords de Schengen pourraient être suspendus.

 

 

 

 

Des Grecs retirent de l'argent à un guichet bancaire à Athènes.

 

La sortie de la Grèce de la zone euro n’est plus un tabou depuis plusieurs mois. Le pays jouera son maintien ou son éviction de l’union monétaire lors des élections législatives de dimanche prochain. Pour limiter les répercussions de cette décision au sein de l’Union européenne, des responsables financiers européens discuteraient depuis six semaines, pendant des téléconférences, des plans d’urgence à mettre en place.

Des responsables de l’Union européenne ont indiqué hier à Reuters que plusieurs hypothèses étaient sur la table. Parmi elles, la solution extrême qui consisterait à imposer, au moins en Grèce, des contrôles aux frontières. Les discussions ont porté sur la possibilité de suspendre les accords de Schengen, qui organisent la libre circulation et les contrôles aux frontières dans la majorité des 27 pays de l’UE.

90 millions d’euros sortis des banques françaises

Autre solution d’urgence: le plafonnement des retraits aux distributeurs de billets et des contrôles sur les mouvements de capitaux, «au moins en Grèce». Les retraits massifs se multiplient en Europe, alors que les épargnants s’inquiètent pour leurs économies. D’après les données compilées par Reuters auprès de 120 banques cotées européennes l’an dernier, plus de 120 milliards d’euros ont été sortis de deux banques en Belgique, dont Dexia, en cours de démantèlement. Les banques françaises les plus exposées à la Grèce ont enregistré des retraits de dépôts de 90 millions d’euros, dont 30 millions pour chacune des banques BNP Paribas et Crédit agricole. Trente milliards d’euros ont quitté les coffres des banques italiennes.

Les banques grecques subissent de plein fouet ce mouvement de panique: les cinq plus grandes banques du pays ont enregistré pour 37 milliards d’euros de sorties de dépôts l’an dernier. Les banques helléniques ont perdu 72 milliards d’euros de dépôts depuis le début 2010.

Limiter la fuite des capitaux

Ces retraits se font au profit des banques britanniques, situées en dehors de la zone euro et plutôt exposées aux marchés performants d’Asie, telle que HSBC et Barclays. L’an dernier, plus de 140 milliards d’euros ont été déposés dans quatre grands établissements financiers au Royaume-Uni. Les banques suisses, comme Credit Suisse et UBS, ou même russes, comme Sberbank et VTB, accueillent ces dépôts massivement.

D’où la nécessité d’agir vite en Europe pour limiter les fuites qui risquent de s’accentuer en Espagne et en Italie en cas de sortie de la zone euro de la Grèce. Même si aucune décision concrète n’a pour l’instant abouti, la nécessité de mettre en place ces mesures fait l’unanimité. «Il ne s’agit pas de discussions politiques, il s’agit de discussions entre experts financiers qui doivent se préparer à toute éventualité», a précisé une de ces sources.

Le Figaro

 

Les choses se précisent de plus en plus et vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire avant que les menaces soient misent à exécution et de vous retrouver en short…!

Pour ceux à qui j’aurais sauvé les fesses avec cette info,je prend 10% de tout ce qu’il aura pu sauvé,pour le paiement on s’arrangera….   🙂

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les Français se sont moins fait vacciner contre la grippe l’hiver dernier

 

Seulement 23,4% des Français se sont fait vacciner contre la grippe saisonniere durant l’hiver 2011-2012, soit une baisse de trois points par rapport à 2008/2009, selon une étude présentée mardi par le Groupe d’expertise et d’information sur la grippe (GEIG).

La baisse observée depuis deux ans est significative, elle s’observe dans toutes les catégories de populations, y compris chez les plus de 65 ans et les populations à risque, a indiqué le professeur Bruno Lina, qui préside le conseil scientifique du GEIG, en présentant l’étude réalisée par l’institut Kantar Health à la presse.

Chez les plus de 65 ans, cible principale des campagnes de vaccination, la baisse a atteint 9% au cours des deux dernières années. Dans ces tranches d’âges, la proportion de vaccinés s’établit à 62%, en dessous de l’objectif de 75% fixé par l’OMS et la Loi de Santé publique.

Mais la désaffection touche tous les sujets à risque, notamment atteints de maladies chroniques (cardiaque, pulmonaire, métabolique, immunologique, cancéreuse) qui n’ont été que 49% au total à se faire vacciner l’hiver dernier.

La baisse a également été considérable, selon le professeur Lina, chez les enfants à risque, notamment les tout petits enfants à risque où l’on voit que la protection induite par la vaccination des parents n’a pas du tout marché.

La campagne de vaccination n’a pas atteint les objectifs attendus, reconnaît le professeur qui avance plusieurs explications.

Au delà des inquiétudes liées à un vaccin utilisé pour combattre la pandémie H1N1 de 2009, il cite une démobilisation des médecins généralistes et une baisse de la notion du risque.

La conséquence a été vue immédiatement puisqu’on a observé cet hiver chez les plus de 65 ans et les plus de 75 ans un nombre de cas de grippe et de surmortalité induite beaucoup plus importante que les années précédentes.

Afp

 

Je cite: » La campagne de vaccination n’a pas atteint les objectifs attendus, reconnaît le professeur qui avance plusieurs explications. »…. On se doute bien que big pharma s’attendait à plus de bénéfice et bien non,dommage…!

Notez bien ensuite que l’on ne nous donne aucun chiffre quand au nombres de décés dûs à la grippe cette année,mais qu’il y a eu  » surmortalité  » chez  les plus de 65 ans….!?

Mensonges,approximations,omissions volontaires,propagande ou un peu de tout cela à la fois….lisez plutôt ce qui suit:

Grippe saisonnière : 7000 morts d’après les organisateurs, 500 d’après la police , le flou autour des statistiques de la mortalié grippale aveugle les scientifiques

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Sarkozy réclame dix gardes du corps….

La protection de l’ancien président français Sarkozy et celle de sa famille coûterait plus de 700.000 euros par an aux Français. Selon le magazine Paris Match, l’ex-chef d’Etat aurait demandé la protection rapprochée de dix policiers.

 

 

 

 

 

Nicolas Sarkozy n’est pas le seul ancien dirigeant à bénéficier de gardes du corps. Selon la législation française, tous les anciens chefs d’Etat mais également les anciens Premiers ministres et ministres de l’Intérieur bénéficient d’une protection à vie.

Toutefois, dans le cas présent, c’est le nombre de policiers demandés qui pose question. Alors que Valérie Giscard d’Estaing dispose de deux gardes du corps et que six policiers sont affectés à la garde de Jacques Chirac ainsi qu’un de plus pour assurer la protection de son épouse Bernadette, Nicolas Sarkozy a demandé et obtenu dix gardes du corps.

Selon Paris Match, les exigences de Nicolas Sarkozy coûterait une belle petite somme à l’Etat Français. Le coût d’un policier affecté à la garde d’un dirigeant s’élèverait à 72.000 euros par an. Le montant total de cette garde rapprochée de la famille Sarkozy reviendrait donc à 720.000 euros.

Pour les proches de Nicolas Sarkozy, il ne s’agit pas d’une lubie de la part de l’ancien dirigeant mais d’une protection indispensable étant donné que celui-ci a déjà été agressé physiquement et verbalement à de nombreuses reprises.

7sur7.be

 
3 Commentaires

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Affaire Merah: les vidéos dévoilées selon un journal Algérien

Affaire Merah: les vidéos dévoilées selon un journal Algérien

 

 

L’avocate de la famille de Mohamed Merrah, tué le 22 mars par les policiers français du Raid dans son appartement à Toulouse, Me Zahia Mokhtari a déposé plainte contre la police française.

Echoroukonline a obtenu de manière exclusive le contenu de deux enregistrements vidéo en possession de l’Avocate Mokhtari, montrant les derniers moments précédant la mort de Mohammed Merrah encerclé dans son appartement à Toulouse, pendant32 heures durant, par les forces de Raid qui ont fini par le tuer dans des circonstances obscures.

A travers ces deux enregistrements, Mohammed Merrah aurait eu des négociations avec les forces du Raid.

Le premier enregistrement vidéo qui sera remis à la justice française, revient sur les circonstances de la mort de Merrah, survenu le 22 mars dernier, tué par le Raid, en montrant également plusieurs ambigüités dans cette affaire, ainsi que la relation qu’aurait entretenu Mohammed Merrah avec un élément des services secrets français, à savoir le capitaine Jussayer. Ce dernier a été accusé par Merrah de l’avoir « trahi ».

Quant au 2e enregistrement vidéo, il contient une conversation qui avait eu lieu entre Mohammed Merrah et un membre des services secrets français, Jean Danielle, pour autoriser deux journalistes de s’introduire dans son domicile pour l’interviewer, avant qu’il ne découvre qu’ils faisaient partie des services secrets français.

Avant sa mort, Mohammed Merrah a laissé un testament, « je suis innocent. Je découvre que mon ami préféré, Zoheir, travaille pour les services secrets français ». « Zoheir, d’après le testament est bel et bien, le capitaine Jussayer qui avait négocié avec lui au départ et c’était lui-même qui l’avait envoyé s’entretenir avec des djihadistes en Irak, en Syrie et en Algérie.

 

http://www.echoroukonline.com/ara/articles/131873.html http://www.echoroukonline.com/ara/articles/131873.html

Alterinfo

 

 

 
3 Commentaires

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce: Les infirmières au cœur de la crise

Licenciements massifs, baisses de salaires, dégradation radicale des conditions de travail, les soignants grecs sont en première ligne de la faillite du système de santé. Beaucoup quittent le pays, les autres n’ont d’autre choix que de devenir bénévole. Reportage à la clinique de Médecins du Monde à Athènes.

 

 

 

 

«Une infirmière salariée? En Grèce? Moi je n’en connais aucune». Annie, 29 ans, soignante à la polyclinique de l’ONG Médecins du Monde, rit jaune.

Diplômée depuis 3 ans, cette jeune infirmière anesthésiste n’a jamais travaillé à l’hôpital, encore moins en clinique privée. «Quand je suis sortie de l’école en 2009, c’était le début de la crise et personne ne voulait m’embaucher. Mais je refusais de rester chez moi à ne rien faire alors que les gens avaient besoin de nous. Je suis donc devenue bénévole».

Au bout de deux ans de bons et loyaux services, la soignante finit par être embauchée à plein temps par l’ONG. C’est la seule. Ici, infirmières, secrétaires, médecins, psychologues et travailleurs sociaux sont presque tous volontaires.

Un phénomène qui peut paraître surprenant… Mais quand on connaît les salaires à l’hôpital, la différence entre salariat et volontariat est tenue.

Les quelques infirmiers qui ont conservé leur emploi, ont dû accepter des réductions drastiques de leurs salaires (entre 300 et 400 euros de moins par mois). A temps complet -40 heures ou plus par semaine-, les soignants perçoivent un salaire maximum de 640 euros mensuel. Et lorsqu’ils travaillent de nuit, ils n’ont droit qu’à 10 euros supplémentaire.

Moins 40% de budget pour la Santé

Il faut dire que la Santé fait partie des trois secteurs les plus touchés par les plans de rigueur successifs imposés par la Troïka (Commission européenne, la BCE et le FMI). Entre 2007 et 2009, le budget du ministère de la Santé a baissé de 40%. Et la descente aux enfers continue: le nombre d’hôpitaux est en train de passer de 133 à 83 et 300 des 2000 cliniques locales sont en cours de fermeture. Résultats : pour le personnel soignant, les plans sociaux se multiplient.

Les patients doivent quant à eux débourser 5 euros pour chaque visite à l’hôpital et payer entre 20 à 25% de leur ordonnance. Une somme de plus en plus difficile à réunir et qui pousse les patients… a déserté les hôpitaux. C’est ainsi que les structures de soins des ONG traditionnellement destinées aux migrants sont aujourd’hui prises d’assaut par les Grecs.

Selon une étude sur les conséquences sanitaires de la crise publiée dans la revue Lancet, 30% des Grecs ont recours aux ONG, contre 4% auparavant. En 2010, à MDM, les Grecs représentaient 10% des patients. Depuis le début de cette année, ils sont 35%.

C’est vrai que la polyclinique, située dans un quartier populaire de la capitale, ne désemplit pas. Dehors, dans l’entrée, dans le couloirs, il y a des patients partout. Faute de place, Annie et sa collègue Vicky, 26 ans, infirmière fraîchement diplômée et au chômage depuis 3 mois, soignent dans la même salle.

Elles ne sont pas seules… Car pendant que Vicky change un pansement et qu’Annie prend la tension d’un autre patient, un couple discute avec le médecin. Dans la petite salle exigüe, huit personnes travaillent au même moment. Devant la porte, les patients qui attendent souvent depuis des heures, grognent et s’agitent.

Mais Vicky garde un sourire à toutes épreuves: «J’ai toujours aimé aider les gens, les soulager, c’est pour cela que je suis infirmière, ce n’est pas pour l’argent». Avant d’ajouter, morose : « Pour autant, je ne peux pas travailler gratuitement toute ma vie». C’est pour cela que la jeune femme a commencé «à chercher ailleurs». «Il n’y a plus de place pour nous dans ce pays, dit-elle tristement. C’est trop dur. Je vais devoir quitter mon pays, au moment où il a le plus besoin de moi».

Actusoins

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 12 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :