RSS

Archives du 3 juin 2012

La drogue du zombie de Miami est en vente sur Internet

Vous vous souvenez de cet article sur les prémices d’une invasion de zombies aux États-Unis ? Vous avez regardé la télé et vous connaissez l’histoire du cannibale de Miami qui a dévoré le visage d’un homme ? Et bien, ce zombie de Miami n’avait pas pris de LSD, mais une drogue horrible connue sous le nom de « Sels de bain » et vous pouvez l’acheter en ligne

 

 

 

Pas de panique, il ne s’agit pas de sels de bain normaux. Cette drogue tire son nom de son apparence qui ressemble à des sels de bain.

Cette drogue, bien qu’interdite dans 38 états américains, est composée d’un affreux cocktails d’amphétamines très facile à se procurer sur le territoire américain. Il est possible de l’acheter dans des stations services et des supermarchés pour d’autres usages que la fumette, l’injection ou le sniff. Il s’agit de « nettoyant à métaux », « engrais » et « encens ». Bien sûr, il est écrit « Impropre à la consommation humaine » sur le pot. Pourtant, il s’agit bien d’une drogue capable des pires ravages. Et comme nous sommes à l’heure d’Internet, il est très simple de se la procurer en ligne.

Vous avez envie de vous en acheter ? Regardez cette vidéo :

 

 

C’est terrifiant et pourtant sur certains sites, il est possible d’acheter 500 mg de sels de bain »99 MPH » pour 27$, ou un demi gramme de « Snowman » pour 25$.

Les commentaires d’utilisateurs ne laissent aucun doute sur l’utilisation :

« Nous en avons acheté il y a quelques semaines avec ma copine et j’adore ceux-ci. Ça frappe comme une vieille boule de billard… on va en racheter. »

L’histoire ne nous dit pas s’il a mâché les intestins de sa copine après. Acheter cette drogue est aussi simple que d’acheter du déodorant sur Amazon. Sauf que votre déodorant, ne déclenchera pas une crise psychotique qui se termine avec le visage d’un homme dans votre estomac et dans votre corps.

Pour faire court, cette drogue peut faire monter votre température à 41,5°C, comme aucun humain ne peut supporter une telle température. Votre cerveau disjoncte, vous êtes incontrôlable. Vous pouvez manger le visage d’un SDF. Simple.

Bien sûr, n’achetez pas cette drogue. Jamais. La plupart des ingrédients sont heureusement interdits en Europe et en plus de passer un séjour en prison, vous pouvez bousiller votre vie et celle d’autres personnes qui ne vous ont rien demandés. Je ne le dirai jamais assez : n’achetez pas cette merde.

Pour en savoir plus sur cette drogue et ses effets : [Science-Mag ; Courrier International]

Gizmodo

 

 

 
8 Commentaires

Publié par le 3 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

En Espagne, le petit commerce étranglé par la crise

Chute des ventes, hausse d’impôts, moral des consommateurs en berne : depuis le début de la crise, des dizaines de milliers de boutiques ont fermé en Espagne. Le bazar de Cesar Calle, en plein quartier populaire de Madrid, n’est pas épargné.

 

 

 

En Espagne, le petit commerce étranglé par la crise

 

« Liquidation totale pour cause de désespoir ! » : l’affichette placardée dans le magasin « Thé au citron« , les mêmes mots inscrits en jaune sur les t-shirts des vendeurs, témoignent de la dure réalité. Après avoir tenté de sauver la petite affaire familiale, le commerçant, âgé de 53 ans, a baissé les bras.

Ce magasin, ouvert il y a 15 ans, quand l’Espagne affichait une prospérité insolente, c’est la fierté de Cesar Calle : avant la crise qui depuis 2008 lamine l’économie du pays, il recevait jusqu’à mille clients par jour. Depuis, son chiffre d’affaire a baissé de 30%.

« Cette crise brutale dure depuis trois ans déjà, nous ne pouvons pas continuer. C’est intenable« , confie Cesar.

« L’accès au crédit est fermé. Nous vendons moins. Les frais augmentent, le pouvoir d’achat baisse, les impôts ont plus que doublé« , énumère le propriétaire de « Thé au citron« .

Dans les allées, quelques clients en quête de bonnes affaires inspectent les rayons d’objets divers, pots de fleurs multicolores, verrerie, meubles ou articles décoratifs, tous en liquidation.

C’est une maigre consolation pour le propriétaire du bazar, cet « élan de solidarité » provoqué par ses affiches désespérées. « Les gens viennent découvrir le magasin, l’affluence est là mais ils achètent moins, ils sont effrayés par l’avalanche de mauvaises nouvelles qu’ils reçoivent tous les jours« , raconte le commerçant.

Cesar s’est résigné à mettre son magasin en vente, tout comme sa propre maison. Huit personnes travaillent dans le bazar, dont le propriétaire lui-même, sa femme, deux de ses fils et leurs femmes.

« En ce moment même en Espagne, tout commerce qui essaie d’appliquer les normes, de faire bien les choses, comme nous en avons l’obligation, n’enregistre que des pertes« , assure-t-il.

Depuis la début de la crise, des dizaines de milliers de commerces ont fermé à travers le pays. Selon la Confédération espagnole du commerce, 75.000 magasins supplémentaires pourraient baisser le rideau avant la fin de l’année.

Dans une Espagne retombée en récession, où le chômage frappe un quart des actifs, ce sont maintenant les ventes de détail qui plongent à des degrés sans précédent, symptôme de la faiblesse de l’économie et du recul de la consommation.

En avril, ces ventes ont chuté de 9,8%. La tendance est particulièrement nette dans les grandes surfaces ou pour les achats de biens pour la personne, vêtements notamment.

Contraint de réduire le déficit du pays, le gouvernement multiplie les mesures d’austérité. Les commerçants redoutent maintenant une hausse de la TVA, que pourrait réclamer la Commission européenne en échange d’un délai d’un an donné à l’Espagne pour ramener son déficit public à 3%, non plus en 2013 mais en 2014.

Alors Cesar Calle cherche les coupables : à l’entrée du magasin, une grande pancarte « remercie » « la corruption politique« , les patrons « qui détruisent des emplois« , les syndicats « qui ne font rien« , les hommes politiques « pour leurs salaires et leurs privilèges« .

« Pour moi, les principaux responsables sont nos dirigeants, alliés au système bancaire qui nous paralyse, nous mais aussi nos fournisseurs et les fabricants« , affirme-t-il.

Cesar s’indigne aussi contre ces « investisseurs » qui, dit-il, viennent sonner à sa porte pour lui racheter son affaire, mais au noir: il dénonce l’un des maux de l’Espagne, l’économie souterraine, qui pèse selon les experts pour environ 20% du PIB du pays.

« Ils proposent de payer une partie avec de l’argent non déclaré, disent que cela leur convient très bien. Ces gens-là se frottent les mains avec la crise« , lance-t-il.

Afp

 

 

 
8 Commentaires

Publié par le 3 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Le litre d’essence à 1€ et Spiderman à la rescousse….

                  

 

 

 

 

Bankia : Spiderman à la rescousse

Comment fait-on pour arrêter une panique bancaire ? Eh bien, demandez à Bankia. D’après le quotidien financier espagnol Cincos Dias, la banque espagnole, qui est destinée à faire l’objet d’un sauvetage de plusieurs milliards d’euros de la part de l’État, a lancé un initiative intitulée The Amazing Spiderman.

Le plan est de convaincre les déposants les plus jeunes de ne pas retirer leur argent, alors même que les choses semblent un peu instables, en fournissant des incitations auxquelles il est impossible de résister. Premièrement, un client qui pourra arriver à accumuler 300 euros sur son compte en banque à la fin mai recevra un serviette de plage Spiderman. Et si ça n’était pas encore suffisant, quelques heureux gagnant auront aussi leur chance pour des prix comme :

  • Un voyage à New-York,
  • Douze consoles de jeu Playstation,
  • 1.050 tickets pour le nouveau film « The Amazing Spiderman », dont 50 pour la première du film elle-même.

Les gagnants seront annoncés le 12 juin.

Et nous qui commencions juste à nous faire du souci sur les rapports selon lesquels il y a eu un baisse de 31,44 milliards d’euros des montants privés déposés dans les banques espagnoles le mois dernier. Ceci devrait régler le problème.

Source

 

Italie: Fiat propose l’essence à 1 euro

Le groupe automobile italien Fiat a lancé aujourd’hui une initiative qui permet aux personnes achetant une voiture de cette marque de bénéficier pendant trois ans d’un prix de carburant fixe à 1 euro le litre.

Selon le site du constructeur, l’offre est valable pour les achats de voitures effectués entre le 1er juin et le 31 juillet. Elle ne concerne que les véhicules Fiat et pas les autres marques du groupe, Alfa Romeo, Lancia, Maserati et Ferrari.

Cette offre est valable auprès des stations essence IP, environ 4.200 en Italie, et vaut pour les carburants normaux, essence et diesel, les spéciaux (+premium+) étant exclus. Concrètement chaque acheteur recevra une « Supercard » qui sera activée après l’achat du véhicule et aura une validité maximum de trois ans lui permettant de payer le carburant pendant ce laps de temps 1 euro le litre.

La quantité maximale de carburant +subventionné+ varie et va de 4500 litres d’essence en trois ans pour une Fiat Freemont jusqu’à 1.200 litres d’essence pour une Fiat 500 ou une Fiat Panda en passant par 2500 litres de diesel pour la même voiture version diesel.

En Italie, le prix de l’essence flirte avec les 2 euros/litre, surtout après la dernière hausse de l’accise (+2 cts par litre), décidée mercredi pour financer la reconstruction de certaines zones du nord-est de l’Italie touchées par deux séisme, les 20 et 29 mai, qui ont fait 23 morts et des milliers de déplacés.

Source

 

 

 
7 Commentaires

Publié par le 3 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :