RSS

Archives du 2 juin 2012

Nouveau danger découvert à l’unité 4 de Fukushima Daiichi 25.05.2012

Fukushima : des photos récentes montrent les dégâts sur le mur Est du BR4 - gen4 - Les quatre vérités et les mille mensonges du nucléaire | FUKUSHIMA INFORMATIONS | Scoop.it

Extrait du pgm « Hodo Station » de TV Asahi du 25 Mai 2012.
Devant les inquiétudes grandissantes suscitées par la piscine de combustibles usagés de l’unité 4 de Fukushima Daiichi, le bâtiment très endommagé, et l’impossibilité d’obtenir des données fiables et complètes de TEPCO, la chaîne a décidé de mener sa propre enquête auprès d’experts, ingénieurs et travailleurs de Fukushima, et de faire réaliser ses propres expériences sur les barres de combustible.
Il a ainsi été révélé qu’elles peuvent subir de graves dommages au delà de 700 °C ou si choc thermique, donc bien avant d’en arriver à leur fusion à 1800 °C.
S’il n’y a plus d’eau dans la piscine de stockage, le refroidissement par convexion naturelle dans l’air limiterait l’échauffement des barres à une plage entre 150 et 300 °C. Mais les radiations émises seraient mortelles sur tout le site. Sans refroidissement par l’air, la destruction des barres et la libération des matières radioactives signerait probablement le début de la fin.
 
 
 
 
Vidéo originale postée par Irwin Miller : http://youtu.be/jOEkyTPLWzA
Traduction Anglaise par Goldieluvmj : http://youtu.be/zuxFQewzPjk
Merci à eux.
Traduction et sous-titrage Fr par Kna60 ( travail remarquable sur Fukushima )
 
 

Supplément:

La page Facebook de Fukushima Diary en Français:

https://www.facebook.com/FukushimaDiaryFR

 
 
 
 
 
2 Commentaires

Publié par le 2 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag 6.0 Salta Argentine

globe showing location of 10-degree map

 

10-degree map showing recent earthquakes

 

Ampleur 6.0
Date-Time
Emplacement 22,109 ° S, 63.625 ° W
Profondeur 519.6 km (322,9 miles)
Région SALTA, ARGENTINE
Distances 8 km (4 miles) au SE de Yacuiba, la Bolivie
54 km (33 miles) au NNE de Tartagal, Salta, en Argentine
131 km (81 miles) ESE de Tarija, en Bolivie
1469 km (912 miles) NNW de BUENOS AIRES, DF, l’Argentine

 

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 2 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Grèce : publics ou privés, les émetteurs de dette voient leur note encore abaissée

Moody’s a ramené à « Caa2 » la note maximale attribuable à la dette émise par une entreprise grecque, qu’elle soit publique ou privée. L’agence d’évaluation financière invoque le risque croissant d’une sortie de la Grèce de la zone euro.

 

 

 

 

Moody’s ne fait plus de différence entre émetteurs de dette grecque privés ou publics. L’agence d’évaluation financière a abaissé vendredi la note maximale attribuable à un émetteur de dette grecque, qu’il s’agisse d’un établissement public ou d’une entreprise privée. Désormais, aucune dette émise en Grèce ne peut prétendre auprès de Moody’s à une note supérieure à « Caa2 » (contre B1 auparavant), note qui signifie que les obligations émises sont très risquées, proches du défaut. A noter que cette mesure ne concerne pas la dette souveraine, déjà notée « C ». Par ailleurs, la note maximale « Caa2 » peut être aménagée pour les émetteurs de dette grecque adossés à des entreprises étrangères ou possédant des actifs en dehors du pays.

Si Moody’s a pris cette mesure, c’est en raison du « risque croissant » qu’Athènes quitte la zone euro, au fur et à mesure que le scrutin du 17 juin se rapproche. Les Grecs sont appelés aux urnes dans deux semaines, le scrutin du 6 mai n’ayant débouché sur aucune coalition gouvernementale. Ces élections avaient exprimé le rejet des plans d’austérité appliqués au pays, et s’étaient traduites par la montée de partis radicaux désireux d’annuler les accords passés avec les créanciers du pays, accords qui conditionnent le sauvetage de la Grèce par le FMI, l’Union européenne et la Banque centrale européenne.

Moody’s avertit qu’elle dégradera encore la note maximale attribuable aux émetteurs de dette grecs si Athènes quitte la zone euro. « Une sortie (du pays de la zone euro) aurait pour conséquences d’importantes pertes pour les investisseurs et entraîneraît d’importantes perturbations dans le système bancaire national et de graves bouleversements dans l’économie réelle », prévient l’agence.

Afp

 

 

 
1 commentaire

Publié par le 2 juin 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :