RSS

Archives du 28 mai 2012

Les cannibales et les zombies sont parmi nous….

La police a tué samedi un individu qui était en train de dévorer le visage d’un autre homme. La victime est hospitalisée dans un état grave.

 

 

 

 

 

 

La scène d’une incroyable sauvagerie s’est déroulée en plein milieu de l’après-midi, samedi, sur le passage piéton d’une voie rapide de Miami, en Floride. Un policier a aperçu un homme nu en train de dévorer le visage d’un autre homme, lui aussi dévêtu. Selon le Miami Herald , l’officier lui a alors ordonné de s’écarter de la victime. Puis, devant l’inertie de l’agresseur, il a ouvert le feu. Touché, le cannibale a continué sa macabre besogne. «Il s’est mis à grogner comme une bête sauvage et a continué à manger le visage de l’autre homme», raconte une source policière. Le policer présent sur les lieux aurait alors tiré à plusieurs reprises sur l’assaillant, qui est finalement décédé.

Lorsque les renforts sont arrivés, «75% à 80% du visage de la victime manquait», selon la police. Selon des témoins, le cannibale aurait également tenté de lui crever les yeux. L’homme, qui perdait du sang en abondance, a été immédiatement transféré à l’hôpital dans un état grave. Un représentant de la police locale estime que sans son intervention «l’homme serait mort à l’heure qu’il est».

Une enquête est en cours pour tenter d’expliquer le comportement de l’agresseur, qui n’a pas encore été identifié. Selon des sources policières, le cannibale aurait souffert d’une psychose liée à la prise de cocaïne. Un délire qui s’accompagne d’une hausse brutale de la température corporelle, ce qui expliquerait la nudité de l’assaillant. En avril, un cas relativement similaire était survenu à Miami: un jeune homme nu, sous l’emprise du LSD, avait tenté de mordre le cou de sa victime, avant d’être arrêté.

Le figaro

 

Vidéo prise d’une caméra de surveillance

 

 

 
16 Commentaires

Publié par le 28 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

La banque danoise « Saxo bank » verrait bien une petite guerre en Grèce

 

 

Pour les économistes de marché, la sortie de la Grèce de l’euro est déjà largement anticipée et a même déjà un nom , le Grexit. Steen Jakobsen, le chief economist de la banque danoise Saxo Bank –connue pour sponsoriser une équipe cycliste- est sans doute celui qui va le plus loin : dans une note sur le Grexit il disserte carrément sur un scénario de guerre civile en Grèce pour recommander d’acheter de l’or.

Bien sûr il estime que la probabilité d’un bain de sang n’est que de 5%, mais le fait même de l’évoquer prouve qu’il n’y a plus beaucoup de tabous, non seulement pour étudier la sortie de la Grèce de l’euro, mais aussi ses conséquences les plus dramatiques.

Morgan Stanley, ne parle pas de guerre, mais n’est pas très rassurant non plus. La banque américaine qui a publié une étude de 15 pages intitulée « Eurodivorce » estime à 40% la probabilité d’un scénario de Grexit, suivi d’une forte contagion à l’Italie, à l’Espagne, au Portugal et à l’Irlande.

Quant aux banques françaises, elles préfèrent rester discrètes et ne pas faire trop de commentaires sur le sujet. Elles sont sur la même ligne que les dirigeants de la zone euro: Tout le monde prépare le Grexit, mais personne n’ose en parler ouvertement.

Source: Challenge via Wikistrike

 

Grèce: les 4 principales banques ont reçu 18 mds EUR du FESF

ATHENES – Les quatre principales banques grecques ont reçu lundi 18 milliards d’euros du Fonds européen de stabilité financière (FESF) en vue de leur recapitalisation, a indiqué à l’AFP une source au sein du Fonds grec de stabilité financière.

L’ordre de virer les fonds a été donné et cela signifie que la procédure est achevée, a indiqué cette source. La Banque nationale de Grèce (BNG), numéro un du pays, a reçu 7,43 milliards d’euros, Alpha Bank 1,9 milliard, Eurobank 3,97 milliards et la Banque du Pirée 4,7 milliards d’euros.

Ces sommes font partie d’une enveloppe de 25 milliards, versée par le FESF au Fonds grec de stabilité (Hellenic Financial stability fund) pour la recapitalisation des banques grecques, après les pertes de l’ordre de 28 milliards d’euros qu’elles ont subies du fait de l’opération de restructuration de la dette en mars.

Au total, l’enveloppe atteint 50 milliards d’euros, dans le cadre de cette opération prévue par le deuxième plan de soutien mis au point en faveur de la Grèce par l’UE et le FMI.

La mission du FESF est d’emprunter sur les marchés de l’argent, à des taux faibles grâce aux garanties apportées par les Etats de l’Union monétaire, et de le reverser aux gouvernements ou banques qui en ont besoin.

Afp

 

 

 
2 Commentaires

Publié par le 28 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Selon la CGT, 46 entreprises vont virer 45 000 salariés

Péril sur l’emploi. La CGT remettra mardi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, une liste destinée au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de 46 entreprises en redressement ou en liquidation, soit près de 45.000 postes menacés en France, a-t-on appris auprès de la CGT.

 

 

Capture.PNG

 

Ce recensement «des plans sociaux, redressements et liquidations» effectué par les fédérations CGT, dont fait état dimanche Le Journal du Dimanche, «montre que ce que l’on avait craint – c’est-à-dire qu’il y avait des consignes pour ne pas annoncer de plans sociaux avant la présidentielle – se vérifie», a souligné auprès de l’AFP Mohamed Oussedik, en charge de l’industrie à la CGT. La CGTdoit être reçue mardi par le Premier ministre, qui a convié successivement tout au long de la journée les leaders des syndicats et du patronat pour fixer l’agenda des réformes sociales. La centrale enverra ensuite au ministre du Redressement productif cette liste, ainsi que ses propositions pour l’emploi, a précisé Mohamed Oussedik.

La liste n’est pas exhaustive

La liste «intègre des PME, mais elle n’est pas exhaustive», relève le secrétaire confédéral, alors que les procédures de sauvegarde prononcées par les tribunaux (redressement ou liquidation) concernent traditionnellement dans leur très grande majorité les micro-entreprises de moins de 10 salariés. Elle«ne prend pas en compte aussi les 35.000 emplois perdus dans le BTP sous forme de départs volontaires et ruptures conventionnelles», précise le secrétaire confédéral en insistant sur cette forme «déguisée» de licenciements que représentent selon lui les ruptures conventionnelles (12% des sorties de CDI, selon les chiffres officiels, le double des licenciements économiques).

Arnaud Montebourg, qui retrouvera dans cette liste un grand nombre d’entreprises aux difficultés connues (PSA, Petroplus, Carrefour, Arcelor, EON France, etc.), planche sur un «plan de reconquête industrielle» qu’il soumettra à Jean-Marc Ayrault «dans les semaines qui viennent», a-t-il annoncé samedi à l’AFP.

La CGT lui fera notamment des propositions pour multiplier par cinq les financements du chômage partiel, renforcer les droits des salariés dans les conseils d’administration, mettre en place un «droit de préemption» à la reprise d’entreprises en difficulté et restructurer l’appareil industriel pour répondre au plan de transition énergétique promis par le président François Hollande.

Avec AFP
 
 
 
 
6 Commentaires

Publié par le 28 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Les remèdes naturels que l’Union Européenne et les multinationales pharmaceutiques veulent vous interdire

Pétition à signer ici

Si vous ne pouvez pas regarder la vidéo, vous avez le texte ici

Lire aussi:

Herboristeries : l’Europe s’en prend aux remèdes de mamie

 
6 Commentaires

Publié par le 28 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 

Séisme de mag 6.4 Santiago del Estero, ARGENTINE

globe showing location of 10-degree map

10-degree map showing recent earthquakes

Magnitude 6.4
Date-Time
Location 28.061°S, 63.077°W
Depth 588 km (365.4 miles)
Region SANTIAGO DEL ESTERO, ARGENTINA
Distances 52 km (32 miles) NNW of Anatuya, Santiago del Estero, Argentina
117 km (72 miles) ESE of Santiago del Estero, Argentina
249 km (154 miles) SE of San Miguel de Tucuman, Tuc., Argentina
838 km (520 miles) NNW of BUENOS AIRES, D.F., Argentina

Un séisme d’une magnitude de 6,4 sur l’échelle de Richter a secoué le nord de l’Argentine ce matin, d’après l’institut américain de géophysique. La secousse s’est produite vers 2 heures du matin, heure locale, à environ 115 km à de Santiago del Estero.

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 mai 2012 dans BILLET D'HUMEUR

 
 
%d blogueurs aiment cette page :